Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2019

Des mystères capitalistes à la Préfecture de police…

1984.jpg

Avec 1984 Orwell ne dénonce pas l'URSS mais la démocratie capitaliste.

Face à la crise accélérée de la tromperie capitaliste, la manœuvre terroriste, ici, là ou ailleurs… est toujours une diversion nécessaire au risque d’explosion sociale…

Le terrorisme est toujours l’instrument de manipulation du spectacle étatique de la marchandise universelle…

 Les bombes-fusées qui tombaient chaque jour sur Londres étaient probablement lancées par le gouvernement de l’Océania lui-même, « juste pour maintenir les gens dans la peur » »
George Orwell, 1984

Auguste Vaillant est un anarchiste français. Au lendemain du scandale de Panama de 1892 qui révéla la corruption généralisée du personnel politique du parlementarisme des honoraires, cet homme qui voulait venger la mort de Ravachol lança une bombe d’une grande puissance dans l’hémicycle de la chambre des députés le 9 décembre 1893. Cette dernière chargée de clous, de morceaux de zinc et de plomb s’abattit sur les députés et sur les spectateurs assistant aux délibérations. Une cinquantaine de personnes furent blessées dont Auguste Vaillant lui-même. Celui-ci, condamné à mort, fut alors guillotiné le 5 février 1894 à l’âge de 33 ans.

Sur ce terrain fabuleux et factice de duperies diverses et variées que sait parfaitement mettre en scène le théâtre du faux, l’examen des archives policières de la fin du XIX° siècle, permet d’affirmer que les attentats spectaculaires attribués aux anarchistes et notamment celui commis par Vaillant, étaient en fait directement initiés puis supervisés par Louis Andrieux, le préfet de police,  lui-même ancien procureur à la répression de l’insurrection d’avril 1871 qui avait ébranlé Lyon à la suite de la Commune de Paris. Son but consistait à mettre la main sur un repaire de dynamiteurs avantageusement pré-fabriqué en permettant leur preste arrestation afin de permettre, à partir des mystifications politiques de la sorte mises en marche, de légitimer les fameuses lois dites « scélérates ». Ces dernières, en fonction de l’inquiétude de l’opinion publique astucieusement construite et de l’abrutissement journalistique habituel qui en appelait bien sûr à des mesures d’exception, rendirent alors possible la reconversion domesticatoire des actions ouvrières radicales au travers des mouvements syndicaux et politiques de l’assagissement forcené…

Comme Marx qui avait fort bien anticipé toute la puissance machinique de l’arraisonnement capitaliste l’avait judicieusement souligné ; ce qui peut dorénavant se faire à l’échelle macro-industrielle des réseaux électroniques et numériques de la chosification omni-présente contemporaine est bien entendu sans commune mesure avec ce qui pouvait se bricoler à l’époque artisanale d’une police encore largement dilettante. Désormais, la domination pleinement accomplie de la liberté despotique du profit, de ses sciences et de ses officines spéciales a permis que plus rien n’échappe, ni en amont ni en aval, à l’autocratie universelle du fétichisme de la marchandise et de toutes ses technologies de production, de reproduction, de surveillance et d’impeccable quadrillage.

………. Le secret du spectacle terroriste domine le monde de la marchandise et d’abord comme secret spectaculaire de la domination marchande terroriste sur le monde. Tout expert en est le surveillant et le valais et sa spécialisation reconnue n’en est que la duplication dans sa forme médiatique, stupide et ignorante parfaitement conforme à l’idiotie sans limite de l’étatisme des falsifications obligatoires …L’histoire réelle du terrorisme est ainsi écrite par les actes de l’État lui-même tels que les scribes de son officialité doivent constamment en gratter les papiers sophistiqués du fourvoyant et du flou sempiternels. Tant que le Capital ne dominait que formellement la société et qu’il devait composer avec une antécédence dont il devait se débarrasser après l’avoir usé, les dialectiques de complots se formalisaient toujours en hostilité à l’ordre établi puisque ce dernier demeurait encore in-suffisamment marchand. Dés lors que le Capital domine réellement la société jusqu’à en faire le territoire général de sa généralisation impeccable, il n’y a plus d’avant et le futur n’a plus pour seul avenir que le complot permanent en faveur de la maintenance de l’ordre établi et achevé de la marchandise-monde.

…. Lorsque le si terne ministère des télémanipulations intérieures,  déclare à la Presse : « Face au terrorisme, il faut l’unité nationale », il convient plus que jamais d’être hégélien avec l’œil d’un Marx pétillant et de se souvenir, en rigolant,  comme Debord l’a dé-celé que dans le monde du fétichisme marchand toute réalité est toujours renversée puisque le vrai n’y est plus qu’un moment de réécriture de la mutilation spectaculaire vers le fardé incessant attendu que dans le monde putride du réel universellement inverti, tout ce qui est dit vrai ne peut être que contre-vérité en ce sens que tout ce qui est présenté comme faux ne saurait être infailliblement que du véridique insupportable.

Par conséquent, la confession involontaire des prestidigitateurs du ministère de la sécurité des volumineuses sournoiseries, débilités et dissimulations étatiques doit se lire à l’envers sous la véritable formulation suivante : « Face à l’impératif d’unité nationale, il faut le terrorisme… »…

Bientôt, tout cela sera mis en action insidieuse, venimeuse et opulente…Alors, en ce temps de charlatanisme intense, dire la vérité à l’encontre de tous les conditionnements à la résignation devant les foutaises étatiques et para-étatiques de l’insurmontable crise du profit posera le premier réflexe de conscience qui mène à l’acte révolutionnaire vers une authentique existence anti-mercantile…

08:01 Publié dans Actualité | Tags : terreur, désinformation, crise, capitalisme, diversion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.