Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2020

Bonne année 2020 dans le chaos et la révélation

jacqueries.jpg

L'esclave doit tôt ou tard choisir son avenir.

Cette nouvelle année est pleine de promesses car elle se place dans la continuité de deux années déjà hors norme et la tendance ne changera plus, jusqu'à la fin donc jusqu'au début.

Sur le plan numérique les tendances se sont confirmées. Un PC se doit d'avoir 16Go de ram et 20 n'est pas toujours un luxe pour faire tourner quelques applications à coté d'un jeu. Le hardware n'a pas connu de révolution mais on est content d'avoir enfin des pilotes graphiques ATI dignes de ce nom.

Sur le plan logiciel, les choses sont plus inquiétantes. Dans le domaine ludique, c'est un peu la misère avec une terrible stérilité des concepteurs qui n'arrivent plus à produire des créations un peu originales. On tourne en rond au milieu de sim-like en mode survie, préhistoire, martien, moyen-age. Dans le meilleur des cas on tombe sur des dérivés inspirés de la télé réalité documentaire ce qui permet de jouer au chercheur d'or ou au pêcher du crabe. Pourquoi pas. Mais le budget est rarement là pour produire des jeux sans bugs ou sans pré-accès éternel.

Le pire en matière logicielle concerne notre sécurité avec des pressions de plus en plus fortes sur la liberté d'expression et le respect de l'anonymat. Ses attaques se présentent sur deux fronts avec la volonté de casser le pluralisme et les dernières zones d'échange que sont les chats. Le grands opérateurs de réseaux sociaux passent leur temps à fermer des dizaines de milliers de comptes, à censurer, à modérer tout ce qui ressemble à une critique sociale (donc la haine) afin d'imposer la pensée unique servant leur propriétaire, une opinion strictement marchande et ultra minoritaire qui est rarement celle ou utile à l'internaute. 1984, cette description de la démocratie à l'histoire réécrite en continu est bien notre présent.

Hommage à la Catalogne.jpg

Le second front front est celui des VPN, ces outils désormais indispensables pour accéder aux informations en raison d'une censure doublée d'une inquisition souvent confiée au privé en Occident. De nombreux pays demandent leur interdiction en Europe et en même en Amérique. Il faut dire que la vérité du réel et le vrai officiel sont de plus en plus éloignés et raconter n'importe quoi sur la Bolivie, la Turquie, le Yémen... devient de plus en plus difficile même si on menace les journalistes.

Pour en venir à l'évolution des libertés, la crise sociale des grandes profondeurs née fin 2018 n'est pas prête de s'éteindre. Elle a commencé dans le privé de la périphérie Gilet Jaune, a atteint en 2019 le secteur public par la grève des retraites. En 2020, il faut s'attendre à une jonction des deux éveils malgré les efforts des médias, de la politique et les manipulations désespérés des syndicats pour récupérer et casser la colère légitime.

Car il faut bien souligner que ce ne sont pas les syndicats qui ont initié la grève mais qu'elle est née hors centrale à Châtillon. Il a donc été nécessaire de rejoindre l'action sous peine de disparaître mais personne n'est dupe, ces syndicats ne sont plus représentatifs (la subvention étatique, la juteuse caisse des CE dit tout sur leur indépendance), les partis traditionnels sont morts aux européennes ou interdit d'accès au pouvoir.

Le régime est donc seul avec ces 15% de votants dont la moitié hors du pays, ça ne tient pas éternellement.

Gilets-jaunes.pngL'avenir est tout entier à la nouvelle jacquerie Gilet Jaune car issue de notre tradition et de la logique du vivant anti-état et anti-argent, face à un système en effondrement dont les représailles sont contre productives et le discours, les valeurs font rire.

Les samedi intelligent, hors des défilés vains de la métropole ennemie vont aussi voir dès cette année la venue des classes moyennes commençant à sombrer. 11 000 personnes quittent Paris chaque année depuis 5 ans, c'est dire.

La journée Gilets Jaunes est cet instant de la rencontre humaine, fructueuse, donc contraire au dialogue du profit marchand. C'est la que s'échangent les informations, c'est là que se dit le vrai donc le réel.
On y parle exploitation, famille, cuisine, grève, philosophie et histoire donc mémoire. Le devoir de mémoire n'est-il pas la recommandation du pouvoir démocratique du capital dès la maternelle ?
C'est ainsi en parlant histoire qu'on retrouve le temps de nos ancêtres, de nos parents, de la longue durée.

Dans les années 40, confrontés à une ingérence étrangère visible car armée, une ingérence qui pillait le pays, faisait les poches, martyrisait les corps, imposait l'inquisition de la censure et bénéficiait de la collaboration d'une partie de la haute fonction publique préférant trahir la population que perdre ses privilèges, ils ont du trouver une solution pour la combattre et au final l'éliminer.
La stratégie de ces résistants ne passait pas par les partis, les syndicats et ne se soumettait à aucun drapeau idéologique.

résistance.jpgIl s'agissait avant tout de construire des réseaux humains et fiables,donc locaux, échappant au contrôle de l'ennemi.
Des plans d'action on été élaborés.
• le Plan vert (paralysie du réseau de chemins de fer, par le sabotage des voies ferrées pour empêcher l’afflux des renforts allemands) ;
• le Plan violet (neutralisation des lignes de communication téléphoniques allemandes, en particulier les lignes souterraines à grande distance) ;
• le Plan bleu (perturbation de la distribution d'électricité, par le sabotage des lignes à haute tension) ;
• le Plan Tortue, retardement de le montée des renforts ennemi vers le front par des actions de guérilla sur les routes.


Bien entendu, il n'y a pas d'ingérence visible en 2019, la situation de notre France prospère est complètement différente, il n'existe ni blessés, ni misère, ni censure, l'information est libre, pluraliste et ce n'est pas dans cette France en marche qu'un opposant, un artiste, un intellectuel se retrouvera au tribunal.

Les histoires et leurs solutions sont pour les enfants et je leur souhaite une très bonne année car le spectacle sera de chaque instant.

11:16 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.