Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2019

Cash l'économie revient à la télévision

usa vs china.jpg

Le débat économique écarté de BFM revient à la télévision grâce à la chaîne russe RT. Cette semaine dans «C’est Cash» Olivier Delamarche et Estelle Farge s’intéressent à la Chine, aux Chinois, aux Américains, et surtout à leurs relations parfois tendues.

Olivier Delamarche, né en 1966, est analyste financier, président-fondateur de la société de gestion de portefeuille Platinium Gestion. Il est spécialisé en analyse macro-économique. Il a débuté sa carrière aux côtés de Jean Borjeix chez Pinatton France. Puis, dans un second temps, il s'est spécialisé en gestion de portefeuille et de fonds chez Pinatton puis chez Wargny et enfin chez Leven. Il crée la Sicav Platinium France en 2004 et Platinium Gestion en 2005 avec Jean Borjeix.


Assisté par Estelle Farge, Olivier Delamarche reçoit Pierre Sabatier, économiste et président du cabinet Primeview. Le tiroir cash de la semaine est consacré à la guerre commerciale Etats-Unis - Chine, aux mesures protectionnistes de Donald Trump, et à la riposte de Xi Jinping.

16:31 Publié dans Actualité | Tags : chine, usa, économie, tv, information | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

19/10/2018

Censure et réseaux sociaux, notre avenir va se jouer

censure, réseaux, sociaux, twitter, usa

La liberté d'expression n'a pas à être limitée et surtout pas par des opérateurs privés. Cette histoire n'est pas seulement un problème global, on ne peut souhaiter que d'autres pays finissent comme la France ou l'Allemagne, sous une inquisition perpétuelle et le règne de corbeaux patrouillant Net, réseaux sociaux et forum au service du régime.

C'est aussi sur un plan local la mise en évidence du coup d'état tenté par les démocrates américains associés à la finance et à ses médias pour contrôler toute l'information, maîtriser la politique d'un pays en se garantissant par cette violence un monopole d'accès au pouvoir.

A titre d'exemple nous avons vu 1200 abonnés Twitter être "radiés" en juillet et 500 cette semaine.

 

A lire :

La Cour suprême se penche sur un cas lourd de conséquences pour la censure sur les réseaux sociaux

L'affaire oppose une chaîne de télévision à deux vidéastes, mais pourrait faire trembler les réseaux sociaux. La Cour suprême devra déterminer si un opérateur privé, lorsqu'il fonctionne comme un forum public, doit respecter la liberté d'expression.

La Cour suprême des Etats-Unis a décidé de se pencher le 12 octobre sur un cas qui pourrait avoir d'énormes implications pour la protection de la liberté d'expression des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Pourtant, à première vue, l'affaire qui oppose la Manhattan Community Access Corp à Halleck ressemble à un différend mineur entre une chaîne câblée locale et deux vidéastes, dont le travail a été banni des ondes.

(...)

Les exemples sont légions et s'inscrivent dans une tendance partagée par tous les grands réseaux sociaux. Le 11 octobre, Facebook a supprimé plus de 800 pages et comptes qui diffusaient principalement des contenus politiques. Contrairement aux purges précédentes, la gauche a été autant visée que la droite à cette occasion. Une «censure politique» dénoncée par les utilisateurs concernés, justifiée par la firme de Palo Alto par le «comportement inauthentique» de ces pages, qu'elle a assimilé à du spam. Quelques jours auparavant, Google estimait de son côté que la liberté d'expression était un «principe utopique». Dans un mémo interne intitulé «Le bon censeur», l'entreprise soulève l'idée de censurer ouvertement des contenus pour créer des «espaces bien ordonnés» où règne «la sécurité et la civilité».  

A lire en intégralité sur RT en français.

13:15 Publié dans Actualité | Tags : censure, réseaux, sociaux, twitter, usa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

22/02/2018

Climat d'avant guerre

euroep,guerre,censure,usa,otan

Il n'est pas vraiment nécessaire de poster beaucoup actuellement, l'invisible devient chaque jour éclatant et les faits publics tels l'augmentation des achats de munitions de l'armée américaine de 800% pour l'an prochain suffisent à donner la tendance.

La censure en action sur les réseaux sociaux et même sur les commentaires des articles du site d'information russe RT où défendre la Turquie et la Russie déplait fortement à la modération "de France" est aussi significatif.

Il n'est plus possible d'informer, de donner un avis libre sans être insulté, menacé, qualifié de complotiste, se voir demander "des preuves". La moindre discussion autrefois courtoise est devenu l'occasion d'un tribunal où lr citoyen risque sa peau, son travail, sa liberté et parfois sa santé

L'Occident est devenu une théocratie marchande donc fondée sur la religion du mensonge, perpétuellement renouvelé mais qu'il faut à l'instant croire de toute éternité.

Cette hystérie désormais sans limité de la bêtise, du fanatisme, de la vulgarité est l'indicateur de la faillite, de la décadence précédent la fin.

C'est ce qui doit nous réjouir et qu'il ne faudra pas oublier demain.

 

L’Otan a déjà voté, avant nous

L’art de la guerre

11:05 Publié dans Actualité | Tags : euroep, guerre, censure, usa, otan | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/01/2015

Le bon sens

04_fall_of_the_dollar.jpg

Gholamali Kamyab vice gouverneur de la Banque centrale d'Iran cité par l'agence Tasnim annonce que son pays n'utilisera plus comme devise le dollar pour ses transaction avec les autres pays.

"Dans ses échanges commerciaux avec l'étranger, l'Iran se sert désormais d'autres monnaies, notamment du yuan chinois, de l'euro, de la livre turque, du rouble russe et du won sud-coréen" précise l'agence Rianovosti. 

Cette mesure salutaire pour l'économie mondiale car le dollar ne vaut plus rien et n'est plus garantie que par une puissance militaire doutteuse montre une tendance en expansion chez les fournisseurs de matières premières comme la Chine et la Russie qui constatent non seulement un effondrement économique américain mais aussi ne supportent plus un impérialisme violent qui se moque du droit international.

Thirteenth BoG Meeting.JPG

Gholamali Kamyab (3e à partir de la droite) en juin 2014 à Istamboul. Sur pressions américaines allant jusqu'à des troubles sociaux, la Turquie qui il y a quelques années construisait une union économique réciproquement profitable avec l'Iran et la Syrie à la fois clients et fournisseurs d'énergie se retrouve maintenant avec deux adversaires artificiels directs contrairement à ses intérêts et sous une épée de Damoclès russe contre laquelle militairement elle est sans défense. Il se murmure d'ailleurs de plus en plus que l'OTAN ne serait plus capable de dominer la Russie sur le plan aérien.

14:03 Publié dans Actualité | Tags : dollar, usa, iran | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |