Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2015

Cette guerre qui sauve les Etats-Unis

isis,guerre,terrorisme,propagande

Alors que le déclin américain s'affirme chaque jour un peu plus avec une économie qui peut sombrer comme celle du japon en quelques jours (surtout si le cours du pétrole reste autour ou sous les 50$), la solution militaire par la guerre semble se confirmer. Cette guerre dont nous reparlerons tue déjà en Irak, en Syrie et en Afrique ou en Ukraine. L'ennemi officiel est l’État islamique, le djihadisme.

En France, l'islamisme radical cette marionnette conçue, armée et financée par l'Occident pour jouer l'adversaire aux yeux du citoyen fait aussi des victimes même si on fait la promotion de crimes qui représentent peu si on regarde les chiffres de la criminalité traditionnelle ou les milliers de suicides liés à la crise économique. Le battage médiatique leur donne cependant un poids tout aussi gigantesque qu'artificiel.  Mais nous ne sommes pas dupe ni de ses actes ni de ses effets. Des centaines d'actes d'islamophobie, la censure et l'état policier renforcée par des mesures de plus en plus proche d'un Patriot Act rebaptisé montrent clairement que l'objectif est le contrôle de la population alors que la précarité grandit et touche toutes les familles surtout la population la plus jeune.

Malheureusement, de nombreux français, européens sont dupes de ce qui se passe, des enjeux. Car la véritable guerre contre la Russie, la Chine, cette recolonisation, dans l'urgence, contre un monde aspirant au multipolaire et pour le pouvoir absolu compte nombre de maladresses et elles sont de plus en plus visibles.


En Israël où la liberté d'expression est plus grande qu'en France (ce n'est pas difficile) les langues se délient.

A titre d'exemple, citons cette contradiction grossière en un État islamique ayant révélé et confirmé ses lien avec l’État d'Israël et clairement dit qu'il n'était pas un ennemi (la cause palestinienne si!) et des attaques qui frappent les français juifs. Une contradiction? Pas forcément si elles fabriquent une islamophobie voulue par le Choc des civilisations (elle devraient donc se voir qualifiées de contre productives par leurs auteurs) et si elles encouragent une émigration de ces citoyens vers Israël dont l'image se détériore sans cesse dans l'opinion internationale et au sein même de sa population qui fait la course aux passeports devant un avenir synonyme d'échec.

En attendant une prise de conscience qui ne sera pas aidée par nos médias qui se sont révélés au dessous de tout depuis si longtemps et le plus souvent au service d'une propagande dédiée aux clivages ethnico-religieux, à la guerre et au perpétuel racket bancaire des peuples, il est heureux de voir que certains font aussi notre constat tel le professeur Michel Chossudovsky de l'Université d'Ottawa, Directeur du centre de recherche sur la Globalisation (CRG).


Général Wesley Clark, Clark sorti major de sa promotion à West Point avant de gagner l'Université d'Oxford où il est diplômé de philosophie, politique et économie. Ensuite reçu au Command and General Staff College où il étudit la science militaire. Il a passé 34 années dans l'armée et au Département de la Défense etcommanda notamment l'opération Allied Force durant la guerre du Kosovo en tant que Commandant du Grand quartier général des puissances alliées en Europe de l'OTAN de 1997 à 2000. Il déclare sur CNN que l’Émirat islamique (ou  Daesh) a été « créé par nos amis et nos alliés pour vaincre le Hezbollah ».

La « fausse guerre » d’Obama contre le groupe État islamique, protégé par les États-Unis et leurs alliés 

Par Prof Michel Chossudovsky

Depuis août 2014, l’US Air Force, avec le soutien d’une coalition de 19 pays, mène sans relâche une intense campagne de bombardements aériens contre la Syrie et l’Irak ciblant supposément les brigades du groupe État islamique (EI).

Selon Defense News, plus de 16 000 frappes aériennes ont été effectuées entre août 2014 et la mi-janvier 2015. Soixante pour cent des frappes aériennes ont été menées par l’US Air Force à l’aide de chasseurs à réaction perfectionnés (Aaron Mehta, “A-10 Performing 11 Percent of Anti-ISIS Sorties”, Defense News, 19 janvier 2015.)

Les frappes aériennes ont été simplement décrites par les médias comme faisant partie d’une « légère » opération antiterroriste, plutôt que comme un acte de guerre totale contre la Syrie et l’Irak.

 Cette campagne aérienne à grande l’échelle, ayant fait d’innombrables victimes civiles, a fait l’objet d’une mauvaise couverture dans les médias traditionnels. Selon Max Boot, attaché supérieur de recherche sur la sécurité nationale au Council on Foreign Relations (CFR) : « La stratégie d’Obama en Syrie et en Irak ne fonctionne pas [parce que] la campagne de bombardements étasuniens contre l’EI a été remarquablement modérée. » ( Newsweek, 17 février 2015 c’est l’auteur qui souligne.)

Les Étasuniens sont portés à croire que le groupe État islamique constitue une formidable force face à l’armée des États-Unis et une menace pour la civilisation occidentale. L’idée qui ressort des reportages est que l’US Air Force a échoué et qu’« Obama devrait se ressaisir » pour affronter efficacement cet « ennemi extérieur » de l’Amérique.

Selon Max Boot du CFR, l’escalade militaire est la solution : le président doit « envoyer plus d’avions, de conseillers militaires, et de forces d’opérations spéciales, tout en assouplissant les restrictions auxquelles ils sont soumis ». (Ibid.)

(Lire la suite sur mondialisation.ca)

13:24 Publié dans Actualité | Tags : isis, guerre, terrorisme, propagande | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.