Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2015

Ainsi meurent les Républiques

2015.jpg

On ne peut pas parler de Démocratie pour la France qui n'a jamais eu la chance de connaître ce régime (sauf d'une certaine manière à l'époque gauloise) dont le premier fondement est la liberté d'expression sévèrement réprimée chez nous.

Alors, cette photo critique du gaullisme dont l'actualité est criante ?

On peut certes avoir des raisons de juger parfois sévèrement les années De Gaulle mais personne de bonne foi ne les confondra avec une période fasciste. Les dirigeants communistes le savaient d'ailleurs fort bien.

Il serait bon de se souvenir que le fascisme est une idéologie de gauche puisant ses racines dans le socialisme. Mussolini n'était pas monarchiste mais bien directeur du journal du parti socialiste italien.

Il ne faut donc pas s'étonner de certaines évolution quand on connait le passé familial de certains en France ou en Espagne. Les chiens ne font pas des chats dit-on.

Il ne faut pas s'étonner non plus de voir aujourd'hui appliquer à l'islam ce qui a si bien marché à l'occasion avec le gaullisme, le catholicisme...

alerte .png

Témoignage sur la page du CCIF: "Les faits remontent au mercredi 18 novembre. Nous avons eu droit à une perquisition très agressive. Ils ont défoncé ma porte. Je me suis pris des coups. Ils ont cassé les ordinateurs et même le meuble de ma cuisine. J'ai été humiliée sous les yeux de mon mari et de mes filles, heureusement que mes fils, eux, dormaient. Quand je demandais pourquoi il me frappaient ils me répondaient : « Ta gueule race de chienne. À paris il y a eu des morts et toi tu te plains pour des coups ?! ». Depuis je suis complètement choquée je sursaute au moindres bruits. Je n'arrive plus à fermer les yeux. Et je ne sais pas quoi faire"

L'orchestration du terrorisme à des fins de contrôle social marche selon les catalogues de déclarations dressés par des esprits critiques fort bien (l'état d'urgence devrait être porté de base à six mois par une réforme constitutionnelle), vite et fort (la CIA locale est route) ou la mise au pas renforcée de géants du Web plus que zélés (Apple, Facebook, Google, Microsoft et Twitter seront ce jour aux ordres, à la botte, à Bercy) avec son lot de dérapages et la quête obstinée de clients à exhiber au 20h. Comme en janvier, l'inquisition est rebaptisée mobilisation citoyenne.

Hélas, les enquêtes sérieuses révèlent plus à ce jour des mercenaires payés d'origine délinquante que des fanatiques religieux ou pire des profils blonds et athlétiques surprenant derrières les actes sanglants et générateur d'émotion si prisés par des détraqués avides de puissance.

Si des pays encouragent la paranoïa, la désignation d'un islam bouc émissaire alors que le l'islamisme radical est plus que minoritaire et financé par des partenaires financiers et soumis de l'Occident, le Président russe Poutine préfère lui ne pas diviser le peuple sur des critères ethniques ou religieux et renforcer l'unité nationale autrement que par des drapeaux soudain redécouverts et agités juste avant des élections. Suite à 10 ans de rénovation, la grande mosquée rouvre ses portes à Moscou avec une surface de la mosquée multipliée par 20. Elle peut maintenant accueillir jusqu’à 10 000 fidèles. A noter la présence des présidents russe, palestinien et  surtout turc.

La grande inquiétude que l'ex-citoyen sujet des expériences doit avoir est justement cette absence d'une vraie menace et surtout d'une menace permanente. Car les experts le disent, inconsistance de la menace française pour l’État islamique n'est plus a démontrer. Car pour se justifier tout système fondé sur la manipulation par l'émotion et la terreur doit périodiquement et de plus en plus souvent alimenter le ressort mythique, le prétexte sacralisant son droit à agir, droit l'exonérant en outre de soumission au droit commun. Quand hier il n'y avait pas de racisme, on a su, dans certains pays, en susciter par les provocations, les subventions des lobbies, des lois de circonstances suffisamment vagues pour autoriser procès et condamnations.

Là, il ne s'agit plus de chasser opposants, journalistes, chercheurs ou saltimbanques mais de faire couler le sang et surtout le sang non pas de responsables de situations de guerres, de pillages de matières premières etc, mais d'innocents, ceux qui peuvent réellement émouvoir par leur souffrance mise sous les projecteurs.

Cet hiver, ce n'est pas une guerre qu'il faut craindre et encore moins une quelconque menace de l'islam, mais bien le piétinement de nos libertés, des rares droits fondamentaux, la peau de chagrin de notre caractère citoyen qui fond aussi vite que celle de nos protections sociales, de nos revenus et aussi le délire politicien. Car ce qui ne se trouve pas peut toujours se fabriquer et un hérétique désigné être contraint aux aveux. C'est alimentation du moteur qu'il faut craindre.

 Prague 1951, un responsable du régime communiste tchécoslovaque est accusé d'espionnage au profit des États-Unis. Tout est fait pour lui extorquer des aveux de crimes dont il est innocent. Brisé par la torture (on l'empêche de dormir et de cesser de marcher), il avoue au tribunal des crimes qu'il n'a pas commis, récitant un texte d'aveux que ses bourreaux lui ont dicté et fait apprendre par cœur. L'aveu, 1970 film de Costa-Gavras ou livre de Arthur London.

Nous vous conseillons aussi l'article en ligne qui suit :

Un octogénaire brutalement perquisitionné pour… du bicarbonate de soude

Alors que les perquisitions s’enchaînent en France depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence, une famille musulmane de Strasbourg a vécu une mésaventure, voyant son domicile perquisitionné par les forces spéciales, qui n’y ont rien trouvé.

Recherchant des armes et de la drogue, le RAID, la police judiciaire et la Brigade de recherches et d’intervention (BRI) ont perquisitionné un appartement de Strasbourg, n’hésitant pas à user de la méthode forte. Alors qu'un père de famille, âgé d’environ 80 ans, s’évanouit lorsqu’il entend des détonations faisant exploser sa porte, il est menotté au sol par les forces antiterroristes. Sa fille, âgée de 46 ans et déficiente mentale, subit le même traitement.

(la suite sur RT.com)

12:48 Publié dans Actualité, Humour geek | Tags : urgence, dérapage, libertés, terrorisme, web, censure | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.