Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2019

Hong Kong ou le cirque des ultra riches

hong-kong.jpg

Hong Kong vient de décrocher le prix de la ville accueillant le plus d’ultra-riches. Avec environ 10.000 personnes pesant plus de 30 millions de dollars US, elle vient de détrôner New York et personne ne confondra les enfants "foulards rouges" de privilégiés qui manifestent avec les précarisés Gilets Jaunes.

La métropole du capitalisme globalisée est la zone ennemie de la trahison et de la collaboration avec l'oppression financière apatride, on se demande bien pourquoi une place financière hyper privilégiée même en Chine échapperait à la norme.

Sa tendresse pour la criminalité mafieuse, son amour de la consommation, sa nostalgie du colonialisme, sa soif d'ingérence étrangère sont des signes qui ne trompent pas.

 

A lire :

Hong Kong : plus grande manifestation depuis le début du mouvement de contestation

Le 18 août à Hong Kong s'est déroulée la plus grande manifestation d'opposition au gouvernement local pro-Pékin depuis plusieurs semaines de mobilisation. Les manifestants ont bravé l'interdiction de la police, sortant du périmètre autorisé.

Le 18 août, à Hong Kong, a été organisée la plus grande manifestation depuis plusieurs de semaines de mobilisation contre l'exécutif local pro-Pékin. Le Front civil des droits de l'Homme (FCDH), qui avait appelé à un rassemblement «rationnel et non violent», a estimé à plus de 1,7 million le nombre de manifestants. La police a de son côté avancé le chiffre de 128 000 personnes ayant participé à la manifestation autorisée dans un parc de la ville – sans compter celles massées dans les nombreuses rues avoisinantes.

(...)

Dans la soirée, des centaines de manifestants masqués tournaient autour du siège du gouvernement local, scandant «Reprenons Hong Kong, révolution de notre temps». 

Heurts et accusations d'ingérence

Les manifestants ont commencé à descendre dans la rue, il y a deux mois, pour protester contre un projet de loi hongkongais qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, et qui est désormais suspendu. A présent, le mouvement a élargi ses revendications, exigeant des réformes de libéralisation politique, et dénonçant ce qu'il considère être une emprise de plus en plus forte de Pékin sur l'ancienne colonie britannique.

Lire en intégralité sur RT

23:41 Publié dans Actualité | Tags : hongkong, manifestation, ingérence | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

13/05/2016

Au-delà des droits de l'homme

cage.jpeg

Histoire d'une inversion

Les droits de l'homme participent des clefs de domination du monde. Autorisant tout et n'importe quoi au nom de valeurs abstraites et jamais définies, aussi bien la guerre aux pays sans moyens atomiques que la censure et les persécutions dans les Républiques occidentales, ils sont l'armature qui permet de coloniser une terre et de mettre le dissident en prison.

Ce sont droits de l'homme qui au nom de l'égalité imposent la destruction des cultures, des histoires au profit d'une uniformisation marchande niant peuples, histoires, familles, sexes, classes etc.

Ces droits planétaires donc inhumains que personne ne confondra avec des droits fondamentaux sont pourtant l'aboutissement de la conscience politique de nouvelles générations décérébrées par l'éducation et les médias dominants.

Alain de Benoist, écrivain, philosophe, est le directeur des revues Krisis et Nouvelle École. Il a récemment publié, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, Les Démons du Bien. Du nouvel ordre moral à l idéologie du genre (2013) et Le Traité transatlantique et autres menaces (2015). Une fois encore, il s'attèle a une salutaire remise des idées à l'endroit.

au dela des droits de l'homme.jpg

Proclamée avec force à la fi n du XVIIIe siècle, dans le sillage de la philosophie des Lumières, l idéologie des droits de l'homme est aujourd'hui devenue une sorte de nouvelle religion civile, qui inspire des revendications de toutes natures, pèse sur la vie des États et va jusqu à s imposer dans les relations internationales.
La France elle-même veut plus que jamais se définir comme le « pays des droits de l homme ». Mais de quel homme parle-t-on au juste ? Et de quel droit s agit-il ? C est en spécialiste de la philosophie politique et de l histoire des idées qu Alain de Benoist se penche sur cette idéologie dont l « évidence » a trop souvent fait oublier les fondements. Il en examine toutes les prétentions, ainsi que les critiques dont les droits de l homme ont déjà pu faire l objet. Il montre sur quelle conception très particulière du droit ils reposent, en quoi leur « universalité » peut être légitimement mise en doute, et pourquoi ils contredisent les exigences du politique et même de la démocratie. Il explique enfin pourquoi le « sacre des droits de l homme » va de pair avec la montée de l individualisme au sein d une société de marché où les rapports sociaux se réduisent de plus en plus au contrat juridique et à l échange marchand. Que les droits de l homme règnent sans partage dans une société de plus en plus déshumanisée, où les hommes tendent à devenir des objets, où la marchandisation et la réification des rapports sociaux créent partout des phénomènes d aliénation nouveaux, n'est pas un hasard. Cela montre combien ils sont inadaptés à défendre ce qu ils prétendent défendre. La question des libertés ne saurait se résoudre en termes de droit ou de morale. Elle est avant tout une question politique. Elle doit être résolue politiquement (Editeur).


Les téléspectateurs de TV Libertés retrouvent régulièrement Alain de Benoist pour l’émission “Les idées à l’endroit”. Le directeur des revues Krisis et Nouvelle Ecole est un spécialiste de la philosophie politique et de l’histoire des idées. Quoi de plus naturel alors que de s'intéresser à l’idéologie des droits de l’homme. C’est ce qu’il fait dans “Au-delà des droits de l’homme”, un ouvrage réédité mais largement augmenté publié chez Pierre Guillaume de Roux. Dès le début de l’ouvrage, Alain de Benoist rappelle que la notion d’objectivité a été l’apport de l’Europe au monde. Or, l’idéologie des droits de l’homme a corrompu cette notion en imposant le subjectivisme et l’universalisme. Elle s’est imposée comme l’armature de la globalisation et comme un instrument de domination, mais aussi de nivellement et d’uniformisation. Alain de Benoist déconstruit l’idéologie des droits de l’homme qui règne sans partage dans une société de plus en plus deshumanisée, où les hommes tendent à devenir des objets, et où la marchandisation crée partout des phénomènes d’aliénation nouveaux. Un ouvrage indispensable.

11:49 Publié dans Actualité | Tags : benoist, droits, homme, ingérence | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |