Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2018

Portland-Paris même combat

Portland.jpg

Les choses inorganiques qui hantent cet affreux cloaque ne sauraient, même en se torturant l’imagination, être qualifiées d’humaines. C’étaient de monstrueuses et nébuleuses esquisses du pithécanthrope et de l’amibe, vaguement modelées dans quelque limon puant et visqueux résultant de la corruption de la terre, rampant et suintant dans et sur les rues crasseuses, entrant et sortant des fenêtres et des portes d’une façon qui ne faisait penser à rien d’autre qu’à des vers envahissants, ou à des choses peu agréables issues des profondeurs de la mer. Ces choses – ou la substance dégénérée en fermentation gélatineuse dont elles étaient composées – avaient l’air de suinter, de s’infiltrer et de couler à travers les crevasses béantes de ces horribles maisons, et j’ai pensé à un alignement de cuves cyclopéennes et malsaines, pleines jusqu’à déborder d’ignominies gangrénées, sur le point de se déverser pour inonder le monde entier dans un cataclysme lépreux de pourriture à demi liquide.  De ce cauchemar d’infection malsaine, je n’ai pu emporter le souvenir d’aucun visage vivant. Le grotesque individuel se perdait dans cette dévastation collective ; ce qui ne laissait sur la rétine que les larges et fantomatiques linéaments de l’âme morbide de la désintégration et de la décadence… un masque jaune ricanant avec des ichors acides, collants, suintant des yeux, des oreilles, du nez, de la bouche, sortant en tous ces points avec un bouillonnement anormal de monstrueux et incroyables ulcères (H. P. Lovecraft).

 Alors que l'état profond de France s'acharne sur les Gilets Jaunes avec ses qualificatifs les plus injurieux, il importe grâce à la seule source d'information crédible en 2018, Internet, de voir quel est le modèle urbain et sociétal défendu par la minorité dirigeante.

Cette minorité peuplant les fameuses métropoles globalisées et détenant la seule vérité par la force de l'argent donc de la loi est en effet bien loin sur la lumineuse route du progrès démocratique et marchand des 80% de gueux populistes, sans-dents, manifestant contre les taxes, pour le droit de manger, un emploi et surtout le droit de s'exprimer, souhait inapproprié car clairement haineux.

Si vous ne connaissez pas San Francisco, Paris... voici Portland et son enrichissante société ouverte, tolérante et bien entendu antifa.


Portland: Capital of Antifa, degeneracy and depression vue par P. J. Watson. Brandon Farley pour la vidéo. Soutenez sa chaîne: https://www.youtube.com/user/bfarley88 Twitter: https://twitter.com/PrisonPlanet Facebook: https://www.facebook.com/PaulJosephWa... Minds: https://www.minds.com/PaulJosephWatson Gab: https://gab.ai/PrisonPlanet

06:56 Publié dans Actualité | Tags : portland, paris, ville, occidentale, capitale, giletsjaunes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.