Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2019

Un commentaire négatif sur le Web conduira bientôt au tribunal

censure.jpg

La censure n'est pas une nouveauté mais elle prend avec la démocratie marchande et en raison de la crise terminale du capitalisme en ligne d'horizon, une tournure plus violente à chaque instant.

La rentabilité étant désormais le seul étalon des valeurs, il devient impossible d'analyser, de commenter ou pire de critiquer toute forme de la marchandise. On sait comment l'intolérante Union Européenne s'est attaqué au droit de citation plaçant tout médias indépendant sous une épée de Damoclès s'il veut commenter l'actualité, tester un produit et donc illustrer son propos.

Le bilan de l'opération s'est traduit par des chaînes fermées, des internautes privés de revenus du jour au lendemain et des centaines de milliers d'heures de créations supprimées, parfois pour 3 ou 4 secondes, sur une vidéo de plusieurs heures. 

Il s'agit dans un objectif politique, donc commercial, d'attribuer un monopole de l'information et on entend bien par là imposer une vérité officielle, aux grands médias sous la coupe de la banque, du complexe militaro-industriel et de l'état, cette autre filiale de la finance désignée par ses médias marchands.

Le résultat imprévu des dernières Présidentielles américaines, la montée des Gilets Jaunes ne sont pas étrangers à ce phénomène de cadenassage intégral.

Ainsi, après la chasse à l'esprit critique, aux blogueurs et autre youtubeurs, une nouvelle tendance fait son apparition. Il s'agit de pourfendre jusqu'au simple consommateur invité voire encouragé, jusque là, à donner son avis sur un produit ou un service.

Tout avis se doit d'être exclusivement positif donc inciter à la consommation, l'alternative étant bien entendu la fameuse cyberhaine.

 Car à l'heure de l'hyper-juridisme démocratique boutiquier, votre avis sur un restaurant, un circuit touristique, un dentiste, un smartphone, une lessive, un programme télévisé pourra bientôt comme aux États-Unis vous conduire devant un juge pour des dommages et qui sait peut-être de la prison car quel particulier aura les moyens de lutter contre une grande entreprise et les moyens d'aller en appel devant différentes cours voir devant une instance européenne ?

Le triste sort des citoyens, plus que modestes lanceurs d'alerte, venant, bénévolement (circonstance aggravante) au service de leur prochain est écrit et inévitable.

Quand la crise et le si facile profit boursier permettent le licenciement donc tuent le consommateur, il faut bien imposer l'existence du bonheur et extorquer l'argent autrement d'autant que la martingale climatique a ses limites.

 


Malgré le célèbre premier amendement de la Constitution américaine Kendra McConnell a du retirer son commentaire pour faire cesser une procédure.

A lire :

Posting a negative review online can get you sued

Lire la suite sur CBS News


La multiplication des procédures et leur extrême rentabilité pour le monde juridique ne laisse aucun doute sur leur arrivée en France dans les valises du catastrophique CETA.

 

10:48 Publié dans Actualité | Tags : liberté, expression, censure, web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/04/2019

Censure, ça continue!

 

PJ.jpg

Le journaliste et auteur de best-seller Pierre Jovanovic  est encore frappé par la censure et sous une forme inédite, la direction nationale des librairies Le Furet du Nord, la chaîne des librairies Cultura ont décidé l’annulation de rendez-vous de dédicaces pourtant déjà organisés par les librairies locales et annoncées au public depuis plusieurs mois. Coluche avait en son temps remarqué ces personnes qui s'autorisent des trucs, ils se reproduisent donc.

C'est par mail que le Furet du Nord de Lens fait part de la chose : Le Furet du Nord s’est engagé a passé au crible de ses valeurs toutes les demandes d’action culturelle (…) L’une de nos valeurs est "l’optimisme". Ce qui exclut les livres prônant des thèses qui peuvent être clivantes ou sujet à polémique. Surtout en ce moment où la société est divisée sur un grand nombre de points. Nous avons donc pris la décision d’annuler votre venue au Furet de Lens pour cette raison.

Chez Cultura, même son de cloche, les rencontres sautent (Nîmes, Troyes, Evreux, Amiens) avec le prétexte suivant : Nous avons décidé d’annuler la rencontre prévue dans nos magasins avec l’essayiste Pierre Jovanovic … Pour autant, dans cette période de crise sociale et alors que des élections doivent prochainement avoir lieu dans notre pays, il a été décidé par la direction générale de l’enseigne au niveau national, qu’aucune rencontre ou signature d’ouvrages politiques ne sera organisée dans nos magasins dans les prochains mois. Cette décision s’explique d’une part par la volonté de Cultura de rester parfaitement impartial dans le débat politique et de permettre aux thèses de chacun de s’exprimer librement mais à égalité à travers les ouvrages que l’enseigne met à la disposition de ses clients.

"Elections" donc il ne faut pas lire, au moins c'est clair et franc, enfin franc...

Pierre Jovanovic commente les différentes censures auxquelles il doit actuellement faire face. Pour retrouver l'ensemble des actualités de la Revue de Presse, rendez-vous sur : http://www.quotidien.com

Il est évident que la revue de presse de l'ami Pierre dérange, surtout quand le régime ressemble de plus en plus à poulet décapité courant dans le mur. Car dans la vérité du réel le dernier ouvrage de notre victime est bien peu sensible et lié aux élections ou même à l'actualité en général, il s'agit de Adolf Hitler ou la vengeance de la planche à billets : Et Le document secret de l'OSS sur la personnalité d'Adolf Hitler (édité par le Jardin des Livres).

Sauf pour quelques détraqués ou adeptes de la rente à la mémoire, les décisions économiques allemandes de la première moitié du siècle dernier ne font plus partie de l'actualité et n'influent en rien sur notre optimisme.

La cible de cette nouvelle censure de Pierre Jovanovic déjà interdit de Wikipédia est d’ordre politique et vise son travail de réinformation économique avec sa revue de presse, sur www.quotidien.com .

 


Le 3 août 2018 Un Pierre Jovanovic sans langue de bois interviewé à Nice par le site associatif Culture Populaire à propos de son livre "Hitler ou la vengeance de la planche à billets".

07:23 Publié dans Actualité | Tags : jovanovic, censure, actualité, librairie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

10/01/2019

France, Gilets Jaunes vus de France et d'ailleurs

 

gustave_dore-chute_lucifer-630x778.jpg

La République nue...

Quelques bouches s'ouvrent, quelques vestes se retournent, quelques rats quittent le navire.

Nous sommes toujours dans la première quinzaine de janvier mais le mouvement Gilets Jaunes reprend avec plus de force, avec plus de colère aussi devant la désinformation, constatée et militante, des grands médias, leurs mensonges outranciers, leur censure revendiquée.

Car le déni du réel n'est plus seulement le fait de politiciens accrochés à leurs privilèges comme des maquerelles à leur honneur ou de philosophes sclérosés du système aspirant à retrouver leur rond de cuir douillet au frais du contribuable en suggérant l'innocent tir sur la foule, le déni vient de ceux, donnant à longueur d'année des leçons de morale, s'instituant en juges permanents du vrai et du faux, du bien et du mal, se gardant bien de préciser qu'ils ne vivent pas des lecteurs et auditeurs mais de la publicité, des subventions de l'état ou de mécènes banquiers ou du complexe militaro-industriel, les grands médias.

Laetitia Monsacré couvre les mobilisations des Gilets jaunes, l'ex-présentatrice de France 5, qui co-dirige actuellement avec Ulysse Gosset Jim le Pariser, dit haut et fort ce qu'elle pense de la conception du travail des journalistes.

Une information autre circule pourtant, en semaine sur les réseaux sociaux, dans les entreprises, sur les marchés, à la sortie des écoles et le samedi sur les ronds-points entre deux coups de matraques.

On y entend parler de 14 millions de personnes (sources croisées et catégories confondues) cherchant un emploi pour 250 000 offres réelles de Pôle emploi, on y découvre quelques 25 suicides journaliers ne faisant jamais la une de l'actualité.

Certains évoquent même ces 10 000 morts annuels (selon l'INSERM dont le régime) du chômage alors que d'autres études affirment 20 000.

Dans les deux cas un bilan de guerre.

Alors malgré les invitations des crapules au débat, au dialogue, dans un pays où la liberté d'expression n'existe pas, où les médias cirent les pompes en place de faire leur travail, voyons un peu ce qu'on entend à l'étranger, en zone libre.

 


What They're Not Telling You About the Yellow Vests par P.J. Watson.

Twitter: https://twitter.com/PrisonPlanet

Facebook: https://www.facebook.com/PaulJosephWa...

Minds: https://www.minds.com/PaulJosephWatson

Gab: https://gab.ai/PrisonPlanet

 


Le journaliste spécialisé Pierre Jovanovic dans la crise répond aux questions de Yannick Urrien pour la radio Kernews. Kernews est une station de radio locale qui émet en modulation de fréquence à la fréquence de 91,5 MHz, pour diffuser des programmes de la bande FM sur la région de La Baule, Saint-Nazaire, Nantes, Pornic, Noirmoutier et Vannes. Une rencontre intéressante ou l'animateur républicain et libéral est confronté aux faits.

19/10/2018

Censure et réseaux sociaux, notre avenir va se jouer

censure, réseaux, sociaux, twitter, usa

La liberté d'expression n'a pas à être limitée et surtout pas par des opérateurs privés. Cette histoire n'est pas seulement un problème global, on ne peut souhaiter que d'autres pays finissent comme la France ou l'Allemagne, sous une inquisition perpétuelle et le règne de corbeaux patrouillant Net, réseaux sociaux et forum au service du régime.

C'est aussi sur un plan local la mise en évidence du coup d'état tenté par les démocrates américains associés à la finance et à ses médias pour contrôler toute l'information, maîtriser la politique d'un pays en se garantissant par cette violence un monopole d'accès au pouvoir.

A titre d'exemple nous avons vu 1200 abonnés Twitter être "radiés" en juillet et 500 cette semaine.

 

A lire :

La Cour suprême se penche sur un cas lourd de conséquences pour la censure sur les réseaux sociaux

L'affaire oppose une chaîne de télévision à deux vidéastes, mais pourrait faire trembler les réseaux sociaux. La Cour suprême devra déterminer si un opérateur privé, lorsqu'il fonctionne comme un forum public, doit respecter la liberté d'expression.

La Cour suprême des Etats-Unis a décidé de se pencher le 12 octobre sur un cas qui pourrait avoir d'énormes implications pour la protection de la liberté d'expression des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Pourtant, à première vue, l'affaire qui oppose la Manhattan Community Access Corp à Halleck ressemble à un différend mineur entre une chaîne câblée locale et deux vidéastes, dont le travail a été banni des ondes.

(...)

Les exemples sont légions et s'inscrivent dans une tendance partagée par tous les grands réseaux sociaux. Le 11 octobre, Facebook a supprimé plus de 800 pages et comptes qui diffusaient principalement des contenus politiques. Contrairement aux purges précédentes, la gauche a été autant visée que la droite à cette occasion. Une «censure politique» dénoncée par les utilisateurs concernés, justifiée par la firme de Palo Alto par le «comportement inauthentique» de ces pages, qu'elle a assimilé à du spam. Quelques jours auparavant, Google estimait de son côté que la liberté d'expression était un «principe utopique». Dans un mémo interne intitulé «Le bon censeur», l'entreprise soulève l'idée de censurer ouvertement des contenus pour créer des «espaces bien ordonnés» où règne «la sécurité et la civilité».  

A lire en intégralité sur RT en français.

13:15 Publié dans Actualité | Tags : censure, réseaux, sociaux, twitter, usa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |