Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2018

Le crétinisme se porte bien

 féminisme,constitution,idéologie,diversion

L'idéologie féministe né de la bourgeoisie capitaliste pour permettre l'exploitation généralisée des femmes sous le mensonge de la libération poursuit ses ravages en décérébrant la population et en détournant des questions centrales.

Ce n'est pas la féminisation de la Constitution qui donnera un job aux 13-14 millions de personnes en recherche vaine, ce n'est pas elle qui mettra fin aux milliers de suicides annuels (en passant surtout des hommes) et ce n'est pas elle qui empêchera l'usage de fonds publics devant servir à nos pauvres de devenir des missiles tombant en Syrie sans raison.


La chasse à l'homme et ses raisons par le pertinent Paul Joseph Watson

 

A lire :

Féminiser la Constitution, une ineptie !

Sur RT en français

Dans son rapport du 18 avril, le Haut Conseil à l’Egalité recommande de réviser la Constitution pour y intégrer des termes féminisés. Co-auteur du livre Notre-Drame de Paris, la journaliste Nadia Le Brun y voit de la vacuité sans pertinence.

Quelle outrecuidance, superficialité, supercherie que ce rapport pondu par le Haut Conseil à l’Egalité (HCE), sensé réduire les injustices entre les femmes et les hommes. Son seul mérite : avoir assuré sa communication, alors que ses recommandations de féminiser la Constitution sont sans intérêt, ni pertinence.

Plus que de citoyenneté, on perçoit de la vacuité et de l’idéologie, à la lecture des neuf propositions, inspirées par la pétition des 3000 signataires du groupe féministe, «le Parlement du féminin». On se demande comment le HCE peut autant se décrédibiliser. Notamment, en voulant remplacer «fraternité» par «adelphité», ce mot inconnu de la plupart des Français comme des dictionnaires.

Plus d’idéologie que de citoyenneté

C’est comme mettre «Droits humains» à la place de «Droits de l’Homme». En bon français, compris de tous, le H majuscule signifie : humanité toute entière, incluant, sans ambiguïté les droits de la femme au même titre que ceux des hommes. Les mots on un sens !

Lire en intégralité sur RT

10:21 Publié dans Actualité | Tags : féminisme, constitution, idéologie, diversion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

16/10/2017

Contre la dictature des lobbies du genre

non à la théorie du genre.jpg

Version condensée et limitée à la question du genre publiée aux éditions Mordicus. On peut aussi se procurer un essai plus large, Les démons du bien (Pierre-Guillaume de Roux, 2013), Les démons du bien ? C'est d'abord le nouvel ordre moral qui, sous prétexte de créer une "société plus juste", a entrepris de normer les conduites des citoyens, désormais soumis à l'hygiénisme dispensé par un Etat "maternel" qui cherche à mettre en place une société de surveillance totale. C'est aussi la "bêtification contemporaine" qui rabat le politique sur la sphère privée, promeut l'inculture patronnée par la raison marchande, et aboutit à instaurer le degré zéro de la vie sociale. C'est enfin l'idéologie du genre qui, fondée sur un fantasme d'auto-engendrement, prétend que la différence des sexes n'est qu'une illusion. Que devient alors la "différence des différences" (Michel Schneider), cette dualité des sexes sans laquelle il ne saurait y avoir de construction de soi ? Elle s'efface dans un vaste mouvement de mélangisme généralisé abolissant d'un même mouvement le masculin et le féminin. L'idéologie du genre, c'est le grand retour du cache-sexe. Le rêve d'une postmodernité post-sexuelle où, faute d'avoir créé une société sans classes, on aurait une société sans sexes. Une société où la "libération du désir" signifierait, non plus qu'il faut libérer le désir, mais qu'il faut s'en libérer. Un rêve d'indistinction, un rêve de mort.  

Les réformes "sociétales" mises en œuvre par le gouvernement de François Hollande, à commencer par le "mariage pour tous", font une large part à la théorie du genre. Celle-ci se retrouve ainsi propulsée au centre du débat. Mais de quoi s'agit-il exactement ?
La théorie du genre trouve son origine dans le féminisme égalitaire, qui soutient que l'égalité ne sera vraiment acquise entre les hommes et les femmes que lorsque rien ne les distinguera plus vraiment. Son credo de base est que le sexe biologique ne détermine en aucune façon l'identité sexuelle. L'identité sexuelle serait une pure " construction sociale " qui ne serait absolument pas conditionnée par l'appartenance sexuée. L'individu étant sexuellement " neutre " à la naissance, les différences de comportement que l'on observe entre les garçons et les filles, puis entre les hommes et les femmes, s'expliqueraient uniquement par l'intériorisation de " stéréotypes " qu'il conviendrait donc de " déconstruire " dès le plus jeune âge, en particulier à l'école.
Relevant du fantasme d'auto-engendrement et de la mystique de l'indistinction, la théorie du genre repose en fait sur un certain nombre d'erreurs fondamentales. Alain de Benoist en fait ici une critique de fond, solidement argumentée, qui n'a pas de mal à faire apparaître son caractère proprement délirant. Et sa nocivité.


Pour tenter de rire d'une dérive idéologique servant de camouflage sociétal à un désastre économique et social et la volonté politique de ne pas lutter contre, J'SUIS PAS CONTENT ! #96 : Manspreading, Photo pourrie & Cannibalisme en marche ! [feat. JR Lombard]. Pour apporter votre soutien sur T I P E E E : https://www.tipeee.com/j-suis-pas-con...

11:26 Publié dans Actualité, Humour geek | Tags : genre, humour, manipulation, féminisme, capitalisme, spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

13/02/2016

Les réseaux sociaux sur la pente fatale ?

warning.jpg

 
Brian Honigman, Social Media & Content Marketing Consultant, WSJ & Forbes Contributor, Professeur adjoint à NYU ici NATO Experts Forum (OTAN) le 18 septembre 2015 à propos de l'usage bien compris des organisations internationales dont les réseaux sociaux. Ce sont en effet aussi des armes au potentiel énorme de déstabilisation, de guerre, de manipulation, de fichage pour l'Occident. Va t-on dire qu'il s'agit de complotisme ?

Ce sont les rois du monde numérique avec parfois des budgets et une influence supérieurs à celles de pays mais vont-ils s'effondrer demain aussi vite qu'ils se sont imposé ? On peut se poser la question lorsque les motifs de leurs succès sont en passe de disparaître.

Car ces réseaux ne compensent une image très négative d'outils de fichage et d'espionnage à des fins inquiétantes qui vont du simple commerce à l'outil politique, militaire que par des fonctions très basiques mais ludiques, la possibilité de communiquer en temps réel ou presque avec ses contacts, la liberté d'expression et d'information, le tout au moyen d'une interface simpliste.

Malheureusement, on constate depuis des mois un profond changement de politique visible par les utilisateurs actifs. Des milliers de comptes se retrouvent fermés du jour au lendemain sans explication (on parle de plus de  125 000 chez Twitter), les followers disparaissent à la pelle, des accès sont bloqués ou inutilisables à titre de sanction (le dada chez Facebook et vous aurez plus de chances de gagner au loto que d'avoir la moindre justification)) sans que parents, amis, contacts professionnels puissent être alertés. Après la censure sur Youtube cela commence à faire beaucoup.

Outre une politique de modération déjà opaque et parfois militante, une intervention liée à l'actualité incitée sur les pages, c'est là l'effet désastreux de la politique de sociétés qui abusent de leur rôle au nom de valeurs discutables pour juger les contenus et s'autoriser la fonction d'exécuteur des peines. C'est un peu comme si votre facteur ouvrait lettres et paquets pour décider de ce qu'il livrera ou détruira.

Lors du triste Forum de Davos, Sheryl Sandberg, COO de Facebook, a sans gêne évoqué des d’initiatives visant à arroser les pages et comptes pro-Daesh sur le réseau social avec des messages d’amour et d’espoirs. Ce n'est pas nous qui défendrons ce régime terroriste et sanglants. Cette méthode aurait déjà été employée pour lutter contre l’influence de djihadistes mais aussi contre l’activisme des néo-nazis. Ce qui est intéressant ici est l'aveu du militantisme politique actif de l'hébergeur.


Des réseaux sociaux aux médias traditionnels la chasse au terrorisme est avant tout une chasse aux opposants légaux et dissidents se cumulant à un conditionnement digne de la pire propagande de guerre.

Signalons aussi que des des crédits gratuits de publicité Facebook sont attribués aux utilisateurs qui s’impliquent dans cette bataille anti-propagande (à croire qu'elle serait inexistante coté OTAN ! Une démarche bien amusante quand la Russie vient de s'alarmer de la reprise de propos mal traduits par Reuters du vice-Président russe Medvedev et quand l'ONU a du faire de même pour la déformation de propos de son secrétaire général là encore pour nuire à la Russie). Ils peuvent atteindre 1000 euros. Ainsi des concours entre plusieurs dizaines de lycées à travers le monde  ont été mis en place, en collaboration avec le Département d’État (si ce n'est pas un signe de neutralité et de rejet de la propagande!).

Encore plus grave, en 2015 Facebook a autorisé d'anciens membres de groupes extrémistes à s’exprimer à travers des faux comptes pour générer une certaine confusion.

Toujours à titre d'exemple et à la pointe de la clôture de comptes, Twitter un peu plus de 300 millions d'utilisateurs actifs connaît un recul marqué et ne voit pas le profit pointer à l'horizon. Le chiffre d'affaires de 710 millions de dollars au quatrième trimestre 2015 basé à 90 % sur la publicité est sans doute en progression mais ne parvient pas à effacer une perte nette trimestrielle excédant les 90 millions de dollars fin 2015. Et qui dit financement publicitaire dit aussi totale dépendance non pas vis à vis de clients ce qui serait une situation saine pour un outil de ce type mais soumission à des agences de publicité, au politiquement correct etc.

Twitter s'est lancé dans le recrutement d'une féministe faisant quelques mécontents chez nos cousins anglo-saxons. Elle voit en effet du racisme partout et considère toute critique du féminisme comme un discours de haine à sanctionner. Nous qui subissons aussi ce genre de harpies sommes les derniers à critiquer la salutaire réaction du journaliste Paul Joseph Watson.

Pour contrer l'impact de sa censure donc une perte d'abonnés dont il est responsable Twitter annonce le déploiement d'un nouvel algorithme modifiant l'ordre antéchronologique des tweets dans le fil d'actualité. Officiellement, il s'agirait d'une option pour afficher prioritairement les tweets les plus intéressants pour l'utilisateur. Cette évolution est bien entendu un non sens car elle supprime la réactivité du réseau au profit de messages anciens et il ne faut pas se leurrer, l'objectif évident est de placer en avant et en permanence la communication d'utilisateurs payants (entreprises, lobbies, états...) avant celle de l'homme de la rue, celui qui s'autorise à penser mais qu'on préférerait voir se taire et consommer. 

La fin éventuelle de la limite de 140 caractères par tweet qui aurait plus de sens est juste envisagée. Il est vrai qu'une pensée minimaliste est bien pratique pour encore une fois brider la liberté d'expression voire faire des procès. Cela s'est vu en 2015 et pas en Corée du Nord mais en France. Et la purge massive, à l'aveuglette de compte sous prétexte de chasse au terrorisme est d'après les constatations avant tout une chasse aux opposants politiques légaux, aux défenseurs de valeurs traditionnelles et même aux artistes corrosifs.

Au rythme de la purge des deux cotés de l'Atlantique, on peut légitimement supposer que les utilisateurs lassés de ne pouvoir s'exprimer librement sur l'actualité, la politique, la religion, la famille, l'éducation ou irrités de se voir traiter de complotistes iront chercher ailleurs ce que des réseaux se disant branchés ne sont plus capables d'offrir mais car de plus en plus coincés, puritains et aux services de dogmes ne différant plus de ceux servis jusqu'à l’écœurement par les télés.

L'exploitation d'enfants comme bouclier revendicatif est la dernière trouvaille d'activistes féministes pour tenter d'imposer une propagande de plus en plus discréditée et rejetée surtout par des femmes qui ont démonté sa fonction contre la famille mais au service de l'entreprise capitaliste. Les réseaux sociaux ne trouveront pas dans la soumission aux lobbies de nouveaux utilisateurs, ils les feront fuir car l'internaute cherche avant tout sur le Net à échapper à un matraquage qui rime le plus souvent avec vulgarité, mensonge, chantage à l'émotion et au final attaque au portefeuille sous n'importe quel prétexte. 

11:44 Publié dans Actualité | Tags : facebook, twitter, féminisme, propagande, censure | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

20/04/2015

Le grand brun avec des talons aiguilles

féminisme, armée, délire

Le poids des lobbies et du communautarisme qui empoisonne la vie des américains depuis des années deviendra aussi notre norme. Alors quelle est votre pointure?


Les cadets ont été menacé de suites défavorables à leur carrière s'ils refusaient de participer à cette campagne grotesque devant combattre la "college rape culture". On imagine sans peine les crises de rire parmi les soldats russes ou chinois découvrant cette histoire.

08:35 Publié dans Actualité | Tags : féminisme, armée, délire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |