Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2017

Contre la dictature des lobbies du genre

non à la théorie du genre.jpg

Version condensée et limitée à la question du genre publiée aux éditions Mordicus. On peut aussi se procurer un essai plus large, Les démons du bien (Pierre-Guillaume de Roux, 2013), Les démons du bien ? C'est d'abord le nouvel ordre moral qui, sous prétexte de créer une "société plus juste", a entrepris de normer les conduites des citoyens, désormais soumis à l'hygiénisme dispensé par un Etat "maternel" qui cherche à mettre en place une société de surveillance totale. C'est aussi la "bêtification contemporaine" qui rabat le politique sur la sphère privée, promeut l'inculture patronnée par la raison marchande, et aboutit à instaurer le degré zéro de la vie sociale. C'est enfin l'idéologie du genre qui, fondée sur un fantasme d'auto-engendrement, prétend que la différence des sexes n'est qu'une illusion. Que devient alors la "différence des différences" (Michel Schneider), cette dualité des sexes sans laquelle il ne saurait y avoir de construction de soi ? Elle s'efface dans un vaste mouvement de mélangisme généralisé abolissant d'un même mouvement le masculin et le féminin. L'idéologie du genre, c'est le grand retour du cache-sexe. Le rêve d'une postmodernité post-sexuelle où, faute d'avoir créé une société sans classes, on aurait une société sans sexes. Une société où la "libération du désir" signifierait, non plus qu'il faut libérer le désir, mais qu'il faut s'en libérer. Un rêve d'indistinction, un rêve de mort.  

Les réformes "sociétales" mises en œuvre par le gouvernement de François Hollande, à commencer par le "mariage pour tous", font une large part à la théorie du genre. Celle-ci se retrouve ainsi propulsée au centre du débat. Mais de quoi s'agit-il exactement ?
La théorie du genre trouve son origine dans le féminisme égalitaire, qui soutient que l'égalité ne sera vraiment acquise entre les hommes et les femmes que lorsque rien ne les distinguera plus vraiment. Son credo de base est que le sexe biologique ne détermine en aucune façon l'identité sexuelle. L'identité sexuelle serait une pure " construction sociale " qui ne serait absolument pas conditionnée par l'appartenance sexuée. L'individu étant sexuellement " neutre " à la naissance, les différences de comportement que l'on observe entre les garçons et les filles, puis entre les hommes et les femmes, s'expliqueraient uniquement par l'intériorisation de " stéréotypes " qu'il conviendrait donc de " déconstruire " dès le plus jeune âge, en particulier à l'école.
Relevant du fantasme d'auto-engendrement et de la mystique de l'indistinction, la théorie du genre repose en fait sur un certain nombre d'erreurs fondamentales. Alain de Benoist en fait ici une critique de fond, solidement argumentée, qui n'a pas de mal à faire apparaître son caractère proprement délirant. Et sa nocivité.


Pour tenter de rire d'une dérive idéologique servant de camouflage sociétal à un désastre économique et social et la volonté politique de ne pas lutter contre, J'SUIS PAS CONTENT ! #96 : Manspreading, Photo pourrie & Cannibalisme en marche ! [feat. JR Lombard]. Pour apporter votre soutien sur T I P E E E : https://www.tipeee.com/j-suis-pas-con...

11:26 Publié dans Actualité, Humour geek | Tags : genre, humour, manipulation, féminisme, capitalisme, spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

27/06/2017

Découverte de l'antimatière grise

black hole r.png

Il y a des records qui gagnent à ne pas être battus. Malheureusement la France vient de s'illustrer!

C'est sans doute le brillant chercheur français Jean Pierre Petit, notre spécialiste en mécanique des fluides, de la magnétohydrodynamique et auteur de très intéressantes propositions en astrophysique qui serait heureux de voir un monde bi-polaire une nouvelle fois exprimer au quotidien sa réalité troublante.

Les soviétiques étaient en avance dans le domaine mais la France ne pouvait leur laisser le dernier mot. Plus loin que Lyssenko que l'inénarrable théorie du genre, le réchauffement climatique d'origine humaine ou la hollandesque inversion de la courbe du chômage, il y a... il y a... Non, c'est tellement au dessus des étoiles qu'il faut le lire.

PS: Il est question de Marx dans la chose qui suit mais après réflexion, j'ai sans doute été injuste, elle parle surement de Groucho et pas de l'Oncle Karl.

 

A lire :

Ma France insoumise

« Black, confident, cocky; my name, not yours; my religion, not yours ; my goals, my own; get used to me. » Ou dit autrement : j’y suis, j’y reste, je ne partirai pas ! J’y suis, j’y reste et je ne marcherai pas au pas. J’y suis, j’y reste et je ne me soumettrai pas. « Get. Used. To. Me. » Je suis la France insoumise. Je suis 17 autres, 7 millions d’autres, des millions d’autres.
 

En février dernier, quand Jean-Luc Mélenchon a présenté sa candidature à l’élection présidentielle et lancé le mouvement de « La France insoumise », j’avoue, j’avoue : j’ai tiqué. C’est mon côté gauche anti-impérialiste. Entre autres… Mais j’ai quand même signé, comme on dit. J’ai signé parce que j’ai été convaincue par la clarté de l’analyse et de la stratégie (ça c’est mon côté marxiste ;), par la perspective de se lancer, enfin, en campagne (le côté mouvementiste), et en gardant en tête les points, les questions, les contradictions qu’il faudrait débattre et dépasser pour construire ensemble. J’ai donc signé et je me suis lancée. J’ai contribué à l’élaboration du programme et participé à la première convention nationale. J’ai co-organisé un groupe d’appui local et l’élaboration des livrets thématiques. Je me suis rendue aux quatre coins du pays présenter « L’ Avenir en commun », discuter, débattre, convaincre... J’ai rencontré cette France insoumise. Elle est devenue « ma » France insoumise.

Certain•e•s, y compris parmi des ami•e•s et camarades, ne comprennent pas toujours bien pourquoi ou comment moi, une internationaliste anti-impérialiste, militante intersectionnelle afro-féministe et antiraciste, j’ai pu me retrouver candidate de la France insoumise élue à l’Assemblée nationale. D’autres, comme celles et ceux qui vomissent leurs tombereaux de haine sur les réseaux sociaux depuis ces derniers jours, en abhorrent l’idée même et refuseront toujours, de toute façon, d’en accepter la réalité. A ces dernier•e•s, comme l’avait déjà si bien dit le boxeur poète, mi abeille mi papillon, aux rageux de son temps, je n’ai qu’un seul message à adresser : « Black, confident, cocky; my name, not yours; my religion, not yours ; my goals, my own; get used to me. » Ou dit autrement : j’y suis, j’y reste, je ne partirai pas ! J’y suis, j’y reste et je ne marcherai pas au pas. J’y suis, j’y reste et je ne me soumettrai pas. « Get. Used. To. Me. »

Je suis la France insoumise.

 

Lire la suite qui mérite un vaste détour ici car d'habitude, ça ne traine pas longtemps dans les rues mais termine vite comme mètre étalon, à Sèvres!

 

21/04/2016

La République de l'échec

réalité,dogmatisme,déconstruction,socialisme,mensonge

République, laïcité, Europe, égalité, progrès, chance, richesse, haine, fascisme, genre... en  2016 le vocabulaire de l'arnaque tient en une poignée de mots.

Malgré les coups de matraques, les violences provoquées par une extrême gauche complice, la haine des médias, ces dernières années ont révélé à travers l'Occident de Wall Street à Madrid, d'Athènes à Paris, la montée d'une colère, de revendications légitimes de peuples trompés par un système marchand utilisant les politiciens pour imposer toujours plus d'exploitation, d'uniformisation, de destruction des cultures, des familles, des identités.

Le débat suivant, commenté avec simplicité et bon sens, souligne le déni de réalité, le mensonge systématique, l'aveuglement d'une classe dominante empêtrée dans le sophisme et la propagande la plus grotesque pour sauvegarder de juteux privilèges.

Si Zemmour n'est pas pertinent sur tous les sujets, on pourra apprécier cette fois son constat lucide face à un personnage ubuesque dont la logorrhée aussi maladroite qu'indécente représente bien une nomenklatura dont la disparition est heureusement inévitable en cas d'évolution démocratique.

Souhaitons alors que la nuisance rejoigne bientôt le rang des fossiles dans les musées car il y va de nos libertés, de nos droits et de notre survie économique et sociale.


Eric Zemmour face à Jean Christophe Cambadélis en débat sur BFM pour évoquer l'actualité concernant les questions migratoires et le communautarisme. Décryptage pour saisir les débats et les enjeux qui seront des sujets prioritaires aux prochaines élections à travers la libre antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur www.metatv.org

11:41 Publié dans Actualité, Humour geek | Tags : réalité, dogmatisme, déconstruction, socialisme, mensonge | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

08/02/2016

Retour au réel

computer_attention.jpg

computer-jokes-in-utero-email.gif

Funny-Irish-Leprechaun-Computer-Virus-Email-1.jpg

computer.png

geek-comic-update.jpg

hacking_charges.gif

site_sound.jpg

19:34 Publié dans Humour geek | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |