Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2017

Les fiancés de la mort et les stratèges de la terreur globale

Les fiancés de la mort, et les stratèges de la terreur globale.jpg

Jean Michel Vernochet est né le à Paris. De 1985 et jusqu'en 1995, parallèlement à une importante activité de communication et d’information depuis 1979, il est Chargé de mission au Secrétariat général du gouvernement (services du Premier Ministre). Il est par la suite, successivement, responsable des Affaires francophones et des relations internationales au Commissariat général de la langue française, puis responsable de la communication à l'Institut international d'administration publique (IIAP), enfin directeur des publications du Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes (CHEAM). À la même époque, il enseigne à l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Paris. Ses cours portent sur les manipulations de l'information et le détournement des grands médias dans le cadre de « politiques étatiques » de désinformation. Journaliste, écrivain, ancien grand reporter au Figaro magazine. Membre de l'Académie de géopolitique de Paris (en 2014). Il est aussi fondateur de l'association "Terre Future".

Partons de l'idée qu'un chahid, un nihiliste brûlant sa vie et celles de nombreux autres, illuminé ou zélote abruptement radicalisé, "aime plus la mort que nous autres post-chrétiens n'aimons la vie" ! Toutefois devant les micros et les caméras, les familles de ces possédés ne peuvent admettre que leur fils, frère ou cousin puisse être le tueur froid venant de commettre un carnage au Bataclan, sur la Promenade des Anglais, à Berlin, à Orlando ou, dernier en date, à Istamboul. Or combattre le terrorisme c'est d'abord s'efforcer de le comprendre en sortant des ornières de la pensée unique.

Commençons par rappeler que ces fous de Dieu avaient hier pour la plupart épousé les vices de la société consumériste : drogue, alcool, vagabondage sexuel, délits en tous genres, étant parfois en outre indicateurs des services de police tel Merah, avant d'embrasser la cause d'une croisade à rebours contre la mécréance. Ici dénonçons la diffusion, à coup de pétro dollars, de la prédication schismatique des oulémas wahhabites et de leurs épigones les Frères musulmans. Cela avec la complicité au moins passive des autorités civiles.

Soulignons que, prétexte à l'instauration de l'état d'urgence au profit de classes dirigeantes en pleine déconfiture, nos déracinés convertis à la violence sans limites, sont de purs produits d'un modèle sociétal devenu odieux à une majorité d'Européens : à savoir l'idéologie de la société ouverte, plurielle, cosmopolite et prônant un égalitarisme irréaliste. Il devient donc très urgent de savoir qui, au final, instrumente ces fiancés de la mort pour les égarer sur les obscurs et tortueux chemins de la Rédemption par le péché ?

Une voie à l'absolue négatrice de la Loi, qu'elle soit coranique ou républicaine. N'oublions pas que les Administrations des présidents Clinton, Bush et Obama n'auront jamais cessé ces trois dernières décennies de financer, d'organiser, de superviser et d'armer des groupes islamistes en vue de déstabiliser et détruire les Etats nations qui ne s'alignaient pas sur les desiderata de l'Empire démocratique.

Après avoir fait tomber Hussein en Irak, Milosevic en Serbie, Kadhafi en Libye, Saleh au Yémen, Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Egypte, et avant de se casser finalement les dents sur Assad en Syrie, la politique du "regime change" aura fait couler des fleuves de sang. Mais la normalisation démocratique des pouvoirs forts, malgré ces formidables hécatombes, n'aura abouti qu'à favoriser voire promouvoir une terreur aveugle devenant peu à peu endémique.

Aussi devons-nous imputer aux crimes non jugés de l'hyperclasse mondialiste le retour de flamme que nous subissons maintenant de plein fouet, avec pour résultat de faire de l'Europe sénescente la Maison de la guerre, le Dar al-harb.

 

  • Les fiancés de la mort de Jean Michel Vernochet, 176 pages, 15€
  • Editeur : Sigest (14 février 2017)

 

09:28 Publié dans Actualité | Tags : actualité, terreur, terrorisme, manipulation, géopolitique, crise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

26/09/2017

Prostitution: Synonyme économie numérique

 

2017 etudiant.jpg

La Belgique est-elle un cas particulier où le Capitalisme atteint les limites de l'horreur? Non, pas vraiment. Voici l'ouvrage de Flore Cherry et Guenièvre Suryous, deux femmes au service d'une "passion commune"  celle de "dédramatiser le rapport à la sexualité et d'ouvrir des espaces d'expression bienveillants et humoristiques sur le sujet". Que nous apprend Capcampus site largement consacré à la formation et l'emploi : "Guenièvre Suryous est illustratrice, elle collabore avec de nombreuses marques et est l'auteur du blog Secrets de Coquines, Flore Cherry est journaliste dans le milieu de la sexualité, elle travaille au quotidien pour le magazine Union".

La réalité du quotidien de la jeunesse profitant de la reprise économique issue de la politique magnifique de l'Union Européenne, de l'inversion de la courbe du chômage succès des démocrates nous protégeant de tout extrémisme est la devant les yeux de tous et dans toute l'Europe.

De plus en plus de personnes, femmes mais aussi hommes et même bien souvent avec des diplômes tombent dans la prostitution (mais aussi dans les médicaments, la drogue) ou dans les petits trafics car il n'y a pas d'emploi et les mini jobs même cumulés ne permettent pas de survivre et de payer un loyer. Alors, pour ne pas être à la rue, on accepte tout à n'importe quel prix et dans n'importe quelles conditions avec en plus la pression migratoire qui fait baisser les salaires.

Ce n'est pas une spécificité du monde étudiant mais déjà le vrai, le concret du monde du travail.

Les adeptes de ce genre de sites, clients ou esclaves de la nouvelle économie, n'ont rien à craindre, l'activité ne disparaîtra pas car la demande et l'offre existent, la société se charge d'ailleurs de vous faire comprendre que la sexualité est "épanouissante" et une activité comme une autre. Elles sont en prime l'opportunité fabuleuse de constitution de fichiers pouvant être précieux demain pour des chantages de tout ordre, ça on le dit moins et même pas du tout.

Ces métiers de nouvelle génération ne dérangent donc pas le Système (sauf si ils échappent à l'impôt mais l'intermédiaire startup permet de corriger tout risque à ce niveau) qui depuis des années adore les "cougars" (la presse people et politique a normalisé, expliqué, valorisé la chose) et n'aura pas longtemps l'hypocrisie de dénoncer les "sugardaddies". Après tout, ces deux catégories possèdent ce qui évite d'être "rien", le pouvoir d'achat.

 angouleme.jpg

Récupération de produits alimentaires auprès de la Croix Rouge d'Angoulême par un étudiant. Dans la terrible Corée du Nord l'étudiant est logé, nourri, rémunéré par l'état mais c'est mal, bien entendu.

A lire :

Incitation à la prostitution ? En Belgique, un site met en lien étudiantes et hommes riches

Améliorez votre style de vie en sortant avec un homme riche : telle est la promesse faite à des étudiantes par le site RichMeetBeautiful, auteur d'une campagne de publicité polémique sur les campus universitaires.

Un site de rencontres sur internet promettant aux étudiantes d'améliorer leur niveau de vie en rencontrant des hommes riches, dans des publicités près des universités, a suscité une vague de critiques ce 25 septembre en Belgique.

«Améliorez votre style de vie, sortez avec un sugardaddy», dit l'annonce, illustrée d'une poitrine féminine à peine cachée par un soutien-gorge rouge. Le site RichMeetBeautiful, lancé il y a quelques semaines en Belgique, a lancé une campagne publicitaire le 22 septembre dans Bruxelles avec deux camions surmontés d'énormes panneaux apostrophant leur cible par un «Hey les étudiantes !». La plateforme de rencontres en ligne a pour objectif de mettre en relation des sugardaddies (littéralement «papas gâteaux», des hommes âgés et riches) avec des sugarbabies, dont la principale caractéristique semble être qu'elles sont jeunes, jolies et de préférence étudiantes.

Lire en intégralité sur RT

08:26 Publié dans Actualité | Tags : prostitution, étudiant, crise, numérique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

21/03/2017

L'économie se met à table

économie,actualité,econoclastes,crise

L'économie est aujourd'hui la nouvelle loi. Ce qui n'est pas une science mais juste l'habillage mensonger, trompeur, de chiffres, commentaires, opinions, remplaçant la politique sert, comme cette dernière hier, à justifier notre asservissement au nom d'intérêts (dont on se garde bien de souligner le caractère exclusivement privé) supérieurs impossibles à remettre en cause et, à ce titre, nous privant de tout droit à l'autonomie ou aux choix. 

Cette arnaque désormais bien en place est néanmoins de plus en plus identifiée sous son vrai jour ce qui explique la haine profonde de ses prêtres pour l'information libre, pluraliste, Internet, etc. La chasse aux fake news est la dernière arme mise au point contre les analystes, les curieux, en fait ceux qui ne marchent pas dans la combine pour diverses raisons allant de l'intelligence à l'honnêteté ou tout simplement parce qu'elle n'est pas juteuse pour eux.

Les Econoclastes dans leur diversité se réunissent maintenant autour d'une table pour un commentaire non pas révolutionnaire ou hors la loi, mais simplement parce que des évidences, des anomalies, ne sont plus autorisées à être relevées, énoncées, dévoilées, sur les grands médias.

Si vous n'êtes pas encore un robot, si le réel ne vous rebute pas, bon appétit !

 

La dette en héritage. 100% Econoclastes n°02 (mars2017). Avec Philippe Béchade, Pierre Sabatier, Olivier Delamarche, Benjamin Louvet et Jean-Pierre Corbel.


L'arrivée du Président américain sur la scène mondiale fait l'effet d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il va y avoir de la casse ! Avec Philippe Béchade, Pierre Sabatier, Olivier Delamarche, Olivier Berruyer, Pierre Conesa et Jean-Pierre Corbel (février 2017) .

11:02 Publié dans Actualité | Tags : économie, actualité, econoclastes, crise, trump, dette | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/08/2016

Turquie, Nice, les chaises musicales du Capitalisme

 

terreur,nice,gladio,attentats,capitalisme,crise

Quand la plus-value s'effondre les pions valsent.

 Service minimum mais pas de réserve sur le blog car il est bon de ne pas être l'esclave de ses passions. Et puis le spectacle marchand nous l'interdirait, ce spectacle nous l'avons chaque jour dans l'actualité, le spectacle de la propagande avec les gigantesques moyens des médias, des États, des appareils militaires et de la technique.

Ce spectacle est en plus triste par sa surenchère sanglante mais hollywoodienne car il exhibe le visage usé d'une Europe soumise et brisée. Il dévoile aussi le degré d'inculture et d'incompréhension phénoménal de notre pays, du citoyen,(enfin de ce qui en reste sous un état d'urgence devenu la règle) sa désinformation permanente certes entretenue mais aussi son incapacité à s'informer, à surtout vouloir s'informer.

Entre l'aveuglement de ceux qui croient, fantasment, bâtissent à grands coups de truelles sur des terroristes important une guerre et leurs pendants persuadés qu'Ahuri 1er complote personnellement des horreurs pour revenir dans la course électorale, on ne sait qui se ridiculise le plus.

Il y a longtemps que la gestion de l'ordre par la religion est passée et l'actuelle mutation vers la totale dématérialisation post politique des pouvoirs est entamée. L'impact sur l'ensemble des secteurs va être dévastateur sur le monde que nous connaissons et que certains espèrent contre toute analyse perpétuer.

Il y aura bientôt le même fossé entre une République et la nouvelle gouvernance qu'entre De Gaulle (ou Poutine) et un Pierre Terrail de Bayard.


Il faudra au moins attendre la rencontre Erdogan-Poutine du 9 aout pour savoir si le coup d'état défait en Turquie est le moyen d'une évolution du capitalisme vers une forme encore plus violente comme dans l'Union Européenne ou une défaite provisoire au profit d'une forme de direction plus ancienne et conforme au modèle global oriental. Le peuple lui a fait son choix.

Alors on peut dire dès aujourd'hui que le sang, la sueur et les larmes ne vont pas manquer car les révolutions, les vraies et pas celles sur Facebook ou des Nuits à dormir debout ne s'accomplissent pas sans mise à niveau brutale et celle en marche impose un cadre policier, para-militaire restreignant les libertés (sauf la consommation présentée à tort comme l'une d'elles) et sachant le justifier.

Pour cette pieuvre émergeant, l'émeute raciale, l'attentat, le jeu en réalité augmenté sont des marches de libération.

Le dialogue interreligieux, la disparition de la monnaie fiduciaire, le dogme du réchauffement climatique, la puce RFID ne sont rien d'autre.

C'est au nom de votre bien, de votre santé, de la sécurité de vos enfants et anciens, contre le terrorisme (qu'on interdira bientôt de confondre avec ce qui est, la Terreur) et surtout du rempart démocratique que la mise en place de l'ordre nouveau se fera et l'année 2016 est loin d'être terminée, surtout pour les banques et leurs clients.

Pour une fois, on ne nous a pas menti, le changement, c'est maintenant.

 

terreur,nice,gladio,attentats,capitalisme,crise

 

A lire :

L’attentat de Nice rappelle l’Opération Gladio

11:00 Publié dans Actualité | Tags : terreur, nice, attentats, capitalisme, crise, turquie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |