Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2019

République, démocratie ou autre chose

 

GiletsJaunes, RIC, République, Démocratie

Jacques Sapir, né le 24 mars 1954 à Puteaux, est un économiste français. Il a enseigné à l'université Paris-Nanterre, puis il est devenu directeur d'études à l'EHESS en 1996, après y être entré comme maître de conférences en 1990. Il discute ici avec Étienne Chouard, né le 21 décembre 1956 à Paris, un blogueur et militant politique français. Professeur dans l'enseignement technique et en BTS, Chouard s'est fait connaître en 2005 grâce à un billet viral publié sur son blog et repris dans les médias, en faveur du non au référendum sur la Constitution européenne

Si le débat proposé par la dynamique chaîne Sputnik est intéressant, ce n'est pas directement pour la question du RIC. En effet, on découvre vite que les deux invités acceptent de négocier et sont largement d'accord sur le fond, malgré les surprises, les insistances de Chouard soulignant les restrictions curieuses de son interlocuteur.

En effet, le RIC malgré l'enthousiasme du bloger n'est pas la libération ni la solution aux problèmes des Gilets Jaunes, à cette partie éveillée de la population. Le RIC est en effet soutenu aussi bien à gauche qu'à droite (Zemmour) par des acteurs du système de domination en rien suicidaires.

Le RIC ne menace que l'apparence du pouvoir et en rien l'état profond, un état bien plus discret, bien plus puissant, largement ancré dans la finance qui se contente de placer ses hommes ou ses femmes (quand un secteur est en déclin irréversible). Avec le RIC la puissance des médias et surtout de la main cachée de l'argent n'est pas menacée, elle serait même plus forte, le Français est si naïvement et si facilement Charlie.

Ce qu'on retiendra ici est que Sapir, souvent fort pertinent, montre ses limites quant à la perte de contrôle par l'état profond des clés essentielles du pouvoir politique. Comme Emmanuel Todd et pour les mêmes raisons, l'identité prend le pas sur l'analyse au moment de franchir le Rubicon de la libération par le peuple et pour le peuple, peut-être qu'il ne s'agit pas, à ce moment, de servir le même...


Purement fiscale au départ, la contestation des Gilets jaunes s’est vite élargie à une critique plus profonde de la répartition des richesses, puis de la répartition du pouvoir. Devenu l’une de ses revendications phares, le référendum d’initiative citoyenne est-il la solution pour sauver la démocratie représentative, voire la démocratie tout court ? Russeurope Express Jacques Sapir avec Étienne Chouard, figure du militantisme pour la démocratie participative, qui publie Notre cause commune (éd. Max Milo, 2019). Une émission co-animée par Clément Ollivier et préparée avec Jean-Baptiste Mendès. Retrouvez tous les épisodes de Russeurope Express sur le site de Sputnik : https://fr.sputniknews.com/radio_sapir Suivez Sputnik sur Facebook : https://www.facebook.com/sputnik.france Twitter : https://twitter.com/sputnik_fr Instagram : https://www.instagram.com/sputnik_france

13:35 Publié dans Actualité | Tags : giletsjaunes, ric, république, démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

20/11/2017

La démocratie marchande dans sa nudité

 

in-shadow-a-modern-odyssey.jpg

Si la surprise n'existe plus depuis longtemps à la télévision ou au cinéma sauf parfois par les limites du mensonge, de la vulgarité encore repoussées, le Net, lui, malgré la censure croissante et l'espionnage (les fameuses boîtes noires chez les FAI surveillant la population sous le prétexte facile de l'anti-terrorisme sont actives depuis un mois de l'aveu même de Francis Delon, Président de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement)  des utilisateurs reste l'espace ou l'information, le réel, la vérité peuvent parfois éclater comme une pastèque trop mûre. 

 Avec la production de Lubomir Arsov, artiste graphique bulgare, voici l'exemple parfait de ce que déteste le Système de domination aux manettes. Analyse, synthèse le tout concentré en 13 petites minutes et horreur suprême, gratuit donc accessible aux victimes. Car il faut bien employer ce terme, en 2017, pour parler des citoyens subissant la démocratie marchande de l'Occident capitaliste. Encore que la notion d'Occident est désormais dépassée à l'heure de la mondialisation malheureuse ayant répandue ses valeurs inhumaines sur toute la planète même dans l'Arabie wahhabite ou une Chine... toujours communiste. C'est sans doute la seule restriction que l'on peut faire à ce court-métrage qui dit tout à celui qui sait entendre.

La société faustienne en marche est étalée devant nos yeux, notre actualité se dévoile, de l'ère maudite du livre de comptes aux vaccins obligatoires, à la guerre ethnique des banlieues fabriquée pour occuper les pauvres, du mensonge permanent de la communication à la consommation généralisée des drogues, pardon des médicaments, de la société de consommation au terrorisme, de la baisse de l'âge du consentement sexuel au commerce des enfants au nom, bien sur, de l'amour.

Le lecteur de Marx, de Debord ne sera pas dépaysé dans la facture du morcellement multi-plans de l'être dans la société mortifère de l'avoir. Alors, regardez ce film, regardez le bien et plusieurs fois, en confrontant la réalité et notre quotidien présenté lui médiatiquement comme une marche glorieuse du progrès et constatez l'escroquerie, la trahison, le crime de la collaboration à l'ordre de l'argent, de la marchandise puis diffusez ce petit chef d’œuvre qui ne passera jamais le dimanche soir sur TF1 ou France Télévision et n'aura jamais de prix à Cannes ou d'Oscar car la vérité décrétée controversée, complotiste car contraire à la rentabilité et au pouvoir ne s'effiloche plus depuis longtemps et c'est à vous de la diffuser. Il est encore temps.


IN-SHADOW: A Modern Odysse de Lubomir Arsov. Un concentré d'intelligence à conserver auprès de 1984. Il est possible de soutenir cette démarche par des donations.

 

10:11 Publié dans Actualité | Tags : démocratie, vérité, capitalisme, société, animation, bilan | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

13/03/2017

Celui qui croyait au ciel celui qui n'y croyait pas

dialogue.jpg

Fou qui songe à ses querelles au cœur du commun combat (Aragon)

 A l'heure du débat émotionnel, de l'emprise de l'image, il est bon de prendre un peu de recul surtout avec des compatriotes n'ayant aucune ambition personnelle. Les aspirations ici confrontées sont profondément différentes. On le constate vite les connaissances sont inégalement réparties aussi.

Mais ce n'est pas ce qui compte pour celui qui comprend, apporte sa bonne volonté.

Alors les admirateurs d'Etienne Chouard seront sans doute un peu surpris par l'effet du choc avec la radicalité du réel. Francis Cousin philosophe à coups de marteau et avec une certaine malice mais la réponse intelligente, curieuse de Candide est admirable. Elle sera utile à bien des spectateurs.

La résistance a toujours pour clé l'union.


Étienne Chouard, né le à Paris, est un blogueur et militant politique de la Démocratie directe contrôlée, fondée sur le tirage au sort des représentants. Il est enseignant, professeur d'économie-gestion et de droit fiscal, puis d'informatique à Marseille. Francis Cousin, né le 3 octobre 1957 est Docteur en Philosophie et titulaire d'un DEA d'Histoire de la Philosophie (Idéologies, Mythes, Religions et Sciences du signe), il dirige un cabinet de philo-analyse ouvert aux particuliers et aux entreprises. Il développe une réflexion puisant chez les présocratiques, Marx, Debord... Rencontre du 27 février 2017.

18:54 Publié dans Actualité | Tags : chouard, cousin, démocratie, marx, système, capitalisme, débat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

18/05/2016

Dictature : Show must go on !

 

propagande.jpeg

 

En ce temps là, de fausses libertés sexuelles servaient de camouflage à la destruction des droits fondamentaux...

 Le changement de régime se confirme encore et toujours, la République déjà non démocratique cède encore une fois devant le nouvel ordre de l'état d'urgence pour la période du 26 mai au 26 juillet 2016. Dans le sens du Sénat, la Commission des lois a donc adopté sans état d'âme, sans oser une modification la souillure d'une prolongation de cet état tout aussi injustifié qu'injustifiable.

A ce titre ont été invoqués l’Euro 2016 et le Tour de France...

J'en profite pour signaler à nos parlementaires en août le Festival du Bout du Monde sur la presqu'île de Crozon et bien entendu en septembre la Grande Braderie de Lille afin de poursuivre cette farce un peu plus longtemps.

Car personne ne doute que le texte ne soit repris par l'Assemblée dite Nationale après la chute du pantalon sur les chevilles si significative avec l'article 49.3. A ce jour, les rares amendements déposés ont même été retirés à l'exception de celui, hallucinant, des députés Larrivé et Éric Ciotti, laissant toujours la possibilité aux autorités de procéder à des perquisitions administratives quand elles l'estiment nécessaires. 

Dans notre domaine numérique, il ne sera cependant plus possible de réaliser des saisies informatiques. Le caractère bâclé du texte ne déterminant pas pour la"justice" l'avenir des données collectées.

Le vote est pour aujourd'hui, le retour de la République, on ne sait pas, la Démocratie elle n'est pas programmée ou programmable, nous ne sommes pas à Cannes pour un copinage de dernière minute.


Le philosophe Francis Cousin et quelques évidence pas bonnes à dire.

10:35 Publié dans Actualité | Tags : état, urgence, libertés, démocratie, manipulation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |