Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2014

Lois de censure d'Internet, une réponse en vidéos

ssil.jpg

Sans tabous, le Web nous livre chaque jour des tonnes d'informations jamais reprises par nos grands médias qui se limitent le plus souvent à reprendre et traduite CNN ou Fox News (parfois en recopiant leurs des erreurs géographiques ou de dates). Nous vous proposons deux vidéos, la première expliquant fort bien qu'on tente de nous présenter une nouvelle vessie comme une lanterne. La seconde particulièrement sulfureuse dans laquelle un ancien cadre d'Al-Qaïda interrogé par une chaîne libanaise s'exprime sur le soutien américain à l'EIIL. Cette vidéo très riche d'enseignement et que l'on regardera avec la réserve qui s'impose permet néanmoins de saisir qui paye donc qui commande au sein d'une nébuleuse en perpétuel changement.

Ces vidéos sont aussi une raison de comprendre pourquoi les BRICS, ces puissances politiques et économiques qui tentent d'émerger en conservant leur souveraineté et leur culture s'impliquent dans la création d'un nouvel Internet venant mettre fin au contrôle exclusif américain. Certes tout cela ne mettra pas fin aux dizaines de suspensions de compte Twitter, Facebook... liées à l'actualité israélo-palestinienne mais cela mettra fin à certaines fraudes boursières bien connues.


5000 missiles Hellfire pour l'Irak  ou contre la Syrie? (Source RT)


Quand le petit personnel déballe les secrets de famille... interview explosive menée par Nada Andraos Aziz journaliste vedette de LBCI.

Fin 2013, une violente scène a lieu entre e nouvel émir du Qatar, Tamim ben Ahmad al-Thani et son père Cheikh Ahmad ben Khalifa al-Thani.
Selon la source, «  l’actuel émir qatari et son père se sont très violemment disputés au point que Tamim a perdu patience et a tiré à bout portant sur son père  ».

Les deux hommes se seraient disputés à cause des nombreuses et somptueuses dépenses de voyages à l’étranger de la mère de l’émir, l’ancienne reine sheikha Moza bint Nasser al- Missned, et de l’ex premier ministre Jassem Al Than ; voyages qui les a même menés à Tel-Aviv.

 Q.jpg

Une si charmante famille

La mère de l’émir possède une usine de fabrication du vin vers Tel-Aviv (rien de très étonnant pour cette famille musulmane qui dit soutenir la Palestine), et c’est ce même sujet qui a vraisemblablement déclenché la violente dispute.Des tirs ont retenti au sein du palais et... l’émir a ouvert le feu sur son père avant de donner l’ordre de l’arrêter, ainsi que l’ex premier ministre. Les deux hommes seraient détenus dans l’une des prisons de Doha.

L’ancien émir Cheikh Ahmad ben Khalifa al-Thani a abdiqué sous pression des États-Unis, au mois de juin au profit de son fils Tamim. La prise de pouvoir qui n'est pas sans rappeler les plus belles heures du colonialisme a été qualifiée par des analystes malveillants de coup d’état en douce de sheikha Moza et de son fils contre Ahmad. (20/10/2013 source Focus News Agency).

11:41 Publié dans Actualité | Tags : internet, censure, qatar, israël, irak | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

02/07/2014

Epreuve de géographie

Moyen-Orient-Politique.png

Juillet 2014, c'est la fin de l'État islamique en Irak et au Levant (E.I.I.L.). Et hop que nous sort on du chapeau? Un califat de l'État islamique E.I. (en bleu sur la carte) signe vivant et bombardant du retour au passé que doit symboliser pour les naïfs occidentaux ce pays fantoche. Si on prend le courage de regarder un peu les cartes et si on sait en se fondant sur l'expérience qui sont les créateurs de ce califat, les choses sont vites plus claires et ne se résument plus à une lutte entre Bagdad et des rebelles. 

En fait, nous avons la constitution d'un État tampon sunnite entre l'Iran et la Syrie pays minoritaires religieusement dans la région, cibles des États-Unis et qui ainsi se trouvent dans l'incapacité de se soutenir par la voie terrestre. Car il faut se souvenir que l'Irak laïque de Saddam Hussein mais dominé par les sunnites a cédé la place en raison de la démographie à un pouvoir chiite auquel les occidentaux n'ont jamais fait confiance. Dans la tentative de renversement du régime syrien, le pouvoir de Bagdad s'est même fait tirer l'oreille pour sa complaisance dans la circulation d'hommes et de matériels de l'Iran vers la Syrie.

guns-to-alqaeda_terrorist_drug_cartels_fast_n_furious.jpg

Les liens de moins en moins discrets entre Occident et terrorisme commencent à troubler les médias indépendants américains. Les populations africaines s'inquiètent elles aussi de cette méthode de recolonisation qui consiste à faire commettre des actes terroristes par des islamistes qu'on a souvent entrainés, armés, financés pour envoyer ensuite à titre de sauveteurs des troupes issues de pays de l'OTAN (ou de pays proches de cette organisation), des drones etc. Du Mali au Niger, cela fait trop et pour un résultat qui de la Libye à l'Irak fait regretter les dictateurs laïques d'hier.

Alors l'Irak déjà diminué par le piège de l'affaire du Koweït est encore un peu plus démembré, l'Iran un peu plus encerclée et la Syrie dos au mur. Décidément le fondamentalisme islamique reste le meilleur allié en Orient et en Afrique des États-Unis et d'Israël qui réussissent une très belle opération avec un bouc émissaire idéal car personne n'ose dire que les financiers de ce califat sont les plus proches alliés locaux de ces pays et des monarchies pétrolières totalement dépendantes sur les plans militaires, informatiques et à travers leurs investissements sur des places financières occidentales.

Cerise sur le gâteau, l'E.I. est aussi un corridor idéal pour le déplacement de troupes depuis Israël, la Jordanie, l'Arabie Saoudite vers la Syrie ou désormais l'Iran. Cependant vous pouvez toujours écouter TF1 et ne voir dans ce califat qu'une construction spontanée de terroristes aveugles et buveurs de sang.


A voir avec le recul nécessaire l'analyse récente et qui ne manque pas d'intérêt d'un analyste modéré mais engagé sur le plan des idées, le Sheikh Imran Hosein, auteur et philosophe spécialisé en eschatologie islamique (sunnite), diplômé en politique internationale et en sciences économiques et politiques. Il a vécu pendant dix ans à New York, période durant laquelle il fut directeur des études Islamiques pour le comité collectif des organisations Musulmanes du Grand New York. Conférences dans de nombreuses universités américaines et canadiennes, des collèges, églises, synagogues, prisons, salles communautaires, il participa également à des cercles de réflexions sur le dialogue inter-religieux avec des intellectuels juifs et chrétiens.

13:09 Publié dans Actualité | Tags : irak, syrie, ei, califat, israel | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |