Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2024

Le 6 juin une seule célébration : Pouchkine !

12Pouchkine.jpg

« S'il avait écrit comme il vivait, Pouchkine eût été un poète romantique, inégal dans son inspiration. S'il avait vécu comme il écrivait, il eût été un homme pondéré, sensible et heureux. Il n'a été ni l'un ni l'autre. Il a été Pouchkine », Henri Troyat.

 

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine (1799-1837) est l'un des plus grands poètes et écrivains russes, souvent considéré comme le fondateur de la littérature russe moderne. Son origine familiale est riche et complexe, enracinée dans une noblesse russe distincte et mêlée à des influences africaines. Les Pouchkine sont une ancienne famille de la noblesse russe, dont l'histoire remonte au XIVe siècle. La famille tire son nom de Ratcha, un boyard qui a servi sous le prince Alexandre Nevski au XIIIe siècle. Les Pouchkine se sont distingués dans la société russe par leur service militaire et civil.

Le père d'Alexandre Pouchkine, Sergueï Lvovitch, est un membre de cette vieille noblesse. Homme cultivé et littéraire, il possédait une vaste bibliothèque et avait des inclinations poétiques. Bien que sa carrière militaire n'ait pas été particulièrement notable, il est connu pour avoir influencé l'éducation littéraire de son fils. 

L'aspect le plus fascinant des origines familiales de Pouchkine réside dans sa lignée maternelle, notamment à travers son arrière-grand-père maternel, Abram Petrovitch Hannibal, un personnage singulier dans l'histoire russe. Abram Hannibal, également connu sous le nom d'Ibrahim Hannibal, était un prince africain originaire de la région actuelle du Cameroun ou de l'Érythrée. Enlevé par des marchands d'esclaves, il fut offert en cadeau à Pierre le Grand, tsar de Russie, qui le prit sous son aile et lui offrit une éducation exceptionnelle. Abram Hannibal devint un proche de Pierre le Grand et servit l'armée russe en tant qu'ingénieur militaire, atteignant le rang de général. Il épousa une noble russe, et leur descendance fut intégrée dans la noblesse russe.

5o3TRKWE1tHP9SFK5mczmwH5cxQ.jpg

Le 6 juin 1964, celui qui est Président de la France, ne va pas se soumettre au spectacle de la commémoration du Débarquement lors du vingtième anniversaire de l'évènement. Il préfère se rendre en Provence, le 15 août, pour célébrer un débarquement mené par des troupes françaises et non américaines et britanniques. Une démarche salutaire car c'est l'URSS qui sauve l'Europe du nazisme au prix d'environ 30 millions de vie dont  28 millions de Russes !

La mère d'Alexandre Pouchkine, Nadejda Ossipovna Hannibal, est la petite-fille d'Abram Hannibal. Nadejda a hérité du tempérament fort et de l'intelligence de son grand-père, traits qu'elle a transmis à son fils. Elle a épousé Sergueï Lvovitch Pouchkine, unissant ainsi deux lignées nobles aux origines très diverses. L'héritage familial de Pouchkine est une source profonde de son inspiration littéraire. Sa double ascendance, alliant la noblesse russe ancienne et une lignée africaine exceptionnelle, a enrichi sa perception du monde et nourri son œuvre poétique. Alexandre Pouchkine a souvent fait référence à son ancêtre Abram Hannibal dans ses écrits, soulignant le caractère unique de son héritage.

Pouchkine a grandi dans un environnement intellectuel stimulant, entouré de livres et de discussions littéraires. Cette atmosphère, conjuguée à son héritage multiculturel, a favorisé son développement en tant que poète et écrivain. Son œuvre reflète la richesse et la diversité de ses origines, lui permettant de devenir une figure emblématique de la littérature mondiale.

Né à Moscou en 1799, Alexandre Pouchkine a montré très tôt des talents littéraires. Il a été éduqué à la maison avant d'entrer au Lycée impérial de Tsarskoïe Selo, une institution prestigieuse fondée par Alexandre Ier. C'est là que Pouchkine a rencontré de futurs poètes et écrivains qui joueraient un rôle important dans la littérature russe.

La période de 1811 à 1817 est cruciale dans la formation intellectuelle et littéraire d'Alexandre Pouchkine. Cette époque précède son entrée dans un ministère et englobe ses années de formation au Lycée impérial de Tsarskoïe Selo, un établissement prestigieux destiné à éduquer l'élite de la société russe. Pendant ces années, Pouchkine a été profondément influencé par la culture française, un phénomène qui explique pourquoi il a été surnommé "le Français".

Au début du XIXe siècle, la culture française dominait les cercles aristocratiques russes. La noblesse russe parlait couramment le français, adoptait les modes de vie et les idées des Lumières françaises. Cette fascination pour la culture française s'est accentuée sous le règne de Catherine II, qui correspondait avec les philosophes français et cherchait à moderniser la Russie en suivant l'exemple de la France. La période de 1811 à 1817 est également marquée par les guerres napoléoniennes, qui ont eu un impact considérable sur la Russie. La campagne de Napoléon en Russie en 1812, notamment la bataille de Borodino et l'incendie de Moscou, a eu des répercussions profondes sur la société russe. Malgré les tensions politiques, l'influence culturelle française est restée forte.

19971_600.png

Le Lycée impérial de Tsarskoïe Selo a été fondé en 1811 par l'empereur Alexandre Ier. Son objectif était de former de jeunes nobles pour les préparer à des carrières dans le service civil et militaire. L'éducation au Lycée combinait un curriculum rigoureux avec une immersion dans les arts et les lettres, reflet de l'influence européenne, et particulièrement française, sur le système éducatif russe. Le curriculum du Lycée impérial de Tsarskoïe Selo était fortement influencé par la culture française. Les étudiants étudiaient la langue et la littérature françaises en profondeur. Les œuvres des philosophes des Lumières, des poètes et des écrivains français étaient au cœur de leur éducation. Les enseignants eux-mêmes étaient souvent francophiles, voire français.

Alexandre Pouchkine entre donc au Lycée de Tsarskoïe Selo en 1811, à l'âge de 12 ans. Dès son arrivée, il se distingue par ses talents littéraires. Ses professeurs et ses camarades reconnaissent rapidement son génie poétique. Son oncle, Vassili Lvovitch Pouchkine, poète lui-même, joue un rôle crucial dans son admission et son soutien. Les œuvres de Voltaire, Rousseau, Diderot et d'autres figures des Lumières ont une profonde influence sur Pouchkine. Il lit avidement la littérature française classique et contemporaine, intégrant ces influences dans ses propres écrits. Son poème "Mon Portrait", écrit à l'âge de 15 ans, montre déjà l'impact de la poésie française sur son style.

Son surnom de "le Français" donné à Pouchkine trouve son origine dans plusieurs aspects de sa personnalité et de son comportement. Il parle couramment le français, souvent mieux que le russe. Ses camarades et professeurs notent son penchant pour les auteurs et les idées françaises. De plus, Pouchkine adopte une attitude et un style vestimentaire influencés par la mode française. Ses contemporains le perçoivent comme un esprit libre et audacieux, qualités associées à l'esprit des Lumières françaises. Ses poèmes, ses satires et ses critiques du régime tsariste reflètent l'influence des penseurs français sur sa vision du monde. Cette francophilie, bien que courante parmi la noblesse russe, est particulièrement marquée chez Pouchkine, ce qui lui vaut son fameux surnom.

Pendant ses années au Lycée, Pouchkine compose plusieurs poèmes qui révèlent son talent précoce. Son poème "À ma Nanny", écrit en 1814, montre une maîtrise des formes poétiques classiques. En 1815, lors d'une cérémonie au Lycée, Pouchkine récite son poème "Souvenirs à Tsarskoïe Selo", qui impressionne fortement Gavrila Derjavine, l'un des plus grands poètes russes de l'époque. L'influence des Lumières se manifeste dans ses thèmes de justice, de liberté et de critique sociale. Pouchkine adopte une vision humaniste et progressiste, inspirée par Voltaire et Rousseau. Son poème "Liberté", écrit en 1817, est un exemple de cette influence, appelant à l'émancipation et à la liberté individuelle.

La vie au Lycée de Tsarskoïe Selo est marquée par une intense activité intellectuelle et culturelle. Les élèves participent à des débats littéraires, écrivent des poèmes et des essais, et organisent des spectacles théâtraux. Cet environnement stimulant permet à Pouchkine de développer ses talents littéraires et de nouer des amitiés durables avec d'autres jeunes intellectuels.

Les professeurs du Lycée, souvent influencés par la pensée européenne, jouent un rôle crucial dans la formation de Pouchkine. L'un de ses mentors, le poète et professeur de rhétorique Vassili Koukharski, l'encourage à explorer diverses formes littéraires et à exprimer ses idées de manière audacieuse. Ces interactions nourrissent son esprit critique et son indépendance intellectuelle.

Pouchkine forme des amitiés profondes avec ses camarades de classe, dont plusieurs deviendront des figures importantes de la culture russe. Parmi eux, Wilhelm Küchelbecker, futur poète et révolutionnaire, et Anton Delvig, poète et éditeur, sont particulièrement proches de Pouchkine. Ces relations jouent un rôle essentiel dans son développement personnel et littéraire. La correspondance de Pouchkine avec ses amis et mentors révèle ses réflexions sur la littérature et la société. Il échange des idées sur la poésie, la politique et la philosophie, souvent en français. Ces échanges renforcent sa maîtrise de la langue et de la culture françaises, consolidant ainsi son surnom de "le Français".

En 1817, Pouchkine termine ses études au Lycée de Tsarskoïe Selo. Son diplôme marque la fin d'une période de formation intense et le début de sa carrière littéraire et publique. Bien que jeune, il est déjà reconnu comme un poète prometteur. À la fin de ses années de Lycée, Pouchkine commence à publier ses poèmes dans des revues littéraires. Ses premières publications attirent l'attention des critiques et du public. Ses œuvres reflètent son talent précoce et sa maîtrise de la langue et des formes poétiques françaises. La période de 1811 à 1817 est essentielle pour comprendre la formation intellectuelle et littéraire d'Alexandre Pouchkine. Son éducation au Lycée impérial de Tsarskoïe Selo, marquée par une forte influence française, a joué un rôle crucial dans le développement de son génie poétique. Le surnom de "le Français" illustre non seulement sa maîtrise de la langue et de la culture françaises, mais aussi l'impact profond des idées des Lumières sur sa vision du monde et son œuvre. Cette époque de sa vie, riche en apprentissages et en influences, a jeté les bases de sa carrière future et a façonné le poète qui deviendra le fondateur de la littérature russe moderne.

L’exil d’Alexandre Pouchkine, qui s'étend de 1820 à 1826, est une période cruciale de sa vie et de sa carrière littéraire. Cet exil, loin de freiner sa créativité, stimule au contraire sa production littéraire et marque la maturation de son génie poétique. Cet épisode comprend plusieurs déplacements, d’abord dans le sud de la Russie, puis en Moldavie et enfin à Odessa, avant de se conclure par un retour surveillé à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Les écrits de Pouchkine, notamment ses poèmes politiquement audacieux et ses satires du régime tsariste, lui attirent l’hostilité des autorités. Ses poèmes tels que "Liberté" et ses critiques à peine voilées de l'autocratie et de la servitude lui valent d'être surveillé par la police secrète. En 1820, une dénonciation de ses activités jugées subversives conduit à son exil.

Pouchkine est d'abord envoyé à Ekaterinoslav, mais en raison de sa mauvaise santé, il se rend rapidement à la station balnéaire de Piatigorsk pour se soigner. C’est le début d’un long voyage qui le mènera à travers le Caucase, la Crimée et la Moldavie.

Pouchkine 2024.jpg

6 juin 2024, le 225e anniversaire de la naissance d'Alexandre Pouchkine on célébrera la Journée internationale de la langue russe. Ce jour-là, à 15 heures au siège de l'UNESCO (  7 place Fontenoy, 75007 Paris ), il y aura une cérémonie d'inauguration suivie par le concert de gala avec la participation de solistes, d'une chorale, de musiciens instrumentalistes et de danseurs. https://www.unesco.org/.../journee-de-la-langue-russe-0  

Les paysages majestueux et les cultures diverses du sud de la Russie et du Caucase impressionnent profondément Pouchkine. Il trouve dans ces régions une source d'inspiration nouvelle et vigoureuse. Ses poèmes de cette période, tels que "Le Prisonnier du Caucase" et "Les Fontaines de Bakhtchissaraï", témoignent de son émerveillement et de sa fascination pour ces terres.

Écrit en 1821, "Le Prisonnier du Caucase" est l'un des premiers longs poèmes narratifs de Pouchkine. Inspiré par ses voyages, il raconte l'histoire d'un jeune Russe capturé par les montagnards du Caucase. Le poème explore les thèmes de la liberté, de l'exotisme et de la rencontre entre différentes cultures, tout en reflétant les idéaux romantiques de l'époque.

"Les Fontaines de Bakhtchissaraï" écrit en 1822, ce poème est inspiré par la visite de Pouchkine au palais de Bakhtchissaraï en Crimée. Il raconte l’histoire tragique d’un harem et du khan de Crimée. Le poème est un chef-d'œuvre de description exotique et de mélancolie romantique, et il est considéré comme l'un des sommets de la poésie narrative de Pouchkine.

En 1823, Pouchkine est transféré à Odessa, où il est placé sous la surveillance du gouverneur général, le comte Vorontsov. Odessa, avec son atmosphère cosmopolite et son port ouvert sur la mer Noire, offre à Pouchkine un nouveau cadre stimulant. Cependant, sa relation tendue avec Vorontsov et ses affaires amoureuses tumultueuses compliquent son séjour.

À Odessa, Pouchkine écrit plusieurs œuvres importantes. "Les Frères Brigands" (1822) est une ballade dramatique qui explore les thèmes de la rébellion et de la justice. "La Fontaine de Bakhchisarai" (1824) approfondit les motifs de son précédent poème sur le palais de Bakhtchissaraï, ajoutant une couche de complexité émotionnelle et historique.

Avant Odessa, Pouchkine passe quelque temps à Chisinau (Kishinev), en Moldavie. Bien que cette période soit moins productive en termes de grandes œuvres littéraires, elle contribue à son développement personnel et intellectuel. Chisinau est alors une ville multiethnique où Pouchkine rencontre des intellectuels et des révolutionnaires, ce qui enrichit sa vision du monde.

L'expérience de l'exil façonne la poésie de Pouchkine de manière significative. Il développe une sensibilité accrue aux thèmes de l'isolement, de la liberté et de la quête personnelle. Ses poèmes de cette période sont marqués par une introspection profonde et une exploration des émotions humaines fondamentales.

En 1826, grâce à l’intervention de ses amis influents, Pouchkine est autorisé à revenir à Moscou. Son retour est accueilli avec enthousiasme par les cercles littéraires. Cependant, il est toujours sous la surveillance des autorités, et ses mouvements sont restreints.

L'une des œuvres majeures de Pouchkine durant cette période est le drame historique "Boris Godounov" (1825). Inspiré par Shakespeare, ce drame en vers explore les thèmes du pouvoir, de l'ambition et de la légitimité. "Boris Godounov" est considéré comme l'une des pièces les plus importantes de la littérature russe, anticipant les grandes œuvres dramatiques du XIXe siècle.

"Eugène Onéguine" est sans doute l'œuvre la plus célèbre de Pouchkine. Commencé en 1823 et publié en feuilleton jusqu'en 1831, ce roman en vers est souvent décrit comme un "roman de mœurs". Il raconte l'histoire d'un dandy désabusé, Eugène Onéguine, et de son amour malheureux pour Tatiana Larina.

Le poème explore des thèmes tels que l'ennui, l'amour non réciproque, et la critique de la société aristocratique. La structure du poème, avec ses strophes de 14 vers en rimes croisées, est connue sous le nom de "strophe onéguinienne". Cette forme innovante permet à Pouchkine de combiner narration, description et réflexion philosophique de manière fluide. "Eugène Onéguine" est acclamé pour sa profondeur psychologique et sa richesse stylistique. Il a une influence durable sur la littérature russe, inspirant des auteurs comme Tolstoï et Dostoïevski. Le personnage de Tatiana devient un archétype de l'héroïne romantique russe.

"Le Cavalier de Bronze" (1833) est un autre chef-d'œuvre de Pouchkine, un poème narratif qui mêle histoire et mythologie. Il raconte l'histoire de la grande inondation de Saint-Pétersbourg en 1824 et la statue équestre de Pierre le Grand, érigée par Catherine la Grande. Le poème explore le conflit entre l'homme et le destin, la nature et la civilisation. La statue de Pierre le Grand, surnommée "le Cavalier de Bronze", symbolise la puissance et l'ambition impériale. Le protagoniste, Evgueni, représente l'individu face aux forces implacables de l'histoire et de la nature. "Le Cavalier de Bronze" est célébré pour sa maîtrise narrative et son symbolisme puissant. Il influence de nombreux écrivains et poètes russes, consolidant la place de Pouchkine comme le fondateur de la littérature russe moderne.

"La Dame de pique" (1834) est une nouvelle gothique qui explore les thèmes de l'obsession, de la cupidité et du surnaturel. Le récit tourne autour de Hermann, un jeune officier, qui devient obsédé par un secret de cartes détenu par une vieille comtesse.

La nouvelle est connue pour son intrigue captivante et son atmosphère mystérieuse. Pouchkine y examine les conséquences de l'obsession et de la cupidité, tout en jouant avec les éléments du fantastique. La tension croissante et le dénouement tragique la rendent particulièrement mémorable. "La Dame de pique" est rapidement reconnue comme un chef-d'œuvre de la littérature russe. Elle inspire de nombreuses adaptations, notamment l'opéra de Tchaïkovski, qui contribue à populariser l'histoire au-delà des frontières russes.

Après 1834, Pouchkine traverse une période de relative stabilité, mais aussi de tension croissante avec le régime tsariste. Il obtient une charge officielle au ministère des Affaires étrangères, ce qui lui permet de stabiliser sa situation financière mais le contraint à des responsabilités bureaucratiques qu’il trouve frustrantes. En 1831, Pouchkine épouse Natalia Nikolaïevna Gontcharova, une des beautés les plus en vue de Moscou. Leur mariage, bien que souvent harmonieux, est aussi marqué par des difficultés financières et des tensions liées aux rumeurs sur la fidélité de Natalia, exacerbées par la jalousie de Pouchkine.

Malgré son emploi officiel, Pouchkine reste sous la surveillance constante de la police secrète. Ses œuvres continuent de susciter la suspicion des autorités, notamment en raison de leurs thèmes libéraux et parfois subversifs. Son engagement dans des duels, coutume courante parmi les nobles, illustre son tempérament passionné et son refus de compromis.

En 1837, les rumeurs concernant une liaison entre Natalia et Georges-Charles de Heeckeren d’Anthès, un officier français au service de la Russie, atteignent leur paroxysme. Pouchkine, fou de jalousie, provoque d’Anthès en duel. Le 27 janvier 1837, le duel a lieu près de Saint-Pétersbourg. Pouchkine est mortellement blessé et meurt deux jours plus tard, le 29 janvier 1837. La mort de Pouchkine provoque une immense vague de chagrin et d’indignation à travers la Russie. Considéré comme le plus grand poète russe de son temps, il laisse derrière lui un héritage littéraire immense et une influence durable sur la culture russe. Sa mort prématurée est vue comme une tragédie nationale.

Les années d’exil, les grandes œuvres de Pouchkine et la fin tragique de sa vie composent un récit fascinant de la lutte d’un individu contre les contraintes politiques et sociales de son époque. Ses œuvres, marquées par une profondeur psychologique et une richesse stylistique inégalées, ont jeté les bases de la littérature russe moderne. Pouchkine, par son génie et son audace, reste une figure emblématique de la culture russe, célébrée non seulement pour son talent littéraire mais aussi pour son esprit indomptable et sa quête incessante de liberté.

09:33 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it!

Écrire un commentaire