Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2014

Entretien avec Edward Snowden (2/2)

 Comment sous prétexte de défense de la démocratie, un Système qui en est la permanente négation (si vous confondez une Démocratie et une République, il est temps d'acheter un manuel de droit constitutionnel ) à mis en place la plus formidable machine à chantage et oppression de tous les temps, en reléguant les régimes totalitaires du passé et leurs polices politiques au rang de simples bricoleurs. Le pire dans ces révélations dont on tente désespérément d'étouffer la gravité au grand public est que les faits ne sont pas nouveaux. Il s'accompagnent depuis des dizaines d'années de la violations des lois nationales, des constitutions, des engagements internationaux en matière de droit de l'homme. De plus le phénomène se poursuit en silence, rendu parfois légal à rebours dans les États les plus corrompus ou les plus collaborateurs sans que les alternances politiques ne le dénoncent ce qui semble démontrer par les faits que les changements politiques proposés par les urnes n'apportent qu'une alternance factice, certes parfois très médiatisée mais dissimulant de plus en plus mal une continuité du pouvoir sous différentes étiquettes. La fin tragique d'Aldo Moro homme politique italien de premier plan, plusieurs fois président du Conseil en 1978 reste dans les mémoires telle un écho à Dallas 1963. La politique, la vraie se résume à la macro économie et aux affaires étrangères. A ce niveau, on cherchera en vain un changement de cap dans le monde dit "occidental" depuis des dizaines d'années.

LE DOSSIER 51.jpg

Le détournement des services de l’État au profit d'organisations criminelles, politiques, mafieuses a été dans les années 70 un thème récurent des cinémas italiens et français. On ne se doutait pas que la menace généralement localisée dans des pays du sud aux allures de Grèce des colonels était en fait bien plus grave et à domicile. Le pire est que tout cela ne protège en rien les citoyens finançant ces actes criminels du terrorisme de masse de la gare de Bologne ou de Boston pour ne citer que deux exemples. On peut d'ailleurs légitimement s'interroger sur la finalité et les commanditaires de certains crimes...

orchestre.png

Sur les interactions justice, sécurité, médias, politique il faut lire le récent et révélateur Orchestre Rouge car les actes dénoncés par Snowden ne sont que des outils au service d'actes bien plus sanglants.

 

 

Angela Merkel était surveillée par la NSA. Elle n’était sûrement pas la seule… (2)

Quels sont les rapports entre les services secrets allemands, la NSA et le réseau « Five Eyes » ?

Ils sont intimes. En fait, les services allemands et les services américains se rendent mutuellement service. Ils mettent en commun les informations, mais aussi les outils et les infrastructures dont ils ont besoin pour atteindre leur cible commune. C’est très dangereux. À titre d’exemple, « XKeyscore », l’un des principaux programmes de la NSA, est un moteur de recherche leur permettant de visionner tous les enregistrements qu’ils collectent chaque jour à travers le monde.

Qu’est-il possible de faire avec les outils de la NSA ? L’Allemagne a-t-elle accès à ces outils ?

Je peux connaître votre vraie identité, je peux trouver toutes les associations desquelles vous êtes membre et je peux même créer ce qu’on appelle une empreinte unique : quels que soient votre activité, le lieu où vous vous trouvez n’importe où dans le monde et même si vous essayez de cacher votre présence en ligne, la NSA et toute personne ou entité autorisées à utiliser ce logiciel peuvent vous retrouver. L’Allemagne est un des pays qui a accès à « XKeyscore ». (Suite sur Bd Voltaire)

 

09:53 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

27/04/2014

Entretien avec Edward Snowden

814724-edward-snowden-avait-accepte-invitation.jpg

Edward Joseph Snowden, né le 21 juin 1983, est un informaticien américain, ancien employé de la CIA et de la NSA, qui a entre autres choses révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques. Aujourd'hui poursuivit et menacé de mort pour son civisme et son respect de la constitution de son pays, pour sa dénonciation étayée de crimes, privé d'asile par des pays européens complices de ces actes, il a obtenu le 31 juillet 2013 l'asile temporaire en Russie. Le 14 avril 2014, l'édition américaine du Guardian et le Washington Post reçoivent le prix Pulitzer pour leur publication des révélations sur le système de surveillance de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) rendues possibles grâce aux documents fournis par Edward Snowden. Par solidarité avec celui qui a dénoncé l'utilisation criminelle et terroriste de moyens informatiques par une politique antidémocratique et dont la vie est en danger pour cette raison, pour la défenses de nos droits fondamentaux nous relayons cette interview menée par Hubert Seipel, journaliste allemand d'investigation (travaillant pour ARD) passée sous silence dans les grands médias.


Si vous ne maîtrisez pas l'anglais, nous mettons en lien un extrait en français publié sur Bd Voltaire

 

Entretien avec Edward Snowden Comment Barack Obama ment à son propre peuple ! (1)

Edward Snowden, c’est le moins qu’on puisse dire, s’est fait, à son corps défendant, discret ces temps derniers. Ayant finalement obtenu l’asile politique en Russie, il a rompu sa diète médiatique en répondant aux question du site allemand ndr.de. Boulevard Voltaire ne pouvait faire moins que de vous donner les meilleurs extraits de cet entretien ignoré par tous les autres « grands » médias.

Monsieur Snowden, vous avez demandé une protection policière. Avez-vous reçu des menaces ?
 
Les menaces sont importantes, mais je dors très bien. Je pense à cet article, publié sur le site BuzzFeed, dans lequel des espions de la National Security Agency se sont exprimés sous anonymat. Ils ont affirmé au journaliste qu’ils voulaient m’assassiner. Ces espions – ils relèvent des agissements officiels du gouvernement – ont dit qu’ils apprécieraient volontiers de me mettre une balle dans la tête, de m’empoisonner lorsque je reviendrai de l’épicerie ou que je meure sous la douche.

snowden seipel.jpg

Un entretien diffusé largement en Europe sauf en France...


Le récent discours de Barack Obama sur la surveillance de ses propres concitoyens signe-t-il le début d’une véritable réglementation en la matière ?
 
Avec ce discours, le Président voulait apporter quelques changement mineurs mais surtout préserver ces instances dont nous n’avons nul besoin. Le Président a créé une commission composée de fonctionnaires qui sont tous des amis personnels, des habitués de la sécurité nationale, d’anciens de la CIA, des gens qui ont tout intérêt à se montrer bienveillants envers ces programmes qui n’ont pourtant aucune utilité. Ils n’ont jamais stoppé les attaques terroristes aux États-Unis mais ils ont été utilisés pour d’autres choses. La seule chose pour laquelle le programme de surveillance des métadonnées téléphoniques, Section 215 – au passage, c’est un programme de collecte plus étendu que le programme de surveillance massive –, a servi, c’était pour stopper ou détecter un télépaiement de 8.500 dollars d’un chauffeur de taxi en Californie. Bref, nous n’en avons absolument pas besoin. Ces programmes ne nous tranquillisent pas. Ils captent des ressources importantes pour rien. Pourtant, la NSA opère sous l’unique autorité exécutive du Président qui peut y mettre fin ou demander une modification de leur politique à tout moment. (suite sur Bd Voltaire)

09:40 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/04/2014

S'informer en 2014 passe par le Web

proA.jpg

Provocation? Un touriste pourrait le croire tant la France a été longtemps à travers le monde une image de liberté, de différence, d'alternative entre les deux blocs, l'occidental et le soviétique. Malheureusement les choses ont changé et si certains peuvent encore être abusés, les français qui boudent de plus en plus la presse et révèlent sondages après sondages n'avoir aucune confiance dans les médias expriment assez bien le rejet d'une profession qui se montre indigne dans les faits de tout ce qu'on peut attendre du métier de journaliste. Certes, il existe encore une presse technique ou spécialisée qui échappe en partie au contrôle marchand de la publicité mais son audience est limitée et on ne peut pas compter sur un magazine dédié à linux ou au tricot de nous dire ce qui se passe en Ukraine ou au Rwanda. Si le bloc soviétique s'est heureusement effondré il y a déjà longtemps, l'Europe de l'Ouest peine à se libérer d'un allié d'autrefois pourtant remboursé depuis 40 ans de son aide économique et qui a depuis démontré qu'il était un rival économique et presque toujours un ennemi géostratégique.

Grâce à la démocratisation des voyages, à Internet, au téléphone, à nos parents et amis, des témoins directs nous constatons chaque jour la profonde différence entre des faits décrit au fameux 20h et la réalité et cela que les évènements se produits en France ou à l'autre bout du monde. Des mouvements sociaux de 2013 aux guerres, le traitement invraisemblable de la réalité incite donc à éteindre une fois pour toute le téléviseur. Face au mensonge, à la propagande, à l'autocensure, la radio ou l'information en ligne font suffisamment de dégâts pour qu'on s'abstienne d'y ajouter le poids de l'image. Alors non pas en source exclusive mais à titre de complément, nous conseillons deux sources d'actualité. Elles ont un point commun, une origine russe car contrairement à une légende, on trouve plus facilement le pluralisme à Moscou que dans notre propre capitale. Sans doute faut il voir là un héritage de la lutte contre la dictature visible de l'ère soviétique. Tout d'abord Russia Today (ou RT), est une chaîne de télévision d'information continue russe lancée le 10 décembre 2005 par l'agence gouvernementale RIA Novosti qui l'abrite dans ses locaux moscovites. Cette chaîne diffuse désormais en langue anglaise, en arabe et en espagnol et bientôt on l'espère en français. Son objectif d'origine qui était de contrer la déformation de l'image de la Russie à l'étranger à travers des programme diffusés sur l'Europe, l'Asie et l'Amérique a bien évolué, heureusement.

RT1.jpg

Nombreux directs, experts incontestables, qualité d'image, l'investissement a payé pour RT

En effet la chaîne si elle propose encore quelques documentaires sur la Russie a fait le pari de l'information universelle et de qualité. Une évolution marquée depuis le 4 mai 2007 avec le lancement d'une version arabe Rusiya Al-Yaum qui a propulsé RT dans le top des grandes chaînes d'info telles BBC World, CNN, Al Jazeera et France 24. Et RT est loin de se classer mal à l'échelon mondial car elle est désormais aux États-Unis de la seconde chaîne d'information étrangère la plus regardée juste après la BBC. Ne parlons pas du résultat d'audience ridicule des chaînes françaises. Elle emploie 2000 personnes avec un siège à Moscou et Washington, et des bureaux à Paris, Londres, Los Angeles, Miami, Delhi et Tel Aviv. Russia Today est aussi un site Internet d'information continue publié par EIN News (European Internet Network), et qui existe depuis 1996. Margarita Simonian, rédacteur en chef de RT, explique que la station est née de la volonté de présenter un portrait « impartial de la Russie ». Russia Today est critiquée par les États-Unis car critique envers l'OTAN, les États-Unis, ou l'Union européenne. Avec l'intervention de nombreux experts issus de prestigieuses universités européennes, américaines ou d'Asie, on constate vite que la critique n'est jamais gratuite. Malgré tout, ce manque de soumission fait que le porte-parole du Broadcasting Board of Governors, Walter Isaacson n'hésite pas à qualifier Russia Today (ainsi que la chaîne iranienne Press TV, la chaîne vénézuelienne Tele Sur et le projet chinois de chaîne d'informations en continu) d'« ennemi ». Il est vrai que la fameuse "communauté internationale" dont on se plait à nous rabâcher les oreilles sur nos antennes ne représente en fait que les États-Unis et leurs alliés militaires directs donc une faible minorité de la planète... Concurrente directe de CNN, Al Jazeera, BBC World avec 530 millions de spectateurs, RT est également la première chaîne d'info au monde sur YouTube. Des émissions phare le Technology Update, le redoutable et prophétique Keiser Report (programme sur l'économie), The World Tomorrow (avec Julian Assange) ont désormais leurs fans mais on retrouve aussi sur RT Larry King la superstar pendant des années sur CNN qui a préféré faire sa valise pour travailler librement.

 Time-Magazine-e1291809678497.jpgJulian Paul Assange (Amnesty International Media Award (New Media) 2009), né le 3 juillet 1971 à Townsville en Australie, est un informaticien et cybermilitant australien, porte-parole de WikiLeaks, il fait partie des "stars" de la chaîne qui font grincer les dents du pouvoir américain en montrant à la face du monde que la liberté est désormais un pur slogan marketing dans un pays où le Patriot Act est toujours et sans aucune raison en application. Sous le coup d’une extradition demandée par la Suède, Assange réside à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis juin 2012. Il est élu personnalité de l'année 2010 par les lecteurs du site de Time mais aussi par la rédaction du journal Le Monde. Sa présence sur RT est plus qu'un symbole. Pour conclure sur un phénomène qui monte dans l'information, il faut citer le site www.prorussia.tv qui propose chaque semaine une revue de presse de l'actualité française qui mérite le détour tant elle rompt avec la médiocrité et l'hypocrisie de l'information ambiante. 

 On peut être certain que le ton libre, critique, direct et l'absence de tabous des reportage en surprendront plus d'un. Ce serait oublier que sous la IIIe République, la France aussi connaissait cette liberté, ce pluralisme et la liberté d'expression bases de la démocratie. Il serait peut être temps de les retrouver sans avoir à courir les chercher à Moscou.

pro2.jpg

Pas de compromis à gauche ou à droite pour Prorussia TV sans joug publicitaire

17:18 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

20/04/2014

Si Microsoft était constructeur automobile...

Microsoft%20Car%20Vs%20Apple%20Car.jpg

Le modèle 98 ne serait pas disponible en 97, mais en 99.
Vous seriez obligé d'acheter une nouvelle voiture à chaque peinture des bandes blanches sur les routes.
Vous ne pourriez transporter qu'une personne dans votre voiture, à moins d'avoir acheté la version 95 ou NT, mais dans ce cas il vous faudrait acheter des sièges supplémentaires.
Apple fabriquerait des voitures plus rapides, plus fiables, moins chères et plus pratiques, mais utilisables sur 5% des routes seulement.
Les voyants d'essence, de température, de niveau d'huile et de batteries seraient remplacés par un voyant unique "voiture inutilisable".
Tout le monde parlerait des "innovations" des voitures Microsoft, en oubliant qu'elles sont disponibles sur les véhicules des autres marques depuis 10 ans.
Nous devrions tous utiliser l'essence Microsoft (tm).
Les nouveaux sièges n'accepteraient qu'une taille de fesses.
A chaque fois qu'on referait la signalétique des routes, il faudrait acheter une nouvelle voiture.
Occasionnellement, le moteur de votre voiture s'arrêterait alors que vous seriez sur l'autoroute, sans aucune raison. Acceptez cet état de chose, redémarrez et reprenez la route.
De temps en temps, en faisant une manœuvre, votre moteur s'arrêterait et ne voudrait plus redémarrer. Il vous faudrait alors réinstaller le moteur. C'est étrange, mais le fait est à accepter aussi.
Vous ne pourriez avoir qu'une seule personne dans la voiture a la fois, a moins d'avoir un modèle 95 ou un modèle NT. Mais a ce moment la, il vous faudra acheter des sièges supplémentaires.
Apple ferait aussi des voitures, qui fonctionneraient a l'énergie solaire, qui seraient plus fiables, plus rapides, et beaucoup plus simples à conduire... Mais uniquement sur 5% des routes.
Les possesseurs de voitures Apple pourraient acheter des pièces de voitures Microsoft qui auraient pour effet de rendre leur voiture plus lente.
Les témoins d'alerte pour l'huile, la température, le carburant, les plaquettes et l'alternateur seraient remplacés par un seul témoin générique appelé témoin d'alerte pour "Problème dans la voiture".
Les passionnes de voiture seraient à chaque fois excites par les nouveaux gadgets et les nouvelles fonctionnalités des voitures Microsoft, oubliant complètement que ces fonctionnalités existent sur d'autres modèles de voitures depuis plusieurs années.
Tout le monde devrait bientôt acheter du carburant et de l'huile Microsoft sous peine de risque de couler une bielle.
Les nouveaux sièges Microsoft obligeraient tout le monde à avoir une taille de cul standard.
L'airbag vous demanderait "Êtes-vous sur ?" avant de se gonfler
Si vous deviez subir un crash, vous n'auriez aucune idée de ce qui vous serait arrivé.
Pour vous éviter d'envisager de changer pour une autre marque de voiture, Microsoft vous offrirait chaque année un nouveau train de pneus Explorer gratuits.
Les voitures Microsoft seraient livrées en standard avec un auto-radio-K7 qui ne permettrait que l'écoute des cassettes Microsoft et ne capterait que la fréquence de Microsoft FM.
Si vous désiriez rouler sur l'autoroute à coté d'autres voitures, il vous faudrait faire un retour de la voiture en usine pour modifications (payantes).
Les derniers moteurs Microsoft seraient des 32 cylindres a 4 turbos, mais encore construits avec des embrayages de 2 CV.
Les constructeurs de routes en arriveraient même a donner des voitures Microsoft gratuitement.
Les voitures Microsoft seraient les plus faciles a voler du monde...
Mais ça serait une stratégie commerciale tout à fait voulue par la firme elle-même

23:54 Publié dans Actualité, Humour geek | Tags : humour, geek | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |