Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2018

Censure : Twitter pas responsable, c'est la dactylo !

twi.gif

Faire passer une censure militante pour une revendication du personnel, on pouvait s'attendre à tout mais pas à un tel manque de courage. C'est pourtant ce que la communication Twitter tente de vendre alors que la colère populaire s'étend après le scandale du bannissement d'Alex Jones des réseaux sociaux.

Un tel déni de réalité, un tel manque de courage pourrait bien coûter très cher à Twitter et entrainer une fuite massive et compréhensible des utilisateurs du genre de celle connue ces derniers mois par Facebook. 

 

A lire :

Twitter Plans ‘Hate Speech’ Crackdown After Backlash From Upset Employees

par Peter Hasson | Reporter sur The Daily Caller

  • Twitter CEO Jack Dorsey on Wednesday signaled a coming change to his company’s speech policies, following pressure from his own employees
  • Some Twitter employees are unhappy that Twitter has yet to join Facebook, Spotify, Apple and YouTube in banning right-wing conspiracy theorist Alex Jones
  • Twitter is planning to accelerate a crackdown on “hate speech” and is looking to evaluate whether to punish users for “off-platform behavior,” according to a company-wide email sent on Wednesday

Twitter is planning to accelerate changes to the company’s speech policies after a backlash from its own employees who want the company to ban right-wing conspiracy theorist Alex Jones.

Twitter CEO Jack Dorsey, responding to a critical tweet from a Twitter engineer, said Wednesday he is “not happy” with Twitter’s current policies, which he said need to “evolve"

Lire en intégralité

17:28 Publié dans Actualité | Tags : twitter, censure, alexjones, désinformation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

08/08/2018

La purge en marche sur Internet

 snap00593.png

Media Center, Internet, radio FM et ondes courtes, câble TV, Alex Jones gagne en audience au moment où la crise s'approche et les requins se battent pour le monopole de l'information donc le pouvoir et le fond de nos poches.

Cette fois le contrôle absolu de l'état profond sur les réseaux sociaux (et donc une collusion prétendue jusque là complotiste) éclate au grand jour en s'en prenant à une figure connue des médias indépendants aux Etats-Unis, Alex Jones. En une douzaines d'heures, l'énergique patron de Infowars.com vient de voir ses comptes Apple, Spotify, Facebook, Youtube... suspendus et des milliers d'heures de ses vidéos disparaître.

Alex Jones 44 ans n'est pourtant en rien un extrémiste, on lui concèdera un peu plus de virilité et de neurones qu'un Raptor dit sans dents ou autre Conversano et si son équivalent n'existe pas en France, pays sinistré en matière d'information libre et pluraliste, on peut le décrire comme un conservateur modéré, libertaire, particulièrement attaché aux droits constitutionnels des citoyens (ne cherchez pas, en France ça n'existe plus non plus).

Son audience fluctuante (environ 3 millions de fidèles en audio ou vidéo live) et très liée à l'actualité ne représente rien face aux géants des médias. Pourtant, depuis l'élection de Trump qu'il a soutenu, elle dérange, elle dérange d'autant plus qu'elle aborde des sujets sensibles.


Alex Jones n'est pas seul, Infowars.com est une équipe (ici Paul Joseph Watson) traitant de nombreux sujets, de l'alimentation industrielle aux délires féministes en passant par la question énergétique ou la géopolitique. Ces engagements sont bien entendu parfois discutables ou américano-américains mais ils ne sont pas moins fiables ou moins militants que ceux du 20h télévisé français ou des grands groupes de médias américains et s'ils peuvent véhiculer des erreurs ces derniers sont mal placés pour donner des leçons car ce sont eux qui aliment la planète sur ce plan.

Par exemple, la corruption publique, la désinformation des grands médias ou des politiciens, les trafics financiers, la propagande de guerre et ses mensonges, la criminalité pédophile, le terrorisme et les incohérences des rapports officiels, les persécutions des lanceurs d'alertes, les rapports troubles entre le renseignement et le marché de la drogue ou le terrorisme, etc.

censure,internet,infowars,alexjones,réseaux,facebook,youtube

Mais on trouvera bien un idiot utile pour prétendre que Wikileaks est d'extrême droite !

Au final, rien de réellement dangereux pour le système de domination et son élite au dessus des lois mais quelque chose devenant gênant car le travail de Jones et de son équipe (une quinzaine de personnes) est épaulé par de nombreux intervenant au CV technique, militaire, universitaire, long comme le bras et pas suspect d'être pro-russe, pro-chinois, antipatriote.

Car malgré ce que matraquent les médias mainstream Jones n'est en rien extrémiste, ni nazi et ne veut pas renverser le régime. Jones n'a pas caché sont soutien critique à Trump, nous avons juste là un poujadiste moderne, à l'américaine soucieux de savoir où passe son argent et pourquoi des politiciens véreux sont en place, pourquoi des lois s'attaquent à la santé, à l'éducation, aux enfants, à la sécurité du pays. Des interrogations légitimes et conformes aux droits énoncés dans la Constitution américaine.

Vous savez, ce premier amendement de la constitution américaine que des centaines de films et de séries ont enseigné au petit occidental dès le plus jeune âge : Le Congrès n'adoptera aucune loi relative à l'établissement d'une religion, ou à l'interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d'expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d'adresser au Gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis.

censure,internet,infowars,alexjones,réseaux,facebook,youtube

Plusieurs fois agressées, les équipes Infowars.com ont filmé la réalité de la violence antifa cachée par les médias traditionnels, sa curieuse immunité, et ont aussi dévoilé son financement très peu de "gauche". Une révélation cause de multiple agressions de la part d'une mouvance aux habitudes dignes du fascisme des années 20.

Le gros problème pour Alex Jones est qu'on ne lui pardonne pas d'avoir soutenu le Tea Party, de demander avec raison la disparition de la Fed, ce cancer bancaire et surtout d'avoir de l'audience au moment où celle des démocrates soutenue par les grands réseaux sociaux, les médias mainstream s'effondre et où la finance panique et sait qu'un très grand krach arrive dans un proche avenir.

Car en 2018 on ne va plus chercher l'info sur sa télévision, mais sur le Net. D'où une même chasse à RT, la chaîne russe.

Le Système, un temps plus tolérant aux Etats-Unis par rapport à l'Europe, en est donc là, à bafouer la Constitution et à chasser de plus en plus petit pour retarder une chute inévitable car la dictature marchande conduit toujours à la même chose, la faillite, le chômage et la guerre pour éviter la prison aux responsables financiers.

Ne cherchez pas ailleurs la disparition de dizaines de milliers de comptes Twitter, Facebook...américains ou français sur les réseaux sociaux cet été, le patriotisme et la défense du peuple contre la Banque, ça ne paye pas.


Réaction du célèbre blogger Mark Dice

 

18:33 Publié dans Actualité | Tags : censure, internet, infowars, alexjones, réseaux, facebook, youtube | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

07/08/2018

Mary Shelley dans les salles

Mary Shelley.jpg

Le biopic Mary Shelley sort ce mercredi 8 août dans les salles. Un écrivain mineur mérite t-il un tel hommage ? Sans doute pour la propagande féministe donc marchande en quête désespérée de fondements à ses thèses. Mais la laborieuse Shelley n'a jamais été, hélas pour nous, un Walter Scott ou un Byron.

La paternité du roman Frankenstein est même mise en doute.

Au final peu importe. Afin de vous éviter l'enfermement dans l'obscurité par un si bel été et pour avaler prime la lourde leçon de politiquement correct de la cinéaste bourgeoise et féministe Haifaa al-Mansour, je vous propose de lire gratuitement le roman Frankenstein au soleil ce qui est long mais quand même plus supportable.

Frankenstein 1831.jpg

Epub  Mobi  Pdf

14:47 Publié dans Actualité | Tags : shelley, frankenstein, epub, livre, gratuit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/08/2018

La Turquie donne l'exemple aux nations européennes

brics.jpg

 

A l'occasion du récent sommet des BRICS, le Président turc invité a fait part de son souhait d'adhérer au groupe constitué du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud signale le quotidien Hürriyet Daily News.

«Nous faisons partie du G20 avec ces cinq pays. Je voudrais qu'ils étudient les démarches nécessaires pour nous permettre de rejoindre ce groupe et prendre notre place dans les Brics»

Le chemin n'est pas facile car si l'objectif est celui indiscutable du bon sens économique et géopolitique (l'ami dont a besoin comme fournisseur et client est celui juste derrière la frontière et pas celui de l'autre coté d'une mer et d'un océan), la confiance ne peut se construire à la vitesse du simple constat.

On a du attendre hier pour que la Russie déclare la présence iranienne en Iran non négociable. Seul le désastre économique occidental et la peur de perte des marchés permet d'avancer.

On a vu comment la Russie était attaquée en bourse, comment la devise iranienne s'effondrait en 48h suite à des sanctions sans fondement ou comment celle de la Turquie avait été ciblée pour faire pression (heureusement sans succès) sur la population à l'occasion des présidentielles. Cette situation prouve la nécessité d'un rapprochement, d'une solidarité active. La Grèce dans l'UE serait devenue une nouvelle Grèce et on ne souhaite ça à aucun pays.

Exemple pratique de l'éveil à la politique du réel:

1) L’ambassadeur iranien en Turquie, Mohammad Ebrahim Taherian, a déclaré que l’Iran avait pour objectif d’augmenter le volume du commerce avec la Turquie à 30 milliards de dollars le 14/7.


2) Le Journal de Montréal le 17/7 (le titre n'est désormais plus accessible en Europe à cause de l'UE, mais vous avez un VPN) annonce la présence d'une délégation américaine à Ankara pour évoquer des sanctions contre l'Iran.


3) "La Turquie s’oppose aux sanctions contre l’Iran et n’est pas tenue de respecter les sanctions imposées par les États-Unis, le Royaume-Uni ou tout autre pays " déclare le 23/7 le ministre des Affaires étrangères turc Mevlüt Çavuşoğlu.

 

 

09:17 Publié dans Actualité | Tags : vpn, turquie, brics | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |