Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2020

Vers encore plus de censure sur le Net

censure, inquisition, lobbies, loi, internet, web, net, crise, critique, liberté

On notera l'hypocrisie de la démocratie libérale qui dénonce sans cesse la censure ailleurs en faisant pleurer pour des réseaux sociaux occidentaux militants acharnés de la censure. La démocratie n'admet qu'une vérité, celle de l'intérêt du marché.

La haine sur Internet est le nom placé sur toute critique cohérente du système de domination. Elle est donc un mythe appuyé par des nervis militants du système (et parfois en faisant profession faute de qualification pour vivre d'autre chose), chargés de provoquer, poster des messages extrémistes afin de légitimer censure et répression mais aussi dans le but de décrédibiliser les analyses critiques, les sources d'informations autres (non soumises à l'argent, l'état ou étrangères) mais aussi des personnes.

Rejoindre la meute chassant la haine est sans nul doute collaborer à l'extinction d'un droit fondamental, celui à l'expression base de tous les autres et mettre la population en danger.

Il y a des questions qui sont déjà des trahisons.


Frédéric Taddeï reçoit sur RT  France le 20 janvier 2020.
- Marc Rees, journaliste, rédacteur en chef de Next INpact
- Benjamin Bayart, ex-fondateur de La Quadrature du Net
- Philippe Coen, président de Respect Zone
- Philippe Latombe, député MoDem

09:52 Publié dans Actualité | Tags : censure, inquisition, lobbies, loi, internet, web, net, crise, critique, liberté | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

27/09/2017

Persécutions : Jacques Sapir nouvelle cible du régime

contre la censure-2017.jpg

L'inquisition dans l'ensemble des grand médias qui frappe journalistes, chercheurs, artistes autrefois réservée à la télévision concerne maintenant l'ensemble des supports même ceux à audience réduite comme les blogs très spécialisés et techniques.

Une dictature même si elle ne dit pas son nom ne peut procéder autrement et il faut bien constater que les faits se cumulent, soldats dans les rues, espionnage des réseaux et fermetures de pages personnelles, refus de comptes bancaires aux associations sans justification des établissements, fermetures de blogs, listes noires avouées et revendiquées sur radio et télés, enfants pas Charlie devant les gendarmes, normalisation incohérente de l'état d'urgence, etc.

liberté,censure,inquisition,sapir,intoléranceIl faut donc soutenir Jacques Sapir (directeur d'études à l'EHESS depuis 1996, après y être entré comme maître de conférences en 1990. Il dirige le Centre d'études des modes d'industrialisation (CEMI-EHESS) et a été le responsable de la formation doctorale Recherches comparatives sur le développement de 1996 à 2006). C'est un expert qualifié de l'économie russe et des questions stratégiques, mais aussi un théoricien de l'économie dont le seul crime sanctionné est de constater et dire ce qu'il voit ce qui est pourtant conforme à la déclaration universelle des droits de l'homme. Après Olivier Delamarche ou les poux cherchés (sans succès) à Natacha Polony un nouveau maccarthysme tout aussi atlantiste et servile tente d'imposer sa loi.

Accepter ce délire, se soumettre et collaborer n'est pas une solution mais une trahison.

Sur les dérives actuelles particulièrement sectaires de l'information, la purification idéologique des secteurs de la recherche, la régression des libertés fondamentales on lira à l'occasion de cette sordide chasse aux sorcières dont Jacques Sapir fait les frais on lira avec intérêts les alertes confirmées désormais trop souvent d'un autre chercheur le démographe et sociologue  de Nicolas Bourgoin .

 

A lire :

Jugé trop «partisan», le blog de Jacques Sapir bloqué sur le portail universitaire OpenEdition

L’économiste et professeur Jacques Sapir, connu pour ses critiques de l’euro, ne dispose plus des droits de publication pour son blog. Le portail universitaire OpenEdition, sur lequel il est hébergé, le juge déconnecté du «contexte académique».

Le blog Russeurope, animé par Jacques Sapir dans la rubrique Hypothèses du portail OpenEdition, qui héberge des publications d'universitaires à destination d'un public scientifique, est désormais clos et archivé. C'est en tout cas ce qu'a annoncé Marin Dacos, chercheur au CNRS et fondateur d'OpenEdition dans un dernier billet publié sur ce qui fut donc, le blog de Jacques Sapir. Ce dernier ne sera désormais plus en mesure d'y publier de nouveaux articles, mais ses publications antérieures resteront en accès libre pour les visiteurs. 

Dans son court texte, le fondateur du portail qui héberge les publications de nombreux chercheurs, universitaires et scientifiques, justifie cette exclusion en reprochant à Jacques Sapir des textes «s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique».

L'économiste se voit donc banni d'un blog qu'il anime de façon régulière et constante depuis 2011 et dans lequel il commente l'actualité économique et politique, souvent dans ses secteurs de prédilection comme l'économie, l'analyse des crises au sein de la zone euro ou la Russie.

11:21 Publié dans Actualité | Tags : liberté, censure, inquisition, sapir, intolérance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

10/02/2017

La chasse aux blogs est ouverte

 

France de demain.jpg

La France républicaine sans vilaines pensées de demain (on retraitera cependant l'enfant pour faire "pluriel" et ôtera l'usine en marche pour faire crédible).

 C'est avec recul qu'il faut parfois aborder l'actualité, pour éviter de céder à la colère car même ave cla meilleure bonne volonté du monde on ne peut toujours être indifférent aux atteintes touchant les fondements de nos droits. L'information par la liberté d'expression et d'opinion non limitée et non négociable est ce socle sans lequel rien de digne n'est possible.

Les récentes élections américaines ont non pas révélé mais démontré au grand jour le caractère militant, menteur, corrompu de grands médias donneurs de leçon. Elles ont aussi prouvé que le peuple n'était pas éternellement dupe de la propagande même quand ellei est dotée des moyens les plus modernes, les plus séduisants car la classe politico-médiatique sortie était soutenue par la quasi totalité du showbiz et de la machine hollywoodienne. Son budget de campagne était tout aussi colossal, 1.7 milliard de dollars.

Malgré une campagne de désinformation permanente et souvent sous la ceinture, Donald Trump a été élu avec dit-on 196 des 200 principaux médias américains contre lui. Le Web a donné le courage aux citoyens, le Web a fait comprendre à l'électeur qu'il n'était pas seul à constater, à savoir, à comprendre.

decodex,propagande,inquisition,censure,libertés

"Le ministère de la Paix s'occupe de la guerre, celui de la Vérité, des mensonges, celui de l'Amour, de la torture, celui de l'Abondance, de la famine" (Orwell, 1984). Ne pas voir l'inversion de la courbe du chômage ou la reprise, ne pas considérer les terroristes en Syrie comme des rebelles modérés démocrates, des fake news !

Cette prise de conscience, les formidables taux d'écoute des blogs aux heures cruciales ont sonné le glas des médias traditionnels. Enfin !

Le combat entre la population et des systèmes de domination ayant ruiné les pays et désormais assoiffés d'une guerre contre la Russie, seule bouée de sauvetage économique envisagée (on ne change pas une recette qui a fonctionné deux fois) ne s'achève pas pour autant.

Alors qu'en Amérique on tente de déstabiliser par la rue la nouvelle administration, au moyen d'associations, de lobbies financés par une poignée de spéculateurs bien connus, la lutte s'accompagne déjà d'une nouvelle étape de notre coté de l'Atlantique (ce qui n'empêchera pas les hystéries d'entre deux tours actuellement en répétition avec la fameuse affaire Theo).

Ici, malgré le Brexit et le referendum italien bafoué, les scrutins décidant de l'avenir ne sont pas tous joués ou passés.

Dans ce sens, l'Union Européenne témoignant encore une fois de sa totale soumission à l'ordre financier anglo-saxon a donné rapidement l'orientation dictée par les leaders de la nouvelle économie et proches du clan Clinton.

