Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2016

Brexit : Les Britanniques s'évadent

brexit,europe,russie,guerre,économie

L'espoir est une mémoire qui désire (Balzac)

Si la joie est de rigueur après l'heureuse surprise du matin, la large victoire du Brexit, elle ne doit pourtant pas céder la place à un enthousiasme aveugle car il faut comprendre son origine et sa signification.

La possibilité pour une population de se prononcer sur l'appartenance à l'Union Européenne, c'est à dire la façade civile de l'OTAN n'est pas arrivée par hasard. Il faut cesser de croire au Père Noël. Comme pour tous les sujets ou évènements importants, il faut trouver là une convergence de nombreux intérêts et surtout un feu vert accordé par le sommet de la hiérarchie. Celui là n'est pas britannique ni même européen.

Certes, le désastre historique de l'Union Européenne, son passif économique, social, est flagrant. Cette Europe là, c'est le chômage, la précarité en explosion, la guerre (Yougoslavie, Libye, Donetsk...), le terrorisme en direct et full HD. C'est aussi la soumission à la finance, aux lobbies industriels et idéologiques, au renseignement étranger.

Ce bilan catastrophique et comparable à l'effet d'une guerre sans invasion reconnue n'est pas sans effet. On le constate avec l'émergence dans toute l'Europe de mouvements de résistance qui de la Grèce à l'Allemagne, de l'Espagne à la Hongrie, sont qualifiés péjorativement du pourtant élogieux populiste.

Il y a donc une opposition interne en gestation même si le Système en place la contrôle comme en Grèce et n'a aucune difficulté à la faire trahir ses électeurs.  Après tout, l'expérience électorale parlementaire sert à ça.

Il n'empêche que gouverner en place de la finance mais pas en son nom, c'est prévoir et le krach économique mondial qui approche, ce krach inévitable mais qu'il s'agit de repousser pour garder le pouvoir et profiter des ultimes secousses de marchés nécessite, bientôt, la mise en place de gré ou de force du TIPP/TAFTA.

Le TIPP/TAFTA est ce traité qui va achever de détruire l'économie de la majorité des pays européens (sauf celle encore industrielle et de pointe des Allemands) et sans aucun doute doubler le chômage déjà en forte croissance avec l'automatisation et la robotisation en marche mais il est la bouffée d'oxygène vitale pour des États-Unis croulant sous le chômage et leur centaine de millions d'adultes sans emploi.


 Prototype du dialogue social dans la France républicaine, le 22 juin 2016 sur LCP, face à un André Chassaigne qui au sujet de la loi travail relève d'évidentes contradictions, Christophe Caresche quitte le plateau fou de colère "Je me tire !". Malheureusement, il nous fait probablement une fausse joie.

Face à la colère des peuples qui s'éveillent et rejettent l'Union Européenne mortifère, le risque de rejet du TAFTA devient une éventualité. Elle est encore faible en raison de l'absence de démocratie dans l'Union et aussi de la propagande intensive des médias, du chantage des politiques qui n'hésitent pas à menacer, jouer sur l'émotion en parlant d'apocalypse financière si on remet en question le moindre de leurs dogmes économiques ou pro-européens.

En dehors de la voie tracée, il n'y aurait point de salut. Certains excités vont jusqu'à brandir en total hors sujet la menace terroriste ou qualifier d'antisémite toute critique des politiques bancaires !

Les cons  ça ose tout comme disait fort justement Audiard. Actuellement, l'actualité du Brexit à l'Euro de football en passant par la réforme El Khomri, nous le prouve chaque jour.

L'adoption du TAFTA ne peut se faire qu'en utilisant des moyens importants pour contrer tout péril. Ce sont tout d'abord les migrants qu'on va soudainement faire venir en masse, en allant parfois les chercher, en distribuant lieu de collecte et smartphones (récupérés à l'arrivée) afin de briser les prévisible luttes sociales des peuples européens excédés. Le migrant ne revendique pas, il fait baisser les salaires et à l'heure de la main de plus en plus déqualifiée sait se substituer à l'autochtone mal pensant. S'il plait à la droite économique son caractère assisté, à charge du public en fait de plus un électeur de remplacement éventuel pour une gauche abandonnée par le travailleur. Tout le monde est content. Pas l'indigène bien entendu mais s'il fallait l'écouter.

brexit,europe,russie,guerre,économie

Après l'invraisemblable "Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens" de Jean-Claude Juncker en 2015, c'est Jacques Attali qui s'y colle en proposant rien moins que de supprimer les référendums sur l'Europe.  Il précise sa pensée sur son blog "Selon notre conception occidentale du Droit, il existe des progrès irréversibles, (par exemple, la démocratie, la liberté du culte, l'interdiction du travail des enfants, l'abolition de la peine de mort) qu'un vote simple ne peut défaire." J'avoue que le nombre de mort par guerre ou suicides, le nombre de chômeurs et sdf que compte cette Europe me font penser à tout sauf à un progrès. A t-il des tendances SM notre Jacquo ou une totale méconnaissance des conditions de vie du peuple ou pire sa haine ?

Toutefois, casser les mouvements sociaux ne suffit pas. Pour faire adopter ce traité de trop, il faut malgré les fraudes, trouver quelques électeurs. Le meilleur moyen pour cela est le conditionnement par la peur. Il y a celle du terrorisme. Une autre sera ajoutée, une peur enfouie dans les mémoires mais préparée par des dizaines d'années de conditionnement télévisé et scolaire, celle de la menace venue de l'Est, de la Russie renvoyée à son passé soviétique.

A cette fin et par tout les moyens, il va s'agir de montrer du doigt et de provoquer la Russie qui quelque soit le sujet du tennis au football, de sa lutte contre l'EI et Al Qaida en Syrie, dans sa défense du droit international auprès du Donetsk contre l'Ukraine aura toujours tort, sera toujours responsable et du coté du mal. Quand on veut tuer son chien...

Pour tout observateur, c'est gros, énorme, hénaurme. Mais il faut convaincre, faire croire à une menace russe et contre toute crédibilité imposer le péril d'autant plus redoutable qu'il n'a ni forme ni substance. Il ressemblera donc à tout.

La France toujours prête à collaborer et à se ridiculiser n'est pas la dernière à manifester son zèle dans ce sens. Quatre avions de combat Rafale seront ainsi déployés dans les pays baltes de septembre à décembre 2016, dans le cadre de l’OTAN en contribution à une mission visant à contrer une menace russe Pincez-moi, je rêve !

Ces aberrations qui se multiplient depuis le soutien occidental évident au terrorisme en Syrie, aux agressions ukrainiennes contre le Donetsk, avec la mise en place d'un système anti-missile aux frontières russes et carrément au positionnement de troupes toujours plus à l'Est ne sont pas sans danger.


La société spectaculaire de la marchandise jouant avec des allumettes

Mais ce risque du danger réel d'une guerre est de plus en plus négligé par le gouvernement américain vivant avec une représentation totalement dépassée de la Russie, ne croyant pas non plus à une escalade nucléaire (alors que la Russie très limitée sur le plan conventionnel n'aurait pas d'autre choix) et considérant après tout la guerre comme la seule solution à la faillite comme à l'occasion des deux premiers conflits mondiaux. La recette a fait ses preuves et on ne s'est pas fait prendre.

Le jeu qui peut dégénérer, mal se terminer surtout avec des peuples européens non fiables, de plus en plus séduits comme leurs stars par le modèle en rien communiste ou socialiste mais bien capitaliste et patriote russe (même si ce modèle est encore un capitalisme largement industriel donc à l'ancienne) est un risque potentiel. Dans une telle perspective, une Grande Bretagne hors Union Européenne tel un porte-avion est un atout pour l'Amérique malgré les superficielles gesticulations boursières suivant le Brexit qui ne tromperont personne car économiquement cela ne changera strictement rien aux échanges avec le continent.

Alors et malgré des lendemains incertains mais en rien liés à ce vote des Britanniques, on peut donc se réjouir de cette évasion (elle apporte un espoir dont nous avons grand besoin) qui n'est pas sans évoquer l'aventure de 1940. Malheureusement, l'Europe continentale n'aura probablement pas cette opportunité de libération certains extrémistes du Système songeant déjà à exclure du champs  du vote les droits fondamentaux des peuples.

Mais qui vivra verra.

 

10:50 Publié dans Actualité | Tags : brexit, europe, russie, guerre, économie, espoir | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.