Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2015

Des Blu-ray 4K mais après Noël

4K screen.jpg

C'est un peu la sortie de ces fêtes de fin d'année, suite logique de l'apparition des moniteurs 4k, du streaming vidéo, nos disques Blu-ray à peine installés dans nos vidéothèques vont basculer sans doute lentement vers l'Ultra HD 4K. Le mouvement était annoncé depuis quelques années et la crise s'affirmant, surtout au Japon, il faut fournir à la seule clientèle qui n'est pas atteinte, celle des privilégiés de nouveaux produits qui toutefois ne combleront pas l'effondrement des ventes de l'électronique grand public, des PC, des tablettes.

Pionnier, le constructeur Panasonic a d'ailleurs présenté sa première platine compatible qui sera disponible à la vente dès le 13 novembre.

Cette apparition est donc la conséquence du déferlement des téléviseurs UHD 4K dans les différents salons depuis une année et il faut bien dire que les appareils dévoilés au CES ou à l'IFA par Panasonic, Samsung, LG et même Sony ne sont pas difficiles à vendre du moins visuellement. Entre le Full HD et le 4K la différence qu'on pouvait estimer superficielle est indiscutable, frappante d'autant que la taille des écrans téléviseurs ou moniteurs explose au niveau des diagonales.


STAR WARS: THE FORCE AWAKENS Extended TV Spot 4k Ultra HD

Le seul manque qui empêche les passionnés de se précipiter est le manque criant de contenus.

Ce contenu est à l'heure actuelle surtout lié au streaming ainsi Netflix, encore jeune en France, prétend offrir bientôt une alimentation en  quantité des écrans (série Breaking Bad, film Crouching Tiger...) de même Wuaki.tv annonce des blockbusters Forrest Gump, Stat Trek, G.I Joe ou World War Z. Mais quelques films, c'est encore trop peu.

L’organisation Blu-ray Disc Association a relevé ce défi à travers un nouveau support média au format Ultra HD Blu-ray capable de stocker les vidéos en 3840*2160, l'espace disque sera à la hauteur avec 33 Go par couche .

640x377.jpg

Le DMR-UBZ1 Panasonic Ultra HD Blu-ray player sortira dans un mois au Japon. Les performances de ce lecteur enregistreur doté d'un disque de 3To sont séduisantes 4k/60p, palette couleur BT.2020, HDCP 2.2 et support du codec HEVC H.265 codec.  Bien entendu, la connectivité sera à la hauteur avec la compatibilité Netflix et YouTube 4K pour un appareil ave cprises HDMi, coaxial, optique, 2 sorties stéréo et ports SD, USB (pour par exemple chargé vos propres vidéos 4k). La partie audio 192Khz/24-bit pour les fichiers accepte ALAC, FLAC, WAV, et DSD à partir du disque dur. Le Panasonic est muni du wi-fi et du mode DNLA pour le streaming (partenariat avec Onkyo pour la partie enregistrement audio).

Les films qui ont un peu de retard sortiront dès le premier trimestre avec du vendeur à défaut de classiques (Sony Pictures annonce The Amazing Spider-Man 2, Salt, Hancock, les Schtroumpfs 2...)

Par chance la restauration et les scanners tournent à plein régime et on peut compter sur l'arrivée, sans doute avant l'été de Fury, Men in Black, Bad Boys, Lawrence d'Arabie (prêt depuis longtemps en 4k), Le Pont de la rivière Kwaï, TaxGhostbusters, ou du Cinquième Élément.


Sri Lanka - SRI LANKAN DREAMS. combien de temps allez vous résister au 4K si le budget est là ?

 

16:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

11/11/2015

La Russie poursuit son exemplaire opération antiterroriste en Syrie

 Syria.jpg

 Alors que les résultats de l'intervention russe au coté du régime légal syrien commencent à donner des résultats avec des territoires libérés et quelques 800 000 réfugiés qui retournent vers la Syrie, il est bon de faire un petit point alors que les médias occidentaux digèrent mal ce qui s'annonce comme un défaite, la déstabilisation mortelle et voulue de la Syrie selon le sanglant modèle libyen.

Les avions russes ont effectué 85 sorties militaires et frappé 277 positions dans les provinces d'Alep, de Damas, de Lattaquié, d'Hama, d'Homs et d’Idlib, annonce  ce 11 novembre ce  le ministère russe de la Défense. Un dépôt de munitions mais aussi un groupe de véhicules appartenant aux terroristes dans la banlieue de Damas on été détruits.

Un bombardier Su-34 a fait sauter un dépôt sous-terrain de la branche locale d'Al-Qaïda (Front al Nosra), dans la province d’Homs.

De plus les frappes aériennes russes des dernières 48 heures ont bloqué l'offensive terroriste vers la ville la ville d’Hama. Au total, et selon le ministère russe de la Défense, la coopération avec l'armée syrienne a démantelé sept détachements terroristes soit un effectif de 900 ennemis.

Mercredi 11 novembre, les bombardiers russes poursuivent l’opération antiterroriste en Syrie. Une vidéo qui rassure de la chaîne RT.

14:53 Publié dans Actualité | Tags : syrie, russie, terrorisme, espoir | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

10/11/2015

L'internaute, c'est de la boue

numi.jpg

C'est la conclusion d'un média suisse, le Matin qui se penche sur les angoisses d'une presse en ligne découvrant avec effarement que les internautes, à savoir pour l'essentiel le peuple (car il existe désormais des nervis payés par lobbies et états pour semer la zizanie ou espionner dans nos chats Facebook, Twitter etc) ne pense pas comme elle.

Et oui, le peuple qui n'a déjà plus vraiment le droit de s'exprimer en public (pourtant l'occupant nazi est parti depuis 70 ans) ou le fait en se censurant, se lâche un peu plus sur le Web et pire parfois sous pseudo, derrière un VPN, ce qui le protège des poursuites des faux "démocrates" mais des vrais "républicains"... en fait de ceux qui ont le pouvoir et veulent avoir le monopole de la parole donc de la vérité, ceux là même qui vous imposent par exemple d'être Charlie ou de croire à la reprise voire au réchauffement climatique malgré les études de la Nasa ou les témoignages historiques.

L'homme n'étant pas un mouton sauf dans l'esprit de ces élites politiquement correctes qui font tout pour lui dicter sa conduite de la crèche à l'euthanasie, il a donc l'envie, irrésistible, de se libérer d'une tension bien naturelle devant la bêtise ambiante sur le seul espace qui lui reste, le Web.

Reste que l'avis discordant, la critique (et elle a le droit d'être saignante) n'entrent pas dans le logiciel du pouvoir pour qui la liberté d'expression est un commentaire haineux. Pour reprendre la pertinente critique de Michel Onfray, dévier de la ligne, c'est être réac, donc fasciste, donc antisémite et c'est Auschwitz. Ajoutons que dans ce cas on passe par la case départ et qu'en général on vous prend aussi 20 000.

tunisie.gif

Quelque soit le pays ou le sujet, la liberté d'expression n'a pas à être tronçonnée ce qui la distingue du vrai et savoureux saucisson corse. Elle ne se transforme pas même teintée d'humour en diffamation, en haine, en racisme ou en violence si on interpelle un ministre ou un journaliste, ce ne sont pas les mots qui tuent mais ceux qui veulent faire taire.

Car le pire dans cette histoire, c'est que s'il existe bien des provocations dans les groupes de discussion, (provocations tellement visibles qu'elles sont survolées par les internautes) la presse se garde bien de toute auto critique. Car n'est ce pas elle qui donne l'exemple de la désinformation, de la haine, de la violence ?

A t-on oublié les campagnes de matraquage pour casser tel parti politique (Syriza, FN, indépendantistes écossais, Mouvement 5*...), trainer un pays dans la boue (Russie, Iran, Venezuela, Syrie...) et je ne ferai pas la longue liste des attentats, des crimes attribués à des personnes, des partis dans le même but. Nous aussi, nous connaissons les coupables et nous pourrions dénoncer.

Face à la recrudescence des incivilités et des attaques ad hominem,  la modération, ce nom marketing pour la censure ne suffit plus. Car le peuple contrairement à ses maîtres et à leurs collabos médiatiques est encore dans la réalité. Il sait mettre des noms sur les faits, sur les responsables de la dégradation de sa vie quotidienne.

La main invisible, il ne connaît pas. Le coup du destin, des voies du Seigneur impénétrables, du marché, on ne lui fait plus.

On planche donc pour ces médias frileux et serviles sur un logiciel, déjà prévu pour 25 pays, chargé de trier entre l'avant garde du peuple, celle qui a le droit de s'exprimer selon la ligne officielle et ce que Greg Barber du Washington Post considère la boue de nos bottes. Autant dire vous et moi.

Alors, en attendant ce messie, comme les standards des radios, des télévisions qui bloquent la liberté en bloquant l'auditeur, la presse en ligne décide de supprimer complétement les commentaires.

Ce qui ne parle pas n'existe pas. Dormir en paix redevient possible.

 Car la solution est bien connue depuis les années 30. Le problème étant le peuple il suffit de l'éliminer, de le chasser où de le remplacer en allant en chercher un autre ou en s'en extrayant par le transhumanisme.

Mais au fait, nos élites rêvent elles d'autre chose en ce moment ?

Antar.jpg

Malgré la censure des commentaires en ligne, malgré les propos stupéfiants d'une Corine Lepage, ancien ministre de l’Environnement qui ressemblent à une demande de fichage: Je pense quand même qu’à un moment donné du temps, il va falloir tenir un registre très précis de tous ceux qui se seront prononcés et qui auront agi dans un contexte climatosceptique, pour que dans quelques années ils portent la responsabilité au moins morale de ce qu’ils auront fait, l'Antarctique connait la plus forte accumulation de neige en trois siècles depuis 30 ans.

 

"Le Matin.ch : La presse web à l'épreuve des commentaires violents

(ats/nxp)

Devant l'afflux de commentaires haineux, de nombreux médias en ligne cherchent quelle attitude adopter.

Internet devait faciliter les échanges entre le lecteur et les médias. Mais avec l'explosion des commentaires violents et haineux, la presse en ligne a de plus en plus tendance à mettre un voile sur ces discussions, en attendant de trouver une meilleure solution.

Le mois dernier, le site internet de Vice a cessé de publier les commentaires de ses internautes, estimant que «la nature incendiaire des commentaires ne fait qu'asphyxier les vraies conversations». De son côté, le site d'informations The Verge a expliqué en juillet «arrêter les commentaires pour un petit moment», en raison de leur tonalité qui «devient un peu trop agressive et négative».

Ce ne sont pas des cas isolés: le Chicago Sun-Times, The Daily Beast, le site Re/Code ou encore Popular Science, entre autres médias américains, ont décidé de se passer de commentaires."

Lire l'intégralité sur le site Le Matin

11:44 Publié dans Actualité | Tags : censure, liberté, web, climat, fichage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

07/11/2015

Gare au hold up sur votre épargne

banque,faillite,racket,épargne

 Alors que certains ont la chance de penser aux fêtes à venir, d'autres se réjouissent un peu moins, en ce mois de novembre, en regardant avec une angoisse croissante les indicateurs économiques de la planète. On ne trouve en effet de chiffres positifs  que dans la propagande des gouvernements, des entreprises et des banques. 

A l'exception de quelques paradis en général petits et à la législation inhabituelle, ce n'est même plus que rien ne va bien mais plutôt que tout va ouvertement mal. De la mort de la croissance chinoise à l'interminable agonie japonaise (ce n'est pas Mathilde qui est revenue mais la déflation), en passant par l'absence de reprise américaine (de plus plombée par l'échec en Syrie, en Ukraine et la baisse du pétrole) ou européenne (on peut compter sur l'opération importation de migrants de l'OTAN pour alourdir la note) on assiste sans nul doute à un changement d'époque autrement moins artificiel que celui monté avec le 11 septembre 2001.

Le monde occidental est en train de plonger hors de l'histoire, de passer la main et cela va vite, très vite.

En attendant, les requins qui entendent profiter des pigeons citoyens jusqu'au bout vont utiliser tous les trucs pour vous presser jusqu'au bout, comme ils ont si bien su le faire à Chypre ou en Grèce.

banque,faillite,racket,épargne

Pas de doutes, l'Union Européenne est bien la prospérité... des exploiteurs.

Ce ne sont pas seulement les conditions de vie, de travail (on vient de découvrir les maçons portugais payés 2.80€/h en Belgique) qui vont pâtir de la soif qui sera bientôt torride de fonds d'investissement avides de rendements mais directement nos comptes bancaires où les banques puiseront et puiseront de plus légalement pour compenser des pertes qui sont désormais inévitables.

Outre l'effet de domino et de panique que le phénomène provoquera sur un grand public drogué à l'optimisme béat des médias menteurs, il faudra se préparer à une violence sociale, à une guerre civile et à toutes les exactions imaginable et celle des États ne seront pas les dernières.

Nous ne saurions trop vous recommander de ne laisser que le minimum en banque, sur un simple compte courant et de préserver votre patrimoine chez vous, en métaux précieux ou de réaliser un achat de terre etc.

banque,faillite,racket,épargneLisez l'entretien instructif réalisé par la chaîne RT auprès de Philippe Herlin, chercheur en finance, écrivain, entrepreneur. Il est docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), il possède un DEA de Finance de Paris Dauphine et une maîtrise d'économétrie de Paris 10 Nanterre. Accessoirement membre du Club Finance HEC et chargé de cours au CNAM, ce libéral conservateur qui tend à minimiser la gravité de la situation (le ratio donné pour l'effet levier moyen m'a bien fait rire) tient pourtant des propos qui devraient faire réfléchir.

 

La situation des banques en Europe est explosive

Philippe Herlin, chercheur en finance et docteur en économie, a accepté de nous confier son sentiment sur la situation des banques européennes. Et de nous parler de la fameuse directive BRRD.

Philippe Herlin, auteur de l'article sur le site GoldBroker.com, nous apprend que la Comission européenne allait poursuivre six pays devant la Cour européenne de justice. La raison ? Ces derniers n’ont toujours pas transposé dans leur droit national la «Directive sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances» (BRRD pour Bank Recovery and Resolution Directive). Celle-ci prévoit qu’en cas de faillite, une banque pourra ponctionner les comptes des épargnants contenant une somme d’au moins 100 000 euros. Le chercheur en finance a accepté de livrer à RT France son ressenti quant à cette affaire.

RT France : Pourquoi cet empressement de la Commission à vouloir faire paraître cette directive, craindrait-elle un effondrement bancaire ?

Philippe Herlin : Elle doit s’appliquer le 1er janvier 2016. Mais ce n’est peut-être pas la raison principale. Après tout, des directives sont parfois effectives avec deux ans de retard. Je pense que cela traduit surtout une crainte quand au risque que prennent certaines banques. Elles ont des expositions colossales sur les marchés financiers, le tout avec des effets de levier très importants.

RT France : Des effets de levier ?

Philippe Herlin : On se situe en moyenne sur des ratios d’1/30. Clairement, cela signifie que pour 30 euros d’exposition sur les marchés, elles détiennent 1 euro de fond propre. C’est une situation explosive. En apparence tout va bien, les marchés sont très hauts, les taux d’intérêts proche de 0 mais il suffit d’un retournement imprévu pour tout faire sauter. On l’a vu à Chypre récemment, à un tout petit niveau. Les banques se sont retrouvées dans une situation telle que les comptes des épargnants ont été ponctionnés. La même chose pourrait se produire en Europe mais à des niveaux autrement plus importants. Un cataclysme du type de la chute de Lehman Brothers en 2008. Elles ne puiseront pas forcément tout, cela dépendra des pertes. Mais une fois les actionnaires et les détenteurs d’obligations mis à contribution, on arrivera très vite sur les comptes de particuliers voir les entreprises.

Philippe Herlin, auteur de l'article sur le site GoldBroker.com, nous apprend que la Comission européenne allait poursuivre six pays devant la Cour européenne de justice. La raison ? Ces derniers n’ont toujours pas transposé dans leur droit national la «Directive sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances» (BRRD pour Bank Recovery and Resolution Directive). Celle-ci prévoit qu’en cas de faillite, une banque pourra ponctionner les comptes des épargnants contenant une somme d’au moins 100 000 euros. Le chercheur en finance a accepté de livrer à RT France son ressenti quant à cette affaire.

RT France : Pourquoi cet empressement de la Commission à vouloir faire paraître cette directive, craindrait-elle un effondrement bancaire ?

Philippe Herlin : Elle doit s’appliquer le 1er janvier 2016. Mais ce n’est peut-être pas la raison principale. Après tout, des directives sont parfois effectives avec deux ans de retard. Je pense que cela traduit surtout une crainte quand au risque que prennent certaines banques. Elles ont des expositions colossales sur les marchés financiers, le tout avec des effets de levier très importants.

RT France : Des effets de levier ?

Philippe Herlin : On se situe en moyenne sur des ratios d’1/30. Clairement, cela signifie que pour 30 euros d’exposition sur les marchés, elles détiennent 1 euro de fond propre. C’est une situation explosive. En apparence tout va bien, les marchés sont très hauts, les taux d’intérêts proche de 0 mais il suffit d’un retournement imprévu pour tout faire sauter. On l’a vu à Chypre récemment, à un tout petit niveau. Les banques se sont retrouvées dans une situation telle que les comptes des épargnants ont été ponctionnés. La même chose pourrait se produire en Europe mais à des niveaux autrement plus importants. Un cataclysme du type de la chute de Lehman Brothers en 2008. Elles ne puiseront pas forcément tout, cela dépendra des pertes. Mais une fois les actionnaires et les détenteurs d’obligations mis à contribution, on arrivera très vite sur les comptes de particuliers voir les entreprises.

Lire l'article en intégralité sur RT.com

14:22 Publié dans Actualité | Tags : banque, faillite, racket, épargne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |