Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2017

Processeur 2017 recommandé : Intel Core i7-7700K (4.2 GHz)

 

processeur,7700k,intel,test

 La nouvelle configuration recommandée pour 2017 est dotée d'un processeur Intel Core 7ème génération (Kaby Lake). L'objectif reste le même, accéder à un multimédia divers qui en plus des activités professionnelles bureautiques classiques va de la création graphique 2D/3D à la musique au jeu.

Le 7700K disons le de suite n'est pas une révolution technique et si le gain de puissance existe, il procède plus d'une élévation des fréquences qu'autre chose.

Le 7700K n'est en fait intéressant que pour sa nouveauté. Elle  lui permet de ne pas consommer plus et son prix équivalent selon les boutiques, au 6700k est son principal charme. Dans de telles conditions, il serait ridicule de ne pas le préférer car un gain de performance même de 10% est toujours le bienvenu pour traiter les tâches les plus lourdes comme le traitement vidéo, les derniers jeux ou les activités multitâches.

Fidèle à notre habitude, nous optons encore pour un modèle au coefficient multiplicateur débloqué laissant toute liberté pour un overclocking de plus en plus facile.


i7 7700K Kaby Lake vs i7 6700K Sky Lake GTAV Benchmark, le gain est modeste. En cas d'overclocking adoptez bien une carte mère avec le chipset Z270 (sans USB 3.1 Gen2 natif hélas). 

Le processeur Intel Core i7 7700K offre des performances excellentes dans les jeux avec une fréquence de base de 4.2Ghz (4.5 GHz en mode Turbo). Doté de 4 cœurs et 8 threads, 8 Mo de cache et d'un BUS système 8GT/s, il conserve une consommation limitée 95W. La nouvelle génération n'est heureusement pas plus gourmande. A noter cependant que cette évolution s'accompagne d'un point important les processeurs 7ème génération Kaby Lake sont incompatibles avec les OS Microsoft précédant Windows 10. Attention donc à tout achat supplémentaire surprise.


i7 7700K vs 6700K/ 4790K/ 3770K. La vidéo est parlante, le changement de processeur pour le joueur est loin de s'imposer avec une machine récente et n'a aucun sens si vous avez une bonne carte graphique. Seul un usage dans le secteur de la création (surtout vidéo) peut faire pencher la balance.

Comparé à la génération Skylake, la continuité du Kaby Lake est manifeste et n'apporte aucune rupture. Les performances sont, en traitement 3D ou sous les habituels bench, les reflets d'une fréquence seulement plus élevée. Seul apport réel et qui ne concerne pas grand monde l'encodage et le décodage des du flux 4k. C'est bien mais c'est peu et on comprend alors mieux le prix équivalent à celui du 6700k, plus souple au niveau de la compatibilité OS. Tout le monde n'aime pas cet outil d'espionnage qu'est Windows 10 et on a le droit d'hésiter. Le i7-7700K est actuellement disponible pour 420€.
 

Caractéristiques

  • Fréquence : 4.2 GHz / 4.5 GHz (Turbo)
  • 4 cœurs / 8 threads
  • Cache 8 Mo
  • Socket Intel LGA 1151
  • Contrôleur mémoire Dual Channel DDR3L/DDR4
  • Contrôleur PCI-Express 3.0 16x
  • Intel HD Graphics 630
  • TDP : 95W

 

18:57 Publié dans Actualité, Processeur, Unité centrale | Tags : processeur, 7700k, intel, test | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/01/2017

Investiture Trump la suite

 

investiture,trump

Avec un peu de retard en raison de notre migration, voici la fin et la partie la plus commentée de la journée d'investiture. On y trouve, en intégralité, le discours de Trump déformé par les grands médias et on peut y entendre, clairement revendiqué, sa volonté de rupture avec les années Obama, celles d'une globalisation désastreuse et contraire aux intérêts populaires.

Quelques heures plus tard, le président américain annoncera sa volonté de renégocier l'Alena (accord de libre-échange nord-américain avec le Mexique et le Canada) et ordonnera le retrait des États-Unis du TPP (Accord de partenariat transpacifique).

Les années se soumission totale de la politique à l'intérêt économique et d'une économie purement financière semblent connaître quelques perturbations. Trump s'est aussi engagé à ne pas signer le terrifiant TIPP.



Discours seul en français pour aller à l'essentiel.

 

L'intégralité de l'événement, suite de notre article précédent pour l'ambiance, les violences, l'affaire de l'empoisonnement de Roger Stone au polonium etc. Parties vidéo 2 et 3.


Partie 2 Le serment et le discours

Suivez Alex sur TWITTER - https://twitter.com/RealAlexJones
Like Alex on FACEBOOK - https://www.facebook.com/AlexanderEme...
Infowars on G+ - https://plus.google.com/+infowars/

Web:
http://www.infowars.com/
http://www.prisonplanet.com/
http://www.infowars.net/


Partie 3

10:35 Publié dans Actualité | Tags : investiture, trump, discours, programme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

19/01/2017

Trump, une investiture sous haute tension

 capitol.jpg

 Un petit milliard perdu pour Sorros ce n'est rien mais l'arrivée de Trump pourrait interrompre des fraudes qui portent sur des dizaines de milliers de milliards depuis un siècle allant des marchés publics, au renversement de régime contre des avantages (Ukraine par exemple) etc. On sait ce qu'il est advenu de Kennedy pointant du doigt la Banque.

Les cérémonies ont débuté ce jour à Washington avec un concert au Lincoln Memorial soit en face du Capitole, où aura lieu la prestation de serment vendredi. En soirée Donald Trump déposera une gerbe au cimetière militaire d'Arlington en hommage aux anciens combattants. Lors de la deuxième partie des concerts, baptisée Make America Great Again! Welcome Celebration (avec des vedettes de la musique country), il prononcera quelques mots. Des ("Redonner à l'Amérique sa grandeur! Cérémonie d'accueil"). Des feux d'artifice clôtureront la soirée.

Vendredi matin, Donald Trump et le nouveau vice-président Mike Pence participeront à un office religieux à l'église St John. Ils seront ensuite reçus pour un thé à la Maison Blanche par Barack Obama et sa femme.

La cérémonie d'investiture commencera à 15h30 (heure de Paris) par un évènement musical près du Congrès. Le discours d'ouverture aura lieu à 17h30. Les responsables religieux prononceront l'invocation. Mike Pence sera investi comme vice-président par le juge de la Cour suprême, Clarence Thomas.

C'est plus tard et en plein air au Capitole, à 18h, que le président Trump élu des États-Unis prêtera serment à 18 heures, investi par le juge de la Cour suprême, John Roberts. Après le discours du 45e président des Etats-Unis, la soprano Jackie Evancho, chantera l'hymne national. Suivant la tradition, Donald Trump et Mike Pence assisteront à un déjeuner au Congrès.


Dès le 18 janvier les lobbies extrémistes déjà sur le terrain pour bafouer le vote.

L'inquiétude pour les partisans du nouvel élu compte tenu des nombreuses menaces et incidents des dernières semaine concerne le défilé d'investiture ensuite prévu à partir de 21 heures et pendant deux longues heures entre le Capitole et la Maison Blanche sur ces 2,4 kilomètres longeant  Pennsylvania Avenue. Ils seront suivis par 8.000 personnes issues des différents corps d'armée, des corps à cheval, des représentants des pompiers, des anciens combattants, des fanfares d'universités (il est même question dune brigade de tracteurs).

Les menaces de morts ont motivés quelques dizaines de milliers de bikers à venir protéger la foule et le Président contre les violences de tout groupuscule extrémiste. Les appels aux meurtres ou aux troubles sont assez nombreux sur les réseaux sociaux et crédibles par des violences de rues (même hors du pays) pour le justifier. Comme en France, la démocratie n'est admise que lorsque ce sont toujours les mêmes qui gagnent.

En soirée, trois bals (au W. E. Washington Convention Center et au National Building Museum) à partir d'1 heure du matin achèveront cette longue journée pour Trump et Pence.


La cérémonie en direct avec Alex Jones et Infowar

20:07 Publié dans Actualité | Tags : investiture, trump, washington, capitole, programme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

18/01/2017

Cinéma, les blockbusters 2017

2017.jpg

Comme nous l'avions annoncé il y a un an, la crise porte bonheur au cinéma avec une année qui a connu des salles remplies en permanence, même en décembre avec Rogue One et Premier Contact. La domination de Disney sur le secteur se confirme avec quelques 7 milliards de dollars de recettes, rien qu'en France la société réalise 10% des entrées. Merci à Captain America, Civil War, Le Monde de Dory, Zootopie et aussi au remake du Livre de la Jungle. De plus, les gains de Doctor Strange de Rogue One (500 millions de dollars pour l'instant à lui seul) sont loin d'être connus dans leur intégralité.

Le cinéma français lui se porte de plus en plus mal. Les raisons sont hélas multiples et se cumulent. Faute de se reconnaître dans des productions de plus en plus militantes véhiculant des valeurs étrangères et hostiles le public en est réduit à soutenir des comédies de plus en plus médiocres, avec des acteurs indigents ou âgés et se tourne vers les productions américaines, certes aussi engagées, mais qui au moins assurent le spectacle. 


The Red Pill, de Cassie Jaye est sorti en octobre 2016. Féministe mais réaliste, la cinéaste américaine donne la parole aux plus notoires militants pour le droit des hommes sur Internet mais aussi à leurs critiques. Un constat apparait vite, l'égalité des droits est fortement faussée par les médias, les systèmes politiques, les organisations internationales en faveur du féminisme, idéologie dont la diffusion profite avant tout au Capitalisme. Cassie Jaye a fini par sympathiser avec les militants du masculinisme allant jusqu'à remettre en cause l’éthique douteuse et agressive du féminisme contemporain. En récompense de sa quête de pluralisme et d'égalité, elle a été dénigrée, menacée physiquement et elle a même perdu son financement ayant de grave difficultés à faire sortir son film.

Par contre le secteur documentaire qui émerge et peut créer un buzz surprenant bénéficiant de moyens informatiques et d'un accès abordable à la HD semble enfin de retour (diffusion directe en DVD, streaming) grâce au secteur associatif, à l'éveil citoyen lié aux prochaines élections mais aussi aux circonstances particulières : tensions économiques, sociales et politiques qui ne trouvent pas la possibilité de s'exprimer avec pluralisme sur des grands médias de plus en plus cadenassés et comme aux États-Unis totalement déconnectés des aspirations de la population et des réalités.

Les vieux médias sont morts, déconsidérés, détectés comme armes de désinformation, de propagande, personne ne les regrettera.

Le cinéma asiatique enfin qui a confirme en 2016 son installation avec The Strangers de Na Hong-jin, Mademoiselle de Park Chan-Wook, Le Garçon et la Bête de Mamoru Hosoda devrait aussi s'annoncer  en grande forme cette année et plus inattendu, on sent aussi un éveil des productions russes lié à la très bonne image internationale de la Russie, une excellente nouvelle.

Il est bien entendu trop tôt pour parler de bon cru pour les studios habituels mais voici déjà une petite sélection pour votre agenda.


Resident Evil: The Final Chapter (janvier)


 The Great Wall (février)

 

Logan (Wolverine 3), mars.


Kong: Skull Island (mars)


 

Ghost in the Shell (29 mars)


Guardians of the Galaxy Vol. 2 (mai)


Alien Convenant


Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales


Transformers: The Last Knight (juin)


War for the Planet of the Apes (juillet)


Blade Runner 2049


Justice League (novembre)


Star Wars: Episode VIII (décembre)

 

 

 

08:24 Publié dans Actualité, Loisirs Jeux Salons | Tags : cinéma, films, blockbusters, trailer, agenda, sorties, 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |