Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2014

Rihanna est aveugle

rihanna,obama,vote,peau

Rihanna, (Robyn Rihanna Fenty) est née en 1988 à Saint Michael (Barbade), c'est désormais une chanteuse ayant sept albums derrière elle. Faute de grand talent (sur le plan artistique) mais bénéficiant d'un physique dont elle ne cache rien, elle passe son temps à changer de style et enrichir une presse ado et à scandales par ses changements perpétuels de styles musicaux ou de sous vêtements. Support de mode frais et rentable, elle est donc un outil précieux de manipulation de la jeunesse. N'ayant même pas achevé un cycle d'études secondaire, elle n'est sans doute pas consciente de cette fonction. Rihanna est l'artiste la plus visionnée sur YouTube en 2014 en ayant dépassé les 5 milliards de vues. Sans la télévision, l'image, elle peinerait surement à vendre autre chose que des raviolis dans une superette.

Après le récent dérapage de Michelle Obama on pensait que l'analyse politique et les motivations de vote étaient tombées au plus bas en Amérique. Il semble que non après les propos de la chanteuse à la mode Rihanna qui enregistrée après sa visite de la Maison Blanche n'a rien trouver de mieux à exprimer que la meilleure chose de la visite est que son "president is black.” On n'ose imaginer le sort funeste de toute personne blanche vantant un président pour sa couleur blanche.

On ne peut trop souligner la profonde mais sans doute sincère stupidité de tels propos car c'est la stratégie que l'on tente d'imposer de chaque coté de l'Atlantique au sein des partis qualifiés de "républicains", ces partis convenables qui conservent et s'échangent le pouvoir et mènent une politique tout à fait semblable depuis des dizaines d'années contre toute réelle alternance laissant rêver une amélioration du sort des plus défavorisés.

Car si Rihanna avait un peu jugeote, elle saurait que la condition économique et sociale des afro-américains s'est profondément dégradée sous les deux mandats Obama. Oui, sous ce président présenté comme de "gauche" en France et à ce titre admiré, l'écart riches-pauvres s'est aggravé, le chômage à fortement augmenté et en politique étrangère on a encore plus bombardé que sous Bush en trahissant en prime ses promesses électorales concernant Guantanamo et en maintenant le Patriot Act. 

Sur TV Oneun réseau de télévision américain ciblant les adultes américains noirs, Michelle Obama  déclare que les électeurs noirs ne doivent pas savoir ce qu'un candidat représente (sur le plan des valeurs), ou comment un candidat pense relever les défis pour la nation, ou quels principes inspirent sa pensée. En d'autres termes, Michelle Obama tout comme son mari selon le commentateur Ben Stein, acteur, compositeur, producteur et scénariste valident une vision raciale de la politique. Et il précise à propos de Obama"the most most racist president there has ever been in Americacar il a essayé de racialiser virtuellement chaque aspect de la politique. La France et les mémoires de Lionel Jospin sont définitives sur le sujet, connaît aussi cette dérive depuis la fin des années 80 et encore plus depuis quelques années. Elle a consisté à utiliser, manipuler et surtout créer si besoin du racisme et l'antisémitisme à des fins électorales et pour empêcher des débats et ostraciser les opposants. Dans le genre la mode est désormais en plus la cause des homosexuels qui seraient opprimés, persécutés...
 
Hélas, dans cette attitude les considérations économiques et sociales sont écartées du débat et c'est, en dehors des politiciens d'un système verrouillé, la fonction des vedettes de la chanson, du cinéma que de déplacer toute analyse économique donc fondée sur le réel des faits et de lui substituer au constat un jugement sur des critères émotionnels ou de fausses catégories. Ainsi, à une analyse de la situations des classes sociales, on va substituer un jugement mettant en avant le sexe (il faut voter pour elle car c'est une femme et sinon du sexisme), l'appartenance à une minorité (il est noir comme nous) ou de pratiques privées qu'il faut toujours dire victimes de persécutions (lobby homosexuel...).
 
Rihanna est aujourd'hui couverte de prix et distinctions, le Système lui doit bien ça. Le prestigieux magazine Time en fait d'ailleurs en 2012 l'une des personnes les plus influentes au monde ce que confirme Forbes, réputé pour ses classements pour qui Rihanna est la quatrième personnalité du showbiz, la plus puissante au monde la même année.
 
 
Le dérapage filmé par TMZ
 
On comprend mieux alors (car Rihanna ce sont plus de 180 millions de singles vendus à travers le monde et 41 millions d'albums déjà en 2013) le pourquoi, cet aveuglement de la chanteuse dont le propos est en total décalage avec les vraies préoccupations des classes populaires américaines (noires ou pas). On se doute que l'appartenance à l'élite financière d'un pays éloigne des considérations de ceux, ils sont environ 50 millions aux États-Unis, vivent ou plutôt doivent survivre avec des bons alimentaires (food stamps).
 
On aura une pensée à ce sujet pour les rappeurs français, pseudos rebelles matraqués par les radios commerciales à l'usage des jeunes et dont le discours, comme par hasard, fait l'impasse sur toute revendication économique ou au service des libertés fondamentales (donc celle d'expression) au profit d'un culte de la consommation, de l'american way of life, du banditisme, de la sexualité, contre le racisme, la police, la haine etc. C'est toujours moins risqué et plus rentable que de parler de la forme à la place du fond et chez Rihanna, c'est clairement ce qu'il y a de mieux.

10:20 Publié dans Actualité | Tags : rihanna, obama, vote, peau | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.