Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2020

Appel du Professeur Christian Perronne

resistance.jpg

Christian Perronne est un médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français, spécialisé dans le domaine des pathologies tropicales et des maladies infectieuses émergentes, et ancien président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique.

L’appel de Christian Perronne

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.
Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.
En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique.
Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie. Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’Etat.
Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.
Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.
Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur.
Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-COV-2.
L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.
Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement.
Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence. Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place.
La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.
Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave,de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes.
Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocément.
Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter.
Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.
Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.
Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour.
Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.
Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique.
On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules.
On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ?
Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN. Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes.
Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN.
Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants.
Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes.
Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le mais transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés). Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie.
C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin Un comble. Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.
Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.
La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

13:51 Publié dans Actualité | Tags : covid, vaccin, santé, menace, dictature | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

26/05/2020

La folie marchande nuit gravement à notre santé

cimetiere.jpg

Il y a bien une guerre mais sa cible n'est pas le virus, c'est nous !

Le Haut conseil de la santé publique recommande de «ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19» hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique, dans un avis publié ce 26 mai. L'instance avait été saisie par le ministre de la Santé Olivier Véran le 23 mai après la parution d'une étude pointant l'inefficacité et les risques de ce médicament pour les malades du Covid-19.

Nous en sommes à ce degré de ce qu'il faut appeler au minimum connerie.

Afin de prouver le mensonge actuel qui n'échappe ni aux spécialistes ni à ceux qui se donnent la peine de creuser, voici ce que disait une étude publiée dans The Lancet et pas dans Spirou.

We conclude that chloroquine/hydroxychloroquine administration presents limited and well-preventable toxicity and may thus result in a low risk/benefit balance at least when it is used in life-threatening conditions.

Source : Effects of chloroquine on viral infections: an old drug against today's diseases.
Dr Adrea Savarino, John R Boelaert, Antonio Cassone, Giancario Majori, Roberto Cauda.

Mais la crise financière est passé par là et l'impératif de l'Europe en jachère aussi, quel que soit son coût humain.

Alors on se perd en conjecture, connerie, incompétence, trahison... le cumul est certainement possible.

Avec plus de 4000 personnes soignées et un taux de mortalité de 0.5% le Professeur Raoult ne se fait lui sûrement aucune illusion.


Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents !
Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée-Infection (1)

En zone libre, par exemple au Maroc, on est pas dupe de la bouffonnerie imposée par le Système aux Français pour discréditer le protocole efficace et bon marché Raoult.

Le le Pr Jaâfar Heikel signale lui aussi 5 erreurs majeures de méthodologie de l'étude récente publiée dans The Lancet et servant de prétexte aux délires politiciens portant atteinte au meilleur traitement du moment.

En attendant, si vous êtes loin de l'IHU de Marseilles, vous n'êtes pas abandonné, le Rivotril est lui toujours autorisé.

 

A lire :

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet sur la chloroquine (Sputnik )

«Attention, il faut bien comprendre que ce n’est pas une étude clinique mais une analyse de registres [informatisés] de données de différents hôpitaux et pays. C’est évidemment une publication importante qu’il faut considérer pour ce qu’elle vaut ni plus ni moins», a-t-il indiqué, ajoutant que «si vous avez bien lu, ce n’est pas une étude ou un essai clinique mais l’analyse statistique de données de registres [informatisés]»

 

(1) IHU – Méditerranée Infection, 19-21 Boulevard Jean Moulin, 13005 Marseille. Tél : + 33 (0)4 13 73 20 01

 

13:40 Publié dans Actualité | Tags : raoult, covid, propagande, vaccin, hydroxychloroquine, mensonge | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/04/2020

Le Covid-19 utilise t-il comme vecteur une bactérie de notre flore ?

coronavirus.jpg

L'opération collatérale commerciale du vaccin pourrait être compromise.

 

12:20 Publié dans Actualité | Tags : covid-19, flore, virus, bactérie, vaccin | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

12/12/2016

Ce bétail qui s'imagine citoyen

danger.jpg

Après la trahison de l'esprit de la République (ne parlons même pas de Démocratie en France personne sauf un Charlie n'y croit) par le décret dissimulé, de dernière minute d'un Premier Ministre quittant ses fonctions et abolissant de son propre chef la séparation des pouvoirs, voici maintenant que s'annonce une nouvelle attaque juste avant les présidentielles. Camouflage un jour...

Cette fois l'agression des nervis guachistes du Capitalisme ne concerne pas le secteur économique et social déjà en coma dépassé ou nos libertés bafouées par un inadmissible et injustifié état d'urgence. Il s'agit d'une attaque directe contre la santé des population et tout particulièrement celle des enfants. Il est vrai que dans la Ferme des animaux qu'est devenu la France ceux-ci appartiennent à l'état comme les bébés appartiennent à ceux qui ont un chéquier.

En attendant le puçage qui fait son apparition dans les entreprises et qu'on imposera sans aucun doute au nom de la santé (les pauvres au RSA seront sans doutes les premières victimes sous peine de perte de CMU), de la sécurité et par l'émotion, voici venir les rentables (pour le privé) et terrifiantes injections obligatoires comme aux plus belles heures d'une époque que le tabou fait pourtant dénoncer aux médias chaque jour de l'année.

Car le crime le plus abominable devient un devoir et même le bien au nom de la valeur suprême, l'argent occidental.

Alors prenez en buvez en tous dans cette inversion, véritable marque de fabrique, de la Cène.

 

 


Le documentaire VAXXED From Cover-Up to Catastrophe expose une fraude criminelle de la CDC : la dissimulation d'un lien entre le vaccin ROR et l'autisme. Il a été censuré par tous les médias et seul le Center Angelika de New York en a accepté la projection. Vaxxed devait être présenté au Festival du film de Tribeca à New York. Sous la pression, Robert de Niro a annulé la diffusion. Vaxxed était censé ouvrir le Festival international Worldfest, à Houston, mais Hunter Todd a admis par écrit que "de hauts fonctionnaires du gouvernement" avaient menacé le Festival. On sait désormais que l'autisme est une pathologie vivement recherché pour un usage militaire de ses victimes en particulier dans un petit pays dont de Niro est très proche au point de faire des collectes de fonds pour ses troupes.


 

 A lire :

Le dernier coup de poignard de Marisol Touraine : un rapport recommande d'imposer 11 vaccins obligatoires

Je n'ai pas encore lu tout le rapport mais l'idée aberrante qui s'en dégage est qu'afin de "rétablir la confiance" dans les vaccins, le gouvernement veut obliger les enfants à se vacciner avec de nombreux vaccins, dont certains très toxiques et parfaitement inutiles pour la tranche d'âge cible, tout en faisant miroiter aux français que cette obligation serait temporaire. Mouais...je rappel que le DTP a aussi été retiré du marché pour des raisons fallacieuses en 2008 et que ce retrait était aussi annoncé comme "temporaire":
 
"Une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques à la suite de la vaccination par DTPolio® a été relevée depuis le début de l’année 2008 par rapport aux années précédentes. Ce vaccin est recommandé selon le calendrier vaccinal en rappel chez l’enfant âgé de 6 ans pour la prévention de la diphtérie, du tétanos et de la poliomyélite. Par mesure de précaution et en accord avec l’Afssaps, Sanofi Pasteur MSD a décidé de suspendre temporairement la distribution de la spécialité vaccin DTPolio® dans l’attente des résultats des investigations complémentaires. Un rappel des lots étant effectué le 12 juin 2008, le vaccin DTPolio® ne sera plus disponible dans les officines à cette date."
 
Drôlement longues ces investigations car 8 ans plus tard, on attend toujours le retour de ce vaccin. On peut toujours rêver d'ailleurs car cette soit disant recrudescence de manifestations allergiques a permis au labo de vendre des vaccins 3 à 6 fois plus cher depuis 2008. 
 
Aujourd'hui, la sinistre de la maladie voudrait même imposer le vaccin contre le VPH qui a déjà gâché la vie de nombreuses jeunes filles dont Savannah Snyder, 14 ans, qui a dû être "hospitalisée de nombreuses fois pour ses douleurs atroces suite à ce vaccin". "Elle éprouve des difficultés à parler, à marcher et ne peut plus se passer d’une sonde gastrique". L’année dernière, la sécurité et l’efficacité du Cervarix et du gardasil ont même été remises en question par la principale chercheuse de ces vaccins, c'est dire.
 
Lorsqu'il s'agit de vaccination, les effets secondaires peuvent être dévastateurs allant  parfois jusqu'à la mort ou des lourds handicaps, et dans ces cas, non seulement l'ONIAM évoqué dans l'article qui intervient déjà actuellement au titre de "la solidarité nationale", indemnise vraiment mal les victimes d'accidents médicaux et leurs familles mais en plus, on ne peut pas engager la responsabilité des laboratoires. Lorsqu'il s'agit de s'en mettre plein les poches, Big Pharma est là...par contre pour le SAV, allez voir ailleurs. Fawkes
 
Lire la suite sur Fawkes-News
 

13:06 Publié dans Actualité | Tags : vaccin, obligatoire, élections, santé, danger, corruption, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |