Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2016

Actualités des colonies ou la menace Oui-Oui

 

haine.jpg

Est-ce une incitation à la haine d'une personnalité politique ?

L'amour immodéré d'une grande partie de la classe politique et médiatique pour certaines puissances étrangères bien connues, celles dont on parle à voix basse, plus par peur des représailles (agressions physiques dans la rue en toute impunité ou attaques au portefeuille) que par un respect qui ne se mérite pas, la soif de valider de gré ou de force le dogme surréaliste d'un choc des civilisation font l'actualité désormais régulière.

Il ne se passe pas une semaine sans que des mineurs, des écoliers d'un pays de l'Union Européenne ne soient victimes de persécutions, de violences des forces de l'Ordre Nouveau et Mondial, de militaires pour refus de la propagande, pour usage de liberté d'expression, pour non dénonciation, pour créativité artistique donc au final pour patriotisme, démocratie et humanité.

Comme je l'avais écrit il y a peu, pas question de faire le listing complet de ces dérives (rien qu'en Angleterre 2000 mineurs l'an dernier ont subi ces actes d'oppression) mais il est bon de relever quelques cas pour montrer l'ampleur du phénomène dans la mesure où le fanatisme des zélotes de la nouvelle religion rend des personnels ayant pour vocation première l'éducation et la protection des enfants complètement mabouls.

Alors en attendant l'espionnage des fœtus par des nano-drones ou les avortements préventifs suite à la découverte du gène Jean Moulin, voici le cas d'un petit de maternel accusé de radicalisation et menacé des brigades anti-terroristes pour avoir agité un papa cuisinier au concombre vert dans un dessin et pas sans doute un plug anal de la même couleur comme Paul Mc Carty, une différence qui en dit long sur les capacités réceptives des inquisiteurs.

Par chance, le jeune enfant habite l'Angleterre car ne répondant pas en plus au nom de  Charlie, il échappera à la perpétuité. 

 

délire.png

En janvier c'est un enfant musulman de 10 ans qui fut malmené pour avoir confondu durant une leçon terrorist house et terraced house. Cette fois l'attaque du concombre vivant fut fatale.

 

Nouvelle sur RT.com :

Royaume-Uni : un petit garçon ayant dessiné un concombre soupçonné ... de radicalisation !

Le personnel d'une école maternelle britannique a menacé de signaler un garçon de 4 ans aux services de lutte contre l'extrémisme. Il a dessiné son père en train de couper un concombre, mais le personnel y a vu la fabrication d'une bombe artisanale.

La mère de l'enfant soupçonné a expliqué, citée par The Guardian, que son fils avait dessiné son père en train de couper un concombre. Mais le personnel de l'école ne l'a pas cru, y voyant plutôt la fabrication d'un engin explosif improvisé.

Pour prouver sa bonne foi, vendredi, la mère du garçon a montré au Guardian une séquence vidéo sur laquelle on peut voir son fils jouer sur le sol de la maison. Alors qu'on lui présente un concombre, lui demandant de dire ce que c'est, le petit garçon de quatre ans répond «A cooker-boom» [littéralement un «boom cuisiné, préparé»] au lieu de «a cucumber». En français, l'équivalent serai un «concom-boom», au lieu de «concombre».   

En fait, l'enfant n'arrivant pas à prononcer correctement le mot «concombre» et son dessin étant ni plus ni moins qu'un gribouillis approximatif, le personnel de l'école a décidé que l'enfant était en phase de radicalisation et évoquait la préparation artisanale d'une bombe.

Partagée entre l'envie de rire et le désespoir de voir son fils signalé à la brigade anti-terroriste, la mère de l'enfant a fini par raisonner le personnel de l'école maternelle qui, au début, ne la croyait pas.

Lire la suite sur RT

13:21 Publié dans Actualité | Tags : terrorisme, enfants, école, dénonciation, paranoïa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.