Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2019

Présidentielles en Tunisie et grosse légume

Tunisie-pauvreté.jpg

Tunisie, la pauvreté a augmenté de 30% en 4ans, merci Chahed !

La formation de Chahed actuel Premier Ministre ? Institut national agronomique Paris-Grignon en France2 et DEA (Mesure de l'impact sur le bien-être des réductions tarifaires relatives aux produits agricoles : une application du Trade Restrictiveness Index à l'économie de l'Union européenne) en économie de l'environnement et ressources naturelles donc la nature soumise au capital puis en 2003, un doctorat en agroéconomie sur la « mesure de l'impact de la libéralisation des marchés agricoles sur les échanges et le bien-être, bref encore la farce bobo-verte contre le milieu naturel.

Il est ensuite professeur en agroéconomie à Beauvais, à Tokyo ou à São Paulo ! 2003 à 2015, le voilà expert international auprès du partement de l'Agriculture des États-Unis, de la Commission européenne.

Nous sommes ici devant l'élite cosmopolite du capitalisme sous son nouveau camouflage vert donc devant l'avenir personnifié et menteur du Système en Tunisie comme en France.

Ils vont souffrir et avoir faim les Tunisiens.

 

A lire :

Tunisie : en lice pour la présidentielle, le Premier ministre renonce à sa nationalité française

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, ne possède plus la double nationalité. Candidat à la prochaine présidentielle anticipée prévue le 15 septembre, il a annoncé avoir renoncé à sa nationalité française comme l’exige la constitution.

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, en course pour la prochaine élection présidentielle, a fait savoir qu’il se séparait de sa nationalité française afin de respecter une disposition constitutionnelle.

Lire la suite sur RT

07:38 Publié dans Actualité | Tags : actualité, capitalisme, vert, tunisie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

18/08/2019

Hong Kong ou le cirque des ultra riches

hong-kong.jpg

Hong Kong vient de décrocher le prix de la ville accueillant le plus d’ultra-riches. Avec environ 10.000 personnes pesant plus de 30 millions de dollars US, elle vient de détrôner New York et personne ne confondra les enfants "foulards rouges" de privilégiés qui manifestent avec les précarisés Gilets Jaunes.

La métropole du capitalisme globalisée est la zone ennemie de la trahison et de la collaboration avec l'oppression financière apatride, on se demande bien pourquoi une place financière hyper privilégiée même en Chine échapperait à la norme.

Sa tendresse pour la criminalité mafieuse, son amour de la consommation, sa nostalgie du colonialisme, sa soif d'ingérence étrangère sont des signes qui ne trompent pas.

 

A lire :

Hong Kong : plus grande manifestation depuis le début du mouvement de contestation

Le 18 août à Hong Kong s'est déroulée la plus grande manifestation d'opposition au gouvernement local pro-Pékin depuis plusieurs semaines de mobilisation. Les manifestants ont bravé l'interdiction de la police, sortant du périmètre autorisé.

Le 18 août, à Hong Kong, a été organisée la plus grande manifestation depuis plusieurs de semaines de mobilisation contre l'exécutif local pro-Pékin. Le Front civil des droits de l'Homme (FCDH), qui avait appelé à un rassemblement «rationnel et non violent», a estimé à plus de 1,7 million le nombre de manifestants. La police a de son côté avancé le chiffre de 128 000 personnes ayant participé à la manifestation autorisée dans un parc de la ville – sans compter celles massées dans les nombreuses rues avoisinantes.

(...)

Dans la soirée, des centaines de manifestants masqués tournaient autour du siège du gouvernement local, scandant «Reprenons Hong Kong, révolution de notre temps». 

Heurts et accusations d'ingérence

Les manifestants ont commencé à descendre dans la rue, il y a deux mois, pour protester contre un projet de loi hongkongais qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, et qui est désormais suspendu. A présent, le mouvement a élargi ses revendications, exigeant des réformes de libéralisation politique, et dénonçant ce qu'il considère être une emprise de plus en plus forte de Pékin sur l'ancienne colonie britannique.

Lire en intégralité sur RT

23:41 Publié dans Actualité | Tags : hongkong, manifestation, ingérence | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

06/08/2019

Taux d'intérêt et prochain krach

canonniere.jpg

La politique de la canonnière ne marche plus.

Alors que le Wall Street Journal annonce, fondé sur une source interne au gouvernement Trump, un blocus économique complet imminent du Venezuela, on constate la virtualité de la santé de l'économie américaine.

Certes, Trump clame haut et fort de bons résultats apparents comme un taux d'emploi record de 158 millions de personne mais la réalité est bien différente.

La méthode de calcul héritée des années Obama dissimule en fait une très forte détérioration du marché du travail avec des emplois précaires (souvent cumulés), à temps partiel et concernant surtout les personnes les plus âgées dans le domaine du service (restauration en particulier).

Ce n'est pas avec ce type de ressource qu'on peut s'offrir une voiture ou une maison.

On est bien loin de régler le problème de la jeunesse et celui plus récent et bien plus graves des classes moyennes exclues par la robotisation, l'informatisation des activités et qui fait s'envoler des dizaines de milliers de postes de cadres chaque mois dans l'automobile ou le secteur bancaire. L'endettement des classes moyennes n'a jamais été aussi fort depuis la guerre et on n'imagine pas un seul instant une inversion du phénomène dans les 20 prochaines années et encore moins à plus long terme.

Si on ajoute le symptôme des fusillades.


Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la guerre commerciale affectait à la fois les 2 économies et la croissance économique mondiale dans son ensemble. Il a également indiqué que la Chine ne plierait pas face à la pression et ne remettrait pas en cause ses principes. La porte-parole du ministère a déclaré que les négociations devaient être menées de façon rationnelle et sur un pied d'égalité (source CGTN).

Ce chômage dissimulé se heurte de plein fouet à la politique extérieure américaine de guerre commerciale contre la Chine, premier fournisseur de biens de consommation sur un marché déjà en perdition. Les chaînes de supermarché s'effondrent en bourse, licencient en masse et chaque annonce de sanctions donc de hausse du prix des produits accélère la visibilité de la crise et la perte de clients.

En attendant, surveillez l'évolution des taux de change américain, l'annonce de leur baisse sera l'indicateur prévenant du prochain krach, aussi global que l'économie.


La Bourse de New York a terminé dans le rouge vendredi à la fin d'une semaine agitée, marquée par la relance du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine et les interrogations sur la trajectoire à venir de la politique monétaire américaine. Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,37%, à 26 485,01 points.Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a reculé de 1,32%, à 8004,07 points, et l'indice élargi S&P 500 de 0,73%, à 2932,05 points. Sur la semaine le Dow Jones a lâché 2,6%, sa pire semaine depuis fin mai. Le Nasdaq et le S&P 500, en reculant de 3,9% et 3,1%, ont encaissé leur pire semaine de l'année.L'escalade des tensions entre Washington et Pékin, déclenchée jeudi par un tweet inattendu du président américain annonçant de nouvelles taxes à l'importation sur les produits chinois, a pesé sur l'ensemble des marchés actions, de Tokyo à New York.Les investisseurs redoutent surtout que les nouvelles taxes ne touchent directement le portefeuille des Américains et affectent sensiblement l'économie de la première puissance économique mondiale (enfin première largement par les revenus générés par l'économie virtuelle car si on considère le réel donc ce qui compte en cas de conflit, la Chine est désormais par la production très loin devant) et, par ricochet, l'économie mondiale.

 

 

A lire :

Le capitalisme financier déréglé: taux d’intérêt extrêmement bas et bulles des prix

« La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation  monétaire; la seconde est la guerre. Les deux apportent une prospérité temporaire; les deux apportent une destruction permanente. Et les deux sont le refuge des opportunistes politiques et économiques. » Ernest Hemingway (1899-1961), (septembre 1932)

« Les armées, les dettes et les taxes sont des instruments prouvés pour placer le plus grand nombre sous la domination du petit nombre. » James Madison (1751-1836), 4ème Président des États-Unis, (20 avril 1795)

« Si le peuple américain autorise un jour les banques privées à contrôler l’émission de la monnaie, d’abord par l’inflation, puis par la déflation, les banques et les entreprises qui se développeront autour d’elles spolieront les citoyens de leurs biens jusqu’à ce que leurs enfants  se réveilleront sans-abri sur le continent que leurs pères ont conquis. » Thomas Jefferson, (1743-1826), 3ème président des États-Unis, 1802)

« Nous savons tous aujourd’hui que lorsque le gouvernement est dirigé par les forces organisées de l’argent, c’est  la même chose que s’il était dirigé par la mafia. » Franklin D. Roosevelt (1882-1945), 32ème président américain, 1933-1945, (lors d’un discours prononcé au Madison Square Garden, le 31 octobre 1936)

Ne prenez pas panique tout de suite, mais une nouvelle lubie monétaire fait présentement des ravages dans certains pays. C’est la nouvelle doctrine monétaire dite ‘non conventionnelle’ qu’une poignée de banques centrales ont adoptée dans le but d’abaisser les taux d’intérêt à des niveaux extrêmement bas, et même de les pousser en territoire négatif.

En effet, on observe depuis quelque temps qu’un petit groupe de banques centrales et leurs gouvernements ont tellement abaissé les taux d’intérêt à court terme qu’aujourd’hui, certains pays font face à des taux d’intérêt nominaux négatifs et, lorsque l’inflation est prise en compte, avec des taux d’intérêt réels encore plus négatifs. Pourquoi une telle politique monétaire non conventionnelle ? Les raisons invoquées visent, disent-elles, à éviter que leur économie ne soit autrement confrontée à une monnaie surévaluée et à un fardeau de la dette trop lourd, ce qui pourrait nuire à la croissance économique.

Comment une telle chose est-elle possible? Comment une banque centrale peut-elle ramener les taux d’intérêt à zéro ou même en dessous de zéro, et quelles en seront les conséquences ? Pour ce faire, une banque centrale peut décider d’offrir des rendements nuls ou négatifs aux banques commerciales qui déposent leurs réserves excédentaires chez elle, dans le cadre de son programme de facilités de dépôts. C’est une question complexe, mais cela se produit essentiellement lorsque les banques commerciales disposent de liquidités qu’elles ont du mal à prêter de manière rentable à des emprunteurs privés. Elles se voient alors dans l’obligation de chercher d’autres avenues de placement, comme celle  d’acheter des obligations d’État et d’autres titres sur le marché public. Ceci fait hausser le prix de ces titres et abaisser les taux d’intérêt.

On peut se demander pourquoi les banques commerciales sont confrontées à des excédents de trésorerie, au-delà de ce qui est requis pour satisfaire la demande privée de crédit. Pour répondre à cette question, il faut remonter à la crise financière internationale de 2007 et des années suivantes.

Tout débuta avec la crise dite des ‘subprimes’, laquelle fit son apparition à la fin de l’été 2007, lorsqu’un certain nombre de grandes banques, tant aux États-Unis que dans d’autres centres financiers, se retrouvèrent au bord de la faillite. Elles furent victimes d’une nouvelle pratique bancaire, laquelle consistait à titriser des créances risquées, mais fort rentables, telles les créances hypothécaires et d’autres créances du même genre, en les regroupant dans de nouveaux titres ésotériques. Mais lorsque le marché de l’immobilier s’effondra, et avec lui les créances hypothécaires, les titres titrisés perdirent beaucoup de leur valeur et les banques se retrouvèrent en difficulté.

Afin d’empêcher les grandes banques de faire faillite, la banque centrale américaine, c’est-à-dire la Fed, se mit à imprimer de la nouvelle monnaie à hauteur de plus de trois milles milliards de dollars pour les rescaper. La Fed qualifia sa grande générosité d’« Assouplissement Quantitatif » [ou en anglais, de «Quantitative Easing» (QE)], une expression en apparence anodine et inoffensive de manière à couvrir la plus grande expansion de la base monétaire jamais enregistrée aux États-Unis. La base monétaire, en effet, est en grande partie le reflet du bilan de la Fed (c.-à-d. la contrepartie des avoirs monétaires détenus par les banques commerciales auprès de la banque centrale), et de la monnaie papier et métallique en circulation.

— La Fed s’est servi de la nouvelle monnaie pour acheter des obligations du Trésor américain, mais elle s’en est surtout servie pour acheter de grandes quantités de créances douteuses qui pesaient lourd sur le bilan des grandes banques commerciales. Et elle le fit pendant six ans, de 2008 jusqu’à la fin de 2014, en trois cycles successifs d’impression de nouvel argent.

— Vu dans une perspective historique, ce fut vraiment une orgie de création monétaire. — Ceci fut toutefois fait à partir du principe que les banques commerciales laisseraient la plupart de leurs réserves excédentaires nouvellement créées dans les coffres de la banque centrale. Néanmoins, les liquidités excédentaires dans le système firent quand même grimper le prix des obligations et ceux des autres titres, en faisant baisser toute la panoplie des taux d’intérêt. en effet, c’est un fait que les taux d’intérêt ont continuellement baissé depuis. — La Fed a déclaré qu’elle poursuivait une politique de « relance » de l’économie. En réalité, on pourrait dire plus exactement que ce qu’elle cherchait surtout à faire, c’était de « renflouer » les bilans amochés des grandes banques commerciales.

— Au cours de cette période, le bilan total de la Fed a explosé, passant d’environ 1 000 milliards de dollars en 2008, [N. B. : Il est habituellement constitué principalement de titres du Trésor et son revenu net d’intérêts est reversé au Trésor public], à environ 4 500 milliards de dollars en 2017, un grossissement de 350 pourcent.

Le bilan total de la Fed est constitué aujourd’hui de titres du Trésor à hauteur de 55 pourcent, tandis que les titres adossés à des créances hypothécaires et à d’autres créances qu’elle a rachetés des banques commerciales représentent environ 40 pourcent — les avoirs en or et d’autres avoirs expliquent le reste. Un point important est le fait que le bilan de la Fed avant 2008 représentait environ 6 pourcent de la production annuelle américaine (PIB), mais il a atteint 25 pourcent en 2014. Il a depuis légèrement reculé à 20 pourcent du PIB, et la Fed a déjà annoncé qu’elle souhaiterait « normaliser » son bilan, c’est-à-dire qu’elle vise à le ramener à un volume réduit, afin d’éviter une inflation future et surtout, afin d’être en mesure de faire face à toute éventualité.

Faisons maintenant une rétrospection rapide sur l’état actuel de la situation économique.

Arrivée de Donald Trump à la Maison blanche en 2017 et sa politique d’une forte augmentation de la dette publique et ses pressions sur la Fed pour faire baisser les taux d’intérêt, possiblement jusqu’au niveau zéro

La dernière récession économique aux États-Unis, (surnommée la Grande Récession), a été la pire que l’on ait observé depuis la Grande Dépression des années ‘30. Elle a commencé en décembre 2007, et elle a pris fin en juin 2009. La présente reprise économique est toutefois la plus longue de l’histoire américaine, avec une croissance soutenue de plus de 10 ans, à ce jour.

La politique économique de l’administration Trump s’est distinguée par son protectionnisme commercial, par ses mesures anti immigration, par des baisses importantes d’impôts, surtout au profit des grandes entreprises et des grandes banques, par des déficits publics annuels qui dépassent mille milliards de dollars, par une politique monétaire expansionniste et par une hausse de 13 pourcent de la dette publique.

[N. B.: Pour information, la dette du gouvernement américain s’élevait à 19,95 milles milliards de dollars au 20 janvier 2017, quand Donald Trump entra à la Maison Blanche. Au 31 juillet, 2019, le niveau de la dette publique étasunienne atteignait 22.54 milles milliards de dollars.

Avec un tel niveau d’endettement, on peut craindre que le service de la dette devienne insupportable, surtout si les taux d’intérêts allaient augmenter. Face à pareille éventualité, les gouvernements et les banques centrales peuvent être tentés d’abaisser artificiellement les taux d’intérêt afin d’alléger le fardeau du service de la dette (essentiellement les paiements d’intérêts sur les obligations d’État). Cela équivaut à prélever une taxe d’inflation sur les avoirs des épargnants et des créanciers.

En effet, c’est effectivement ce que la Fed a fait. En abaissant artificiellement les taux d’intérêt au-dessous du taux d’inflation et de la prime de risque, elle a fait en sorte que le Trésor américain a pu payer des taux d’intérêt réels négatifs sur la dette publique. Quand le taux d’inflation est supérieur au taux d’intérêt nominal payé, le gouvernement des États-Unis se trouve à jouir d’un avantage budgétaire aux dépens de ses créanciers.

Si les taux d’intérêt devaient tomber à zéro, par exemple, ou même au-dessous de zéro, (comme c’est actuellement le cas au Japon, un pays qui est aux prises depuis vingt ans avec des taux d’intérêt négatifs, et dans certains pays européens aujourd’hui, tels que la Suisse, l’Allemagne, les Pays-Bas, la France, la Suède, etc.), les épargnants, les retraités, les fonds de pension, les compagnies d’assurance et les prêteurs en général sortent grands perdants.

Ainsi, dans les pays où les obligations d’État à dix ans, par exemple, génèrent un rendement nul ou négatif, cela signifie que le principe de l’intérêt composé a de facto été aboli pour les investisseurs. Cela pourrait avoir de graves conséquences pour les épargnants, les retraités et les fonds de pension.

Cependant, lorsque c’est la banque centrale qui achète des obligations d’État, en émettant de la nouvelle monnaie, on parle alors d’une opération de « monétisation de la dette ». Si cela se fait à grande échelle, cela peut éventuellement conduire à une inflation galopante, voire à une hyperinflation.

Il convient également de noter que lorsque les banques centrales abaissent les taux d’intérêt à des niveaux extrêmement bas ou à des niveaux négatifs, les investisseurs n’ont d’autre choix que d’acheter des actifs offrant des rendements positifs, tels que des actions de sociétés ou des titres de propriété immobilière. On doit alors s’attendre à ce que des bulles de prix se forment sur les marchés boursier et immobilier. De tels investissements deviennent un refuge et une protection contre les rendements négatifs sur les titres à revenu fixe. Au cours de l’histoire, lorsque cela s’est produit, des Krachs boursiers et des paniques financières ont suivi.

Un retour aux années ’20 ?

La situation économique d’aujourd’hui rappelle, sous certains aspects, celle de l’économie américaine dans les années ‘20, la période qui précéda la Grande Dépression des années ‘30. En effet, l’économie américaine avait progressé au rythme annuel de 2,7 pourcent, entre 1920 et 1929 ; le plein emploi régnait, tandis que l’inflation était stable.

En outre, on avait prolongé la période de croissance économique en adoptant des mesures protectionnistes telles que le tarif Fordney-McCumber de 1922. Lors de la campagne présidentielle de 1928, de même, le candidat républicain à la présidence, Herbert Hoover (1874-1964), proposa des hausses tarifaires sur les importations. Une fois élu, il réalisa sa promesse et il fit adopter le très critiqué tarif Smoot-Hawley de 1930, que l’on soupçonne d’avoir accélérée la dépression économique mondiale. L’économie bénéficia d’un accroissement des dépenses en travaux publics et par des réductions d’impôts à trois occasions, soit en 1921, en 1924 et en 1925.

De plus, le président Calvin Coolidge (1872-1933) parapha  une loi anti immigration appelée la Loi de 1924 sur l’immigration, (également appelée la loi Johnson-Reed), dont le but principal était d’empêcher l’immigration aux États-Unis de personnes venant d’Asie. Il y avait aussi de l’hostilité envers les Américains catholiques, plusieurs d’origine italienne, envers les Juifs et envers les Noirs.

— C’étaient les « années folles« .

Lorsque l’on considère les nombreuses similitudes qui existent entre les deux périodes, au plan politique, social et économique, cela soulève quelques questions : Est-ce que l’histoire est en train de se répéter ? Est-ce que les excès que l’on observe aujourd’hui pourraient conduire à une reddition des comptes ? Est-ce que les banques centrales et les gouvernements du jour pourraient précipiter l’économie américaine et l’économie mondiale dans un grand marasme économique et financier ? — Protectionnisme commercial, réductions massives d’impôts, fortes augmentations de la dette publique, des mesures anti immigration, une déréglementation touts azimuts… etc.

— C’est du « déjà vu »!

Conclusion

Les États-Unis sont sur le bord d’une trappe de taux d’intérêt artificiellement bas. En effet, le président de la Fed, Jerome Powell, semble avoir été fortement influencé par les tactiques d’intimidation de Donald Trump pour faire abaisser les taux d’intérêt. Par conséquent, même si l’économie américaine opère présentement à plein régime, en ce qui concerne l’emploi, — en partie la conséquence démographique du départ à la retraite, en masse, des ‘baby boomers’ —, les politiques budgétaires et monétaires n’en sont pas moins fortement pro cycliques et elles sont très expansionnistes.

Ceci est fort inhabituel en pareilles circonstances, et c’est là le fruit d’une gouvernance qui viole les principes de base d’une bonne gestion économique. En effet, on doit se méfier de telles pratiques financières imprudentes, lesquelles sont susceptibles de créer des bulles financières qui sont condamnées, tôt ou tard, à éclater.

En réalité, de telles politiques pro cycliques, dans le présent contexte, sont un signe que le gouvernement en place cherche avant tout à engranger des gains économiques et politiques à court terme, au prix de difficultés à venir, à moyen et à long terme.

Rodrigue Tremblay

10:46 Publié dans Actualité | Tags : économie, krach, venezuela, chine, trump | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/07/2019

Un commentaire négatif sur le Web conduira bientôt au tribunal

censure.jpg

La censure n'est pas une nouveauté mais elle prend avec la démocratie marchande et en raison de la crise terminale du capitalisme en ligne d'horizon, une tournure plus violente à chaque instant.

La rentabilité étant désormais le seul étalon des valeurs, il devient impossible d'analyser, de commenter ou pire de critiquer toute forme de la marchandise. On sait comment l'intolérante Union Européenne s'est attaqué au droit de citation plaçant tout médias indépendant sous une épée de Damoclès s'il veut commenter l'actualité, tester un produit et donc illustrer son propos.

Le bilan de l'opération s'est traduit par des chaînes fermées, des internautes privés de revenus du jour au lendemain et des centaines de milliers d'heures de créations supprimées, parfois pour 3 ou 4 secondes, sur une vidéo de plusieurs heures. 

Il s'agit dans un objectif politique, donc commercial, d'attribuer un monopole de l'information et on entend bien par là imposer une vérité officielle, aux grands médias sous la coupe de la banque, du complexe militaro-industriel et de l'état, cette autre filiale de la finance désignée par ses médias marchands.

Le résultat imprévu des dernières Présidentielles américaines, la montée des Gilets Jaunes ne sont pas étrangers à ce phénomène de cadenassage intégral.

Ainsi, après la chasse à l'esprit critique, aux blogueurs et autre youtubeurs, une nouvelle tendance fait son apparition. Il s'agit de pourfendre jusqu'au simple consommateur invité voire encouragé, jusque là, à donner son avis sur un produit ou un service.

Tout avis se doit d'être exclusivement positif donc inciter à la consommation, l'alternative étant bien entendu la fameuse cyberhaine.

 Car à l'heure de l'hyper-juridisme démocratique boutiquier, votre avis sur un restaurant, un circuit touristique, un dentiste, un smartphone, une lessive, un programme télévisé pourra bientôt comme aux États-Unis vous conduire devant un juge pour des dommages et qui sait peut-être de la prison car quel particulier aura les moyens de lutter contre une grande entreprise et les moyens d'aller en appel devant différentes cours voir devant une instance européenne ?

Le triste sort des citoyens, plus que modestes lanceurs d'alerte, venant, bénévolement (circonstance aggravante) au service de leur prochain est écrit et inévitable.

Quand la crise et le si facile profit boursier permettent le licenciement donc tuent le consommateur, il faut bien imposer l'existence du bonheur et extorquer l'argent autrement d'autant que la martingale climatique a ses limites.

 


Malgré le célèbre premier amendement de la Constitution américaine Kendra McConnell a du retirer son commentaire pour faire cesser une procédure.

A lire :

Posting a negative review online can get you sued

Lire la suite sur CBS News


La multiplication des procédures et leur extrême rentabilité pour le monde juridique ne laisse aucun doute sur leur arrivée en France dans les valises du catastrophique CETA.

 

10:48 Publié dans Actualité | Tags : liberté, expression, censure, web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |