Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2022

L'Ukraine de Zelensky est condamnée

image (1).jpg

Parce que cela fait sens et qu'il importe, aussi, de rassurer des désespérés qui ne lisent pas assez.

Nous vous retrouvons en septembre !

 

Fin juillet 2022, l'organisation "Children's Health Defense" présidée par Robert F. Kennedy obtient les résultats de deux sondages commandés auprès de l'institut John Zogby Strategies. Leur objet, déterminer les conséquences de la campagne de vaccination contre le Sars-CoV-2 dans la population américaine. Les résultats sont terrifiants. Il est ainsi constaté, lors de la seconde enquête, que 22 % des personnes de moins de 50 ans, qui n'ont pourtant rien à craindre du Covid-19, ont été diagnostiquées avec une nouvelle maladie peu après la campagne de vaccination.

« L’excès de morts au mois de juillet est cinq fois supérieur à la moyenne du mois de juillet, et ce n’est que très peu à cause de la chaleur ou du covid. »  Le quotidien « El Pais » annonce fin juillet en Une la nouvelle en rien complotiste daas ce titre de centre gauche mais solidement appuyée sur l’Institut d’épidémiologie Carlos III, lequel reprend les statistiques du MoMo (Monitorizacion de la Mortalidad), Rien que pour juillet on parle d'environ 2 000 morts de trop sans raison météo ou Covid.

Nouvelle Zélande dans France Soir du 4/08/2022 :  "Une mortalité anormalement haute et suspecte. Dans ce pays de cinq millions d’habitants, la convergence entre les périodes de vaccination et la hausse de la mortalité interrogent les statisticiens et les entrepreneurs de pompes funèbres. En établissant une comparaison entre les années 2020 et 2021, le statisticien Grant Nixon a noté une augmentation de 2 000 décès supplémentaires, avec une moyenne de six par jours, dont les vagues suivent presque exactement les taux de vaccination hebdomadaire des plus de 65 ans".

 

Il y a une scission au sein du Service de sécurité ukrainien (SBU) - ceux qui ont fui les territoires contrôlés par la Russie ont été accusés d'avoir perdu des documents d'archives et de passer du côté russe. Cela a été rapporté le 2 août par RIA Novosti en référence à un représentant des forces de l'ordre russes.

« La tension et la méfiance grandissent entre des collègues qui ont fui les territoires désormais contrôlés par la Russie et une nouvelle génération d'officiers de contre-espionnage ukrainiens élevés dans l'esprit de la « révolution de la dignité » (coup d'État terroriste à Kiev en 2014 encouragé par l'Occident). Les anciens cadres perdent confiance et positions dans le bloc au pouvoir. Les plus grandes critiques de l'ancienne génération portent sur une attitude négligente envers les secrets d'État, la négligence dans la sécurité des documents officiels et les gros défauts du travail d'infiltration, lorsqu'un nombre inacceptable d'agents commencent à travailler pour l'ennemi, c'est-à-dire pour la Russie, si nous parler en terminologie ukrainienne », a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

snap03876.jpg

L'Ukraine, c'est 4% de la production mondiale de blé mais ses exportations légèrement ralenties (car des centaines de camions passent sans risque la frontières depuis des semaines) seraient cause de pénurie,  de pénurie mondiale (ils n'ont pas osé le galactique) et expliqueraient une hausse gigantesque des prix pour le consommateur alors que le léger réchauffement climatique d'origine naturel a permis la mise en culture d'immenses superficies en Russie donc une forte croissance de la production et des exportations, une chance pour l'Afrique. Va t-on limoger tous les fonctionnaires, journalistes, analystes économiques qui constatent le réel ? 

Il a déclaré que même des cadres de confiance comme le chef du Mejlis du peuple tatar de Crimée (une organisation extrémiste interdite sur le territoire de la Fédération de Russie) Refat Chubarov ont commencé à se permettre de critiquer publiquement leurs amis et à en vouloir aux activités du SBU.

Plus tôt, le 22 juillet, les forces de l'ordre russes ont signalé que le SBU avait commencé à préparer l'évacuation de ses employés de Kherson, ainsi que la destruction de documents classifiés un an avant le début de l'opération militaire spéciale de la Russie. En particulier, des documents liés au travail du SBU avec ses agents de Kherson, qui ont obtenu des informations pour les forces de sécurité ukrainiennes afin de faire pression sur des représentants de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou et des communautés cosaques identifiées comme pro-russes, ont été sujet à destruction.

Le 17 juillet, Zelensky a démis de leurs fonctions le procureur général du pays Irina Venediktova et le chef du service de sécurité ukrainien Ivan Bakanov, invoquant l'abondance de faits de trahison de la part d'employés des départements. A ce jour, 651 poursuites pénales ont été enregistrées pour haute trahison et activités de collaboration d'employés du parquet, des organes d'enquête préliminaire et d'autres forces de l'ordre, a-t-il précisé.

Avant cela, fin juin, on a appris que les troupes ukrainiennes lors de la retraite avaient détruit une partie des documents à l'aéroport de Severodonetsk. Certains matériaux ont survécu. Ils confirment, entre autres, les crimes de guerre des forces de sécurité ukrainiennes dans le Donbass.

Il importe de comprendre que ce n'est pas seulement le surgissement de la guerre qui éveille la résistance interne en Ukraine. Cette guerre existe bien mais elle n'et que le prolongement local d'une crise du Capital née ailleurs et cherchant là un spectacle intense destiné au 20h et permettant la condamnation, les sanctions donc le vrai conflit de destruction économique, sociale et humaine contre l'Europe de l'Ouest.

Pelosi le flop.jpg

L'échec de Nancy Pelosi, 82 ans, est total. La diversion au problème significatif et signifiant de la récession n'a pas marché, il a même irrité les médias democrates qui tirent désormais sur elle et Biden. Pour Taïwan, c'est encore pire. Les 7 zones d'exercices de guerre autour de l'île et les 27 violations de son espace aérien montrent clairement que son séparatisme est désormais condamné.

La visibilité du mensonge se manifeste de plus en plus et elle ne va pas éveiller les seuls agents des services d'Ukraine. Elle a déjà gagné l'administration générale, la justice et ce traduit par des centaines de limogeages. Mais malheureusement pour Zelensky, on ne peut pas renvoyer tout le monde, surtout quand ce tout le monde est... la majorité de la population. Certes, les Khmers rouges avaient bien une solution mais devant les caméras et les réseaux sociaux qui voient tout et disent tout, elle est peu praticable. Même Amnesty pointe désormais les tirs ukrainiens répétés contre les civils, contre une centrale nucléaire.

Force est de constater que la guerre n'étant pas limitée à l'Ukraine et se manifestant aussi par la fable climatique et le show sanitaire, l'effet induit et inévitable se produit partout. Des soignants refusant les injections débiles et à risques à la justice italienne et espagnole demandant à l'analyse de la marchandise, de cette cam mais aussi la lecture des documents du deal caché aux députes, aux citoyens.

Et le doute ou la conscience gagne même les grands médias américains qui ouvertement ciblent le spectacle de diversion de Nancy Pelosi à Taïwan. Un show matraqué avec tous les codes cinématographiques de l'angoisse sur nos écrans pour dissimuler dans l'urgence la récession, celle qui en fait la saturation des marchés et la baisse mortelle du taux de profit donc la mort très prochaine du capitalisme dominant anglo-américain. 

C'est donc sans surprise qu'on apprendra de la Russie, par son service de santé le plus officiel que la Covid n'est plus une menace et que les mesures sanitaires n'ont donc plus de raison de s'imposer. Tout comme on comprendra que la Chine ne dialoguera plus avec Washington au sujet du climat. La complicité dans ce mensonge n'ayant plus d'intérêt.

Pour résumer, la fracture se trace, aujourd'hui l'Ukraine et demain l'Europe dans les administrations, la défense, la justice, les entreprises.

La résistance, c'est maintenant !

attaque de l'Ukraine sur centrale nucléaire.jpg

Recherche d'un incident nucléaire à mettre sur le dos de la Russie ?
Terrorisme : Le ministère des Affaires étrangères de la Russie a annoncé le 5 août une possible catastrophe type Tchernobyl due au bombardement répété de la centrale nucléaire de Zaporozhye, complexe employant 12 000 personnes, par les forces armées d'Ukraine.
« Récemment, la partie ukrainienne a commencé à se livrer à des provocations très dangereuses. Le premier était en avril, lorsque deux drones polonais avec des munitions hautement explosives ont été envoyés », se souvient-il.

Vendredi, les forces armées ukrainiennes ont tiré sur la sous-station desservant la centrale nucléaire
"Je ne sais pas ce que la partie ukrainienne peut faire d'autre si elle n'est pas arrêtée. Une catastrophe semblable à Tchernobyl pourrait se produire »
La Russie est d'accord pout la poursuite des activités de l'AIEA à Zaporizhzhya et envisageait une visite de spécialistes à la centrale. Mais au dernier moment, le secrétariat de l'ONU a «interrompu » le voyage.
Samedi 6 août, Vladimir Rogov, membre du conseil principal de l'administration militaro-civile (MAC) de la région, a déclaré qu'un groupe de défense aérienne était en cours de renforcement dans la région de Zaporozhye après le bombardement de la centrale nucléaire. 
Le territoire de la centrale nucléaire de Zaporozhye , située dans la ville d'Energodar, a été bombardé par l'armée ukrainienne le 5 août. La première attaque a eu lieu vers 15h00 heure locale (coïncidant avec l'heure de Moscou). 
Quelques heures plus tard, les forces armées ukrainiennes ont de nouveau frappé la centrale nucléaire de Zaporozhye . Cette fois, les obus frappent le site industriel de la gare. Au total, 20 obus de 152 mm ont été tirés sur le territoire de la centrale nucléaire de Zaporozhye.

09:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Écrire un commentaire