Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2017

Euro et Europe, les solutions

 

 

euro, Europe

Si le débat présidentiel a bien démontré une chose cette année, c'est que l'Union Européenne et son arme l'Euro sont au cœur, sinon le cœur, des problèmes détruisant la France sur les plans politiques, économiques et sociaux.

Il est bien loin le temps où des politiciens souriants pouvaient jurer, cracher que nous avions là, les moyens d'un lendemain qui chante, de la paix et de la prospérité. Seuls des ahuris ont encore cette audace.

En place de ce paradis, les Européens connaissent l'austérité quand ce n'est pas la malnutrition, le chômage de masse de longue durée, la guerre et le terrorisme, une division jamais vue entre les nations du Nord et du Sud, une soumission totale aux objectifs géostratégiques américains ayant entrainé la fermeture de plus de 10 000 entreprises en quelques années, sans parler d'une immigration massive, privée de sens, sauf celui de prouver, au grand jour, une incapacité de la défense européenne mettant les citoyens en danger et transformant les pauvres d'ailleurs en objets déracinés à la solde d'un Capitalisme sordide.

Pourra t-on survivre à l'Euro et à cette anti-Europe ?


L' euro va t'il tuer l'Europe ? 100% Econoclastes n°03. Avec Philippe Béchade, Olivier Berruyer, Olivier Delamarche, Pierre Sabatier et Jean-Pierre Corbel.

10:12 Publié dans Actualité | Tags : euro, europe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

11/07/2016

Euro 2016 : Victoire de la France en finale

victoire.jpg

Soulagement ce matin en découvrant la victoire du Portugal lors de l'Euro 2016.

Merci, merci chers voisins Portugais de nous épargner la souillure de 1998, de nous éviter une nouvelle couche de propagande sordide, de nous sauver de ces affiches immondes justifiant la victoire par le multiracial où sur les murs certains mouvements dits de gauche expliquaient une victoire par le black-blanc-beur servant ainsi la soif d'immigration du pire capitalisme et la quête d'électeurs d'une gauche abandonnée par le peuple.

Un black-blanc-beur d'ailleurs renié quelques années après lorsque ces derniers ont commencé à penser, à rire et à comprendre qui menait le jeu autrement redoutable de la vie et dont ils refusaient de partager les commandes.

Par chance car les signes de ce délire déjà visible nous seront sans doute épargnés.

Cette victoire portugaise encore plus grande pour la France est aussi l'occasion de faire un bilan.

Celui de la farce de la menace terroriste, de l'état d'urgence qui n'a pas fait long feu devant les intérêts marchands des médias, de la propagande publicitaire si précieuse en période pré-présidentielle.

Quand l'argent est en jeu les terroristes sont aux abonnés absents et les rassemblements de masse, ces cibles parfaites autorisées.

Curieusement et heureusement d'ailleurs car les cons osent tout. La France aura été épargnée le temps des affaires, des campagnes, des paris. Mais nul doute que le ballet sanglant, le conditionnement vont reprendre rapidement.

Quand on ne trouve plus la légitimité dans les urnes un ennemi spectaculaire est tellement utile...

Merci aussi au Portugal de nous épargner l'euphorie malsaine et indécente d'une victoire alors que le pays croule sous un chômage jamais vu, des privations de libertés dignes de la Grèce des colonels.

Quand un pays agonise,  il n'y a aucun sens pour les victimes à se droguer à l'émotion, à rechercher l'aveuglement des sens, la perte de réalité. Pour ceux qui les tiennent en laisse, c'est évidemment différent.

Les citoyens ont au contraire toutes les raisons d'être en prise avec le réel, de lutter dans la rue par la démocratique manifestation, par les grèves, l'information sur les réseaux sociaux et la solidarité au quotidien pour que la déchéance cesse et comme nos autres voisins européens Britanniques de se libérer par un Frexit.

Contre le shoot malsain du sport fric choisissons la fraternité et le quotidien.

Alors encore une fois bravo au Portugal, hier soir il a fait gagner la France, la vraie !

09:13 Publié dans Actualité | Tags : crise, euro, football, portugal, france, frexit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

22/05/2015

Peyrelevade, ce collectionneur de perles

euro, dogmes, Sapir, Peyrelevade

L'euro, c'est la guerre, le chômage, la censure.

Il y a quelques jours nous avions tweeté à propos du caractère comique, caricatural à l'excès d'un article de Jean Peyrelevade dans les Echos cumul pompeux et dogmatique des inepties habituelles tentant de justifier le dévastateur euro.

Le très pertinent Jacques Sapir a pris de le temps de s'abaisser à une réponse aux propos hallucinants de cet adepte de la religion euro dans un article qu'il est indispensable de lire et faire lire.

 

Peyrelevade, l’Euro et la vérité

20 mai 2015
Par

On peut être un ex-haut fonctionnaire, un ex-grand banquier, et dire des choses stupides, voire mensongères. Jean Peyrelevade nous en fait la démonstration. On sait que cet homme de pouvoir et d’influence est l’un des plus fanatiques défenseur de l’Euro. C’est son droit. Mais, argumentant cette défense et illustration des « bienfaits » de l’Euro, il montre sa suffisance et son insuffisance, et en passant le mépris en lequel il tient ses lecteurs. Cette démonstration, il nous l’assène dans les colonnes du journal Les Echos où il tient une rubrique régulière[1].

 Jean Peyrelevade l’arrogant.

Commençons par le commencement. Le titre de son article est calamiteux. Par définition, et surtout en économie, rien n’est indissoluble. Et certainement pas les unions monétaires dont l’Euro (ou plus exactement l’Union Economie et Monétaire) n’est qu’un exemple parmi d’autres. S’il voulait persuader son lecteur des avantages de l’Euro, ou des risques de sa dissolution, il eut dû intituler son article « Les dangers d’une dissolution ». Mais, tout à sa suffisance, il révèle son insuffisance. Mesdames, messieurs, on ne bouge plus, les choses sont figées pour l’éternité car le grand prêtre a parlé : l’Euro est indissoluble. Oui, écoutez cette révélation ; quand bien même la terre serait engloutie par le soleil l’Euro existerait toujours dans les siècles des siècles… Nous ne sommes plus dans l’économie mais dans la croyance religieuse. C’est l’expression de la foi du charbonnier.

Monsieur Peyrelevade ignore visiblement que de très nombreuses Unions Monétaires se sont défaites au XXème siècle. On en compte en fait plusieurs dizaines. Les cas les plus spectaculaires furent l’Union Latine (qui dura de 1914 à 1927), ou l’Union Scandinave (qui dura de 1914 à 1924). Mais, il faut aussi y intégrer la dissolution de l’Empire Austro-Hongrois[2]. Où peut-être le sait il fort bien en réalité. Et c’est pour cela qu’il affirme si fort ce qu’il sait bien, en réalité, être faux. C’est un exemple typique où la (mauvaise) foi religieuse ne peut convaincre que par la répétition des plus énormes contre-vérités. Ainsi, Peyrelevade est-il d’autant plus péremptoire que, comme un avocat défendant une mauvaise cause, il cherche à emporter l’adhésion non par la rigueur de son raisonnement mais par la mobilisation de catastrophes supposées et à venir. On connaît la valeur de ce procédé et on lui préfèrera la rigueur d’un Paul de Grauwe, qui en 2014 annonçait que la crise de l’Euro était en réalité à venir.[3]. Signalons, enfin, que visiblement Peyrelevade ignore que l’un des fondateurs de l’Euro, Oskar Lafontaine, alors dirigeant du SPD, a fait sur cette question de l’Euro une véritable volte-face à l’occasion de la crise chypriote, et qu’il se prononce désormais pour la dissolution de la zone Euro[4].

(la suite de l'article sur RussEurope le Carnet de Jacques Sapir sur la Russie et l'Europe)

13:04 Publié dans Actualité | Tags : euro, dogmes, sapir, peyrelevade | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |