Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2015

La propagande au service de la guerre civile

migrants,syrie,réfugiés

17000 migrants sur une petite île (80 000 habitants) déjà frappée par la misère. Certaines journées, ce sont 2500 clients à l'Europe de plus qui arrivent et désormais refusent les vérifications administratives, s'installent dans tout ce qui ressemble à une maison, une cour. De nombreux incidents ont éclaté depuis le début du mois sur le port avec des centaines d'afghans exigeants des titres de transports.

Après les attaques de maisons de particuliers, de la police, d'un ferry voici, à Lesbos, les joies apportées par des migrants à un peuple grec déjà victime du racket des banques et de l'Europe.

Ce type d'image sera fort peu repris en France où le citoyen doit subir une propagande digne de l'époque Charlie ou de l'agression de la Libye. Il faut bien ça pour accepter l'inacceptable au nom du sentiment.

On montrera ainsi le cliché photogénique d'un enfant sur une plage en oubliant de préciser que sa famille vit depuis 3 ans en Turquie, en omettant  que c'est la politique occidentale qui détruit son pays comme hier ses bombardiers ont anéanti la Libye et avant ça l'Irak et l'Afghanistan.



 Immigrants arrachant les grilles de fer de protection de l'autorité portuaire et s'en prenant à d'autres.

 Encore une fois, il ne faut surtout pas penser, analyser et voir ce que sont ces populations imposées à des pays européens en récession en utilisant la sordide artillerie du showbiz toujours prête à un mauvais coup.

Trahison suprême des réfugiés mais aussi des français, on envisage désormais une assistance aérienne au terrorisme contre la Syrie. On imagine mal un meilleur moyen de faire fuir plus de populations vers l'Europe, d'y accroître les tensions, d'augmenter le chômage et d'encourager la haine des musulmans si pratique pour cacher la crise économique et ses responsables.

Mais il est vrai que soutenir la Syrie laïque, se serait trop simple et surtout moins rentable pour un certain patronat européen toujours avide d'une main d’œuvre acceptant tout pour une aumône.

Car quel est l'avenir des migrants dont on détruit le pays si ce n'est d'être la prochaine armée de réserve du capitalisme, produit tout frais résultant des attaques de l'OTAN.

Un fruit bien mur qui fait l'unanimité du pouvoir dominant car on y retrouve la droite luttant contre le moulin à vent de l'islamisme et la gauche antiraciste, toutes deux unies contre les frontières pour le plus grand profit du marché et du maître américain.

A l'heure de cette communion des Tartuffe contre Damas, on  constate une fois de plus que remplacer un droit, celui des syriens à leur souveraineté à domicile, par la charité chez les autres est toujours la signature politique des salauds.

Ce lundi 7 septembre, au nom de cette charité qui n'est rien d'autre que du néo-colonialisme usant de terrorisme (on se garde bien de souligner qu'aucun mandat de l'ONU n'autorise ces libertés d'intervention), au nom de ce mensonge sans aucune légitimité démocratique, on nous offre la guerre qui sera aussi civile.

Le coup du père François porte bien son nom.


15:59 Publié dans Actualité | Tags : migrants, syrie, réfugiés, guerre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.