Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2015

De la République à la dictature

re-education-camp.jpg

Certes le pouvoir n'a aucune légitimité démocratique mais la légalité républicaine suffit aux pires amputations de liberté. Les français qui ferment les yeux sur le basculement actuel ne devront pas pleurer demain lorsqu'on arrêtera ce frère syndicaliste, ce père encarté dans un mouvement politique ou une association et un enfant, un écolier pas Charlie.

La violation de la vie privée, la mise en cause de la pensée, l'interdiction et la répression de la liberté d'expression ce n'est plus demain mais maintenant. On sait comment tout cela se termine, on sait aussi que c'est aujourd'hui le meilleur moyen de créer du racisme, de l'antisémitisme en distribuant les droits de parole et de pensée selon les appartenances et non pas selon le seul mérite qui compte, la citoyenneté.

Les Khmers rouges ne sont pas morts et ils le prouvent.


Alors qu'on aurait pu espérer une condamnation sans appel de l'idée même de cette loi, l'ordre des avocat de Paris à travers la personne de Pierre Olivier Sur, bâtonnier de Paris ne dénonce que mollement, a des inquiétudes mais au final cautionne la nécessité d'une loi "après les terribles attentats de janvier et le sursaut national qui a suivi, le Président de la République et le gouvernement avaient l’occasion de réunir tous les acteurs pour donner à notre pays la loi liberté et sécurité que nous attendons tous. A la place, nous avons un texte élaboré en catimini. Je ne veux pas croire que nous ayons laissé passer cette occasion historique de proposer à la Nation rassemblée la grande loi qu’elle est en droit d’espérer." Comment le citoyen ne peut-il se sentir trahi quand ceux qui doivent le défendre sombrent dans la déraison émotionnelle pour valider des lois de circonstances s'attaquant à nos droits les plus fondamentaux? On partagera, cette fois, la position d'un Zemmour qui en fin connaisseur de l'Histoire comprend bien que cette législation sera surtout une arme au service du communautarisme qui mettra de toute évidence des français en danger en raison de leur surprotection.

pauv.jpg

Alors que le nombre de demandeurs d'emploi "ultra pauvres" a augmenté de 10,6% en un an (chiffres du DARES) on se demande bien à quoi sert ce cirque contre le Net sinon à briser l'unique et dernier espace de liberté en France. Le constat dressé par le démographe Nicolas Bourgoin sur son blog est alarmant :"« Touche pas à mon pote » ou l’éternel retour de la question sociétale en lieu et place de la question sociale. L’antiracisme est devenu le seul marqueur de gauche d’une politique totalement acquise au libéralisme économique et aux effets collatéraux redoutables : durcissement des clivages intercommunautaires, stigmatisation des Français dits « de souche » et réduction de la liberté d’expression publique. La lutte légitime contre l’antisémitisme est parfois le masque d’une défense du sionisme. Dénoncer la mainmise de la finance internationale sur l’économie française, contester le pouvoir des banques, ou encore défendre la cause des peuples opprimés par l’impérialisme sioniste ou étasunien vaut excommunication. Le vrai antisémitisme est très minoritaire en France, comme le montrent les études d’opinion, mais il pourrait bien se développer à la faveur de ces campagnes à répétition qui visent à criminaliser indirectement l’expression d’opinions ou d’analyse contestataires de l’ordre dominant. Elles finiront à force de durcissements par ne laisser au citoyen que deux options : se soumettre ou devenir un délinquant d’opinion."

08:27 Publié dans Actualité | Tags : internet, renseignement, fai, loi, censure | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

20/04/2015

Le grand brun avec des talons aiguilles

féminisme, armée, délire

Le poids des lobbies et du communautarisme qui empoisonne la vie des américains depuis des années deviendra aussi notre norme. Alors quelle est votre pointure?


Les cadets ont été menacé de suites défavorables à leur carrière s'ils refusaient de participer à cette campagne grotesque devant combattre la "college rape culture". On imagine sans peine les crises de rire parmi les soldats russes ou chinois découvrant cette histoire.

08:35 Publié dans Actualité | Tags : féminisme, armée, délire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

17/04/2015

Le fascisme était-il de droite?

a1.jpg

L'extrême gauche en action, cette nouvelle violence urbaine autorisée car au service du pouvoir financier et de ces dogmes para-religieux.

Décidément l'Europe n'a jamais été aussi uniforme sous son maître américain car du protectorat français à la nouvelle colonie ukrainienne la stratégie de contrôle de la population est la même. Ici et là on agite un épouvantail chargé de faire terre l'opposition et de cacher le désastre économique. En Ukraine, la Russie est le bouc émissaire, en France ce sont les indissociables grabataires antisémitisme et fascisme alors que dans les deux cas on serait bien en peine de trouver dans la moindre rue du pays des hordes de l'ex-armée rouge ou des milices néo-fascistes.

Déjà, en 68, la jeunesse bourgeoise nous avait fait le coup des CRS baptisés SS alors qu'elle ne serait pas restée 5mn dans la rue face à ces troupes de choc. Quand à l'antisémitisme il y a de quoi sourire et on se demande bien quelle considération on porte à l'intellect d'une minorité religieuse de quelques 600 000 personnes (la première communauté juive d'Europe étant en France) car resterait elle si elle subissait la moindre persécution après avoir connu les douleurs de la seconde guerre mondiale? Soyons sérieux.


Une nouvelle loi ukrainienne transforme les collabos de l'Allemagne nazie en combattants de la liberté. Réaction de l'Union Européenne? Aucune.

Par contre tout porte à croire à l'émergence d'un nouveau fascisme qui, comme hier, vient de la gauche (n'oublions pas que Mussolini a été le directeur du journal du parti socialiste italien. Et de quel bord venaient Doriot, Déat, Laval?). Car qui saccage hier le centre de ville de Renne? Qui attaque les librairies parisiennes? Qui tente de museler le Net et de fliquer ses utilisateurs au point que des hébergeurs et acteurs du Web annoncent leur exil? Qui s'en prend aux pays arabes laïques,  la Syrie, la Libye... ce ne sont pas les leaders de l'extrême droite traditionnels mais bien de prétendues forces de progrès dont le changement semble être au service d'un ordre nouveau qui affiche son intolérance en France mais approuve aussi les milices néo-nazies en Ukraine pays où les opposants disparaissent et les civils sont bombardés.

Aujourd'hui, il ne faut avoir ni la mémoire courte ni être aveugle car voilà que ça recommence.

Stepan-Bandera_Kiev-janvier2015.jpg

Kiev, Stepan Bandera sur les drapeaux; le collaborateur local de l'Allemagne nazie retrouve la faveur d'un nouveau régime sanglant et pourtant soutenu par l'Occident au nom des valeurs.

 

Kiev réhabilite les collaborationnistes ukrainiens et interdit le communisme

Le 9 avril, le régime pro-occidental de Kiev a adopté des lois pour réhabiliter les collaborationnistes ukrainiens qui ont participé aux génocide ethnique nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale, et pour interdire tout symbole communiste en Ukraine, une ancienne république soviétique.

La loi, intitulée « Sur le statut et la mémoire des combattants pour l’indépendance ukrainienne au 20e siècle », légitime officiellement des dizaines des groupes nationalistes, dont l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) pro-nazis. Les autorités nationales et locales doivent à présent fournir une aide sociale aux membres de ces organisations et à leurs familles.

La loi interdit aussi toute critique publique de ces organisations: « La dénonciation publique du rôle de l’OUN-UPA pour rétablir l’indépendance de l’Ukraine est illégale ».

De même, le régime de Kiev a approuvé une loi qui déplace la fête des « Défenseurs de l’Ukraine » du 23 février au 14 octobre. Le 23 février était à l’origine une fête soviétique marquant la fondation de l’Armée rouge après la Révolution d’octobre – quand elle s’opposait à une intervention militaire des puissances impérialistes pour rétablir le capitalisme dans ce qui allait devenir l’URSS. La nouvelle fête, par contre, marque la date présumée de la fondation de l’UPA.

Une dernière loi interdit tout symbole communiste en Ukraine, conformément à l’appel du ministre de la Justice Pavel Petrenko d’achever la « décommunisation » de l’Ukraine avant le 70e anniversaire de la victoire de l’URSS contre l’Allemagne nazie à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le 9 mai. En annonçant les mesures à la télévision nationale la semaine passée, Petrenko a dit qu’interdire les symboles communistes « était quelque chose que nous aurions dû faire il y a vingt ans ».

La loi anti-communiste, adoptée par 274 voix contre 0, dénonce les régimes communiste et nazi comme « criminels devant la loi », interdisant toute propagande en leur faveur et tout port ostentatoire de leurs symboles. La loi criminalise ainsi des millions de noms d’avenue, de statues, de décorations militaires rattachés à la Deuxième Guerre mondiale qui font référence aux hommes politiques, aux victoires militaires, ou aux événements culturels soviétiques.

Lire la suite sur Mondialisation.ca

20:57 Publié dans Actualité | Tags : ukraine, fascisme, dictature | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

14/04/2015

La nouvelle crise de 29 approche

crise,chine,europe,reprise

Nous l'annonçons comme de nombreux observateurs depuis déjà quelques années, il n'y a aucune reprise américaine et aucune reprise mondiale. Bien au contraire, l'ensemble des indicateurs économiques des acteurs majeurs Chine, États-Unis ou pays émergents révèlent une baisse de la consommation, des échanges, des volumes de fret, une valeurs des actions souvent surévaluée des deux tiers et aussi bien en Europe que sur l'Amérique du Nord un chômage de masse en augmentation et dont la durée est de plus en plus longue.


La politique de la Réserve Fédérale américaine c'est à dire d'une organisation de quelques banques privées détruit le système financier. Les politiques de créations monétaires aggravées des politique de stimulation (QE) ne sont qu'un sauvetage camouflé des pires spéculations de Wall Street qui transfert les dettes des banquiers sont transférées sur l’État à savoir les citoyens qui deviennent les garants des spéculateurs. 

Le Japon étant économiquement mort ne pense plus qu'à réarmer, les États-Unis n'ont plus aucune croissance sauf celle totalement artificielle liée aux ventes d'armes imposées à leurs colonies et suivant ces deux modèles l'Europe commence elle aussi à imprimer sa fausse monnaie garantie par... rien qui augmentera l'inflation, épongera vos économies et ne servant en aucun cas à la consommation des dizaines de millions de personnes qui survivent gonflera la bulle spéculative du marché.

Il est lus que temps pour toute personne ayant des responsabilités familiales ou d'entreprise de quitter les marchés actions, les assurances vies etc. Si vous le pouvez investissez dans la terre, votre maison ou achetez des métaux précieux (pas leur équivalent papier), en aucun cas en sacs scellés et gardez les dans un coffre chez vous.

La crise de 29 a eu comme solution la seconde guerre mondiale et pas l'arrestation de banquiers. Cette fois encore on ne pensera pas à l'intérêt de la masse mais à celui des puissants et ce qui se passe en Ukraine, au Yémen montre bien que la guerre est encore au menu et quelles sont les véritables alliances.

" La voie ferrée c’est typique. Cela fait fait plus d’un an maintenant que vous êtes sur des niveaux de recul de l’usage que vous faîtes du fret ferroviaire qui est entre -5 et -10%. C’est la réalité du terrain. La Chine aujourd’hui a subi un ralentissement qui est beaucoup plus brutal que les chiffres veulent bien le laisser penser et aujourd’hui on a vraiment des gouvernants qui ne savent plus faire grand chose face à ça. Qu’est-ce qu’ils font ? Ils font ce qu’ils ont annoncé au mois de décembre, à savoir ce qu’ils ont toujours fait maintenant depuis 6 ans. Lorsque ça ralentit, je vais en faire encore un peu plus : à savoir je vais investir encore un peu plus. Ils ont annoncé à peu près 500~600 milliards d’euros d’investissements pour les années à venir. Dans quoi ? Dans les infrastructures parce qu’aujourd’hui créer de l’emploi en Chine ça veut dire créer des outils de production, créer des routes, créer des aéroports ou créer des immeubles. Malheureusement ils auront bien du mal à les remplir parce qu’aujourd’hui les chinois, et le marché intérieur chinois, n’est pas suffisamment solvable pour justement utiliser toutes ces infrastructures là. (Olivier Delamarche) "

 

 

 

10:59 Publié dans Actualité | Tags : crise, chine, europe, reprise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |