Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2018

Jean-Pierre Petit, modèle Janus et armes russes de nouvelle génération

mhd.jpg

Jean-Pierre Petit, aujourd'hui retraité est un chercheur en mécanique des fluides, physique des plasmas, magnétohydrodynamique et en physique théorique. Ancien directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique puis astrophysicien à l'observatoire de Marseille, il demeure une référence en magnétohydrodynamique (MHD), une magnétohydrodynamique écartées des budgets de recherche français dans les années 70...

En cosmologie, il s'est attaché à la question de la théorie de la bi-gravité.

Sensible à la question de l'ufologie abordée sous l'angle scientifique, il est aussi connu du grand public par un important travail de vulgarisation en particulier à travers la BD.

L'esprit ouvert mais avec rigueur, il a aussi souligné les incohérences multiples des thèses officielles concernant les évènements du 11 septembre 2001. Sa compétence pour évoquer les nouveaux armements, les formes modernes de propulsion est incontestable.


29/04/2018. Analyse, d'une heure, plus fouillée et mieux documentée, des armes présentées par Poutine le 1° mars 2018. Le recours à la MHD pour assurer des évolutions hypersoniques est incontournable. Le Drone sous-marin et le planeur hypersonique sont 100 % MHD. Le poignard, qui vole à Mach 10, avec une durée de vie de 10 minutes, a une source d'énergie primaire chimique, mais un système MHD propre à assurer son vol hypersonique en air dense . Le missile de croisière reprend un projet de stato-réacteur nucléaire américain SLAM de 1955-1961. Poutine met K.O. le système ABM américain..

Pour plus de contenus soutenez JP PETIT ! https://www.paypal.me/JeanPierrePETIT


Diffusé en direct le 7 juin 2018 par Thinkerview.

Vous pouvez soutenir Thinkerview à cette adresse : https://tipeee.com/thinkerview

 

13:42 Publié dans Actualité | Tags : petit, mhd, armes, russie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

26/04/2018

Les carottes sont cuites

 irruption,raid,maria zakharova,seattle,États-unis,russie

 Une agitation américaine et même occidentale incontrôlée (initiatives britanniques sans aval de Washington) très révélatrice. Ça sent le sapin pour l'Occident et non pas parce que la Russie ou la Chine montent en puissance ou constituent une menace car ce n'est ni le cas militairement, ni techniquement mais bien parce qu'un modèle économique est déjà sur un point de non retour et va s'effondrer sans aucun espoir d'un après.

Dans ce cadre, le camp qui espère en une guerre, la solution d'autrefois, est d'autant plus dangereux qu'aucune alternative concurrente, résultant de la raison n'existe. La résurrection de l'Amérique industrielle, le projet Trump est une illusion, le cautère sur la jambe de bois et ne sera même pas un répit.

Les carottes du capitalisme sont cuites.

A lire :

Moscou qualifie l'irruption US dans le consulat russe à Seattle de «raid d'État»

Tandis que des représentants des autorités américaines ont fait irruption ce mercredi dans le consulat russe fermé de Seattle, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a considéré cette effraction comme un «raid» au niveau étatique.

L'effraction des autorités américaines dans le bâtiment du Consulat général de Russie fermé à Seattle est plus qu'un acte inamical, a jugé Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Plus tôt dans la journée, des représentants du gouvernement américain ont cassé les serrures de l'entrée principale du Consulat général de Russie à Seattle ont pénétré dans la résidence, propriété russe, que les diplomates avaient fermé et quitté la veille à la demande des États-Unis.

Lire la suite sur Sputnik news

 

11:51 Publié dans Actualité | Tags : irruption, raid, maria zakharova, seattle, États-unis, russie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

16/04/2018

Désinformation des masses : Occident 1 - Russie 0

rome.jpg

 On comprend la tremblotte des Manu.

La démonstration, par l'exemple, étant la plus belle chose du monde et permettant au non spécialiste de saisir la vérité la plus complexe, il était impossible de faire l'impasse sur ce que le monde vient de vivre au sujet, de la Russie, de la Syrie, des attaques chimiques et des sanctions qui ont suivi.

Pour bien comprendre les évènements et leur fin calamiteuse pour l'Occident, il importe de faire un peu de chronologie et de bien comprendre le fil des étapes et leur sens.

Nous avons constaté et du subir ces dernières années, une hostilité croissante du pouvoir politique, des médias envers le Net, l'information indépendante de la publicité ou de mécènes liés à la banque, au complexe militaro-industriel.

Les échecs électoraux, la perte de clientèle expliquent en partie cette critique entrainant au début des mises en garde, puis la diffamation à travers des classements subjectifs et dépréciateurs des sites libres, enfin, les poursuites, les pages fermées à répétition puis sans motif et définitivement par milliers sur les réseaux sociaux, le refus de banques d'ouvrir des comptes ou leur fermeture non motivée, enfin les fermetures administratives sans justification de sites, de blogs et/ou les poursuites judiciaires.

Voilà où en est l'Occident entre censure (de plus en plus déléguée au privé) et représailles.


Le debriefing de l’état-major général russe sur les frappes occidentales en Syrie du 14/04 avec chef de la principale direction opérationnelle de l'état-major général russe, le général Sergei Rudskoy. Pas question ici de virtuel ou d'attaque imaginée à partir de rumeurs opportunes des réseaux sociaux anti-syriens alimentés par l'opposition microscopique vivant à Londres ou New York. Les faits sont détaillés, tout comme les performances des missiles intelligents américains face au matériel russe d'assez anciennes générations détenu par la Syrie. Le flop d'une attaque gratuite n'en éclate que plus et ajoute du piment.

Le fait est qu'un Occident capitaliste en faillite ne peut tenir longtemps sans une guerre car son espérance réside en la croyance vaine et naïve que cela suffira à relancer la machine comme avec les deux guerres précédentes et surtout que cela effacera l'ardoise des malversations bancaires.

Cette option sans doute valable autrefois n'est plus viable en raison de la globalisation, de l'extension du modèle capitaliste à la planète. Il n'empêche que ce constat n'est pas compréhensible de l'ensemble des acteurs du Système et qu'il se greffe, aussi, des motivations relevant de l'idéologie la plus archaïque à ce souhait de guerre.

Le contrôle de l'information classique (agence, presse, radio, télévision) au niveau national ou mondial n'a rien de compliqué en 2018. Il nécessite juste de l'argent et quelques personnes aux postes clés (la maitrise publicitaire révèle ici sa vraie fonction).

L'objectif facile à atteindre ne peut répondre qu'à un seul besoin et ce depuis toujours, la propagande de guerre.

On pourra objecter que cela rapporte aussi des milliards en bourse et que l'affaire Skripal initiée par Londres et pas Washington renforce cette thèse. Les faits à venir vont démontrer que si la guerre réelle n'est pas à l'ordre du jour le coup financier n'est qu'un à coté d'un objectif stratégique d'une toute autre ampleur.

Signalons toutefois en passant que le hoax de l'affaire Skripal a été démonté par un laboratoire de recherche spécialisé suisse, établissement public (donc ne pouvant être accusé de corruption par les Russes ou les Syriens). Ce laboratoire Spiez (institut spécialisé en matière de menaces atomiques, biologiques et chimiques), a fait parvenir à l'OIAC les résultats de son analyse à partir d'échantillons prélevés à Salisbury, résultat : "La substance BZ a été découverte dans tous les échantillons. Le BZ est un agent neurotoxique [...], cette substance était en service en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et dans d'autres pays de l'Otan. Elle n'a jamais été utilisée en URSS et en Russie".

Dès cette minute la fake news s'effondre mais ce n'est pas terminé car les Suisse sont aussi trouvé dans sa forme originale et en concentration importante l'agent neurotoxique A-234 un agent volatil mortel (le fameux Novichok) en forte concentration. Autre anomalie car l'agent très volatil collecté 15 jours après l'attaque n'aurait pu être retrouvé. Bref, on se moque des citoyens et on comprend le refus d'enquête ouvertes et la possibilité d'accéder aux "preuves". Toutefois, on sanctionne la Russie qui met, il est vrai, de la mauvaise volonté à endosser le crime des autres, il  est vrai qu'elle n'avait aucun mobile, circonstance aggravante !


Si Hollywood aime à faire marcher les morts, l'information autrement plus sérieuse russe aime à montrer que les morts sont parfois bien vivants. Les dirigeants occidentaux n'en continueront pas moins à mentir à leurs électeurs mais auprès des personnes informées, ils passent pour des crétins, consolation minime mais avec le cumul...

Le comble de la désinformation viendra avec la Syrie, ce pays qui achève victorieusement sa lutte contre le terrorisme de Daesh et pourrait enfin songer à la reconstruction après avoir réglé le problème autant mafieux que terroriste  de pseudo "Kurdes" au Nord.

Cette fois, l'Occident se lâche car il n'est même pas question d'enquête pour déterminer les coupables (on comprendra pourquoi ensuite), les frappes auront lieu "une ligne rouge est franchie". Peut importe si avant cette attaque de la Syrie le hoax a été dévoilé, prouvant l'inexistence d'une attaque. Les prétendues victimes, en parfaite santé, vont en témoigner devant la caméra racontant comment des individus masqués sont entrés dans l'hôpital, ont aspergé les personnes présentes et les filmant paniquées en train de se laver leur ont intimé l'ordre de se dire victimes d'une attaque chimique. Heureusement, il n'en était rien.

Alors pourquoi cette attaque bidon surmédiatisée ? Le 16 avril la réponse nous est lâché au détour d'une interview de 2h40 du Président Macron :"Par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet, les Russes des Turcs [...] les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l'opération que nous avons conduite."

Voilà donc la clé de l'énigme, voilà pourquoi il faut une vérité unique occidentale et pourquoi tout site critique et libre est en 2018 un site pouvant sans risque être qualifié de distributeur de fake news, de complotiste et traité de tous les xxxphobes possibles. Il faut empêcher si cela est encore possible, le basculement de la Turquie dont on a pas pu renverser le régime vers une alliance avec la Russie, l'Iran, la Chine, c'est à dire vers un monde qui est sa sphère économique, ethnique et culturelle naturelle.

Le monopole de l'information est le monopole de la vérité, du bien, du juste. Orwell, Marx, Debord et d'autres ont tout dit sur cette tromperie de la démocratie marchande.

Ces simples évènements cumulés démasquent la nature d'un régime, ils établissent la réalité de la déontologie des fameux grands médias et leur réelle fonction. Inverser systématiquement le vrai officiel, s'informer uniquement par ses proches et auprès de sources pluralistes en dehors de pays manipulés soumis jusqu'à la guerre imbécile doit devenir une règle de vie et le Net est à ce titre indispensable.

Défendre l'information libre, c'est défendre la paix.

 

 

15:16 Publié dans Actualité | Tags : fakenews, propagande, désinformation, manipulation, russie, france, syrie, turquie, attaque, chimique, hoax | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

05/09/2017

La Corée du Nord ou l'Ukraine des Chinois

 

corée,chine,russie,guerre,ukraine

Pyongyang en 1953, rasée à 75% par la démocratie marchande américaine se disant exemplaire. Même les Japonais n'avaient pas été aussi loin dans l'horreur. Il y aura récidive dans les années 90 avec une famine provoquée par l'administration Clinton et que les médias occidentaux en 2017 oseront attribuer au pouvoir Coréen, le téléspectateur a la mémoire si courte...

Avant de vous laisser lire l'article de Felicity Arbuthnot, journaliste freelance ayant fait, il y a quelques années, un remarquable travail de fond (pour Paying the Price — Killing the Children of Iraq film de John Pilger) sur la mort de centaines de milliers d'enfants Irakiens suite aux sanctions déjà non fondées de l'ONU, il est bon de prendre un peu de recul sur l'actualité de la Corée.

La désinformation moraliste, audacieuse, intensive et permanente des médias mainstream sous contrôle bancaire et/ou étatique ne doit pas nous faire perdre la mémoire, nous faire oublier les nombreux crimes américains contre la Corée dont l'occupation militaire n'a jamais cessée depuis la seconde guerre mondiale.


Paying the Price — Killing the Children of Iraq. Le retour des sanctions pour le simple fait de vouloir se protéger avec les mêmes droits que les Occidentaux pourrait aboutir pour la Corée du Nord, à la même tragédie.

Il ne faut ainsi pas oublier que ce sont les États-Unis qui coupent le pays en deux en 1948 en proclamant une République dans le Sud refusant que le Nord, libéré par les communistes donc sa propre population, ne prenne le pouvoir.

Que reproche t-on soudain à la Corée du Nord ? Des essais nucléaires et balistiques qui témoignent en passant de son retard technique alors que les pays occidentaux en ont réalisé des dizaines de milliers. Voilà qui est bien léger car on attend toujours que la Corée du Nord démontre une réelle menace en envahissant un autre pays, une réalité qui n'est par contre en rien virtuelle avec Washington. Avec 800 bases peace and love dans le monde et des pays détruits de l'Irak à l'Afghanistan en passant par la Libye, les interventions destructrices, gratuites et massives pour les civils ces "riens" "collatéraux" des boys sont permanentes quand elles ne sont pas le fait des alliés (Yémen, Syrie).

Outre l'objectif de l'alimentation d'un complexe militaro-industriel seul fonctionnel dans la superpuissance ruinée financièrement, la Corée du Nord n'est pas une cible seulement séduisante pour ses ressources comme le Venezuela déjà à l'horizon. Sa position géographique en fait une autre Ukraine, un territoire permettant l'encerclement de la Chine et stratégiquement une position permettant des frappes ne pouvant être interceptées.

Une donnée physique et réelle curieusement absente de tout commentaire de la communauté internationale, celle du mensonge et de notre petit écran.

 

corée,chine,russie,guerre,ukraine

Vacances en Corée du Nord. Le pays, s'il n'est bien sur pas le paradis, compte le plus grand nombre de parcs de loisir par habitant de la planète. Loyers très bas, pas de chômage, frais médicaux et scolarité à la charge de l'état, un peu la France des années 50. On est loin de celle de 2017 avec les centaines de SDF qui meurent dans la rue ou des plus de 100 millions de chômeurs Américains mais ça n'empêche pas de donner des leçons à la planète de toute évidence.

A lire:

La Corée du Nord, un agresseur? Rappel à la réalité

 

 

 

 

12:11 Publié dans Actualité | Tags : corée, chine, russie, guerre, ukraine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |