Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2018

La Turquie donne l'exemple aux nations européennes

brics.jpg

 

A l'occasion du récent sommet des BRICS, le Président turc invité a fait part de son souhait d'adhérer au groupe constitué du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud signale le quotidien Hürriyet Daily News.

«Nous faisons partie du G20 avec ces cinq pays. Je voudrais qu'ils étudient les démarches nécessaires pour nous permettre de rejoindre ce groupe et prendre notre place dans les Brics»

Le chemin n'est pas facile car si l'objectif est celui indiscutable du bon sens économique et géopolitique (l'ami dont a besoin comme fournisseur et client est celui juste derrière la frontière et pas celui de l'autre coté d'une mer et d'un océan), la confiance ne peut se construire à la vitesse du simple constat.

On a du attendre hier pour que la Russie déclare la présence iranienne en Iran non négociable. Seul le désastre économique occidental et la peur de perte des marchés permet d'avancer.

On a vu comment la Russie était attaquée en bourse, comment la devise iranienne s'effondrait en 48h suite à des sanctions sans fondement ou comment celle de la Turquie avait été ciblée pour faire pression (heureusement sans succès) sur la population à l'occasion des présidentielles. Cette situation prouve la nécessité d'un rapprochement, d'une solidarité active. La Grèce dans l'UE serait devenue une nouvelle Grèce et on ne souhaite ça à aucun pays.

Exemple pratique de l'éveil à la politique du réel:

1) L’ambassadeur iranien en Turquie, Mohammad Ebrahim Taherian, a déclaré que l’Iran avait pour objectif d’augmenter le volume du commerce avec la Turquie à 30 milliards de dollars le 14/7.


2) Le Journal de Montréal le 17/7 (le titre n'est désormais plus accessible en Europe à cause de l'UE, mais vous avez un VPN) annonce la présence d'une délégation américaine à Ankara pour évoquer des sanctions contre l'Iran.


3) "La Turquie s’oppose aux sanctions contre l’Iran et n’est pas tenue de respecter les sanctions imposées par les États-Unis, le Royaume-Uni ou tout autre pays " déclare le 23/7 le ministre des Affaires étrangères turc Mevlüt Çavuşoğlu.

 

 

09:17 Publié dans Actualité | Tags : vpn, turquie, brics | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.