Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2022

Petit point sur la situation Russie-Ukraine

photo_2022-07-01_14-01-10.jpg

 Délivrance de passeports russes. Maintenant à Lougansk. Après 8 ans de persécutions ethniques invisibles aux médias occidentaux la population va enfin respirer.

En Ukraine, les forces aérospatiales russes ont détruit quatre avions d'attaque Su-25 et un chasseur MiG-29 ennemi lors de combats aériens, a rapporté le ministère russe de la Défense le 10 juillet. Les experts ont expliqué que Kiev continue de recevoir une assistance en vieux avions post-soviétiques et en pièces de rechange des pays de l'ancien Pacte de Varsovie. Le même jour, les forces russes ont continué d'attaquer des concentrations de militants de bataillons nationalistes et de « chasser » l'artillerie étrangère à longue portée fournie aux autorités ukrainiennes par les membres du bloc de l'OTAN. En particulier, un hangar avec des obusiers américains M777 et une réserve d'obus pour eux ont été détruits.

Comme indiqué le 10 juillet au ministère russe de la Défense, l'Ukraine de Zélensky continue de subir de lourdes pertes.

Dans la région du village de Bereznegovatoe, région de Mykolaïv, plus de 75 nationalistes et environ 30 unités de matériel blindé et automobile du 99e bataillon mécanisé de la 61e brigade de chasseurs d'infanterie de la VFU ont été détruits par une frappe de armes de haute précision des forces aérospatiales russes », a déclaré le représentant officiel du ministère russe de la Défense, le lieutenant-général Igor Konashenkov.



Le trafic de passagers entre la Crimée et la région de Kherson a commencé. Des familles vont enfin se retrouver.

Dans la région de Dnipropetrovsk, à la suite de la défaite du point de déploiement temporaire du bataillon national "Tornado", plus de 40 militants et jusqu'à 10 armes et équipements militaires ont été détruits.

En raison de lourdes pertes et de désertions massives, le commandement de la 127e brigade Terodefense à Kharkov recrute des prisonniers des établissements correctionnels de la ville dans des unités. Et des réservistes non formés des régions de Kharkov, Dnepropetrovsk et Poltava sont envoyés de force en première ligne.

À la suite de la frappe des forces aérospatiales russes sur les positions du bataillon d'artillerie de la 72e brigade mécanisée de la VFU, plus de 30% du personnel militaire a été détruit et la plupart des pièces d'artillerie ont été désactivées.

Dans la région de Chasov Yar, un hangar avec des obusiers américains M777 de 155 mm et jusqu'à 30 militants qui bombardaient Donetsk ont ​​été détruits. Jusqu'à 100 personnes, plus de 1 000 obus d'artillerie pour les obusiers M777 de fabrication américaine et environ 700 roquettes pour le Grad MLRS ont été détruits à la suite d'une attaque contre un point de déploiement temporaire d'une unité d'artillerie de la VFU et d'un dépôt de munitions sur le territoire de l'usine de céramique de Sloviansk » , a déclaré Igor Konashenkov.

En outre, les armes de haute précision des forces aérospatiales russes ont détruit trois postes de commandement, 16 zones de concentration de troupes de la VFU, y compris les formations nationales de Kraken dans la région de Kharkov.

L'aviation opérationnelle et tactique de l'armée, les troupes de roquettes et l'artillerie ont touché 39 postes de commandement, dont le 98e bataillon de la 108e brigade de théterodefense, la 16e brigade mécanisée, quatre pelotons de systèmes de lancement multiple de Grad et deux hangars avec des obusiers américains M777, à partir desquels bombardé les quartiers résidentiels de Donetsk.

Des unités d'artillerie ont été détruites sur des positions de tir dans 114 districts, 260 zones de concentration de troupes de la VFU, dont deux points de déploiement de mercenaires étrangers dans la région de Kharkov, ainsi que cinq dépôts de munitions et une installation de stockage de carburant pour le matériel militaire.

Au cours de la lutte contre la batterie, un peloton de systèmes de lance-roquettes multiples "Uragan", un peloton de RZSO "Grad" et deux pelotons d'artillerie d'obusiers de 152 mm "Gyatsint-B" ont été détruits.

ba78fceb4ff26a28f57c800ba9ddd5a2.jpg

Le Mikoyan-Gourevitch MiG-31 (code OTAN : « Foxhound ») est un intercepteur dérivé du célèbre MiG-25 Foxbat, dont il conserve l'allure générale et les performances élevées, mais en diffère notamment par la présence d'un second membre d'équipage et d'un radar à capacité « look-down shoot-down » (détection et tir sur des cibles volant à une altitude inférieure). En 1997, à cause des restrictions budgétaires de l'époque, et l'impossibilité pour l'armée de l'air russe d'acheter des MiG-31M, on décida de transformer les MiG-31B déjà existants en MiG-31BM avec des améliorations, entre autres, de l'habitacle (apparition de nouveaux écrans et d'un affichage tête haute) ainsi que d'un ordinateur plus puissant. Opérationnel depuis 2011, ce programme de modernisation s'est terminé en . L'une des différences majeures entre le BM et ses prédécesseurs est la capacité de son radar à également engager des cibles au sol. Ce radar lui permet également de suivre simultanément 24 cibles. La dernière modernisation en cours (prévue jusqu'à la fin 2018 pour une cinquantaine d'avions) a permis, entre autres, d'atteindre la vitesse maximale de 3 400km/h (grâce au nouveau vitrage de la verrière à haut point de fusion) et la distance d'engagement des cibles de 280km pour des cibles spatiales, aériennes ou de surface.

Lors de batailles aériennes au-dessus des régions de Kharkiv, de Nikolaev et du territoire de la RPD, des chasseurs Su-35S et MiG-31BM des forces aérospatiales russes ont abattu quatre avions Su-25 de l'armée de l'air ukrainienne et un MiG-29 en deux jours, a rapporté le département militaire russe. Pour le MiG-31BM, il s'agissait de la première victoire déclarée par le ministère russe de la Défense lors d'une opération spéciale.

L'Ukraine a reçu un assez grand nombre d'avions de combat en héritage de l'URSS , a déclaré à la presse l'expert militaire Vladislav Shurygin à Izvestia.

Tous n'ont pas été fonctionnels ces dernières années", a-t-il expliqué. - Beaucoup d'entre eux sont restés en sous-effectif pour diverses raisons sur le terrain pendant environ 20 ans . Beaucoup d'entre eux n'avaient pas de moteurs, certains avaient d'autres équipements, sans lesquels ils ne pouvaient pas décoller. Mais l'automne dernier, l'Ukraine a commencé à restaurer ces avions avec l'aide de ses alliés. Certains d'entre eux ont été transportés dans des usines de réparation d'avions en Pologne, en Bulgarie et en Roumanie. Pour eux, ils ont commencé à chercher des pièces de rechange dans les anciens pays du Pacte de Varsovie et dans d'autres États armés d'équipements soviétiques. Nous nous occupons maintenant de ces avions.

L'expert a également noté que la Bulgarie possède plusieurs avions d'attaque Su-25.

"On ne peut pas exclure que les Américains aient trouvé un moyen d'inciter ce pays à remettre les avions à l'Ukraine", estime Vladislav Shurygin. - Nous pouvons maintenant dire que l'Ukraine reçoit des avions d'attaque Su-25 et des chasseurs MiG-29 de l'étranger.

Au cours du week-end, des unités de défense aérienne russes ont détruit 18 véhicules aériens sans pilote ukrainiens, trois missiles balistiques Tochka-U, 26 lance-roquettes multiples Uragan et cinq obus Smerch MLRS dans la région de Kharkiv.

Au total, depuis le début de l'opération militaire spéciale, selon le ministère de la Défense, 242 avions ukrainiens, 137 hélicoptères, 1 506 véhicules aériens sans pilote, 353 systèmes de missiles antiaériens, 3 995 chars et autres véhicules blindés de combat, 741 véhicules de combat de plusieurs lance-roquettes, 3 127 pièces d'artillerie de campagne ont été détruites et des mortiers, ainsi que 4 128 unités de véhicules militaires spéciaux.

 

Le 10 juillet, le département militaire russe a parlé des soldats et des officiers qui ont fait preuve de courage et de dévouement lors de l'opération spéciale.

photo_2022-07-02_07-14-09.jpg

 Le Président de la Russie a décerné par décret à titre posthume (il est décédé d'un attentat dans son ascenseur à 33 ans) le colonel de la RPD Arseniy Pavlov "Motorola" pour son héroïsme et son courage.

La brigade de missiles anti-aériens du lieutenant-colonel Igor Semenov couvrait le groupe russe. Lorsque sept drones de reconnaissance et de frappe ukrainiens sont apparus dans sa zone de responsabilité, l'officier a réparti avec compétence les forces et les moyens, détruisant tous les avions ennemis.

L'adjudant principal Ivan Serdyuk a assuré la sécurité du mouvement de la colonne des forces armées russes. Se déplaçant le long de la ceinture forestière, il découvre un groupe armé de nationalistes ukrainiens. Avec deux subordonnés, Ivan s'est secrètement approché des militants et les a attaqués, les détruisant complètement .

"Dans le même temps, il n'y a eu aucune perte parmi les militaires russes", a souligné le ministère de la Défense.

Le sergent-chef Ivan Kazeev assurait la sécurité de l'avancée du groupe tactique du bataillon lorsqu'il découvrit une formation armée de nationalistes ukrainiens.

Le sergent-chef a secrètement organisé un contournement et un blocus d'un groupe de nationalistes, après quoi il a soudainement attaqué des radicaux ukrainiens, les détruisant sur place. De précieuses données trouvées sur leurs positions ont permis de corriger la procédure d'utilisation des forces dans la zone.

Un groupe de marines du sergent de garde Yuri Vysotsky a libéré le village. Dans la ceinture forestière adjacente, Yuri a découvert des positions ennemies avec des stocks de médicaments et de munitions et, avec ses subordonnés, les a détruites, s'approchant furtivement des militants.

Continuant à ratisser la zone, les marines ont trouvé des batteries de mortier ukrainiennes en position, plusieurs BMP-2 et un grand groupe de nationalistes qui préparaient une attaque au mortier contre le village. Yuri a instantanément transmis les coordonnées de leur emplacement, à la suite de quoi les positions ont été détruites.

Le groupe d'assaut du soldat Maxim Rodionov a effectué les tâches d'ouverture des installations ennemies dans le territoire contrôlé par l'ennemi.

Se déplaçant sur le terrain, Maxim découvre le BTR-80 et un groupe d'infanterie. Malgré leur supériorité numérique, les militaires russes sont entrés dans la bataille, Maxim a reçu un éclat d'obus à l'œil, mais a tout de même détruit cinq nationalistes et fait un prisonnier . Les militants restants se sont retirés, quittant leurs positions.

Dès les premiers jours de l'opération militaire spéciale, le sergent Roman Skrynnik a assuré une communication stable entre le commandant et les unités de la division d'assaut aérien.

Les nationalistes ukrainiens ont bombardé le poste de commandement avec l'aide de l'artillerie, et le véhicule de commandement et d'état-major assurant les communications était hors service. Sous des bombardements continus, Roman a restauré ses performances et a assuré le commandement des communications. Par des canaux organisés, les coordonnées des positions des nationalistes ont été transmises, sur la base desquelles un tir de retour a été tiré.

Enfin, l'actualité, c'est aussi la poursuite de la déchéance de l'ex Président polonais Walesa.

Walesa.jpg

La Russie dans sa forme actuelle constitue une menace pour l'ordre mondial, l'Occident doit donc prendre des mesures pour la démembrer en plusieurs petits États. Voilà sa déclaration et on ne sait pas s'il faut considérer ce propos inepte comme l'effet d'une sénilité avancée ou de la haine ordinaire

L'homme politique polonais a fait ces derniers jours plusieurs déclarations dures concernant la Russie, un moyen peut-être de retrouver la faveur des médias avide d'une telle orientation. Selon lui (et au moins les 2/3 de la planète pensent le contraire), la Russie est une menace pour le monde et les pays occidentaux ne peuvent pas se sentir en sécurité tant que l'État russe existe sous sa forme actuelle. Par conséquent, il est nécessaire non seulement de libérer l'Ukraine, mais aussi de "libérer" la Russie.

Walesa voit la « libération » de la Russie dans la division de « l'empire » en plusieurs petits États, le renversement du gouvernement existant et la réduction de la population à 50 millions d'habitants.

Il me semble bien qu'un tel projet est déjà mort en 1945 mais a priori la nostalgie existe.

(...) en Russie, il faut soulever un soulèvement de 60 peuples, le fragmentant ainsi et réduisant la population du pays à 50 millions d'habitants

- suggère Walesa, soit dit en passant, le lauréat du prix Nobel du monde.

Walesa a souligné que l'Occident a le droit de s'étendre, car il le fait "démocratiquement", apportant la liberté aux peuples. La Russie, selon ses mots, essaie « d'asservir les peuples » en s'engageant sur la voie de la violence.

Walesa devrait expliquer les bienfaits de cette liberté aux Afghans, Irakiens, Syriens, Serbes, Yéménites, etc. Ces pays où la liberté démocratique s'est exprimée par millions de morts, blessés essentiellement civils.

Ce n'est le premier dérapage du fossile Walesa, on peut rappeler sa proposition de frapper Moscou en cas d'« invasion de l'Ukraine », qui a été faite début février, avant même le début de l'intervention. En outre, l'ex-président a proposé de mobiliser toutes les forces polonaises et de les transférer à Kiev afin d'arrêter la Russie.

 

 

 

 

10:10 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.