Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2020

Quand un modérateur de Facebook balance...

Facebook, Twitter, Youtube, censure, lobbies, elections, Trump

 Comme l’État des fonctionnaires ne ressent qu’obscurément la conscience de ces faits, il s’efforce tout au moins de placer assez haut la sphère de l’illégalité pour la dérober aux regards, et il croit alors qu’elle a disparu.
Extraits des débats sur la liberté de la presse (Karl Marx – 1843)

Elections américaines et crise majeure du Capital obligent, une nouvelle vague de censure entraient des dizaines de milliers de clôtures de chaînes et comptes sur les réseaux sociaux sans justificatif réel autre que la diffusion d'informations qui dérangent où incompatibles avec les objectifs de la marchandises et de ses adeptes.

On voit donc des chaînes ayant des années d'existence disparaître, certaines ayant des centaines de milliers d'abonnés et des associations, des personnalités chassés du débat démocratique.

Mais cette fois les lobbies des "droits" ne descendent pas dans la rue pour les défendre, ils ne sont pas payés pour ça.

Quand un modérateur révèle l'hypocrisie de la censure, ce cache-sexe d'un militantisme politique et l'usage réel de nos données personnelles nous mettant avec nos amis et nos familles en danger.

14:43 Publié dans Actualité | Tags : facebook, twitter, youtube, censure, lobbies, elections, trump | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

12/12/2016

Ce bétail qui s'imagine citoyen

danger.jpg

Après la trahison de l'esprit de la République (ne parlons même pas de Démocratie en France personne sauf un Charlie n'y croit) par le décret dissimulé, de dernière minute d'un Premier Ministre quittant ses fonctions et abolissant de son propre chef la séparation des pouvoirs, voici maintenant que s'annonce une nouvelle attaque juste avant les présidentielles. Camouflage un jour...

Cette fois l'agression des nervis guachistes du Capitalisme ne concerne pas le secteur économique et social déjà en coma dépassé ou nos libertés bafouées par un inadmissible et injustifié état d'urgence. Il s'agit d'une attaque directe contre la santé des population et tout particulièrement celle des enfants. Il est vrai que dans la Ferme des animaux qu'est devenu la France ceux-ci appartiennent à l'état comme les bébés appartiennent à ceux qui ont un chéquier.

En attendant le puçage qui fait son apparition dans les entreprises et qu'on imposera sans aucun doute au nom de la santé (les pauvres au RSA seront sans doutes les premières victimes sous peine de perte de CMU), de la sécurité et par l'émotion, voici venir les rentables (pour le privé) et terrifiantes injections obligatoires comme aux plus belles heures d'une époque que le tabou fait pourtant dénoncer aux médias chaque jour de l'année.

Car le crime le plus abominable devient un devoir et même le bien au nom de la valeur suprême, l'argent occidental.

Alors prenez en buvez en tous dans cette inversion, véritable marque de fabrique, de la Cène.

 

 


Le documentaire VAXXED From Cover-Up to Catastrophe expose une fraude criminelle de la CDC : la dissimulation d'un lien entre le vaccin ROR et l'autisme. Il a été censuré par tous les médias et seul le Center Angelika de New York en a accepté la projection. Vaxxed devait être présenté au Festival du film de Tribeca à New York. Sous la pression, Robert de Niro a annulé la diffusion. Vaxxed était censé ouvrir le Festival international Worldfest, à Houston, mais Hunter Todd a admis par écrit que "de hauts fonctionnaires du gouvernement" avaient menacé le Festival. On sait désormais que l'autisme est une pathologie vivement recherché pour un usage militaire de ses victimes en particulier dans un petit pays dont de Niro est très proche au point de faire des collectes de fonds pour ses troupes.


 

 A lire :

Le dernier coup de poignard de Marisol Touraine : un rapport recommande d'imposer 11 vaccins obligatoires

Je n'ai pas encore lu tout le rapport mais l'idée aberrante qui s'en dégage est qu'afin de "rétablir la confiance" dans les vaccins, le gouvernement veut obliger les enfants à se vacciner avec de nombreux vaccins, dont certains très toxiques et parfaitement inutiles pour la tranche d'âge cible, tout en faisant miroiter aux français que cette obligation serait temporaire. Mouais...je rappel que le DTP a aussi été retiré du marché pour des raisons fallacieuses en 2008 et que ce retrait était aussi annoncé comme "temporaire":
 
"Une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques à la suite de la vaccination par DTPolio® a été relevée depuis le début de l’année 2008 par rapport aux années précédentes. Ce vaccin est recommandé selon le calendrier vaccinal en rappel chez l’enfant âgé de 6 ans pour la prévention de la diphtérie, du tétanos et de la poliomyélite. Par mesure de précaution et en accord avec l’Afssaps, Sanofi Pasteur MSD a décidé de suspendre temporairement la distribution de la spécialité vaccin DTPolio® dans l’attente des résultats des investigations complémentaires. Un rappel des lots étant effectué le 12 juin 2008, le vaccin DTPolio® ne sera plus disponible dans les officines à cette date."
 
Drôlement longues ces investigations car 8 ans plus tard, on attend toujours le retour de ce vaccin. On peut toujours rêver d'ailleurs car cette soit disant recrudescence de manifestations allergiques a permis au labo de vendre des vaccins 3 à 6 fois plus cher depuis 2008. 
 
Aujourd'hui, la sinistre de la maladie voudrait même imposer le vaccin contre le VPH qui a déjà gâché la vie de nombreuses jeunes filles dont Savannah Snyder, 14 ans, qui a dû être "hospitalisée de nombreuses fois pour ses douleurs atroces suite à ce vaccin". "Elle éprouve des difficultés à parler, à marcher et ne peut plus se passer d’une sonde gastrique". L’année dernière, la sécurité et l’efficacité du Cervarix et du gardasil ont même été remises en question par la principale chercheuse de ces vaccins, c'est dire.
 
Lorsqu'il s'agit de vaccination, les effets secondaires peuvent être dévastateurs allant  parfois jusqu'à la mort ou des lourds handicaps, et dans ces cas, non seulement l'ONIAM évoqué dans l'article qui intervient déjà actuellement au titre de "la solidarité nationale", indemnise vraiment mal les victimes d'accidents médicaux et leurs familles mais en plus, on ne peut pas engager la responsabilité des laboratoires. Lorsqu'il s'agit de s'en mettre plein les poches, Big Pharma est là...par contre pour le SAV, allez voir ailleurs. Fawkes
 
Lire la suite sur Fawkes-News
 

13:06 Publié dans Actualité | Tags : vaccin, obligatoire, élections, santé, danger, corruption, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/11/2016

Victoire de Trump, une claque planétaire à la bobosphère

surprise.jpg

Impression de déjà vu, Trump vient à son tour de s'immiscer dans les profondeurs du Système et ça passe mal pour notre plus grand plaisir.

Enfin le retour au réel avec le choix imposé par le peuple ce cauchemar du Système. Car depuis des mois comme pour le Brexit, comme pour Maastricht, tout était joué, Hillary devait, avait gagné. Newsweek était imprimé, le sondage Reuters évoquant l'effondrement du vote Clinton effacé. Et pourtant, malgré l'élite démocrate et républicaine contre lui, malgré la propagande et la désinformation incessante des grands médias, malgré l'hostilité de Wall Street Trump a gagné.

Il a même largement gagné compte tenu des fraudes, des agressions des militants (il ne faisait pas bon porter hier une vêtement rouge dans le Bronx), des machines à voter défectueuses n'acceptant que le vote Clinton, de l'intervention incroyable dans la campagne du Président Obama aux frais du contribuable américain (200 000$ l'heure de "vol" présidentiel).


Revivez l'émotion de la victoire. Contrairement aux grands médias, le Net décrit le réel pas le monde rêvé de militants de la nomenklatura portant le masque trompeur de journalistes

La victoire est d'autant plus belle qu'elle confirme la mort des médias sclérosés de l'argent au profit de la liberté et du pluralisme du Net. Cette révolution rend enfin au peuple une partie de sa liberté d'expression interdite à la radio, à la télévision et dans la presse, ces médias désormais archaïques tenus par la publicité, l'état, la banque et parfois encore un peu par le complexe militaro-industriel.

Alors si Trump n'est en rien un bien pour pour un Français mais juste un moindre mal contre un risque de guerre mondiale, le globalisme destructeur du TIPP/TAFTA, le terrorisme purement occidental exprimé par les printemps, il est cependant une heureuse surprise dont on espère un jour un écho en France.

Un Président Américain (ou Russe) n'a en effet pas vocation à être un bien pour la France, ce n'est ni sa fonction ni ce que nous devons attendre. Il doit servir avant tout son peuple et garantir ses droits, sa sécurité et si possible améliorer ses conditions de vie. Une telle exigence implique donc une rupture avec l'affairisme, la défense d'intérêts privés à l'intérieur et à l'extérieur et surtout la fin du service d'intérêts étrangers. Un problème qui gangrène aussi bien la situation américaine que française.

Trump dénoncé, calomnié, insulté depuis des mois par les politiciens et médias les plus corrompus des deux cotés de l'Atlantique est donc un salutaire rappel de la réalité d'autant que son électorat ne correspond pas du tout au portrait haineux dressé à l'intention du public. L'électeur Trump type qui aurait ressemblé à un petit blanc âgé et réac se retrouve au final aux côtés de la moité du vote hispanique, d'une très large partie du vote afro-américain (en particulier musulman) et même gay. Ce qui confirme une nouvelle fois l'absence de représentativité démocratique de groupes, de communautés par des lobbies jugés pourtant tels par la l'oligarchie politicienne et les médias.


Le discours de la victoire

 Il y a donc aujourd'hui des raisons de se réjouir, ne serait-ce que pour voir non pas une mine défaite mais la tête de constipé de ceux qui nous oppriment à longueur d'année, nous mentent, vident nos poches en nous demandant en prime de nous excuser.

Ce n'est sans doute pas très noble après une victoire mais c'est humain et ça fait du bien d'autant que les enquêtes sur la Fondation Clinton sont loin d'être finies et réservent de savoureuse surprises. Les lecteurs des mails Wikileaks, ceux qui contrairement au FBI lisent et n'utilisent pas un simple moteur de recherche pour enquêter en savent quelque chose.

En attendant l'entrée en fonction de Trump en 2017 et en espérant que son projet ne finisse pas comme celui de Kennedy (car un attentat sous faux drapeau d'un "Syrien" avec une arme russe ferait grimper la bourse et relancerait le processus de guerre), souhaitons bonne chance à Donald, après tout, il peut difficilement faire pire que sa rivale fort heureusement battue.

trump,élections,hillary,victoire,wikileaks

Dernière minute, un premier succès à l'international à porter au crédit de Trump, le "rappeur" Maître Gims déclare arrêter la musique après la victoire de Trump. Rien que pour cette raison, on se félicite du résultat des votes et nos tympans disent merci. Espérons que cet exemple sera suivi par d'autres Patrick Bruel, Véronique Sanson et autres Conchita ou Carlita, on compte sur vous!

 

14:56 Publié dans Actualité | Tags : trump, élections, hillary, victoire, wikileaks | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

31/10/2016

Trump donne le coup de grâce

 

war.jpg

L'Alfred E. Smith Memorial Foundation Dinner est un diner annuel de charité new-yorkais au profit de la Catholic Charities, une œuvre catholique américaine de bienfaisance. Cette édition 71 est organisée par l'Alfred E. Smith Memorial Foundation créée en l'honneur de l'ancien gouverneur de New York Al Smith qui fut lepremier candidat catholique d'un des deux grands partis aux présidentielles. Ce diner est présidé par l'archevêque de New York Timothy Dolan.

La caractéristique de l'événement est de juste précéder l'élection et les deux candidats, démocrate et républicain se retrouvent réunis publiquement. La tradition est de tenir un discours humoristique. Une occasion qui permet à Trump de montrer une supériorité intellectuelle déjà établie tout en soulignant l'inégalité de traitement entre les candidats et les casseroles trainées par une Hillary dont personne de bonne foi ne parvient à comprendre, saufs ses partisans, la circulation en liberté. Yes, we can à priori n'existe pas au FBI.


Discours de Donald Trump au Dîner d'Al Smith, le 20/10/16

11:29 Publié dans Actualité | Tags : trump, clinton, hillary, élections | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |