Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2014

Une alternative à la ruine, à la guerre existe! Cet avenir que la France refuse

uno25.jpg

La France a tout pour redevenir prospère. Elle attend juste la Démocratie ou un dirigeant capable de virilité, d'analyse, de synthèse face aux pouvoirs financiers et médiatiques. Sur ce chemin semé d'embuches qui n'ont rien de virtuelles, les volontaires sont rares.

Cela fait maintenant des années que des tractations diplomatiques inédites depuis la seconde guerre mondiale se jouent. Depuis la fin de l'URSS, on pensait, on rêvait côté occidental d'une fin de l'histoire, d'un avenir tout tracé suivant et au service du modèle américain. Déjà les plus extrémistes s'impatientaient et appelaient de leurs vœux un gouvernement mondial mélange économique et mystique accouchant d'une société uniformisé de consommateurs au services d'une élite sans identité, sans légitimité démocratique mais parée des atours, des droits procurés par la maîtrise de la finance. C'est oublier bien vite que la nature a horreur du vide et si l'ennemi d'hier a disparu, c'est pour être remplacé immédiatement sur le petit écran et à l'usage des naïfs par une marionnette, un golem conçu et habillé par le maître occidental: l'islamisme.

La France est aujourd'hui ruinée (à compter du 1er septembre 2014, il ne sera plus possible de payer plus de 300 euros en liquide par jour pour régler son loyer, ses impôts et autres taxes, c'est dire à quel point les banques sont dans le rouge). A partir de 2016, la procédure dîtes du bail-in sera en vigueur. Elle consiste dans l’ordre à faire payer les actionnaires, puis les détenteurs d’obligations bancaires, et rapidement les déposants qui ont un crédit supérieur à 100.000€ (je vous rassure ce montant sera revu à la baisse).

En bon français, on pourra légalement spolier les déposants auprès des banques en cas de faillite ou de difficultés. Oui tout comme on a volé autrefois en Grèce les fonds des universités, des hôpitaux sans prévenir. Car si vous ne le savez pas, vous n’êtes pas propriétaire de votre dépôt en banque, vous êtes créancier de la banque et, comme tel, vous serez bénéficiaire de ce petit prélèvement comme hier le particulier à Chypre. Remercions de cet accord le français de droite Michel Barnier et son assistant l’ancien communiste rédacteur du Programme Commun de la Gauche et économiste Philippe Herzog.

Calife1.jpg

Mai 2013, au milieu des chefs de la "rébellion" syrienne, le sénateur américain John McCain face à Abou Bakr Al-Baghdadi depuis Calife de l’État Islamique et assassin des chrétiens et chiites d'Irak. Il est vital de comprendre que ce qui se passe à Gaza est un écho programmé de ce qui s'est passé à l'occasion des "attentats du 11 septembre", il s'agit d'une politique israélienne traditionnelle visant à vider les stocks d'armes palestiniens ou à gagner des terres. Dans le cas présent, il ne s'agit en rien d'une réaction à une action palestinienne, il s'agit cette fois, d'un service rendu, qui s'ajoute à la chasse médiatisée, en Irak, des chrétiens d'orients, tout participe d'une même diversion permettant la conquête de l'Ukraine, action qui a fait 11 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés. Petit bonus, on pourra même, côté Occident, bientôt réarmer au grand jour les terroristes en Syrie en prétendant livrer des armes de défense contre l'islamisme. Cette horreur, cette boucherie autorise toutes les aberrations. Ainsi, la Pologne après avoir hébergé l'entrainement des mercenaires ayant renversé le gouvernement légal ukrainien prépare t-elle le 23 août un convoi humanitaire d'aide aux... troupes et mercenaires envahissant le Donetsk, le convoi humanitaire russe sous contrôle de la croix rouge vers les civils assiégés étant lui jugé une invasion militaire par Kiev qui l'a pourtant autorisé!

 Cette situation française s'aggrave donc chaque jour tant à l'intérieur qu'auprès des pays étrangers. Notre nation est perçue comme un vieux pays colonial entièrement dévoué à des intérêts étrangers, rapidement qualifiés d'américains. On parle aussi d'elle non plus comme une troisième voie entre l'Est et l'Ouest mais comme d'un pays terroriste. Un triste déclin dont l'homme de la rue jamais consulté ou dont le vote est bafoué n'est en rien responsable pas plus qu'il n'était il y a un peu plus d'un siècle responsable d'une colonisation décidée en dehors du champs démocratique et pour le plus grand bénéfices d'intérêts privés. Cependant, alors que notre pays se contente de jouer les mercenaires, l'histoire ne s'arrête pas.

énergie,gaz,europe

La Russie était bien calme alors que le régime légal d'Ukraine était renversé par l'Occident mais pas inactive car c'est à Sotchi que l'avenir de South Stream s'est joué. L'histoire tranchera entre les bâtissseurs et les conquérants. Ici, Vladimir Poutine et Alexey Miller de Gazprom.

Fort tangage actuellement au niveau mondial au niveau de l'énergie et des alliances. En effet, en cherchant l'information pendant que les résultats des bleus au Brésil occupaient la scène, on constatait des mouvements financiers et des renversements d'alliances traduisant une brusque accélération de l'histoire et qui vont faire grincer bien des dents. Ainsi, l'Autriche, pays européen fort modéré dans sa politique vient de concrétiser, sa contribution active au projet russo-italien de gazoduc South Stream, au travers de son groupe national OMV et avec le géant industriel russe Gazprom. South Stream est un projet de gazoduc paneuropéen d'une capacité annuelle de 63 milliards de mètres cubes de gaz, devant fondamentalement relier la Russie à l'Europe occidentale et acheminé sous la mer Noire vers la Bulgarie, puis la Serbie, l'Italie et l'Autriche. La question de la fiabilité ukrainienne à la fois mauvais payeur et habitué à se servir gratuitement était ainsi réglée bien avant l'évolution guerrière du Donetsk.
 
Le président russe Vladimir Poutine  s'etait déplacé en personne à Vienne pour concrétiser l'accord. Certes, l'Autriche ne fait pas partie de l'OTAN mais sa politique depuis des dizaines d'années est strictement alignée sur celles de deux voisins, la Suisse et l'Allemagne qui suivent à la lettre les orientations voulues par Washington. Depuis cette date c'est toujours le cas même pour la Suisse se disant neutre mais l'or allemand stocké à New York a lui disparu (1300 tonnes) et un grands nombres d'allemands des écologistes à d'anciens chanceliers, officiers généraux manifestent leur colère contre une politique qui pousse à la faillite 6000 entreprises allemandes, provoque à la guerre, alors que l'Allemagne est espionnée telle un ennemi par l'Amérique. Cela fait beaucoup.

énergie,gaz,europe

Cet accord n'est pas sans importance car au delà du simple pacte économique, il illustre une guerre bien longue menée par les États-Unis, celle qui vise la maîtrise stratégique des voies énergétiques liant l’Europe et l’Eurasie via les Balkans. C'est à cette fin et pas pour des questions de droits de l'homme que les stratèges américains ont programmé et déclenché en 1999 une guerre contre la Serbie puis avec une offensive ratée visant à renverser le régime syrien (le soutien russe à la Syrie n'est pas celui de Bashar el-Assad ou uniquement d'un port en Méditerranée).
 
 Hors crise ukrainienne, le gazoduc, qui doit relier la Russie au sud de l'Union européenne via la mer Noire en évitant l'Ukraine, est un point de conflit entre Moscou et Bruxelles donc l'OTAN. Ce sont des pressions de l'UE mais aussi de Washington qui ont contraint la Bulgarie le 10 juin 2014 a mettre une pause  sur les pré-travaux de construction du pipeline. Prétexte assez comique trouvé par la Commission européenne, les contrats signés par Gazprom ont entravé les règles européennes en matière de concurrence. On pourrait à ce titre annuler la totalité des contrats publics de l'administration américaine, canadienne etc.
Mais on trouve aussi un reproche croustillant, celui de "contourner l'Ukraine", on sait ce que sont les relations entre ces pays 3 mois plus tard. Poutine connaissant son monde avait rétorqué que le projet, bien ancien, garantissait la sécurité énergétique en Europe (pas question de revoir les incidents de 2006, les coupures à répétition d’approvisionnement en Europe et les prélèvements en douce ukrainien): Les américains avaient auparavant exprimé leurs inquiétudes. Ils veulent transférer seulement eux-mêmes du gaz en Europe.
Précisons que le gaz dont il est question ne vient pas d'Amérique où la production chute depuis 2012 mais qu'on espère bien exploiter celui de Gaza et celui d'une Algérie dont les jours sont comptés. Et puis côté américain on rêve toujours du sous sol syrien et on compte bien renverser un de ces jours Assad en bombardant (mais chez lui) ces méchants islamistes qui tuent des chrétiens... en Irak! Le gazoduc doit entrer en service en Autriche à la fin de 2016. Mais il y avait aussi le projet de gazoduc Nabucco, aujourd’hui aux oubliettes qui visait un approvisionnement en Azerbaïdjan et au Turkménistan, via un itinéraire traversant la Turquie (d'où la volonté américaine de l'intégrer à l'Europe pour contrôler l'alimentation énergétique de ses "alliés" et bloquer l'émergence d'un bloc eurasiatique) et évitant la Russie. En effet Turkménistan s’est tourné depuis vers la Chine pour des raisons ethno-linguistiques (tout comme comme la Turquie refuse aujourd'hui le boycott de la Russie et de son marché) et que l’Azerbaïdjan s’est lui aussi finalement rapproché de projet russe South Stream élaboré dès 2007.



Sur France 2, Xavier Moreau de Realpolitik explique devant une émanation du gouvernement américain, pardon... une représentante de la Fondation Schumann pourquoi l'Europe va systématiquement contre ses intérêts. Un bon sens digne de Chauprade avant qu'il ne change de tailleur...

La position turque pose actuellement de nombreuses questions entre des achats d'armes en Chine et la fourniture de produits alimentaire à la Russie en se substituant à l'Europe de l'ouest et contre l'avis américain (et ce malgré des troubles civils récents totalement crées par l'Occident) ce pays allié plus important que l'Allemagne pour Washington joue de plus en plus sur deux tableaux soufflant le chaud et le froid dans ses alliances, des relations qui deviennent ponctuelles et fiables pour aucun camp. De la à imaginer des nostalgies d'empire... Malgré sa situation dans l'Otan, Ankara s'est porté candidat à l’Organisation de Shanghai (courant 2013 un partenariat de dialogue préalable à l’adhésion est même signé) alliance militaire clairement sous direction de la Chine et de la Russie.
Petit coup de pique, à l'occasion de South Stream, des déambulations turques, la Russie a profité de l'événement pour répéter son souhait d'une interdiction internationale d’achat de pétrole aux terroristes en Irak et en Syrie. Une préoccupation qui ne semble pas celle de l'Occident qui s'il condamne devant les caméra se fait encore mi-août livrer à bas prix du pétrole du Califat en Croatie, pays membre de... l'OTAN.

Effectivement contre les états laïcs du monde musulman la France, l'Europe ont préféré renverser des pouvoirs qui protégeaient les minorités religieuses, accordaient des droits aux femmes et mettre aux commandes des extrémistes apportant l'extermination des chrétiens, des chiites et instaurant la charia, la burqa et l'excision. L'air ahuri des "journalistes" devant cette réalité dénoncée illustre clairement les dogmes et la soumission d'une profession. (le député des Français de l'étranger, Alain Marsaud sur I-Télé)

 Dans le sens de l'évolution rapide actuelle notons que dès la baisse du niveau des sanctions contre l’Iran, la raffinerie chinoise Cinotek a décidé de remplacer son brut saoudien par le pétrole iranien. Les importations chinoises du pétrole iranien ont ainsi augmenté de 50% et l'Iran état observateur des BRICs a toute les raisons de se rapprocher de la Russie, de la Chine, ces pays qui acceptent de plus le paiement à valeur égale des marchandises, le troc qui fait un retour en force contre un dollar boudé dont la valeur n'est désormais le fait que de la puissance militaire américaine. Si on prend un peu de hauteur, l'ensemble des grands pays sont actuellement en train de jouer leurs cartes, tous sauf un, la France.


Penser et encourager l'après dollar est un acte patriotique (RT 16/08/2014)

Les sanctions occidentales, européennes ou plutôt de l'Union Européenne organisme qui est la négation de l'Europe qui se sont aujourd'hui accumulées contre la Russie, contre tout bon sens, en soutenant une épuration ethnique et des crimes de guerre après un coup d'état mêlant mafieux et néo-nazis sont une opportunité que la France doit exploiter. Elles sont l'occasion de sortir de cette crise économique constante, de ce chômage de masse qui concerne près de 10 millions de personnes et la possibilité de retrouver un rang naturel parmi les premières puissances mondiales.

Car la France n'est pas ce vieux pays à qui seule la puissance nucléaire donne un peu de prestige. c'est aussi la première puissance maritime mondiale avec une présence planétaire de quelques 11 millions de km2, des richesses phénoménales qui demandent juste à être récoltées. C'est une position géographique privilégiée de sa métropole et la possibilité d'exporter outre les produits manufacturés, une production agro-alimentaire toute l'année. C'est une population qualifiée qui est demandée dans une multitudes de secteurs de l'aéronautique, de l'espace, du pétrole, dans la recherche médicale, l'enseignement, le tourisme, la gastronomie, la viticulture, l'automobile, le nucléaire, la défense... La liste serait interminable.

Le débouché naturel, l'opportunité que nous offrent l'actualité, les affaires du proche orient et d'Ukraine est tout simplement de rejoindre les BRICS.

BRICS Cable.jpg

Les BRICS lancent un réseau câble de 34 000 km destiné à assurer des services de communication cohésifs directs entre le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. L'affaire Snowden révèle que nous sommes intensément espionné pourquoi ne sommes nous pas acteur de ce projet?

La France peut être rejointe par une Belgique qui peut éclater à chaque instant, ce sont alors 70 millions d'habitants, ce domaine maritime unique et un poids technique qui n'a pas rougir devant aucun autre membre des BRICS. C'est une chance de tourner le dos aux causes de notre ruine en quittant l'OTAN cette alliance d'un autre âge passée de la défense contre le communisme à un pacte agressif de colonisation et de lutte contre la Russie et la Chine. C'est aussi quitter l'Union Européenne et le cancer de l'euro, cette monnaie qui bride nos exportations.

Silk.jpg

Au printemps 2014 en visite à Duisburg, le président chinois Xi Jinping réussit une opération économique et médiatique spectaculaire par son opposition à la stratégie des néo-conservateurs américains. En investissant Duisburg comme du rôle de plus grand port intérieur du monde, un cœur du transport historique en l’Europe, il ne suggère rien de moins que Chine et Allemagne coopèrent pour la conception d’une nouvelle route de la Soie entre Chine-Europe. On imagine le potentiel fabuleux d'une telle réalisation et le profit que l'Allemagne pourrait en tirer d'autant que la production chinoise n'est pas concurrente de l'allemande.

 On peut tenter de déformer la réalité mais le fait est que la première économie européenne est allemande, son développement naturel est à Est vers les nouvelles routes commerciales offertes par l'Asie en développement. Tôt ou tard, l'attrait irrésistible de la nouvelle route de la soie prévaudra sur toutes les alliances avec la recherche de la stabilité politique, de la paix indispensables au commerce qui pèseront lourd. A l'Ouest, l'Allemagne trouve l'Europe ruinée qui ne peut plus être un client, et les États-Unis qui espionnent, volent et payent avec ce qui n'est rien d'autre qu'une fausse monnaie sans avenir car adossée à une dette qui ne sera jamais remboursée car elle ne peut pas l'être. A l'Est, sont les clients payant cash ou en énergie, en matières premières, l'hésitation ne va pas durer. Les BRICS ont d'ailleurs bien compris le rôle prépondérant que jouera la monnaie comme facteur déterminant du basculement des alliances.

france,brics,avenir,économie,guerre

La Russie a été vicitme du groupe MasterCard qui au titre de sanctions a bloqué des opérations des banques Rossia et SMP. Une maladresse qui va coûter cher car la Russie représente 40% du marché mondial des cartes de paiement (90% des cartes étant Visa ou Mastercard). Pour protéger son économie, le Parlement russe a autorisé le lancement de son propre système de paiement qui sera commercialisé avant la fin de l'année.

Ils se préparent à lancer une nouvelle devise bâtie sur un panier de leurs monnaies avec pour objectif avoué les transactions internationales et le rôle de monnaie mondiale de réserve. Il s'agir tout simplement de mettre en place une alternative crédible aux échanges SWIFT et IBAN, de fermer la parenthèse monopolistique du dollar détaché depuis 1973 de l’étalon or et ayant perdu la presque totalité de sa valeur. Cette libération est pour une multitude de pays, de peuples saignés par la FED, la fin de la dépendance économique mais aussi politique vis à vis des États-Unis. C'est de plus suspendre le financement libre, illimité jusqu'à la démence de la machine de guerre américaine. C'est une révolution qui serait profitable la majorité de la population mondiale. 

grad.jpg

Alors que le 18 août les forces de Kiev utilisent à nouveau des armes chimiques contre des civils et des missiles balistiques dans leur conquête du Donetsk, il est vital de comprendre que le nombre de victimes n'a aucune importance pour les américains qui manipulent Kiev contre son intérêt. Il s'agit d'empêcher la renaissance d'une route commerciale historique allant d'Asie en Europe, la constitution d'un bloc économique qui détruirait une hégémonie déjà vacillante. L'Ukraine est aussi l'opportunité de disposer des missiles à proximité de la capitale russe, des missiles impossible à intercepter. Les ressources du Donetsk sont au final un sujet important mais secondaire. Ici, un groupe lance-roquettes multiples Grad utilisé sur les zones résidentielles de la République du Donetsk.

Lors de sa visite à Duisburg, le président chinois Xi Jinping a fait un coup de maître de diplomatie économique qui va directement à l’encontre de l’effort du mouvement néo-conservateur de Washington faction une nouvelle confrontation entre l’OTAN et la Russie." ( TV, 6 Avril, 2014)

«En faisant la promotion de l’utilisation du rôle de Duisburg, le plus grand port intérieur du monde, une plaque tournante du transport historique de l’Europe et du centre de l’industrie de l’acier de la Ruhr en Allemagne, il a proposé que l’Allemagne et la Chine coopèrent sur ​​la construction d’une nouvelle" Silk économique route »entre la Chine et l’Europe. Les conséquences pour la croissance économique à travers l’Eurasie sont énormes. - See more at: http://www.politicomag.com/article.php?La-Russie-et-la-Chine-annoncent-le-d%C3%A9couplage-commercial-du-Dollar-%E2%80%93-La-fin-pour-les-Etats-Unis-est-proche&item=971&cat=2#sthash.PzXv0lgD.dpuf

Lors de sa visite à Duisburg, le président chinois Xi Jinping a fait un coup de maître de diplomatie économique qui va directement à l’encontre de l’effort du mouvement néo-conservateur de Washington faction une nouvelle confrontation entre l’OTAN et la Russie." ( TV, 6 Avril, 2014)

«En faisant la promotion de l’utilisation du rôle de Duisburg, le plus grand port intérieur du monde, une plaque tournante du transport historique de l’Europe et du centre de l’industrie de l’acier de la Ruhr en Allemagne, il a proposé que l’Allemagne et la Chine coopèrent sur ​​la construction d’une nouvelle" Silk économique route »entre la Chine et l’Europe. Les conséquences pour la croissance économique à travers l’Eurasie sont énormes. - See more at: http://www.politicomag.com/article.php?La-Russie-et-la-Chine-annoncent-le-d%C3%A9couplage-commercial-du-Dollar-%E2%80%93-La-fin-pour-les-Etats-Unis-est-proche&item=971&cat=2#sthash.PzXv0lgD.dpuf

Les massacres ukrainiens de l'été 2014 pour ne citer que ces derniers sont l'occasion sanglante mais parfaite pour quitter des alliances qui nous asservissent et sont profondément contraires à nos valeurs. C'est opter pour un monde multipolaire, pluraliste avec une histoire, un destin sur lequel on peut agir. Pour la France exténuée, divisée, communautarisée par un pouvoir aux abois, cet avenir au sein des BRICS serait la fin de la trahison, de la collaboration. Il serait la fin des mensonges, de la mascarade médiatique qui s'illustre encore aujourd'hui par la nouvelle livraison d'un pétrolier venant du nouveau califat construit en Irak en Croatie pays membre de l'OTAN, démonstration supplémentaire du caractère artificiel et totalement sous contrôle d'un islamisme au service de l'Occident.

Il serait temps de s'en rendre compte, d'admettre des réalités car une telle opportunité de se libérer a peu de chance de se reproduire, on voit l'évolution de la démocratie à Ferguson et comment des armes de guerres se retournent en Amérique contre le contribuable. Il est maintenant acquis que la croissance en 2014 devrait être de 0,5%, ce qui implique bien entendu une nouvelle et considérable hausse du chômage mais aussi une croissance du déficit public, de la dette, un accroissement de la pauvreté en raison de l'augmentation simultanée de la population. Il est temps de réagir car sinon échapper demain à la juste colère de la rue sera impossible.

bricsbank.jpg

Juillet 2014 les BRICS lancent leur banque de développement, intensifient leurs échanges en devises propres annonçant ainsi la perte de monopole du dollar sur les transactions mondiales et à moyen terme un effondrement définitif d'une devise garantie par aucune économie réelle. Encore une fois, où est la France?

snif.jpgNo comment.

07:36 Publié dans Actualité | Tags : france, brics, avenir, économie, guerre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.