Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2014

L'affaire Snowden primée à L.A.

stop.jpg

C'est le documentaire Citizenfour consacré à l'aventure de l'ex employé de la NSA Edward Snowden qui  a remporté à Los Angeles le prix de l'International Documentary association. L'IDA est une association à but non lucratif qui a déjà 30 ans et qui célèbre, par ses prix le travail de journalistes d'investigation, d'activistes qui mettent leur énergie au service du citoyen en révélant les dérives tant privées que publiques des entreprises, des États, des administrations etc.

Snowden en mettant sa vie en danger en révélant les crimes de la NSA et ses violations des lois américaines, son attitude hostile, criminelle vis à vis de pays parfois alliés des États-Unis, méritait bien ce soutien indirect à travers une des productions lui étant consacrée.

Le film est une suite de rencontres à Hong Kong entre la cinéaste Laura Poitras (elle même sur la liste de surveillance US Homeland Security watch list) et le lanceur d'alerte Snowden. Âgée aujourd'hui de 52 ans et née dans un milieux favorisé de Boston, elle a suivi des études en théorie sociale et politique à l'université The New School de New York. Sa carrière cinématographique est connue pour une trilogie dont ce film constitue le dernier volet. En 2004, elle réalise My Country, My Country film sur la vie quotidienne et les élections dans l'Irak sous occupation américaine, un film qui lui vaut d'être placée sur la liste de surveillance du département de la Sécurité intérieure des États-Unis. A ce titre et pour avoir fait son métier en témoignant, elle sera plus de 40 fois arrêtée à la frontière américaine. Elle sera cependant sélectionné pour un Oscar et recevra un Emmy Award.

Laura.jpg

Laura Poitras, elle aurait pu se couler dans le rentable moule du Système en faisant un film à la gloire de Femen malheureusement, elle se veut adepte de la Démocratie et patriote.

Ne se laissant pas influencer par les pressions, elle récidive en 2011 avec un film consacré aux programmes de surveillance de masse des États-Unis (il y a de quoi faire!). Son attention est déjà attirée par le problème évident d'une NSA qui oubliant qu'elle est au service des citoyens et de leurs libertés fondamentales agit en son intérêt propre et celui des profits et de la perpétuation d'un complexe militaro-industriel essentiellement privé. Sensible à l'exemple des lanceurs d'alerte, elle se lance dans l'interview de Julian Assange de Wikileaks et Jacob Appelbaum (spécialiste de sécurité informatique, indépendant, moins connu du grand public, il est un des promoteurs du logiciel libre et artisan du projet Tor qu'il développe au sein de l'Université de Washington. Son engagement militant en fait le représentant de WikiLeaks à la conférence H.O.P.E. 2010).


Octobre 2014, Laura Poitras se prête en toute simplicité au jeu des questions réponses concernant Citizenfour à l'occasion du 52nd New York Film Festival.

Hiver 2012, elle rejoint Glenn Greenwald et Daniel Ellsberg pour la création de la Freedom of the Press Foundation afin de soutenir financièrement et médiatiquement une liberté de la presse bien malmenée depuis 2001. Dans le cadre de cet objectif, ce regroupement parviendra à réunir les fonds indispensables à la retranscription intégrale du procès de Bradley Manning, ce jeune soldat accusé d'avoir transmis des dizaines de milliers de câbles diplomatiques américains et encore plus de rapports de l'armée traitant des guerres d'Afghanistan, d'Irak, des manipulations de l'opinion, des bavures, actes de tortures, crimes de droit commun ou de guerre.

C'est enfin en 2013, après des mois de correspondances cryptées échangées que Poitras rencontre enfin Snowden à Hong Kong. Malgré les incroyables révélations des interventions de Snowden, on sait comment les pays européens (et leur fameuse Union) trahis et ridiculisés, se sont abstenus malgré la colère de leurs forces armées de toute critique vis à vis du maître américain. Il n'a d'ailleurs pas jugé bon de mettre fin à sa politique. Après My Country, My Country puis The Oath, traitant du camp de détention et de torture de Guantanamo Bay se poursuit donc le témoignage de la dérive totalitaire américaine que ce soit sous gouvernement républicain ou démocrate.

Soulignons que malgré les persécutions constante de l’État fédéral, Poitras a obtenu le prix Pulitzer pour sa collaboration dans la diffusion des documents et Snowden un Right Livelihood Award (clone du Nobel) pour son courage dans la dénonciation des violations par le gouvernement des processus démocratiques et des droits constitutionnels.

large.jpg

"Every border you cross, every purchase you make, every call you dial is in the hands of a system whose reach is unlimited but whose safeguards are not," telle est la mise en garde Edward Snowdendès la bande annonce et hélas, ce n'est pas de la science fiction.

Pourtant, si cette reconnaissance est importante, elle demeure insuffisante à l'heure d'un Patriot Act qui censé être temporaire et exceptionnel est devenu depuis des années permanent et à la veille d'élections dont les favoris se singularisent par un extrémisme idéologiques fort peu compatibles avec les libertés démocratiques. Qui peut croire un instant qu'une Hillary Clinton au comportement instable et dont les problèmes de santé ont accentué une hystérie guerrière au services de lobbies fera demain en faveur des droits fondamentaux ce que Obama a été incapable de faire malgré ses promesses de campagne?

L'information la plus large est donc précieuse et les films à venir concernant une affaire qui n'est pas juste celle d'un homme mais l'affaire de tous contribuent à un véritable combat pour l'avenir. Ainsi, Sony Picture a mis en oeuvre un projet basé sur No Place to Hide: Edward Snowden, the NSA and the US Surveillance State” de Glenn Greenwald et Oliver Stone a fait l'acquisition des droits de The Snowden Files a ouvrage du journaliste du Guardian Luke Harding et de Time of the Octopus, un livre d'Anatoly Kucherena inspiré de l'affaire Snowden. Mais avec Stone, la fiction prend souvent le pas sur l'histoire. Le tournage avec Joseph Gordon-Levitt dans le rôle Snowdenqui débute le mois prochain à Munich en dira certainement plus.


La bande annonce de Citizenfour (Citizenfour a été le pseudonyme utilisé parSnowden pour signer son premier mail envoyé à Laura Poitras en 2013).

14:24 Publié dans Actualité | Tags : snowden, citizenfour, oliver stone, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/12/2014

Montre Motorola Moto 360 le gadget de Noël

moto360metal.jpg

Si vous aimez les films et séries de science fiction, la montre connectée fait partie de votre imaginaire. Mais le marché des montres est un secteur un peu particulier dans lequel les géants du numérique ont longtemps hésité à s'aventurer faute de contenu à proposer. D'ailleurs, les avis critiques ne se sont pas fait attendre et ce n'est pas un hasard si nous cataloguons cette montre dans la section gadget car il reste bien du chemin à faire avant que la montre connectée devienne ce que nous attendons réellement, à savoir, un périphérique mobile, léger, élégant, autonome sur une longue période doté de capacités audio et de vidéoconférence de qualité. Un jour peut-être...

En attendant, les constructeurs s'engouffrent sur un marché qui souffre lui aussi de la crise et personne ne veut courir le risque de rater des ventes. Les montres connectées ratissent donc large et il y en a pour toutes les bourses avec des fonctionnalités très basiques pour l'entrée de gamme à 50€ mais au final le bel écran vendeur des modèles à 450€ et plus n'apporte qu'un contenu fort discutable. Seuls les geeks, les jeunes, les femmes, les cibles habituelles de la mode n'auront pas de mal à être convaincus.

moto360,motorola,montre,connectée

La personnalisation d'un cadran couleur à un effet séduisant indiscutable

Nous avons retenu le modèle conçu par Motorola, la Moto 360. Elle a en effet le bon de réunir plusieurs qualités que la concurrence peine à assembler. Le pompon du mauvais goût revenant à Apple dont le slogan vendeur martelé en permanence est la possibilité d'utiliser la montre pour payer. Difficile de faire plus vulgaire mais le marché de la marque très bobo, très conformiste sera sans doute sensible à ce type d'argument. La Moto 360 ressemble elle à une montre classique et est livré dans une boîte qui évoque la bijouterie. Conséquence directe liée à sa fonction numérique, elle n'est pas des plus fine (4,5 cm de diamètre et 1 cm d'épaisseur) elle rebutera donc les petits poignets et ne sera pas adaptée aux soirée élégantes. Cependant, cette montre reste légère avec un poids de 49g (à partir de 60g le poids d'une montre se fait sentir) et avec son sobre bracelet cuir, elle révèle une bonne finition. Outre la montre, nous trouvons dans le coffret un petit chargeur à induction qu'il faudra utiliser chaque soir en y déposant le bracelet. La recharge se fait vite, l'indicateur affichant un 50% dès la demi heure passée sur la base.


Présentation par le constructeur

Compatible avec les smartphones récents doté du système Android 4.3 ou plus, la montre se configure, avec une identification et connexion Bluetooth (pas de connexion 3G/4G ou Wifi), très facilement, dès l'installation du logiciel Android Wear sur votre mobile. C'est l'occasion de faire votre sélection d'applications (de l'agenda en passant par l'application de surveillance cardiaque ou pour sportifs en sus des fonctions habituelles chronomètre, alarmes etc). Elles vont se multiplier très rapidement sur Google Play.

moto360,motorola,montre,connectée

Prévisualisez votre modèle sur le site officiel

Et là, on trouve déjà le pire ou le meilleur. Du mini navigateur web (Wear Interner Browser) aux outils à la James Bond permettant de lancer la prise de photo du smartphone à distance (Wear Camera Remote) et donc de constater (au hasard) que les jeunes Jade et Mathéo n'étaient pas à 17h à leur bureau en train de faire leurs devoirs (tiens je connais des parents qui viennent de passer une commande!). Bien entendu, les fonctions plus traditionnelles de calculette sont déjà proposée et on craquera plutôt pour la gestion des photos (Gallery Wear) ou les jeux (non, pas Minecraft!) tel Wear hopper (action-aventure) ou You sunk (simulation de sous marin, français) indispensables pendant les réunions d'entreprise et les cours de philo.


You sunk disponible sur Google Play. Vous êtes le capitaine d’un sous-marin en mission secrète derrière les lignes ennemies. Votre mission est de couler tous les navires de guerre des ennemis, sauver les navires civils bienveillants, éviter les torpilles ennemies et gagner la guerre.

Bien entendu, cette Moto 360 autorise des envois de SMS, de mails et même le lancement grâce aux deux microphones d'une requête vocale via par l'intermédiaire de Google Now (réception d'informations, réservations train, restaurant etc).


La démo Motorola Mobility de juin 2014

A partir de 249€ et disponible dans plusieurs styles, avec l'aspect d'une vraie montre au cadran personnalisable, un bracelet en cuir gris nuit et pas en plastique (métal en option), un boitier en acier et un bon rapport qualité prix, la Moto 360 et son bel écran seront la meilleure opportunité (malgré une autonomie bien entendu limitée à une journée et au plus deux, si votre usage est restreint) si vous craquez pour une montre connecté dès 2014.

 

moto360,motorola,montre,connectée

Le boîte de livraison avec la montre et sa station de charge

 

Caractéristiques

Boîtier en acier inoxydable foncé avec bracelet en cuir Horween, diamètre 46 mm, vibreur, 2 microphones, étanche baignade)

Ecran 1,56” , 320 x 290 , 205 ppi

Poids 49g

Autonomie 1 journée (batterie 320mAh)

Compatibilité Android 4.3 et +

Mémoire interne  4 Go et 512 Mo de RAM

Verre Corning Gorilla anti-rayures

Affichage de l'heure en phase recharge

Fonctions: podomètre, moniteur fréquence cardiaque, notification météo, alerte de vol et conditions de circulation en temps réel, contrôle vocal.

 

14:18 Publié dans Actualité, Montre connectée, Multimédia | Tags : moto360, motorola, montre, connectée | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

06/12/2014

Russie : Nos médias aux ordres de Washington

poutine.jpg

Le 4 décembre le président de Russie Vladimir Poutine a prononcé au Kremlin un message à l'Assemblée fédérale de Russie, le Parlement. Son intervention traditionnelle est à la fois une analyse approfondie mais aussi un commentaire mis à jour jusqu'aux derniers minutes, des évènements, des situations russes et internationale mais aussi une réponse aux déclarations de dirigeants étrangers. Elle est l'annonce d'une orientation pour l'année à venir. En ce sens, les propos font écho au rapport de défense américain que nous traitions il y a quelques jours.

 Ce qui est intéressant, en plus de ce discours, est son commentaire invraisemblable dans les médias de France. Poutine est présenté d'une manière hallucinée et les commentaires sont stupéfiants de mauvaise foi. Certains n'ayant pas peur du ridicule vont jusqu'à médicalisé le propos en évoquant un Poutine fiévreux etc. Ce sont pourtant les politiciens français qui ont, depuis un moment, sombré dans un délire idéologique total par servilité envers Washington. Cerains pensent voir des chars et des troupes russes en Ukraine par exemple, une vision dans le pur sens du terme que l'OTAN a même du démentir. Servir la cause, c'est bien mais bon quand c'est trop gros, ça ne marche pas.

Bien loin d'une telle hystérie amplifiée par la pression liée à une crise économique qui s'aggrave sans cesse de l'Europe au Japon, c'est un Poutine droit dans ses bottes qui s'est exprimé depuis la salle des fêtes du Kremlin. Le propos se veut avant tout rassurant pour le peuple russe mais il l'est aussi pour de nombreux peuples à travers le monde conscients de la dérive actuelle de l'Occident. Parmi ces peuples il faut citer ceux qui subissent la guerre que nos impôts financent comme les syriens mais aussi les libyens, les libanais, les ivoiriens et des pays aspirant à la souveraineté pleine et entière comme la Chine, l'Inde, l'Iran, l'Afrique du Sud, le Brésil, le Venezuela, le Vietnam. Oui car de nombreux pays et de réelles puissances ne condamnent nullement la Russie dans l'affaire ukrainienne. La prétendue communauté internationale qui trépigne, c'est bien peu de chose en fait, une famille idéologique, en Italie on dirait une mafia.

RV.jpg

Novembre 2014, Poutine annonce la création d'une zone de libre échange entre l'Union douanière (Née en 2010, l'Union douanière entre le Bélarus, le Kazakhstan et la Russie exempte de droits de douane les marchandises circulant entre ces trois États, et permet leur libre circulation au sein de l'Union) suscitée par la Russie et le Vietnam. Elle initie ce type d'accord entre l'Union douanière et un pays tiers. Un camouflet de plus pour Washington.

 Poutine s'est montré pédagogique en expliquant que l'ennemi que devait combattre la Russie n'est pas en particulier un pays ou une alliance mais que la lutte se passe avant tout sur le plan des valeurs. En effet, l'Occident n'intervient plus directement sur le terrain en 2014 sauf s'il y a une totale absence de risques et qu'il peut user de la canonnière (Libye, Côte d'Ivoire). Il utilise désormais des intermédiaires, se contentant de facturer les opérations aux alliés. C'est le cas en Syrie avec l'islamisme radical ou en Ukraine avec la mafia et les milices néo-nazies entrainées en Pologne. Les sponsors américains du nouveau régime de Kiev sont ainsi mentionnés. Le pouvoir russe n'est évident pas dupe de l'origine du coup d’État et de la menace réelle qu'il fait peser sur les intérêts stratégiques militaires et économiques russes. S'il se refuse à rompre ouvertement avec l'Union européenne et les États-Unis, Poutine se montre ferme et admet que la crise est profonde et ne se réglera pas à court terme.

Jaffré-VPoutine.png

Comme Bonaparte prit le pouvoir alors que les souvenirs de la Terreur étaient encore vifs, pour en empêcher le retour par l'ordre, et mettre fin surtout à la ploutocratie directoriale qui lui avait succédé, Poutine rétablit dans sa liberté une nation qui, ayant connu le plus durable des systèmes totalitaires, fut livrée après qu'il s'était lentement - et heureusement - amolli, à tous les désordres, violences, injustices que provoque inévitablement le consensus néolibéral de Washington. Toute la politique de Poutine possède une grande force démonstrative. Yannick Jaffré en parcourt le détail. Yannick Jaffré puise au meilleur de la philosophie politique pour nous faire suivre les étapes de ce retour russe. Pratiquant un billard à trois bandes historique, il confronte la Russie contemporaine, le Consulat et la France contemporaine. Il en sort une grande leçon de politique qui dessine en même temps une espérance pour la France. Yannick Jaffré est professeur agrégé de philosophie. Il préside le Collectif Racine, au sein duquel il milite pour la sauvegarde des savoirs et des humanités.Vladimir Bonaparte Poutine Ed. Perspectives Libres, 27€).

La question ukrainienne n'est donc pas éludée dans cette allocution (la Russie à quand même soutenu l'Ukraine à hauteur de 33 milliards de dollars pour apaiser la situation et soutenir un voisin qui livre son pays au pillage de groupes économiques étrangers)et le rappel des crimes de guerre sous la responsabilité de Kiev (sont cités par exemple les fusillades sans jugement, les opposants brulés vifs à Odessa...), de la stricte défense du droit international par la Russie alors qu'il est curieusement nié par l'Union Européenne et la fameuse communauté internationale n'est pas de trop.Il est à noter que Poutine distingue encore, à ce niveau, la fonction d'exécutant de Kiev et la véritable responsabilité criminelle des parrains occidentaux. On ne saurait être plus clair.

Mais ce conflit aux portes de la Russie n'est qu'un prétexte : Même sans la Crimée et l'Ukraine, les États-Unis et leurs alliés auraient inventé autre chose pour freiner les opportunités de la Russie. Et cette manière de faire ne date pas d'hier. Là encore, difficile de contredire le leader russe lorsqu'on a en mémoire la guerre contre la Serbie, l'Irak... Et il s'empresse d'insister sur un point, la Russie dispose d'une armée moderne, redoutable, prête au combat, un profil qui ne peut certes rivaliser avec le démentiel budget et arsenal de l'OTAN mais pourtant dissuasif, interdisant à ses ennemis d'espérer acquérir la suprématie militaire. Poutine se livre alors à quelques rappels historiques loin d'être superflues pour les jeunes générations. Il évoque la lutte russe contre l'invasion nazie (si on est au fait du financement anglo-saxon de la montée du nazisme, ce rapprochement prend tout son sens). Hitler s'apprêtait à anéantir la Russie et à nous repousser jusqu'à l'Oural. Tout le monde doit se souvenir comment ce genre de choses se termine précise t-il et cette mise en garde souligne la violation flagrante des accords de Moscou passés autrefois entre la Russie et les États-Unis. La progression constante de l'OTAN vers l'Est depuis des années en est, en effet, la permanente trahison.

 Poutine une politique de type gaulliste (sans ses erreurs à ce jour) et avec des résultats incontestables sauf pour les partisans d'une France dirigée depuis Washington. Sous sa direction le PIB russe est passé de la 36e place mondiale à la 5e. Il a nationalisé 65% de l'industrie pétrolière et 95% de celle du gaz, les réserves de changes du pays ont été multiplié par 48. Les exportations de céréale dépassent maintenant celles des États-Unis. Le déclin démographique de 1.5 millions d'habitant par en en 1999 est stoppé et on constate désormais une croissance naturelle de 0.22%/an. Décembre 2014 la cote de popularité atteint 87% et le niveau de vie est quatre fois supérieur à celui de l'Ukraine.

Cette progression désormais plus seulement par la corruption mais par la guerre et le terrorisme offre à la Russie une opportunité, celle de retrouver la position évoquant la France des années De Gaulle, celle d'un pays non aligné et menant une politique dans l'intérêt de sa population avant tout dogme idéologique. Un politique qui est de toute évidence celle du nouveau géant économique chinois. Et alors que de manière comique et décalée par rapport à la réalité le secrétaire d'État américain, John Kerry, appelait depuis Bâle la Russie à ne pas s'isoler par ses propres actions on a constaté ses derniers mois la multiplications des accords de coopération entre la Russie et de nombreux pays comprenant sa position et la nécessité d'un monde multipolaire. Nous avons hélas vu comment la France trahie au plus haut niveau a encore une opportunité formidable de relancer son économie et de bâtir un partenariat fructueux pour son appareil militaro-industriel avec un fournisseur d'énergie majeur pour le siècle qui débute.

poutine,bilan,2014,france,occident,avenir

Il ne faut jamais désespérer. Qui aurait pu croire à un avenir russe après les années Eltsine? L'histoire nous apprend que les bonnes personnes se trouvent parfois au bon endroit au bon moment et elles sont parfois une simple femme de chambre dans un Sofitel. Hélas, certains partent trop tôt.

Pour conclure, Poutine s'est penchée sur la question économique et si la Russie a été bien peu touchée par les sanctions injustifiées de l'Europe et retrouve cette année de la croissance avec des contrats fabuleux signés avec la Chine, l'Amérique du Sud et même la Turquie, cette situation de tension a été l'occasion d'une prise de conscience salutaire. Un pays doit avant tout compter sur ses propres forces, notre développement dépend d'abord de nous-mêmes. Une amnistie totale va être offerte aux affairistes russes rapatriant leurs biens (on ne leur demandera pas d'où vient cet argent ni comment il a été gagné) cela concerne un montant de l'ordre de 110 milliards et le combat d'une dépendance critique aux technologies et productions industrielles étrangères sont au programme. Avec une cote de popularité de 80% le maître du Kremlin ne devrait avoir aucun obstacle sur cette route.

Au final l'allocution du président russe devant le parlement n'est pas différente d'une position conservatrice de type gaulliste par sa défense de la patrie et des intérêts vitaux, des valeurs traditionnelles, celles qui ont fait leurs preuves. La défense de la famille et la fin des années d'effondrement du taux de natalité sont le meilleur exemple de la réussite du travail de Poutine. Cette politique appuyée sur des élections, une immense popularité admise par les observateurs même américains (de l'ordre de 80% de satisfaits) et des résultats spectaculaires depuis 10 ans est aussi sur le plan économique un libéralisme économique dont seuls les excès sont limités par l’État. C'est sans doute cette réussite d'un système qui n'est pas sans rappeler le modèle français des 30 glorieuses qui fait aujourd'hui l'horreur d'un Occident en échec.

Roland-Dumas.jpg

Interrogé il y a peu dans le Point sur sa politique s'il était encore en activité, Roland Dumas déclare: J’aurais rétabli une vraie politique française avec la Russie ! La France doit rétablir une relation privilégiée avec la Russie. Nous traitons mal les Russes, contrairement à ce qui peut se dire dans le monde ! Nous ne tenons compte d’aucun des engagements qui ont été pris, notamment avec Gorbatchev concernant la conférence de Moscou. L’alliance outre-Atlantique n’a pas tenu ses engagements envers Moscou. Je suis contre l’injustice même en politique internationale.

Car le désastre social et économique de l'Occident, de cette fameuse communauté internationale qui se limite à un tout petit bout de la planète à savoir l'OTAN et ses alliés directs est essentiellement du au rejet du politique au profit d'un capitalisme purement financier et prédateur. Ce capitalisme néo-libéral est parvenu à s'affranchir de toutes les limites hier imposées par les religions traditionnelles (catholicisme, islam, orthodoxie), le politique pour s'imposer comme seul référent au nom du progrès, de l'égalité, de la croissance. Cet objectif qui comporte la destruction de la famille, de la nation, ces cellules élémentaires qui protègent la personne est aujourd'hui largement atteint et on peut déjà juger de son résultat, un appauvrissement global, un accroissement des écarts entre pauvres et riches (destruction accélérée de la classe moyenne), la diminution constante des libertés fondamentales (censure, uniformisation de information, persécution des dissidences). La Russie opte pour un chemin différent et ses objectifs en matière de "progrès" ne sont pour l'instant pas synonyme de régression sociale et de perte de souveraineté. Il serait bon de s'en inspirer.

12:05 Publié dans Actualité | Tags : poutine, bilan, 2014, france, occident, avenir | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

03/12/2014

Naheulbeuk et l'art contemporain

torche.jpg

Exposition Valentin Caron en 2003 (Paris 3e. Galerie Praz-Delavallade). Bois, coton, résine de sapin, cuir. 90 x 13 cm.

Paris 2003, une personne d'une bonne taille et qui n'a pas voulu laisser sa hache à l’accueil (tu rêves mémé c'est une hache de jet Durandil, une DU-RAN-DIL!) semble particulièrement agacée.

Le Nain:

-Non, mais j'hallucine! C'est du vol en plein jour! C'est quoi cette expo des humains? Du plagiat, parfaitement et je vais demander des droits d'auteur non mais sans blague. Nous, les Nains, ça fait des siècles qu'on expose des torches dans les galeries et des vraies galeries creusées dans la pierre (c'est toujours mieux le granit) qui font des kilomètres et en plus on ne fait pas payer l'entrée quoique ça, c'est pas une mauvaise idée... Je vais aussi demander un pourcentage sur les entrées à titre rétroactif.

-En plus, dans nos galeries on a aussi des visiteurs célèbres, attendez, il y avait ce groupe là avec un gars tout petit. Au début, à cause de son nom, j'ai pensé que c'était un un Nain, Fraudons, quelque chose comme ça. Mais quand il a expliqué qu'il devait détruire un anneau en métal précieux, j'ai compris que c'était pas un Nain. Un Nain ferait jamais ça. Alors, pour son bien, j'ai échangé en douce l'anneau pour celui de la vieille tante Jambe-de-fer, un anneau en laiton, on a jamais pu le revendre, même à des Elfes!

- Ok l'anneau est trop petit pour moi mais c'est du beau métal et ça peut surement s'échanger contre une centaine de pinte de bières... mais c'est quoi ce grand œil dans le ciel? Et la Magicienne qui n'est jamais la, c'est nul!

 

Naheulbeuk_large.jpg

Le Donjon de Naheulbeuk, Tome 4 : Chaos sous la montagne (Éditions Octobre) de John Lang est désormais disponible et clôt les aventures en Terre de Fang de la Compagnie de... des Fiers de Hache? On espère cependant retrouver ces sympathiques personnages un jour, en audio ou en roman, car c'est sous cette forme qu'ils illustrent le mieux un univers original et une culture comportementale française dont les spécificités sont gommées et méprisées à la télévision et au cinéma depuis trop longtemps au profit de stéréotypes politiquement corrects puisé dans la société de consommation américaine. Indispensable!

08:09 Publié dans Actualité, Humour geek | Tags : naheulbeuk, roman, chaos, octobre, livre, 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |