Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2017

La Corée du Nord ou l'Ukraine des Chinois

 

corée,chine,russie,guerre,ukraine

Pyongyang en 1953, rasée à 75% par la démocratie marchande américaine se disant exemplaire. Même les Japonais n'avaient pas été aussi loin dans l'horreur. Il y aura récidive dans les années 90 avec une famine provoquée par l'administration Clinton et que les médias occidentaux en 2017 oseront attribuer au pouvoir Coréen, le téléspectateur a la mémoire si courte...

Avant de vous laisser lire l'article de Felicity Arbuthnot, journaliste freelance ayant fait, il y a quelques années, un remarquable travail de fond (pour Paying the Price — Killing the Children of Iraq film de John Pilger) sur la mort de centaines de milliers d'enfants Irakiens suite aux sanctions déjà non fondées de l'ONU, il est bon de prendre un peu de recul sur l'actualité de la Corée.

La désinformation moraliste, audacieuse, intensive et permanente des médias mainstream sous contrôle bancaire et/ou étatique ne doit pas nous faire perdre la mémoire, nous faire oublier les nombreux crimes américains contre la Corée dont l'occupation militaire n'a jamais cessée depuis la seconde guerre mondiale.


Paying the Price — Killing the Children of Iraq. Le retour des sanctions pour le simple fait de vouloir se protéger avec les mêmes droits que les Occidentaux pourrait aboutir pour la Corée du Nord, à la même tragédie.

Il ne faut ainsi pas oublier que ce sont les États-Unis qui coupent le pays en deux en 1948 en proclamant une République dans le Sud refusant que le Nord, libéré par les communistes donc sa propre population, ne prenne le pouvoir.

Que reproche t-on soudain à la Corée du Nord ? Des essais nucléaires et balistiques qui témoignent en passant de son retard technique alors que les pays occidentaux en ont réalisé des dizaines de milliers. Voilà qui est bien léger car on attend toujours que la Corée du Nord démontre une réelle menace en envahissant un autre pays, une réalité qui n'est par contre en rien virtuelle avec Washington. Avec 800 bases peace and love dans le monde et des pays détruits de l'Irak à l'Afghanistan en passant par la Libye, les interventions destructrices, gratuites et massives pour les civils ces "riens" "collatéraux" des boys sont permanentes quand elles ne sont pas le fait des alliés (Yémen, Syrie).

Outre l'objectif de l'alimentation d'un complexe militaro-industriel seul fonctionnel dans la superpuissance ruinée financièrement, la Corée du Nord n'est pas une cible seulement séduisante pour ses ressources comme le Venezuela déjà à l'horizon. Sa position géographique en fait une autre Ukraine, un territoire permettant l'encerclement de la Chine et stratégiquement une position permettant des frappes ne pouvant être interceptées.

Une donnée physique et réelle curieusement absente de tout commentaire de la communauté internationale, celle du mensonge et de notre petit écran.

 

corée,chine,russie,guerre,ukraine

Vacances en Corée du Nord. Le pays, s'il n'est bien sur pas le paradis, compte le plus grand nombre de parcs de loisir par habitant de la planète. Loyers très bas, pas de chômage, frais médicaux et scolarité à la charge de l'état, un peu la France des années 50. On est loin de celle de 2017 avec les centaines de SDF qui meurent dans la rue ou des plus de 100 millions de chômeurs Américains mais ça n'empêche pas de donner des leçons à la planète de toute évidence.

A lire:

La Corée du Nord, un agresseur? Rappel à la réalité

 

 

 

 

12:11 Publié dans Actualité | Tags : corée, chine, russie, guerre, ukraine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/09/2015

Votre avenir comme deux et deux...

 

m_167711138_0.jpg

Je pouvais, quand le simoun et l’ouragan passaient sur ma tête, livrer à leur souffle des graines qui allaient porter loin de moi la mort ou la vie, selon que j’avais condamné ou béni la contrée vers laquelle je tournais mon visage courroucé ou souriant (Joseph Balsamo, Dumas). Tel est l'homme-dieu occidental bien loin du démocrate humaniste vendu par la propagande.

C'est une bien curieuse rentrée à laquelle nous assistons et on ne saurait dire à quel point Internet permet, en 2015, d'affuter notre regard et de confirmer ce que le réel nous démontre chaque jour.

L'effondrement économique occidental de plus en plus certain atteint désormais la Chine qui ne trouve plus de clients dans une Amérique du Nord en récession et croulant sous le chômages (20% aux États-Unis), une Union Européenne dans le même état (La Suisse est aussi entrée en récession cet été) avec une Allemagne qui malgré le juteux pillage de la Grèce lui ayant déjà rapporté 100 milliards d'euros voit ses exportations s'effondrer.

Ce qui s'affiche de plus en plus est aussi la marche à la guerre de Washington contre la Russie avec sur le sol syrien des Mig 31 aux équipages russes face aux chasseurs américains. Malgré le silence des grands médias français, il est vain de cacher les ravitaillements de l’État Islamique par les États-Unis (constatés et photographiés par l'Irak), difficile de nier les déclarations de politiciens américains affirmant que l'EI ne tombera pas tant que le régime syrien de Assad sera en place (quel aveu) ou les attaques turques contre les Kurdes ayant repoussé l'EI ce que les occidentaux curieusement n'arrivent pas à faire avec des moyens infiniment plus perfectionnés.

Faut-il s'attarder sur les mésaventures récentes de la sanglante dictature de Kiev bousculée dans la rue par des éléments encore plus extrémistes en raison de son incapacité, malgré la violation constante des accords de Minsk, à réduire le Donetsk indépendant ou surtout à entrainer la Russie dans un conflit conventionnel tant espéré par Washington?

Oui, cette rentrée nous promet une action qui fera demain les délices de Hollywood. Encore que demain soit déjà exagéré tant les manipulations émotionnelles se multiplient à coups de trains, de camions pour maintenir le citoyen dans un état de réaction impropre à l'analyse. En Autriche, c'est déjà comme en 40!

Hélas pour nous, le triste remake d'au théâtre ce soir est fait pour durer (islamisme puis allusion au nazisme, c'est une synthèse, ils se donnent du mal). Car le résultat de la loi sur le renseignement votée à grand renfort de clins d’œil à la seconde guerre mondiale a fait chou blanc contre les électrons libres du terrorisme qu'elle était censée détecter.

Son vrai visage n'est donc au final (les observateurs annonçaient la chose en voyant des texte semblables de la Belgique à la Grande Bretagne passer dans les parlements) qu'un fichage policier de la population, des formes de dissidences à la demande de l'OTAN et dans une optique purement défensive et politicienne des intérêts de ses élites.

Outre ces violences purement financières, liberticides et militaire, le sujet de la rentrée en attendant les très prochaines élections américaines est celui des migrants.

123.jpg

« Si un État connaît une expansion stratégique trop rapide, disons, par la conquête de vastes territoires ou par la conduite de guerres coûteuses, —il court le risque que les avantages potentiels de son expansion extérieure soient neutralisés par les dépenses accrues qu’elle exige. » Paul Kennedy, Naissance et déclin des grandes puissances, ("The Rise and Fall of the Great Powers") Reste à savoir qui va en payer les frais, les classes populaires ou les gouvernants. Ce qui est certain, c'est que les donneurs d'ordres, eux de l'autre coté de l'Atlantique, nous font payer leurs méfaits.

Ces migrants sont des centaines de milliers de civils chassés de leurs terres, de leurs villages par les bombardements occidentaux ou les mercenaires payés par les monarchies pétrolières alliées de qui au fait? Pas de Moscou, Pékin ou Téhéran en tout cas. Ces migrants sont le résultat direct des agressions des armes occidentales.

Entre janvier et juillet, ils ont été 350 000 migrants africains à gagner l’Union Européenne (UE) malgré la mort de plusieurs milliers mer. Le chômeur libyen qui avait le niveau de vie d'un cadre français sous Kadhafi n'a pas risqué sa peau dans une traversée risquée afin de profiter des joie d'un squat dans le 9-3 ou en Picardie.

Alors qu'on fait peser sous nous une fausse menace et la toute aussi fausse défense d'une bannière étoilée (absente en Indochine et qui armait le FLN) qui imposera la protection dans l'union (au nom d'une mythique civilisation judéo-chrétienne n'ayant jamais existé) de son pan économique donc civilisationnel, le TAFTA, voyons les résultats de la politique américaine au quotidien pour le français.

La perte de marchés et le chômage avec l'affaire Mistral, la ruine et peut être la disparition d'agriculteurs (il faut voir le taux de suicide de la profession) par la perte du marché russe. Et la déferlantes des migrants par la destruction de la Syrie, de l'Irak, de la Libye. Cette année, ils sont déjà 800 000 à souhaiter s'installer en Allemagne. Les frontières n'existant plus...

 

rentrée,migrants,ukraine,chine

Au bilan de l'OTAN et de sa filiale l'Europe on pourra créditer d'avoir créé le plus grand exode de population sur notre continent depuis la seconde guerre mondiale sans avoir eu besoin de nazis ce qui n'est pas un mince exploit.

 

Sur le plan économique et social, elle entraine :

- une baisse des salaires en mettant sur le marché une main d’œuvre souvent peu qualifiée et/ou pénalisée par la barrière de langue. Une population qui entre en concurrence directe avec les classes populaires et l'immigration intra-européenne légale. Sa conséquence sera inévitablement une baisse des salaires, une rivalité permanente à l'embauche, une précarité croissante et l'augmentation de l'emploi en CDD et du travail clandestin. Il est aussi logique de prévoir un frein à l'évolution voir une régression du montant des prestations et protections sociales pour les français.

- Ces migrations massives vont aussi créer des troubles à la sécurité et justifier un renforcement de la dérive policière des États. Le serpent de mer des médias, le danger raciste sera ressorti des placards et pourra justifier plus de censure, plus de tabous et de persécutions d'opposants politique selon la vieille technique soviétique de l'assimilation au nazisme de toute critique des migrations. On peut compter sur les lobbies à gauche antiracistes et à droite se réclamant de la laïcité, dans les deux cas relais d'un même pouvoir au service d'une même idéologie républicaine, pour mettre de l'huile sur le feu des tensions ethnico-religieuses qui ne manqueront pas d’apparaitre.

- La majorité des pays d'Europe de l'Ouest étant en récession, les migrants seront une bénédiction pour la consommation financée par l'impôt qui profitera largement aux grands groupes agro-alimentaires, ceux qui ne créent presque pas d'emplois et paient peu d'impôts, du moins pas en France.

- Régler le problème (et on peut compter sur la demande à ce sujet) aura, pour solution facile à défendre, la lutte sur le terrain contre l'islamisme. Cette lutte en Afrique ou au Moyen-Orient sera une façade efficace à une pure recolonisation et à la destruction de tout éveil national ou panafricain.

 

rentrée,migrants,ukraine,chine

Au nom d'une guerre inventée, contre un ennemi fictif qu'il faudrait appeler sous-traitant, l'intérêt supérieur de la nation, l'urgence autoriseront toutes les dérives contre l'opposition démocratique et bien évidement la censure des sites car on connaît la dangerosité des polices TrueType et des blessures liées à la vérité.

 Pour résumer la situation, la France se trouve plongée sans raison et contre ses intérêts, par un simple suivisme traduisant son absence de souveraineté et la corruption (tout aussi idéologique que financière) évidente de ses leaders, dans un choc des civilisations en carton pâte, totalement créé par l'Occident sous domination américaine et construisant une menace islamiste virtuelle dans des labos de communication et à l'intention téléspectateur-consommateur-contribuable (pour le citoyen, on a plus besoin de lui, s'il est sage il pourra jouer le Charlie).

Il suffit de constater, de comparer le nombres des victimes d'attentats "terroristes islamistes" et des accidents de la route ou de la criminalité mafieuse pour le comprendre.

Malheureusement, il y a des politiques qui font des blessés et des morts réels. Être figurant, conscient ou pas, ça n'a jamais arrêté les balles.

Nous subissons, et les enfants scolarisés à la rentrée 2015 en seront eux aussi les victimes, dès le plus jeune âge, un terrible matraquage pour nous convaincre d'une réalité inexistante, cachant des conquêtes coloniales, de matières premières et la lutte éternelle contre les ennemis traditionnels de Washington.

Contre cette marche à la guerre extérieure, contre la construction d'une guerre civile contre notre voisin en raison de sa religion, il importera de s'informer toujours plus mais parallèlement d'informer ses proches et de toujours de considérer l'émotion, la pleurniche mémorielle, pour ce qu'elles sont, un piège contre la raison.

Un piège qui fera assurément toujours plus de victimes si le citoyen ne s'éveille pas.

 

16:48 Publié dans Actualité | Tags : rentrée, migrants, ukraine, chine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

17/04/2015

Le fascisme était-il de droite?

a1.jpg

L'extrême gauche en action, cette nouvelle violence urbaine autorisée car au service du pouvoir financier et de ces dogmes para-religieux.

Décidément l'Europe n'a jamais été aussi uniforme sous son maître américain car du protectorat français à la nouvelle colonie ukrainienne la stratégie de contrôle de la population est la même. Ici et là on agite un épouvantail chargé de faire terre l'opposition et de cacher le désastre économique. En Ukraine, la Russie est le bouc émissaire, en France ce sont les indissociables grabataires antisémitisme et fascisme alors que dans les deux cas on serait bien en peine de trouver dans la moindre rue du pays des hordes de l'ex-armée rouge ou des milices néo-fascistes.

Déjà, en 68, la jeunesse bourgeoise nous avait fait le coup des CRS baptisés SS alors qu'elle ne serait pas restée 5mn dans la rue face à ces troupes de choc. Quand à l'antisémitisme il y a de quoi sourire et on se demande bien quelle considération on porte à l'intellect d'une minorité religieuse de quelques 600 000 personnes (la première communauté juive d'Europe étant en France) car resterait elle si elle subissait la moindre persécution après avoir connu les douleurs de la seconde guerre mondiale? Soyons sérieux.


Une nouvelle loi ukrainienne transforme les collabos de l'Allemagne nazie en combattants de la liberté. Réaction de l'Union Européenne? Aucune.

Par contre tout porte à croire à l'émergence d'un nouveau fascisme qui, comme hier, vient de la gauche (n'oublions pas que Mussolini a été le directeur du journal du parti socialiste italien. Et de quel bord venaient Doriot, Déat, Laval?). Car qui saccage hier le centre de ville de Renne? Qui attaque les librairies parisiennes? Qui tente de museler le Net et de fliquer ses utilisateurs au point que des hébergeurs et acteurs du Web annoncent leur exil? Qui s'en prend aux pays arabes laïques,  la Syrie, la Libye... ce ne sont pas les leaders de l'extrême droite traditionnels mais bien de prétendues forces de progrès dont le changement semble être au service d'un ordre nouveau qui affiche son intolérance en France mais approuve aussi les milices néo-nazies en Ukraine pays où les opposants disparaissent et les civils sont bombardés.

Aujourd'hui, il ne faut avoir ni la mémoire courte ni être aveugle car voilà que ça recommence.

Stepan-Bandera_Kiev-janvier2015.jpg

Kiev, Stepan Bandera sur les drapeaux; le collaborateur local de l'Allemagne nazie retrouve la faveur d'un nouveau régime sanglant et pourtant soutenu par l'Occident au nom des valeurs.

 

Kiev réhabilite les collaborationnistes ukrainiens et interdit le communisme

Le 9 avril, le régime pro-occidental de Kiev a adopté des lois pour réhabiliter les collaborationnistes ukrainiens qui ont participé aux génocide ethnique nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale, et pour interdire tout symbole communiste en Ukraine, une ancienne république soviétique.

La loi, intitulée « Sur le statut et la mémoire des combattants pour l’indépendance ukrainienne au 20e siècle », légitime officiellement des dizaines des groupes nationalistes, dont l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) pro-nazis. Les autorités nationales et locales doivent à présent fournir une aide sociale aux membres de ces organisations et à leurs familles.

La loi interdit aussi toute critique publique de ces organisations: « La dénonciation publique du rôle de l’OUN-UPA pour rétablir l’indépendance de l’Ukraine est illégale ».

De même, le régime de Kiev a approuvé une loi qui déplace la fête des « Défenseurs de l’Ukraine » du 23 février au 14 octobre. Le 23 février était à l’origine une fête soviétique marquant la fondation de l’Armée rouge après la Révolution d’octobre – quand elle s’opposait à une intervention militaire des puissances impérialistes pour rétablir le capitalisme dans ce qui allait devenir l’URSS. La nouvelle fête, par contre, marque la date présumée de la fondation de l’UPA.

Une dernière loi interdit tout symbole communiste en Ukraine, conformément à l’appel du ministre de la Justice Pavel Petrenko d’achever la « décommunisation » de l’Ukraine avant le 70e anniversaire de la victoire de l’URSS contre l’Allemagne nazie à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le 9 mai. En annonçant les mesures à la télévision nationale la semaine passée, Petrenko a dit qu’interdire les symboles communistes « était quelque chose que nous aurions dû faire il y a vingt ans ».

La loi anti-communiste, adoptée par 274 voix contre 0, dénonce les régimes communiste et nazi comme « criminels devant la loi », interdisant toute propagande en leur faveur et tout port ostentatoire de leurs symboles. La loi criminalise ainsi des millions de noms d’avenue, de statues, de décorations militaires rattachés à la Deuxième Guerre mondiale qui font référence aux hommes politiques, aux victoires militaires, ou aux événements culturels soviétiques.

Lire la suite sur Mondialisation.ca

20:57 Publié dans Actualité | Tags : ukraine, fascisme, dictature | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

11/04/2015

Les abonnés absents

XCZ8D3yOj6M1Z5Fsy2PsnNUuV6g.jpg

Si les grand médias font de la surenchère en matière de russophobie en oubliant le fait que ce pays s'est débarrassé du totalitarisme soviétique et que la liberté de conscience est depuis longtemps rétablie, on constate une impasse totale sur l'horreur existant en Ukraine depuis le coup d'état mené par les occidentaux en liaison avec la mafia local et des organisations néo-nazies. Le site Nachgerichtet.is  réalise une nécessaire mise au point en évoquant la question des quelques 2000 personnes incarcérées pour déviance idéologique avérée ou supposée par le nouveau régime encensé par l'Union Européenne. 

Les arrestation arbitraires sont hélas monnaie courante et la torture comme hier au Guatemala fait son apparition mais, dans toute dictature militaire, on pouvait s'y attendre. Le plus inquiétant dans ce phénomène est que comme la France qui connaît une grave dérive et réduction des libertés, l'Ukraine utilise les réseaux sociaux pour chasser ses opposants. Et de nombreuses personnes de pointer une éventuelle collaboration entre le gouvernement Ukrainien et le géant Facebook.

internet,ukraine,torture,facebook

Brennan pressenti dès 2008 pour être directeur de la CIA, sa nomination fut avortée en raison de ses propos validant l'usage de la torture sous l'administration Bush.

Les milliers de disparus semblent bien victimes du SBU (Служба безпеки України), le service renseignement local ces années, le service en coopération étroite avec l'Occident, notamment la CIA sous la supervision de John Brennan. Suite à un poste de management dans le bureau des analyses du Proche Orient et de l'Asie du Sud, Brennan (qui parle arabe) a été  assistant exécutif du directeur adjoint de la CIA George Tenet de 1995 à 1996, puis de 1996 à 1999l est chef de station à Riyad (Arabie saoudite) lors de l'attentat des tours de Khobar de 1996. C'est LE spécialiste des assassinats ciblés ce qui n'est pas un détail en raison d'un évènement récent en Russie pour tenter de déstabiliser Poutine.

Actuellement tout puissant grâce à ce renfort, le SBU peut interpeller qui il veut pour un simple like mais aussi les bloggers ou possession d'un journal. Une personne qui critique le gouvernement est un terroriste. Un voleur armé et meurtrier n’est qu’un pécheur. Les bataillons qui massacrent et violent sont des héros de la patrie précise un Vladimir Rogo au quotidien russe Rossijskaya Gazeta

internet,ukraine,torture,facebook

Valentyn Nalyvaichenko, le chef de la police politique de la junte, le SBU, est un bon citoyen des États-Unis…

Ainsi la terrible histoire du tribunal de Charkiw qui condamne un retraité à 3 ans de prison pour possession d'un tract intitulé la Russie de l’Est. Ce retraité a été tout simplement dénoncé en ligne sur le site du SBU par un voisin. On se croirait en France avec ce genre de délation encouragée. Comme hier pendant l'occupation nazie, les médias collaborent ouvertement avec le pouvoir avec des articles ou des émissions avec aux titres évocateurs Comment puis-je reconnaître un séparatiste ?

C'est donc la fête pour la répression et le chef de l'UDF Nalivaichenko n'a pas hésité à se plaindre de la non désactivation les réseaux sociaux russes Vkontakte et Odnoklassniki. En attendant, Facebook semble à la hauteur et je le cite coopérer volontiers avec les services secrets ukrainiens et faciliter leur travail.

16:17 Publié dans Actualité | Tags : internet, ukraine, torture, facebook | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |