Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2020

Quand un modérateur de Facebook balance...

Facebook, Twitter, Youtube, censure, lobbies, elections, Trump

 Comme l’État des fonctionnaires ne ressent qu’obscurément la conscience de ces faits, il s’efforce tout au moins de placer assez haut la sphère de l’illégalité pour la dérober aux regards, et il croit alors qu’elle a disparu.
Extraits des débats sur la liberté de la presse (Karl Marx – 1843)

Elections américaines et crise majeure du Capital obligent, une nouvelle vague de censure entraient des dizaines de milliers de clôtures de chaînes et comptes sur les réseaux sociaux sans justificatif réel autre que la diffusion d'informations qui dérangent où incompatibles avec les objectifs de la marchandises et de ses adeptes.

On voit donc des chaînes ayant des années d'existence disparaître, certaines ayant des centaines de milliers d'abonnés et des associations, des personnalités chassés du débat démocratique.

Mais cette fois les lobbies des "droits" ne descendent pas dans la rue pour les défendre, ils ne sont pas payés pour ça.

Quand un modérateur révèle l'hypocrisie de la censure, ce cache-sexe d'un militantisme politique et l'usage réel de nos données personnelles nous mettant avec nos amis et nos familles en danger.

14:43 Publié dans Actualité | Tags : facebook, twitter, youtube, censure, lobbies, elections, trump | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

19/10/2018

Censure et réseaux sociaux, notre avenir va se jouer

censure, réseaux, sociaux, twitter, usa

La liberté d'expression n'a pas à être limitée et surtout pas par des opérateurs privés. Cette histoire n'est pas seulement un problème global, on ne peut souhaiter que d'autres pays finissent comme la France ou l'Allemagne, sous une inquisition perpétuelle et le règne de corbeaux patrouillant Net, réseaux sociaux et forum au service du régime.

C'est aussi sur un plan local la mise en évidence du coup d'état tenté par les démocrates américains associés à la finance et à ses médias pour contrôler toute l'information, maîtriser la politique d'un pays en se garantissant par cette violence un monopole d'accès au pouvoir.

A titre d'exemple nous avons vu 1200 abonnés Twitter être "radiés" en juillet et 500 cette semaine.

 

A lire :

La Cour suprême se penche sur un cas lourd de conséquences pour la censure sur les réseaux sociaux

L'affaire oppose une chaîne de télévision à deux vidéastes, mais pourrait faire trembler les réseaux sociaux. La Cour suprême devra déterminer si un opérateur privé, lorsqu'il fonctionne comme un forum public, doit respecter la liberté d'expression.

La Cour suprême des Etats-Unis a décidé de se pencher le 12 octobre sur un cas qui pourrait avoir d'énormes implications pour la protection de la liberté d'expression des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Pourtant, à première vue, l'affaire qui oppose la Manhattan Community Access Corp à Halleck ressemble à un différend mineur entre une chaîne câblée locale et deux vidéastes, dont le travail a été banni des ondes.

(...)

Les exemples sont légions et s'inscrivent dans une tendance partagée par tous les grands réseaux sociaux. Le 11 octobre, Facebook a supprimé plus de 800 pages et comptes qui diffusaient principalement des contenus politiques. Contrairement aux purges précédentes, la gauche a été autant visée que la droite à cette occasion. Une «censure politique» dénoncée par les utilisateurs concernés, justifiée par la firme de Palo Alto par le «comportement inauthentique» de ces pages, qu'elle a assimilé à du spam. Quelques jours auparavant, Google estimait de son côté que la liberté d'expression était un «principe utopique». Dans un mémo interne intitulé «Le bon censeur», l'entreprise soulève l'idée de censurer ouvertement des contenus pour créer des «espaces bien ordonnés» où règne «la sécurité et la civilité».  

A lire en intégralité sur RT en français.

13:15 Publié dans Actualité | Tags : censure, réseaux, sociaux, twitter, usa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

10/08/2018

Scandale DisinfoLab : Que faire avant la cellule ou la matraque ?

stop fichage.jpg

Que faire donc avant l'asile psychiatrique, la prison, l'amende, le coup de matraque antifa si vous avez été fiché, catalogué, dénoncé, donné comme aux heures les plus sombres de l'histoire.

Tout d'abord vous détendre car les réseaux sociaux, l'UE, l'OTAN, font leur job et c'est à vous de savoir dans quel camp se tenir, celui de la résistance (avec ses risques) ou celui de la complicité (en sachant que rien n'est éternel et qu'il y a toujours une libération).

En attendant vous pouvez toujours revoir l'excellent film le Corbeau de Clouzot.

Et savoir comment le Village vous a classé ici.

 

14:58 Publié dans Actualité | Tags : fichage, politique, ong, twitter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/08/2018

Censure : Twitter pas responsable, c'est la dactylo !

twi.gif

Faire passer une censure militante pour une revendication du personnel, on pouvait s'attendre à tout mais pas à un tel manque de courage. C'est pourtant ce que la communication Twitter tente de vendre alors que la colère populaire s'étend après le scandale du bannissement d'Alex Jones des réseaux sociaux.

Un tel déni de réalité, un tel manque de courage pourrait bien coûter très cher à Twitter et entrainer une fuite massive et compréhensible des utilisateurs du genre de celle connue ces derniers mois par Facebook. 

 

A lire :

Twitter Plans ‘Hate Speech’ Crackdown After Backlash From Upset Employees

par Peter Hasson | Reporter sur The Daily Caller

  • Twitter CEO Jack Dorsey on Wednesday signaled a coming change to his company’s speech policies, following pressure from his own employees
  • Some Twitter employees are unhappy that Twitter has yet to join Facebook, Spotify, Apple and YouTube in banning right-wing conspiracy theorist Alex Jones
  • Twitter is planning to accelerate a crackdown on “hate speech” and is looking to evaluate whether to punish users for “off-platform behavior,” according to a company-wide email sent on Wednesday

Twitter is planning to accelerate changes to the company’s speech policies after a backlash from its own employees who want the company to ban right-wing conspiracy theorist Alex Jones.

Twitter CEO Jack Dorsey, responding to a critical tweet from a Twitter engineer, said Wednesday he is “not happy” with Twitter’s current policies, which he said need to “evolve"

Lire en intégralité

17:28 Publié dans Actualité | Tags : twitter, censure, alexjones, désinformation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |