Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2017

Cinéma, les blockbusters 2017

2017.jpg

Comme nous l'avions annoncé il y a un an, la crise porte bonheur au cinéma avec une année qui a connu des salles remplies en permanence, même en décembre avec Rogue One et Premier Contact. La domination de Disney sur le secteur se confirme avec quelques 7 milliards de dollars de recettes, rien qu'en France la société réalise 10% des entrées. Merci à Captain America, Civil War, Le Monde de Dory, Zootopie et aussi au remake du Livre de la Jungle. De plus, les gains de Doctor Strange de Rogue One (500 millions de dollars pour l'instant à lui seul) sont loin d'être connus dans leur intégralité.

Le cinéma français lui se porte de plus en plus mal. Les raisons sont hélas multiples et se cumulent. Faute de se reconnaître dans des productions de plus en plus militantes véhiculant des valeurs étrangères et hostiles le public en est réduit à soutenir des comédies de plus en plus médiocres, avec des acteurs indigents ou âgés et se tourne vers les productions américaines, certes aussi engagées, mais qui au moins assurent le spectacle. 


The Red Pill, de Cassie Jaye est sorti en octobre 2016. Féministe mais réaliste, la cinéaste américaine donne la parole aux plus notoires militants pour le droit des hommes sur Internet mais aussi à leurs critiques. Un constat apparait vite, l'égalité des droits est fortement faussée par les médias, les systèmes politiques, les organisations internationales en faveur du féminisme, idéologie dont la diffusion profite avant tout au Capitalisme. Cassie Jaye a fini par sympathiser avec les militants du masculinisme allant jusqu'à remettre en cause l’éthique douteuse et agressive du féminisme contemporain. En récompense de sa quête de pluralisme et d'égalité, elle a été dénigrée, menacée physiquement et elle a même perdu son financement ayant de grave difficultés à faire sortir son film.

Par contre le secteur documentaire qui émerge et peut créer un buzz surprenant bénéficiant de moyens informatiques et d'un accès abordable à la HD semble enfin de retour (diffusion directe en DVD, streaming) grâce au secteur associatif, à l'éveil citoyen lié aux prochaines élections mais aussi aux circonstances particulières : tensions économiques, sociales et politiques qui ne trouvent pas la possibilité de s'exprimer avec pluralisme sur des grands médias de plus en plus cadenassés et comme aux États-Unis totalement déconnectés des aspirations de la population et des réalités.

Les vieux médias sont morts, déconsidérés, détectés comme armes de désinformation, de propagande, personne ne les regrettera.

Le cinéma asiatique enfin qui a confirme en 2016 son installation avec The Strangers de Na Hong-jin, Mademoiselle de Park Chan-Wook, Le Garçon et la Bête de Mamoru Hosoda devrait aussi s'annoncer  en grande forme cette année et plus inattendu, on sent aussi un éveil des productions russes lié à la très bonne image internationale de la Russie, une excellente nouvelle.

Il est bien entendu trop tôt pour parler de bon cru pour les studios habituels mais voici déjà une petite sélection pour votre agenda.


Resident Evil: The Final Chapter (janvier)


 The Great Wall (février)

 

Logan (Wolverine 3), mars.


Kong: Skull Island (mars)


 

Ghost in the Shell (29 mars)


Guardians of the Galaxy Vol. 2 (mai)


Alien Convenant


Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales


Transformers: The Last Knight (juin)


War for the Planet of the Apes (juillet)


Blade Runner 2049


Justice League (novembre)


Star Wars: Episode VIII (décembre)

 

 

 

08:24 Publié dans Actualité, Loisirs Jeux Salons | Tags : cinéma, films, blockbusters, trailer, agenda, sorties, 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |