Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

Audiard ou Feydeau n'auraient pas osé...

privilèges,république,démocratie,nomenklatura

Certaines sont plus grosses que les autres, mais plus serrées les unes aux autres. Apparemment les mêmes et pourtant les moins serrées sont moins chères. Le commerçant prendra alors une pêche au hasard, (…) il la retournera et vous montrera un tout petit point noir qui sera la cause de son prix inférieur (Alexandre Dumas, Demi-monde).

La scène est digne d'une comédie de boulevard et aucun scénariste n'oserait l'écrire mais elle traduit de manière fort juste l'évolution d'un régime depuis des années. Pour couper court à toute polémique, cette évolution qui transcende les clivages politiques et signe le retour du privilège d'Ancien Régime dans son insolence, dans sa vulgarité, prouve que la République n'est en rien cette Démocratie qui est pourtant, dès l'école, enseignée, rabâchée comme la référence et le synonyme du système constitutionnel actuel. 

La République est par nature bananière et ce depuis toujours, l'histoire est là pour nous le rappeler. Mais il est vrai qu'on ne l'enseigne plus.

Cette démocratie pas plus que nos parents, nos grands-parents nous ne la connaissons mais il serait temps qu'elle existe.

Il faudrait qu'elle existe pour que les motards et les citoyens ne soient plus des chiens taillables et corvéables à merci.

Il faudrait qu'elle existe pour savoir que la nomenklatura parasite doit être à notre service et pas nous au sien.

Nous en avons assez de payer la note, de voir notre pays ruiné, racketté, souillé sur la scène internationale et d'être cocus!

privilèges,république,démocratie,nomenklatura

Publicité mensongère

 

EXCLUSIF - Julie Gayet: "Je suis la fiancée du président"

EXCLUSIF. La scène se passe juste avant le week-end de la Toussaint, à la sortie de l’aéroport Charles-de-Gaulle.

C’est-à-dire une dizaine de jours après la scène de la fameuse photo parue dans Voici montrant Julie Gayet et le chef de l’État attablés dans le jardin du palais de l’Élysée. L’actrice revient du 27e Festival international du film de Tokyo où elle était présente en compagnie d’Omar Sy et de Gilles Lellouche. Elle sort incognito de l’aéroport où l’attend… une voiture de l’Élysée. Au moment où elle ouvre la porte arrière de la berline, elle s’aperçoit que des paparazzis sont en train de la “shooter”. Elle referme la porte, hèle un taxi aussi banal que possible, mais Julie Gayet est très irritée par ce qui vient de se passer. Et alors que son taxi s’apprête à rejoindre l’autoroute du Nord vers Paris, elle voit des motards sur la bande d’arrêt d’urgence. L’actrice fait aussitôt stopper le taxi au même niveau et (suite sur valeursactuelles.com).

 

00:05 Publié dans Actualité | Tags : privilèges, république, démocratie, nomenklatura | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.