L'alignement européen sur la position démocrate est une négation de notre souveraineté

Si le Web a été la clé de la victoire Trump alors il faut le faire taire, le discréditer. Aussitôt des avertissements ont été donné aux réseaux sociaux qui n'attendaient que ça. Ils avaient d'ailleurs commencé, il y a bien des années au nom des valeurs ou sous le pratique prétexte de l'état d'urgence, de la menace terroriste dont on sait pourtant depuis Debord quelle est la nature. Le nouveau prétexte? La chasse aux fake news. C'est à dire à toute analyse farfelue ou étayée mais de faits importants pour le Système en contradiction avec la thèse mainstream, celle donc de l'état, des médias subventionnés par lui, des médias tenus par la finance (mécènes des médias mourants),  la publicité (concentrée en si peu de mains et encore façade de la Banque) et le complexe militaro-industriel (de plus en plus réduit à l'actionnaire bancaire ou à l'état).

Ce n'est pas le désastre économique et en politique étrangère des années Obama ni les scandales Clinton qui auraient provoqué la défaite Clinton mais des fake news. Éternel refus de la réalité par une classe arrogante, puérile refusant toute critique.

Rapidement des pages Facebook et des comptes Twitter ont sauté, sans la moindre explication. Rapidement le moindre incident technique, la moindre défaite d'un candidat du Système a été attribué à une fraude résultant de l'action de hackers russes. C'est si simple, il n'y a rien a prouver et toute la classe médiatique reprend l'information en chœur. Fillon est d'ailleurs la dernière victime de la chasse aux sorcières anti-russe sous l'humoristique prétexte de comportements pourtant généralisés et dans la tradition républicaine depuis toujours.

Decodex le préservatif contre le pluralisme des opinions

Plus près du caniveau et on a peine à le croire, le Monde, le journal subventionné par l'état s'est joint à la meute pour lancer avec Google,  le Decodex à la fois classement, notation des sites en fonction de leur fiabilité et moteur de recherche.

Il est difficile de comprendre, d'admettre comment ce qui fut un journal admiré (si, si, mais vous n'étiez surement pas né) a pu tomber aussi bas. Il faut en effet être bien soumis et aussi craindre pour ses recettes publicitaire pour s'abaisser a produire un tel outil aussi insultant pour les citoyens qui cherchent à informer, les concurrents d'un autre bord idéologique et aussi servile vis à vis des médias les plus clownesques.

decodex,propagande,inquisition,censure,libertés

Personne ne détient le monopole du cœur ou de la vérité. L'information n'est pas une propriété dont un média ou un parti peut s'arroger le monopole en crachant sur les autres et en les diffamant. A travers la notation des sites, leurs évaluation faussement neutre est introduit un contrôle parental non plus pour enfants mais pour citoyens adultes traduisant la forte dégradation des libertés et l'instauration d'une pensée unique obligatoire, d'une religion de l'information au service d'un service d'inquisition répressif tout dévoué au pouvoir.

Ainsi et à seul titre d'exemple, le blog de l'économiste Olivier Berruyer ou de Jacques Sapir (il a enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS) sont non fiables mais... CNN l'est ! Où est donc le fameux respect de l'autre dada du Monde depuis plus de 30 ans  ? Quid de la déontologie ? Où est la défense du pluralisme, de ce fondement de la démocratie alors qu'en plein état d'urgence le journalisme est sinistré ?

Il ne s'agit pas d'erreurs mais bien de préserver un fromage publicitaire de la concurrence et de conserver le monopole d'une clé, celle de l'information, de l'éducation qui donne l'accès au pouvoir politique et permet d'empêcher  en fait toute alternance réelle depuis la guerre.

Je vous invite donc à lire et regarder l'intervention de l'économiste Berruyer qui calomnié est conduit à fermer son blog. Je vous signale aussi qu'aucune loi n'impose, pour l'instant, l'achat des titres du groupe le Monde ou l'usage du moteur de recherche Google d'autant que Startpage offre les mêmes résultat en bien plus sécurisé.

Si par contre vous êtes nostalgique d'une époque mal éclairée, Decodex est fait pour vous, comme le guide Michelin il récompense les meilleures adresses, pas celle de restaurants mais celle de la pensée unique en attendant celles d'un monde où on ne pense plus du tout.

 

 A lire :

 

La fin de son blog, «l'opération de calomnie» du Monde, fake news : Olivier Berruyer se confie

En colère, indigné et inquiet de l'évolution de la liberté d'expression en France, Olivier Berruyer revient pour RT sur l'outil de classement (ou «de censure») du Monde Décodex, sur la chasse aux «fake news» qui laisse Google choisir le vrai du faux.

RT : Le Monde a déclaré via son outil Décodex que votre blog Les-Crises.fr n'était pas fiable, en l’accusant de diffuser des «fausses informations». Pourriez-vous expliquer quelles sont les raisons de ces accusations ?

O. B. : J'anime l'un des plus grands blogs français sur lequel j'essaie d'avoir une information de critique des médias tout à fait sérieuse, la plus factuelle possible et évidemment non complotiste. Le journal Le Monde vient de lancer une opération à mi-chemin entre le maccarthysme et le ministère de la Vérité d'Orwell, qui vise à poser un label, non plus à l'information dans la chasse actuelle aux fake news, mais à l'ensemble des sites et sources en ligne. Ils ont expliqué que RT était une source moyennement fiable et que mon site ne l'était pas du tout. Pour justifier cela, il ont mis un argument en expliquant que je partagerais des théories complotistes sur l'affaire ukrainienne. J'ai effectivement beaucoup suivi cette crise mais pour étayer leurs accusations, les journalistes du Monde se sont appuyés sur un lien internet qui est une énorme fake news sur un énorme mensonge que j'ai démonté sur mon blog. C'est clairement une opération de calomnie visant à censurer mon blog. Je vais devoir arrêter mon blog, car je ne peux pas continuer dans ces conditions-là, avec le journal Le Monde qui est dans une énorme opération de diffamation.

Lire l'intégralité de l'article sur RT


Olivier Berruyer veut arrêter son blog : Décodex «une opération de diffamation du Monde». Olivier Berruyer est un économiste français. Il intervient régulièrement sur BFM Business, a participé à plusieurs reprises à de nombreuses émissions sur des radios et chaînes télévisées françaises, telles que France 24 ou La Chaîne info. Il est également le fondateur du blog Les-Crises.fr.

09:27 Publié dans Actualité | Tags : decodex, propagande, inquisition, censure, libertés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

15/02/2016

Voilà que ça recommence

 

censure,inquisition,persécution,libertés

Détail de la gravure de Abraham Bosse pour l’édition originale de Léviathan (epub) de Thomas Hobbes. Dans le régime de monarchie absolue ayant sa faveur, la liberté des sujets réside uniquement en "ces choses que, dans le règlement de leurs actions, le souverain s'est abstenu de prendre en compte". Cette théorie du "silence de la loi" est compatible avec une puissance absolue du souverain, lequel ne saurait être limité par les lois civiles qu'il institue lui-même. Bienvenue en France !

 Le phénomène devient trop fréquent, trop dans la norme pour être relevé par un article même si chaque cas suscite l'indignation, la colère, la honte. Les violations des droits fondamentaux des citoyens sont devenues en quelques mois communes et admises dans le plus grand silence. C'est surtout de l'étranger qu'on les remarque et ose en parler car être ailleurs, oser parler, écrire, n'entraine pas de représailles judiciaires ou professionnelles. Aujourd'hui, les atteintes à la liberté d'expression ne conduisent plus à regarder hors des frontières mais à l'intérieur.

Alors que dire, que faire, devant les actes de censure, de persécutions, devant aussi les arrestations aberrantes ou les parodies de procès, devant les dénonciations publiques sans droit de réponse, les procès de Moscou hebdomadaires télévisés ?

Tout d'abord ne pas répondre aux provocations politiques, médiatiques par la violence car c'est elle qu'on tente de fabriquer. La France n'est pas en guerre et la guerre civile qu'une minorité de personne tente à tout prix de créer en s'appuyant sur la misère, la ruine économique et la destruction systématique de nos protections  pour en donner l'impression n'est qu'un mensonge de plus, un pâle succédané.

Ainsi, le bouc émissaire ethnique, religieux ne doit pas se substituer à une crise avant tout économique et issue du secteur financier, celui qui au final commande avec ses marionnettes, les politiciens. Personne de cohérent malgré les dégâts visibles, encouragés, sur les biens et les personnes ne placera sur le même plan un clandestin volant une boîte de conserve ou squattant un terrain et le responsable qui incite (et on le sait fait venir avec des moyens militaires) plusieurs centaines de milliers de migrants à gagner un pays mourant du chômage. 


Georges Marchais secrétaire général du PC. Pour les plus jeunes, le PC était un mouvement politique de gauche (donc pas bobo) à tendance marxiste défendant les classes populaires françaises (non ce n'est pas un truquage !). Un discours patriote, antiraciste et économiquement intelligent d'une telle audace serait bien entendu interdit de nos jours.

De même qu'en Ukraine on n'accusera pas la Russie pour un coup d’État mené par l'Occident avec l'aide active de la mafia et de néo-nazis, on ne stigmatisera pas un citoyen qui écrit ou prend la parole, ce serait se tromper de cible. 

Un passé pas si lointain et enseigné à longueur de scolarité puis servi jusqu'à plus soif par la télévision et le cinéma nous a appris que le danger ne venait pas de la pensée mais bien de ceux qui censuraient, brûlaient les livres avant de s'en prendre aux hommes. En 2016, le plus jamais ça est passé aux oubliettes.

L'amour bien compris du monde numérique est avant tout celui un amour de la communication donc une main tendue vers l'autre et le respect de ses différences. Le refus d'entendre une autre voix est le pire des racismes car on refuse alors à l'étranger, à l'altérité de celui qui est notre égal, sa dignité d'homme.

La réalité nous apprend que la seule guerre existant actuellement en Occident et en France est celle de super-nantis contre les classes populaires et moyennes. Cette guerre là n'est ni ethnique ni religieuse. Il suffit de visiter les plus riches arrondissements de Paris pour constater qu'un portefeuille bien garni donne accès à toutes les portes, toutes les terrasses, toutes les boutique sans distinction de couleur de peau ou de religion.

Alors ne cédons pas au simulacre des sirènes du choc des civilisations et refusons comme autrefois la collaboration avec les censeurs, les corbeaux et encourageons ceux qui écrivent et prennent la parole car ils sont notre voix à l'heure la plus sombre.


Le 18 juin 1940 le général de Gaulle lance son appel à la Résistance depuis Londres, sur les ondes de la BBC. Cet appel n'a pas été enregistré, mais les suivants, dont celui-ci datant de juillet 1940 tiré des archives Gaumont Pathé. Profitez en avant son interdiction possible pour complotisme !

 

A lire :

RT : Il n’y a plus de liberté d’expression» : professeur de français suspendu à cause de son blog

Salah Lamrani, professeur de français dans un collège à Saint-Denis suspendu d'après lui pour ses activités de blogging, a confié à RT les circonstances de cette décision, en les jugeant inqualifiables.

Dès son embauche au collège Romain Rolland en septembre 2015, le jeune professeur a fait face à des pressions, comme il l’a souligné dans son interview. «J’ai rapidement été confronté à des problèmes avec ma direction qui ne tolérait pas mon activisme syndical au sein de l’établissement et j’ai été franchement soumis à un harcèlement moral qui m’a amené à me faire prescrire cinq semaines d’arrêt maladie», a-t-il expliqué.

Durant son absence, la direction a, selon Salah Lamrani, instrumentalisé son activité de blogueur qui tourne autour du Moyen-Orient. Durant son temps libre il traduit en effet des discours de différents hommes politiques, tels qu’un général du Hezbollah, Bachar el-Assad ou encore Vladimir Poutine, des personnalités qui se trouvent «en première ligne dans la lutte contre Daesh». Son expérience avec la Mission laïque française en Egypte, contre laquelle il est actuellement en procès, n’a pas non plus plu ni à la direction, ni à certains parents.

«Ainsi, tout ce que je publie sur Internet a été instrumentalisé contre moi, on a voulu me faire passer pour un danger pour les élèves, pour un terroriste qui endoctrinait les élèves. Ces accusations ont été portées contre moi par la direction de l’établissement en présence de parents d’élèves», a-t-il noté ajoutant que c’est de cette façon que tout le collège a pris connaissance de ses activités.

Lire la suite sur RT https://francais.rt.com/france/15747-liberte-france-profe...

12:21 Publié dans Actualité | Tags : censure, inquisition, persécution, libertés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |