Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2014

Sous les pavés la rage

down-flag.jpg

Rêve américain? Nous aurions du écouter les indiens, il ne nous concerne pas!

Les Etats-Unis considéreront comme une invasion directe l'acheminement unilatéral par la Russie d'une aide humanitaire en Ukraine, a déclaré vendredi soir l'ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies Samantha Power à la réunion du Conseil de sécurité de l'Onu:Toute intervention unilatérale de la Russie en Ukraine, même sous prétexte d'octroyer une aide humanitaire, sera absolument inadmissible et suscitera une vive préoccupation. Elle sera considérée comme une invasion en Ukraine, a indiqué la diplomate américaine Samantha Power (source Ria Novosti, ONU).

samantha,power,guerre,intervention,russieConvoi humanitaire russe bloqué le 10 août. Selon un élu ukrainien, les combats de conquête de la nouvelle république du Donetsk ont déjà fait 10 000 victimes essentiellement civiles.

Rien de surprenant, on retrouve le désir de guerre américain clairement exprimé et le souhait de laisser se poursuivre une épuration ethnique qui a déjà fait plus d'un millier de victime civiles et 800 000 réfugiés. Une situation qui arrange aussi les technocrates de l'Union Européenne car elle va permettre de transférer les responsabilités de la récession économique qui se généralise sur le dos de la Russie et pas sur les malversations bancaires américaines, les spéculations américaines et européennes et surtout pas sur l'euro et la dette issue de la création monétaire. Mais au fait qui est cette nouvelle extrémiste avide de conflit et se désintéressant de la souffrance de tant de malheureux?

 Ne riez pas car autrefois nous avons sous estimé la capacité de nuisances d'une Hillary, d'une Caroline, dès 2002, elle reçoit le prix Pulitzer de l'essai pour A Problem From Hell: America and the Age of Genocide, traitant la réponse américaine face au crime de génocide. Certes l'ouvrage biscornu est largement critiqué pour ses œillères concernant les dommages collatéraux et intentionnels et  pour le manque de traitement des massacres au Timor oriental ou en Asie du Sud-Est. Mais cette vision partielle, certains diront surtout partiale est vite récompensée et deux ans plus tard Samantha apparait dans classement du Times comme l'une des 100 plus éminentes chercheuses des États-Unis. On ne saura jamais s'il y avait plus de 100 noms parmi les pré-sélectionnés mais on doute que cela fonctionne différemment de nos fameux sondages avec les personnalités préférées des français.

sam.jpg

De la gauche progressiste à une politique militariste d'extrême droite saluée par les milieux financiers, l'évolution est classique et immuable. Samantha Power est une trahison ambulante de la souffrance irlandaise sous occupation anglaise. Nous retrouvons là le parcours de biens de nos anciens donneurs de leçons de mai 68 passés du col Mao au service de l'OTAN bien plus profitable.

Fichée activiste des droits de l'homme à université Harvard, elle passe par l'étape enseignante à l'école d'affaires publiques John F. Kennedy de cette université jusqu'en 2004. En 2005 et 2006, elle est déjà au service de l'équipe de soutien de Barack Obama pour les sénatoriale, et récidive la campagne de 2008, durant laquelle elle n'hésite pas à traiter Hillary Clinton de monstre. Mais Obama élu, elle rejoint son équipe au département d'État, les paroles, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent disait fort justement le père Queuille. Le plafond de verre passé par mariage Sam avec la caution de son Scoubidou que nous présenterons plus loin accède au saint des saints à savoir le Conseil de sécurité nationale en 2009 (bureau qui groupe les conseillers des armées et des services secrets et coachant le président potiche en politique étrangère et surtout militaire). Obama la nomme rapidement à la direction du tout beau tout neuf Comité pour la prévention des atrocités, il faut dire que le pays s'entraîne depuis longtemps et fait un peu référence dans le domaine.

Quittant la zone d'ombre pour les honneurs et les débuts d'une reconnaissance publique, Obama propulse Samantha encore plus haut comme représentante des Etats-Unis aux Nations Unies. Autant dire que cette carrière fulgurante d'une activiste sans aucune formation en relations internationales, politique, stratégie en étonne plus d'un. Mais au delà du Président elle dispose depuis son mariage d'un soutien communautariste de poids à travers la personne d'Alan Dershowitz. Cet "intellectuel" n'hésite pas à déclarer qu'elle représente ce dont à besoin l’ONU: pas de diplomates, mais de personnes d’action (manifestement l'ambassadeur idéal pour lui serait Rambo) ou que le livre de Samantha publié dans les années 30 aurait sans doute empêche la montée du nazisme et le génocide des juifs. Quand on sait qui a financé l'Allemagne nazie et soutenu la réindustrialisation allemande un tel culot laisse rêveur... Le 2 août Samantha prend donc ses fonctions et elle prend ses fonctions à cœur.

 hypo.jpg

Vous avez dit serial-menteuse?

Soucieuse de répondre aux attentes de ses protecteurs Power a été une ardente militante de la campagne invraisemblable qui prépare et entend justifier la guerre contre la Libye, pays laïc qui ne menace personne, avec le plus haut indice de développement d'Afrique, où le chômeur à le niveau de vie d'un cadre supérieur français et les femmes des droits et des protections qui sont cités en exemple. Mais dissimulant les causes réelles de la guerre (dont le rejet du dollar et le passage à une monnaie en partie indexée sur l'or), Samantha la présente comme urgente pour mettre fin aux violation des droits de l'homme.

samantha,power,guerre,intervention,russie

Samantha Power est à la diplomatie ce qu'est Blythe Masters à la banque. On retrouve les mêmes destructions massives d'innocents, la soif immodérée de puissance, le même aveuglement. Avec un coté bling-bling, l'usage massif des enfants à des fins de propagande et une aptitude remarquable au retournement de veste, elle a tout pour faire carrière, et pourquoi pas gagner un jour la maison blanche.

Avec le même aplomb, elle jouera plus tard la même indignation, la même angoisse pour que l'Occident sous la direction américaine attaque la Syrie. La patte, la rhétorique alambiquée et sordide Power ne cesse alors de se manifester ainsi, dans le discours du Président Obama à l'ONU concernant le Moyen-Orient, les révolutions colorées, on entend: le péril pour le monde n’est pas celui d’une Amérique trop impatiente de s’immiscer dans les affaires d’autres pays mais que les Etats-Unis puissent se désengager, en créant un vide de leadership qu’aucun autre pays n’est prêt à combler. Belle apologie de l'interventionnisme sanglant autrefois baptisé politique de la canonnière et qui est celle depuis toujours des pays colonisateurs vis à vis des pays dominés.

En 2014, la remise au pas des drôles insatisfaits se nomme interventionnisme et il est toujours humanitaire. Lorsqu'il s'agit de la Russie dont le convoi de vivre et de médicaments pourtant inspecté, avec l'aide réclamée du CICR, est bloqué le 10/08/2014 devant le Donetsk assiégé, frappé par les missiles balistiques, brûlé au phosphore blanc ukrainien, l'aide devient une invasion. Par contre, les États-Unis revendiquent pour eux le droit d’intervenir militairement n’importe où. Non pas pour leurs propres intérêts my God! mais parce qu’ils ont la responsabilité de protéger. Ces gens vont trop au cinéma.

 SaintPetersbourg.jpg

Selon diverses sources la sublime ville musée de Saint Petersbourg pourrait être dès la rentrée la nouvelle cible de ces laboratoires révolutionnaires américains s'étant illustrés en Syrie et Ukraine.

Sur le plan privé, Samantha Power est l'épouse depuis juillet 2008, de Cass Sunstein, juriste et "philosophe". Nous avons aussi en France ce genre de personne malheureusement nous peinons à les exporter. Monsieur Sunstein, homme qui déborde d'idées surtout quand on ne lui demande rien, propose dans un récent livre l'abolition de la reconnaissance étatique du mariage. Elle devrait selon sa haute conscience disparaître de l'appareil légal. Le statut légal conféré aux couples deviendrait ainsi celui de l'union civile, c'est-à-dire celui un accord de partenariat domestique, sorte de contrat commercial entre deux personnes. On retrouve donc comme d'habitude, au coté du fanatisme politique, cette soif de détruire la cellule de base de la société, la famille. 

Détail croustillant et lui aussi révélateur, Sunstein a cosigné avec Adrian Vermeule (juriste réputé et samantha,power,guerre,intervention,russieassez folklorique plaidant pour le gouvernement ait toute latitude de jongler avec les droits et les libertés selon son appréciation des circonstances, il ferait fortune en France!) un article intitulé Conspiracy Theories, où ils prétendent que l'existence de théories du complot n'est pas à négliger mais implique de vrais enjeux pour les politiques anti-terroristes des États. Attendez, ce n'est pas terminé, ils enchaînent dans la tolérance proclamant que la meilleure réponse consiste dans l'infiltration cognitive des groupes extrémistes, (les réseaux sociaux sont particulièrement ciblés) ou même des réseaux physiques (le droit d'association est là remis en question), dans le but de désamorcer ces théories en soulevant des doutes au sujet de leurs prémisses factuelles ou de leurs implications logiques et causales du point de vue de l'action politique.

Vous le comprenez il s'agit d'attaques contre les droits fondamentaux que sont la liberté d'expression, la liberté d'association mais aussi d'empêcher les citoyens de lutter contre la criminalité d’État en retournant les moyens de renseignement, de police et militaires contre la population. 1984 de chaque côté de l'Atlantique,  nous voilà! Autant dire qu'il était important de présenter cette nouvelle figure qui n'a rien a envier à la génération précédente et dont le caractère exemplaire est à rapprocher de modèles européens, français par tant de dommages collatéraux.

08:44 Publié dans Actualité | Tags : samantha, power, guerre, intervention, russie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.