Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2017

Hitler ou la vengeance de la planche à billets

 

Hitler vengeance planche billets.jpg

 L'oblitération mémorielle au profit du lancinant mais de bon rapport devoir de mémoire est une constante de l'éducation institutionnalisée refusant au passé le prima économique qu'elle impose au présent et au futur. Cette soupe émotionnelle, resservie jusqu'à plus soif à tous les âges de la vie, sur l'ensemble des supports n'est pas une opération de vide sens.

Celui qui contrôle le présent a tout intérêt a déconstruire le passé pour le réécrire et dicter le futur. Ainsi, la question financière, bancaire imposant en 2017 au politique, sa politique, n'aurait eu aucune responsabilité selon l'enseignement dans le déclenchement de deux guerres mondiales.

Cette thèse qui vous donnera bac, licence, doctorat est celle qui fait l'impasse sur l'histoire économique et sociale de plus d'un siècle de l'Europe et du monde, le spectaculaire menteur de la Démocratie marchande ne voit à ce titre que problèmes psychanalytiques, nationalismes haineux, etc. L'informe est si simple à caricaturer et si pratique pour cacher des monstres.

La réalité est cruelle et difficile à faire disparaître. Le Français de 2017 sait qu'on ne porte pas au pouvoir un psychopathe sans d'important moyen financiers, le contrôle des médias. Et même dans ce cas, un passif catastrophique, l'instabilité mentale ne passent pas, même chez des Américains conditionnés encore plus que nous.

Pierre Jovanovic dans Adolf Hitler ou la vengeance de la planche à billets édité par Le Jardin des Livres dévoile en partie le dessous des cartes sur les raisons, les moyens de l'accession au pouvoir de l'agent Hitler. Il montre aussi la fonction de cette guerre déclenchée par la Grande Bretagne, suivie par la France, et comment la planche à billet à permis sa durée malgré l'offre allemande de paix en 1941.

Un ouvrage utile qui a sa place sous un sapin de Noël car la recette tragique a encore ses adeptes et elle semble à notre menu.


Attention problème de son les premières minutes. Libéré sur parole Nouvelle émission de Tepa ( http://metatv.net). Vous pouvez soutenir cette émission ici.

13:29 Publié dans Actualité | Tags : hiler, banque, guerre, faillite, europe, ue | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

12/08/2017

Urgent : Risque bancaire majeur pour les particuliers

 banquen,risque,gel,comptes,rentrée

Lorsque nous en arriverons là et c'est inévitable, ne comptez pas revoir votre argent, vos économies, placements, assurances vie. Selon Reuters du 28/07, le gel des avoir dès le premier euro pourrait durer de 5 à 20 jours ouvrés. De quoi mourir de faim ou voir une vraie guerre civile se déclencher.

 Les banques commencent à sauter (Italie, Espagne...), c'est inévitable et avec elles vont sauter les compagnies d'assurances, les entreprises de la nouvelle économie, du high tech dont les cours boursiers sont totalement artificiels et soutenus par les banques centrales depuis des années, le ver est dans la pomme. Le cas du géant Banco Popular illustre parfaitement le désastre et le mensonge gigantesque d'une reprise ces dernières années, on a juste fait tourner les imprimantes de la banque centrale européenne pour cacher, le plus longtemps possible un gouffre sans fond. La Fed ou la banque du Japon ne font pas autre chose.

Il faut être clair. L'ampleur des dettes, des créances sans espoirs d'être recouvertes est telle qu'il est totalement impossible de gérer le phénomène. Alors, les solutions habituelles se profilent sauf que l'échelle n'est plus nationale mais planétaire.

La solution américaine est clairement affichée, la guerre contre n'importe qui mais vite, comme autrefois (et pour les mêmes raisons), afin de remettre le compteur à zéro, tenter de relancer la machine de l'économie réelle et surtout éviter de causer des problèmes aux responsables de la situation, les financiers, ils ont beaucoup souffert.

Mais avant et surtout dans l'Union Européenne qui tombera avant les États-Unis (la famille doit rapatrier ses biens), on procèdera au gel des comptes, probablement dès le premier euro (proposition estonienne du 13/07) pour éponger une petite partie des dettes et permettre aux gros investisseurs d'aller s'abriter, les poches pleines, comme autrefois en Autriche et récemment en Argentine.

En pratique, cela veut dire toutes banques fermées simultanément dans l'ensemble de l'Union Européenne et vos yeux pour pleurer.

risque,gel,comptes,rentrée,banque,delamarche,bankrun

Il ne faut pas croire au Père Noël, un argent qui a été joué, perdu et bien souvent volé ne reviendra pas plus aujourd'hui qu'il n'est revenu de la crise de 29. L'objectif fondamental des États est de sauver les banquiers (pour la com on dira les banques et les petits épargnant ou une chose fumeuse qui ne se plaindra pas "l'économie" hahaha) et d'éviter tout bank run révélant que les caisses sont vides et rendant un dernier racket impossible. Ce n'est pas un hasard mais bien une arnaque si on réduit sans cesse les sommes pouvant être retirées des distributeurs et le montant des achats en espèces. Il faut TOUT laisser en banque et tout le temps!

Le risque étant selon de nombreuses sources très important et l'opération étant par définition surprise (et devant durer des semaines), il est préférable de l'anticiper en ne laissant en banque que le strict minimum permettant de répondre aux prélèvements automatiques.

S'il en est encore temps et si vous le pouvez récupérez vos placements (j'ose espérer que vous n'avez plus d'assurance vie depuis longtemps!) sous forme de métaux précieux en sacs non scellés afin de pouvoir en contrôler le contenu. N'acceptez sous aucun prétexte de l'équivalent or "papier". On peut être pigeon, gentil, mais il y a des limites.

 Enfin n'hésitez pas à suivre la lettre d'Olivier Perrin, le Vaillant Petit économiste en lien sous la vidéo salutaire d'Olivier Delamarche. Mais n'oubliez pas que cette lettre, si fort utile, ne pourra pas vous avertir avant la fermeture des agences.

Prenez vos précautions!

 

 

Appel URGENT d’Olivier Delamarche. Vous pouvez vous inscrire ici pour recevoir la lettre d'information économique gratuite du Vaillant Petit Economiste.

10:46 Publié dans Actualité | Tags : risque, gel, comptes, rentrée, banque, delamarche, bankrun | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

02/07/2017

Le Système au Terminus des prétentieux

 

Macron, Niel,bobos, banque, parasitisme, ruine

"Le commissionnaire est un esclave qui doit livrer un message et aussi en rendre compte : esclave, il l'est deux fois." (Massa Makan Diabaté).

Le discours de la haine dénoncé de manière pavlovienne par "nos" médias à longueur d'année n'est pas celui de ceux qui aiment leur pays et ne supportent pas sa destruction organisée au profit de mafias, de lobbies. Le discours de la haine est celui de cette fausse élite affairiste du jouir égoïste qui méprise l'autre en confondant fraternité et rentabilité, le réduit à rien s'il n'a pas, on l'a déjà dit, une Rolex à cinquante ans.

La France de ce parasitisme bancaire, nomade, est une simple gare (Attali avait déjà illustré l'idée avec l'hôtel de passe lui aussi) et en rien la patrie charnelle pour laquelle des millions de Français ont donné leur sang. Sortez de là Vercingétorix, D'Artagnan, Communards, Poilus, Jean Moulin, vous n'avez pas le bon ticket.

Il y a danger à monter dans de ce train en marche qui ressemble trop à une vespasienne et en a l'odeur.


Juin 2017, inauguration du campus de Station F. Devant un échantillon du monde de l'argent et sa nomenklatura politicienne à la Halle Freyssinet à Paris. Emmanuel Macron livre sa vision du monde, celle des "élites" au pouvoir : les territoires, quels qu’ils soient (ville, pays, continent), sont des lieux de « passage » où les individus doivent lutter pour « réussir », sous peine de n’être « rien ».

08:21 Publié dans Actualité | Tags : macron, niel, bobos, banque, parasitisme, ruine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

26/06/2017

La faillite mondiale à brève échéance

 

faillite,banque,krach

Quand une agence est fermée et le distributeur vide, il est trop tard pour pleurer ses économies. C'est un avenir que les Français vont bientôt connaître comme toute la planète. Ce n'est pas un hasard si on retire de la circulation les grosses coupures et si la fermeture d'un compte tourne au cauchemar.

 La faillite globale est arrivée et l'effondrement du Système approche, reste à espérer que nous ne subirons pas trop d'actes de Terreur pour la dissimuler ou pire une guerre pour tenter de retarder l'inévitable.

Depuis des années des journalistes tentent d'informer sur le sujet mais ils ont disparu des antennes. Les plus "grand public" ont disparu en priorité ainsi, un Delamarche a été éjecté de BFM et un Jovanovic avec un CV journalistique éloquent et auteur de best-sellers a même été sorti de... Wikipédia.

Nous sommes entrés depuis un moment déjà dans une phase mortelle d'impression massive, jamais vue, de billets garantis par... rien. Cette stratégie visant à protéger une mafia financière au dessus des lois et à cacher au public le rapt de son bas de laine ne fait qu'aggraver la situation et révéler la corruption d'un secteur politique ni indépendant, ni au service du citoyen, ni propre.

Il est encore temps de récupérer ce que vous pouvez, de placer dans la terre, en or (en attendant l'interdiction de sa détention), le fruit de votre travail mais il faut faire vite.

 

imageVB.JPG

Pour le prix d'un café, un Italien peut désormais s'offrir dix actions Veneto Banca, décoratif mais je préfère un café!

A lire :

 

L'Italie va verser jusqu'à 17 milliards d’euros pour maintenir l'activités de deux banques

Le gouvernement italien s'est engagé à verser jusqu'à 17 milliards d'euros pour sauver les activités saines et éponger les créances douteuses de deux petites banques vénitiennes dont les difficultés représentent une menace pour le système bancaire.

Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca seront liquidées, mais leurs actifs sains repris par Intesa Sanpaolo, permettant ainsi d'éviter des licenciements et de protégeant les déposants qui devraient avoir, dans des conditions habituelles, accès à leurs compte le 26 juin. 

«Le total des ressources mobilisées pourrait atteindre 17 milliards d'euros, mais la dépense immédiate pour l'Etat est d'un peu plus de cinq milliards d'euros», a expliqué à la presse le ministre de l'Economie et des Finances, Pier Carlo Padoan, à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire du 25 juin.

Pier Carlo Padoan a précisé que 4,8 milliards d'euros serviraient à maintenir la capitalisation et à renforcer la situation patrimoniale du groupe bancaire Intesa Sanpaolo.

Les 12 milliards supplémentaires représentent une couverture pour les créances douteuses, qui risquent de ne jamais être remboursées.

Lire la suite sur RT.com

09:31 Publié dans Actualité | Tags : faillite, banque, krach | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |