Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2017

Cinéma, les blockbusters 2017

2017.jpg

Comme nous l'avions annoncé il y a un an, la crise porte bonheur au cinéma avec une année qui a connu des salles remplies en permanence, même en décembre avec Rogue One et Premier Contact. La domination de Disney sur le secteur se confirme avec quelques 7 milliards de dollars de recettes, rien qu'en France la société réalise 10% des entrées. Merci à Captain America, Civil War, Le Monde de Dory, Zootopie et aussi au remake du Livre de la Jungle. De plus, les gains de Doctor Strange de Rogue One (500 millions de dollars pour l'instant à lui seul) sont loin d'être connus dans leur intégralité.

Le cinéma français lui se porte de plus en plus mal. Les raisons sont hélas multiples et se cumulent. Faute de se reconnaître dans des productions de plus en plus militantes véhiculant des valeurs étrangères et hostiles le public en est réduit à soutenir des comédies de plus en plus médiocres, avec des acteurs indigents ou âgés et se tourne vers les productions américaines, certes aussi engagées, mais qui au moins assurent le spectacle. 


The Red Pill, de Cassie Jaye est sorti en octobre 2016. Féministe mais réaliste, la cinéaste américaine donne la parole aux plus notoires militants pour le droit des hommes sur Internet mais aussi à leurs critiques. Un constat apparait vite, l'égalité des droits est fortement faussée par les médias, les systèmes politiques, les organisations internationales en faveur du féminisme, idéologie dont la diffusion profite avant tout au Capitalisme. Cassie Jaye a fini par sympathiser avec les militants du masculinisme allant jusqu'à remettre en cause l’éthique douteuse et agressive du féminisme contemporain. En récompense de sa quête de pluralisme et d'égalité, elle a été dénigrée, menacée physiquement et elle a même perdu son financement ayant de grave difficultés à faire sortir son film.

Par contre le secteur documentaire qui émerge et peut créer un buzz surprenant bénéficiant de moyens informatiques et d'un accès abordable à la HD semble enfin de retour (diffusion directe en DVD, streaming) grâce au secteur associatif, à l'éveil citoyen lié aux prochaines élections mais aussi aux circonstances particulières : tensions économiques, sociales et politiques qui ne trouvent pas la possibilité de s'exprimer avec pluralisme sur des grands médias de plus en plus cadenassés et comme aux États-Unis totalement déconnectés des aspirations de la population et des réalités.

Les vieux médias sont morts, déconsidérés, détectés comme armes de désinformation, de propagande, personne ne les regrettera.

Le cinéma asiatique enfin qui a confirme en 2016 son installation avec The Strangers de Na Hong-jin, Mademoiselle de Park Chan-Wook, Le Garçon et la Bête de Mamoru Hosoda devrait aussi s'annoncer  en grande forme cette année et plus inattendu, on sent aussi un éveil des productions russes lié à la très bonne image internationale de la Russie, une excellente nouvelle.

Il est bien entendu trop tôt pour parler de bon cru pour les studios habituels mais voici déjà une petite sélection pour votre agenda.


Resident Evil: The Final Chapter (janvier)


 The Great Wall (février)

 

Logan (Wolverine 3), mars.


Kong: Skull Island (mars)


 

Ghost in the Shell (29 mars)


Guardians of the Galaxy Vol. 2 (mai)


Alien Convenant


Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales


Transformers: The Last Knight (juin)


War for the Planet of the Apes (juillet)


Blade Runner 2049


Justice League (novembre)


Star Wars: Episode VIII (décembre)

 

 

 

08:24 Publié dans Actualité, Loisirs Jeux Salons | Tags : cinéma, films, blockbusters, trailer, agenda, sorties, 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

04/07/2016

E3 les jeux qui se distinguent

e32016.jpg

Avec les semaines de recul indispensables pour notre sélection voici le petit point traditionnel sur le secteur jeu PC et les sorties à surveiller. Le salon 2016 n'aura pas été un grand cru. Aucun produit ne sort cette année du lot et on trouve plutôt une production pillant les anciens succès pour les mettre au jour graphiquement. En outre ce qui dérange assez vite c'est la politisation croissante des logiciels de loisir (ce qui est encore plus désagréable) avec des aspects jusque là réservés aux production télévisées à savoir la normalité de la torture au nom des valeurs et le recours constant à l'émotion.

Techniquement l'arrivée anticipée de la 4k se confirme et c'est la que passera votre budget.

Ce qui n'est pas par contre une surprise, c'est La VR ou réalité virtuelle et le débarquement des commandes pour le casque Oculus Rift (Gears VR) ou le tapage sur console avec le PlayStation VR de Sony annoncé pour cet automne 2016. Mais ne jetez pas votre argent par les fenêtres ce serpent de mer sent la douche froide.

Les grands éditeurs malgré des produits en développement ne se cachent plus pour dire que la VR pour le grand public ce n'est pas pour cette fois, ni pour demain voir après demain. On sait ce qu'il est déjà advenu de l'expérience TV 3D qui a été un flop monstrueux. 

Même chez Microsoft avec la Project Scorpio prête pour la réalité virtuelle, on pense déjà à abandonner si les ventes de casques ne décollent pas.

Les produits qui méritent un détour :


Battlefield 1 est un classique jeu vidéo de tir à la première personne développé par DICE et édité par Electronic Arts. sa sortie est prévue pour le 21 octobre 2016. Sur des serveurs 64 joueurs, vous visiterez des paysages variés et mouvementés entre les Alpes italiennes, les sombres forêts de la Somme et les  plaines pelées de la bordure saharienne. La reconstitution vise au réalisme visuel et à la fidélité historique. Au menu un mode multijoueurs et une campagne solo très bien ficelée digne du cinéma.


Mass Effect: Andromeda est un jeu vidéo de tir à la troisième personne action-RPG créé par BioWare et édité par Electronic Arts. Son lancement reste prévu pour mars 2017 donc patience. Après avoir opté pour un profil homme ou femme, pathfinder nommée Ryder (clin d’œil à la première américaine dans l'espace, Sally Ride), un explorateur  envolez vous en quête d'un monde habitable pour l'humanité. On retrouve la découverte de systèmes à la manière de Mass Effect 3 mais depuis ils ont pris du poids et sont 4 fois plus grands. Promené avec le fidèle vaisseau Tempest, il faudra donc réunir les habituelles ressources puis bâtir des colonies se confronter avec les menaces traditionnelles en n'hésitant pas à faire parler la poudre car les indigènes de l'espace sont parfois taquins.


L'éditeur Bethesda Softworks a quelque peu fait le buzz en annonçant une reprise du jeu Prey pour 2017. Ce FPS va donc nous replonger dans un univers mêlant action et technologies spatiales.  Réveillé en 2032 à bord de Talos I, une station en orbite lunaire vous avez la chance (petit veinard !) d'être le cobaye d'une expérience de transhumanisme qui comme d'habitude se passe mal. La station est infestée d'aliens pas très amicaux (qui a laissé les fenêtres ouvertes !) ce qui motivera votre fuit... euh... exploration de la station. Tout cela est aussi le meilleur moyen de savoir pourquoi et comment vous vous retrouvez dans cette galère et pas sur une plage un Malibu bien frais à la main.


Si malgré une réalisation décevante Layers of Fear parvenait à faire frisonner le plus brave, les sadiques du studio Bloober Team sont parvenus à faire pire avec leur nouvelle production. Il faut dire qu'a l'horreur d'un manoir déjanté ils ont réussi à amalgamer cette fois les monstruosités du cyberpunk. Observer vous glisse dans la peau d'un enquêteur peu ordinaire car doté d'un dispositif permettant de se connecter à l'esprit de vos voisins (ce n'est pas la CAF mais nous ne sommes pas loin). Ces pauvres victimes se font hacker leurs peurs qui sont ensuite retournées contre eux (David Icke sort de ce scénariste !). Et oui comme dans The Secret World vous devrez visiter des cauchemars afin de réunir les indices indispensables à votre progression. Brrr...

 

08:37 Publié dans Actualité, Loisirs Jeux Salons | Tags : e3, jeux, pc, vr, 4k, top | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

30/04/2016

Configuration PC loisir petit budget

configuration,pc,jeu,loisir,budget

Veux un PC comme papa !

La question revenant souvent ces derniers temps voici une configuration PC pour tout petit budget, moins de 750€ axée loisirs. Pas de clavier ni de souris dans la liste car ce sont des périphériques qu'on peut désormais trouver partout à petit prix.

Reste une moyenne tour qui permettra outre les classiques applications bureautiques, le surf internet et de regarder des vidéos, de jouer sur un écran décent. Le processeur retenu est un dual core Intel qui pour l'instant se montre bien moins gourmand en consommation et chauffe moins que les concurrents AMD.


Batman Arkham Knight PC Gameplay - i3 4170 + R9 380

 

Boitier Thermaltake Versa H21 42€


Alimentation Zalman ZM600-TX 80PLUS 52€


Disque dur interne Toshiba DT01ACA100 1 To 54€


Lecteur graveur DVD Lite-On iHAS124-14 23€


Ecran BenQ 24" LED - GW2455H 120€


Processeur Intel Core i3-4370 (3.8 GHz) 160€


Carte mère MSI H81-P33 68€ 

   
Mémoire G.Skill Aegis Series 8 Go DDR3 1333 MHz CL9 34€


Carte graphique Sapphire Nitro R9 380 2G D5 190€


Radeon R9 380 Intel Core i3 4160 (un poil plus lent) Tomb Raider benchmark : Min FPS: 46.0
Max FPS: 76.0 Average FPS: 63.0


Star Wars: Battlefront (Graphics: Ultra, FXAA High, 130% Resolution
Post Processing: HIgh) sur I3 4170 avec une R9 380 légèrement overclockée (1150Mhz clock, 1600Mhz memory)

07:14 Publié dans Actualité, Loisirs Jeux Salons | Tags : configuration, pc, jeu, loisir, budget | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

30/01/2016

Tour d'Europe, la vraie !

TE2016.jpg

 Il existe deux Europe, celle de Bruxelles qui ruine les économies, détruit les nations, les cultures et celle que nous aimons, l'Europe des peuples, des patries charnelles, des cultures qui n'exige ni consommation ni soumission à des puissances étrangères ou des lobbies mais juste des yeux et du cœur.


Fanny Truilhé et et Mathilde Gibelin, avec ce périple européen réalisé du 21 septembre 2009 au 30 juillet 2010 offrent donc une bouffée d'oxygène et de fraicheur dans un univers désormais banni de nos grands médias au nom de la rentabilité marchande et d'une sous culture mondialisée. Outre l'ouvrage disponible en ligne racontant  cette aventure au fil des hauts lieux des légendes européennes, il existe un blog  pour en savoir plus ou contacter ces sympathiques aventurières.


Le récit de Fanny et Mathilde, leur Tour d’Europe, est bien plus qu’un fil qu’on déroule. L’Europe, terre d’histoire et de légendes, s’est imposée comme le cadre idéal à ce défi. Portées par le mistral, les deux pèlerines dévalent les pentes arides du Géant de Provence, traversent l’Italie puis la Grèce. Elles ne marchent plus mais courent sur le stade mythique d’Olympie. Elles prennent assez d’élan pour traverser l’Europe orientale, des Carpates aux monts Métallifères pour se retrouver ensuite dans les grandes plaines germaniques. La verte Erin sera leur dernière étape avant un retour en France, en bateau. Dix mois d’aventure et près de 6 000 kilomètres parcourus. Défi relevé ! Cet ouvrage, écrit à deux mains, est une formidable invitation au voyage et à l’aventure (éditeur).


Ouf ! Il n'y a pas que des Femen mais encore des Femmes !

13:56 Publié dans Actualité, Loisirs Jeux Salons | Tags : europe, voyage, marche, aventure, tour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |