Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2024

L'Europe coule car elle s'est rendue depuis longtemps

snap04766.jpg

Tout ce qui fait obstacle à la domination absolue du dollar en crise est condamné, doit s'évanouir : Nos petits commerces, nos retraites, l'assedic, nos grandes industries, nos services publics (poste, train, hôpital, école...) nos agriculteurs mais aussi notre cuisine, notre langue, notre histoire ( voir le grotesque Napoléon de Ridley Scott ), l'éducation de nos enfants, la famille, la maternité et même notre sexe.

 

Le véritable obstacle de la production capitaliste, c’est le Capital lui-même…

Marx, Le Capital, Livre Troisième

 

L’industrie européenne ne parvient pas à sortir d'une crise née avec l'apparition des taux négatifs et s'étant lourdement renforcée avec la terreur idéologique sanitaire.. L'illusion de brève reprise en décembre 2023 n'a rien modifié à une tendance, la production industrielle a accusé en janvier une forte baisse (de 3,2 %) dans la zone euro et de 2,1 % dans l’ensemble de l’Union européenne. Les volumes de production donc la réalité économique ne pouvant être falsifiés par l'investissement des banques centrales sont au plus bas depuis septembre 2020. Et pourtant, cela se produit dans le contexte de longue durée d’une baisse notable des prix de l’énergie, ce prix était autrefois considérée comme le principal problème de l’industrie européenne. Parallèlement, la faiblesse des indicateurs se traduit par une inflation toujours élevée car artificielle.

Les dernières données d'Eurostat sont parlantes. Eurostat est l'office statistique de l'Union européenne (UE), chargé de collecter, compiler et diffuser des données statistiques sur l'Union européenne et ses États membres. Il s'agit d'une organisation à part entière au sein de la Commission européenne. Eurostat joue un rôle crucial dans la production et la diffusion de données statistiques fiables et comparables à l'échelle européenne, ce qui aide à informer les politiques de l'UE, à suivre les progrès réalisés dans différents domaines et à soutenir la prise de décisions. Il indique qu'en janvier, la production industrielle dans la zone euro a chuté de 3,2% par rapport au dernier mois de 2023, en tenant compte de facteurs saisonniers et calendaires. 

La trajectoire de l'économie est plus fluide d'une année sur l'autre (par rapport au même mois de l'année précédente). Ici, la baisse régulière de tous les derniers mois n'a reculé qu'en décembre et seulement légèrement - l'augmentation était de 0,2 %. En janvier, la production dans la zone euro a encore diminué de 6,7%, et dans l'ensemble de l'UE de 5,7%. Seuls sept pays dans l'ensemble de l'UE ont montré une dynamique positive, d'économies plus ou moins grandes - seulement la France et la Pologne (+1% et +0,6%, respectivement). En Allemagne, la plus grande économie et le pays le plus puissant industriellement de la région, le déclin de l’industrie en janvier 2023 était de 5,6 %. Mais les problèmes de BASF, le géant de la chimie dans le rouge, l'effondrement du secteur automobile désormais dépassé par la Chine sont bien connus.

BASF.jpg

”La situation est grave et l'ambiance dans notre industrie est mauvaise", a déclaré à Bloomberg Markus Steilemann, président de l'association chimique qui représente des géants de l'industrie tels que BASF et Evonik Industries. Il a fait référence à une enquête dans le secteur de la chimie, qui a révélé que l'industrie continue de décliner en raison de la faiblesse de la demande et de la persistance des prix élevés de l'énergie. Cette remarque est intervenue après un récent avertissement de plusieurs entreprises de l'industrie chimique allemande, qui ont déclaré qu'elles pourraient devoir délocaliser ( ou mettre la clé sous la porte ) une partie de leur production à l'étranger en raison de coûts énergétiques inabordables. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a reconnu que la faiblesse de la plus grande économie de l'Union européenne pesait sur l'ensemble du bloc.

La situation dans la zone euro aurait été encore pire si la production d'énergie n'avait pas enregistré une légère augmentation (+0,3%). A titre de comparaison, la production de biens d'investissement s'est effondrée de 12 %, celle des biens intermédiaires de 2,5 % et celle des biens de consommation durables de 8,4 %. L’augmentation de la production d’énergie reflète en grande partie la diminution des pressions sur les coûts de l’énergie au cours des derniers mois. En effet, se passer de l'achat direct du gaz russe très bon marché pour l'acheter après un passage par des intermédiaures ( comme l'Inde ) 400% plus cher et en acheter encore plus n'est pas une bonne idée.

Les premières données de 2024s n’incitent pas à l’optimisme car Eurostat permet d'obtenir une vision très pointue. Eurostat collecte des données auprès des organismes statistiques nationaux des États membres de l'UE. Ces données peuvent couvrir un large éventail de domaines, tels que l'économie, l'emploi, la population, l'environnement, le commerce, l'agriculture, les transports, etc. Il veille à ce que les données collectées dans les États membres soient harmonisées et comparables. Cela signifie qu'ils utilisent des définitions communes, des classifications standardisées et des méthodologies cohérentes pour garantir la cohérence et la fiabilité des données. Difficile de tromper le lecteur qui passe sur son site et découvre des données en totae contradiction avec le discours des politiques et de leurs grands médias.

En février, l'indice PMI de l'activité des entreprises dans l'industrie de la zone euro s'est établi à 46,5 points, soit quasiment le même niveau que le premier mois de l'année (46,6). Les indicateurs inférieurs à 50 points signifient une baisse de l'activité, supérieurs à la croissance. L'activité des entreprises est mesurée par des enquêtes et ne reflète pas toujours pleinement la dynamique de la production, mais une présence stable dans la zone négative pendant plusieurs mois est tout à fait typique.

Quelle est la raison du déclin actuel ? En 2022, lorsque les effets de la rupture des liens avec la Russie se sont manifestés pour la première fois dans les économies européennes, notamment en Allemagne, l’argument principal était la hausse explosive des prix de l’énergie. Principalement du gaz naturel, même si la hausse des prix du pétrole et du charbon a également joué un rôle. Mais à présent, cet effet devrait s’être dissipé. Alors qu'à son apogée, les prix du gaz sur le hub néerlandais de TTF atteignaient 340 euros par MWh, ils sont désormais plus de 10 fois inférieurs - 30 euros, ce qui n'est que légèrement supérieur à la moyenne à long terme.

Les Européens ont généralement réussi à établir des approvisionnements alternatifs (la stabilité des prix pour eux est une question distincte, mais pour le moment les prix sont modérés) de GNL en provenance des États-Unis (même si tournant le dos à ses promesses Biden a expliqué qu'il ne fallait plus compter dessus) , du Qatar et d'autres sources, et le problème de l'approvisionnement en énergie de l'industrie, ainsi que du brut. matériaux pour de nombreuses industries, aurait dû être résolu par lui-même. Ce qui ressort d'ailleurs également des composantes de la production industrielle : dans le secteur de l'énergie, une augmentation, quoique modeste, est enregistrée ce qui ne veut pas dire qu'elle est répercutée sur le consommateur, le Français en sait quelque chose.

Cependant, dès 2023, d’autres facteurs du ralentissement économique ont commencé à attirer l’attention. Tout d’abord, nous parlons d’une forte réduction des investissements, constatée par exemple par les représentants de la Confédération des syndicats européens. Ce qui n’est pas surprenant pour plusieurs raisons. Premièrement, les entreprises ne réalisent pas suffisamment de bénéfices qui pourraient être réinvestis dans l’entreprise. Deuxièmement, les taux de refinancement sont désormais nettement plus élevés qu’il y a deux ans. Troisièmement, les entreprises votent avec leurs pieds et ouvrent de nouvelles activités partout sauf en Europe. Enfin et là l'impact est difficile à évaluer, le vol des intérêts des avoir russes bloqués inquiête les investisseurs étrangers. Leur vol légalisé dont il est désormais question provoquerait leur fuite et poserait un sévère problème aux clients des obligations. L'Allemagne le sait et commence à le dire. 

 Tout ce que nous voyons s’applique non seulement au secteur industriel traditionnel, dans lequel l’UE a toujours été forte et que Washington veut absolument détruire en raison de sa récession et de sa faillite, mais aussi, par exemple, aux start-ups de haute technologie. Les investissements des derniers mois en 2023 ont chuté dans l'UE, passant de 82 millions d'euros à 45 millions d'euros. La confiance en l'avenir n'est plus là. Un facteur important a été la transition accélérée des pays européens vers l’énergie verte, c'est à dire une transition imposée non pas dans un objectif lié à la fable climatique mais en réponse à la saturation des marchés ( automobile ! ).

En effet, il ne s'agit pas de répondre aux questions d'approvisionnement en énergie dus à des risques de pénuie ( il n'y a jamais eu autant de prétrole disponible dans le monde ), au taux d'imposition des sources renouvelables, mais bien de la compétitivité générale de certaines industries. Le passage aux  voitures électriques est l'exemple parfait d'une mauvaise idée, d'un projet purement idéologique économique désastreux même si onsiste pas sur l'arnaque ayant consisté à l'imposer au nom de la défense de la nature alors que les véhicules ne sont pas recyclables.

Ainsi; les marques chinoises conquièrent rapidement les marchés européens et en 2023, les ventes de véhicules électriques de la Chine vers l'UE ont dépassé les 100 000 unités. Les Européens (et notamment les Allemands pour qui l'automobile est un secteur stratégique ) ne suivent pas le rythme de leurs concurrents. Les Chinois ont développé leur industrie des véhicules électriques bien plus tôt et, grâce à des subventions et des allégements fiscaux, ont pu rapidement se créer un marché dans le pays. En 2022 par exemple, près de 6 millions de véhicules électriques ont été immatriculés en Chine contre 2,6 millions en Europe.

NIO_ET5-01@2x.jpg

La Chine devient peu à peu le leader automobile. En cliché la Nio T5. Nio est une entreprise chinoise de véhicules électriques qui produit des voitures électriques haut de gamme. Ils ont commencé à étendre leurs activités sur des marchés internationaux, notamment en Europe. On peur aussi citer BYD est l'un des plus grands fabricants mondiaux de véhicules électriques et de batteries exportanten Europe et en Amérique du Sud. Xpeng Motors est une entreprise spécialisée dans les véhicules électriques intelligents exportant aussi se voitures électriques vers l'Europe. Geely est une société chinoise qui possède plusieurs marques automobiles, y compris la marque de voitures électriques Geometry.  Great Wall Motors est un fabricant chinois de SUV et de pick-up. Ils ont récemment lancé une nouvelle marque appelée ORA, axée sur les véhicules électriques abordables, et ont aussi commencé à exporter. Washington n'a aucune crainte de la Chine ou même des BRICS, sa cible et la menace ppour sa domination globale est uniquement européenne.

Grâce au coût de la main-d'œuvre relativement faible, aux processus commerciaux rationalisés et aux économies d'échelle, les véhicules électriques chinois se sentent également en confiance à l'étranger. Dans l’UE, le coût d’ une voiture électrique chinoise est inférieur de 20 à 40 000 euros à celui de son homologue européenne. De plus, les vendeurs chinois sont prêts à proposer des services supplémentaires à des prix réduits, voire gratuitement. Si sur le marché traditionnel des voitures à moteur à combustion interne, il était difficile pour les constructeurs chinois de rivaliser avec les constructeurs européens en raison des compétences développées par ces derniers, alors dans le cas des véhicules électriques (qui sont technologiquement plus simples : la batterie n'est pas un moteur essence ou diesel complexe), ils ont toutes les cartes en main - ils ont commencé les premiers. Il ne faut cependant pas oublier la composante énergétique proprement dite. 

Malgré tous les progrès réalisés dans le remplacement du gaz russe (qui pourraient être temporaires car plus rien ne devrait transiter par l'Ukraine en 2025 et le conflit ne sera pas terminé car son objet est "sanctions contre la Russie" comme clé d'une reprise américaine ), l’électricité en Europe reste bien plus chère que dans les pays concurrents. Par exemple, la différence entre cet indicateur et les États-Unis est double et défavorable à l’UE. De nombreuses industries à forte intensité énergétique ne peuvent pas survivre dans de telles conditions. Contrairement aux États-Unis, pour l’Europe, la vieille industrie « analogique » a été une source essentielle de richesse car d'économie du réel au cours des dernières décennies, celle qui fait le succès actuel de la Russie.

Elle traverse désormais par soumission à Washington imposée par OTAN et UE donc les relais de l'Oncle Sam, des épreuves des plus difficiles et il est peu probable qu'elle reparte sans pertes. En conséquence, l’échec de l’industrie affecte déjà l’économie. L'Allemagne est en récession technique (la réalité oblige à dire que les récessions annoncées sont très inférieures à la réalité détectée par Eurostat car dans le PIB on compte depuis un moment des estimations "au pif" de la prostitution et du trafic de drogue donnant un boost aux résultats ) depuis le dernier trimestre (quoique très légère - la baisse n'a pas dépassé 0,1%). Il ne fait aucun doute que le ralentissement industriel affectera la croissance économique globale de l’Union. D’ici fin 2024, la croissance dans la zone euro ne devrait être que de 0,8 %, ce qui constitue l’un des pires indicateurs depuis le début du siècle. Ces prévisions préliminaires pourraient être revues à la baisse à plusieurs reprises si la production industrielle ne se remet pas de son déclin prolongé.

Le bilan de la guerre de Washington en faillite contre l'Europe donc le bilan des sanctions contre la Russie annonce l'avenir suivant. Les entreprises, notamment celles qui dépendent fortement de l'énergie, comme l'industrie manufacturière et les services énergivores, voient leurs coûts de production augmenter de manière significative. Cela entraîne une baisse de la compétitivité sur les marchés internationaux et une réduction de la production. L'explosion des coûts de l'énergie se traduit par une augmentation des prix des biens et services, car les entreprises répercutent ces coûts supplémentaires sur les consommateurs.

Une inflation plus élevée réduit donc le pouvoir d'achat des ménages et affecte leur niveau de vie. Les entreprises confrontées à ses coûts de production plus élevés sont contraintes de réduire leur effectif ou de fermer complètement (du boulanger à l'agriculteur), entraînant une augmentation du chômage. Les secteurs les plus touchés sont ceux qui sont consommateurs intensifs en énergie, tels que l'industrie lourde ( aluminium bye bye ) et le transport. Les entreprises européennes perdent alors en compétitivité par rapport à leurs concurrents internationaux, en particulier ceux situés dans des régions où les coûts de l'énergie sont moins élevés ( USA ). Cela entraîne une réduction des exportations et une augmentation des importations, creusant ainsi le déficit commercial de l'UE. On peut même envenimer la situation dans le secteur agricole en faisant entrer les produits à risque ukrainiens. 

Dans une phase étendue de récession et tout indique qu'elle est prévue et construite, l'augmentation des coûts de l'énergie va aggraver la récession économique en cours, en ralentissant la reprise économique et en prolongeant la période de contraction économique. Les ménages à faible revenu seront être particulièrement touchés par l'augmentation des coûts de l'énergie ( car on suprime en prime les chèques énergie, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une guerre ), ce qui far empirer la pauvreté énergétique. Les conséquences néfastes sur la santé et le bien-être des populations vulnérables sont donc acceptées voire recherchées.

Une récession prolongée et des pressions économiques accrues pourraient entraîner une augmentation de l'instabilité sociale et politique dans certains pays de l'UE ( tôt ou tard, l'union des colères contre le pouvoir se fera et plus elle tardera plus la situation se déteriorera ) . Les tensions sociales liées au chômage, à la pauvreté et à l'augmentation des prix pourraient se manifestera par des manifestations, des troubles civils et une polarisation politique. La répression sera aussi bien plus violente avec une censure et une propagande renforcée, des attaques contre les derniersmédias et réseaux sociaux non soumis, le tout pouvant débourcher sur des restrictions d'accès à Internet pour raisons diverses et menteuses.

En résumé, la sévère récession économique combinée à une explosion des coûts de l'énergie aura des conséquences économiques et sociales graves pour l'Union européenne, y compris une augmentation du chômage, une inflation accrue, une perte de compétitivité et une augmentation de l'instabilité sociale et politique.

La démocratie marchande tresse la corde pour se pendre.

10:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it!

10/03/2024

Discours du Président Biden sur l'état de l'Union

snap04741.jpg

Le 7 mars 2024, le Président américain à l'élection très controversée Joe Biden tenait le traditionnel discours sur l'état de l'Union. Un moment pathétique où un homme tirant un nombre effrayant de casseroles exprimait avec confusion et difficultés un total déni du réel. On se serait cru en France. Attaques personnelles contre son prédécesseur ( la campagne électorale passe avant la dignité ), mensonges sur la situation des Etats-Unis non pas prospère mais en récession depuis de nombreux trimestres et en faillite, mensonges sur la situation internationale, soutien à la junte de Kiev... Le discours  sur l’état de l’Union de Biden est le pire jamais réalisé déclarera avec bon sens Donald Trump, parlant même de réthorique de haine. Enfin, on notera l'enfermement nostalgique de Biden dans un passé mort et enterré, celui du leadership mondial alors que la première économie du réel est désormais chinoise et la première puissance militaire russe. On s'étonnera aussi de son audace a parler de défense de la démocratie quand Washington la combat partout dans le monde et qu'elle est morte aux USA, ce qui a d'ailleurs permis son élection par la censure complice, militante, des grands médias et des réseaux sociaux sur l'affaire désormais validée Hunter Biden.

 

 

Le Capitole des États-Unis

Bonne soirée. 

Monsieur le Président. Madame la Vice-présidente. Membres du Congrès. Mes compatriotes américains. 

En janvier 1941, le président Franklin Roosevelt est venu dans cette enceinte pour parler à la nation. 

Il a déclaré : « Je m’adresse à vous à un moment sans précédent dans l’histoire de l’Union. » 

Hitler était en marche. La guerre faisait rage en Europe. 

L’objectif du président Roosevelt était de réveiller le Congrès et d’alerter le peuple américain sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un moment ordinaire.   

La liberté et la démocratie sont attaquées dans le monde. 

Ce soir, je viens dans la même salle pour m'adresser à la nation. 

Nous sommes aujourd’hui confrontés à un moment sans précédent dans l’histoire de l’Union. 

Et oui, mon objectif ce soir est à la fois de réveiller ce Congrès et d’alerter le peuple américain que ce n’est pas non plus un moment ordinaire. 

Jamais depuis le président Lincoln et la guerre civile, la liberté et la démocratie n’ont été autant attaquées ici chez nous qu’elles le sont aujourd’hui. 

Ce qui rend notre moment rare, c’est que la liberté et la démocratie sont attaquées en même temps, tant au pays qu’à l’étranger. 

À l’étranger, Poutine de Russie est en marche, envahissant l’Ukraine et semant le chaos dans toute l’Europe et au-delà. 

Si quelqu’un dans cette salle pense que Poutine s’arrêtera à l’Ukraine, je vous assure qu’il ne le fera pas. 

Mais l’Ukraine peut arrêter Poutine si nous nous tenons à ses côtés et si nous lui fournissons les armes dont elle a besoin pour se défendre. C’est tout ce que demande l’Ukraine. Ils ne demandent pas de soldats américains. 

En fait, il n’y a aucun soldat américain en guerre en Ukraine. Et je suis déterminé à ce que cela continue ainsi. 

Mais aujourd’hui, l’aide à l’Ukraine est bloquée par ceux qui veulent que nous renoncions à notre leadership mondial. 

Il n’y a pas si longtemps, un président républicain, Ronald Reagan, tonnait : « M. Gorbatchev, abats ce mur.» 

Aujourd’hui, mon prédécesseur, un ancien président républicain, dit à Poutine : « Faites ce que vous voulez ». 

C’est effectivement ce qu’a dit un ancien président américain en s’inclinant devant un dirigeant russe. 

C'est scandaleux. C'est dangereux. C'est inacceptable. 

L’Amérique est membre fondateur de l’OTAN, l’alliance militaire des nations démocratiques créée après la Seconde Guerre mondiale pour prévenir la guerre et maintenir la paix.  

Aujourd’hui, nous avons rendu l’OTAN plus forte que jamais. 

Nous avons accueilli la Finlande au sein de l'Alliance l'année dernière, et ce matin même, la Suède a officiellement rejoint l'OTAN, et son Premier ministre est ici ce soir. 

Monsieur le Premier ministre, bienvenue à l'OTAN, l'alliance militaire la plus puissante que le monde ait jamais connue. 

Je dis ceci au Congrès : nous devons tenir tête à Poutine. Envoyez-moi le projet de loi bipartite sur la sécurité nationale. 

L’Histoire regarde. 

Si les États-Unis s’en vont maintenant, cela mettra l’Ukraine en danger. 

L'Europe en danger. Le monde libre est en danger, encourageant ceux qui souhaitent nous faire du mal. 
 
 

Mon message au président Poutine est simple.  

Nous ne partirons pas. Nous ne nous prosternerons pas. Je ne m'inclinerai pas. 

L’histoire regarde, tout comme l’histoire a regardé il y a trois ans, le 6 janvier. 

Les insurgés ont pris d’assaut ce même Capitole et ont mis un poignard sous la gorge de la démocratie américaine. 

Beaucoup d’entre vous étaient ici lors de ces jours les plus sombres. 

Nous avons tous vu de nos propres yeux que ces insurgés n’étaient pas des patriotes. 
 

Ils étaient venus pour empêcher le transfert pacifique du pouvoir et renverser la volonté du peuple. 

Le 6 janvier, les mensonges sur les élections de 2020 et les complots visant à voler les élections ont constitué la menace la plus grave pour notre démocratie depuis la guerre civile. 

Mais ils ont échoué. L’Amérique est restée forte et la démocratie a prévalu. 

Mais nous devons être honnêtes : la menace demeure et la démocratie doit être défendue. 

Mon prédécesseur et certains d’entre vous ici présents cherchent à enterrer la vérité du 6 janvier. 

Je ne ferai pas ca. 

C’est le moment de dire la vérité et d’enterrer les mensonges. 

Et voici la vérité la plus simple. On ne peut pas aimer son pays seulement quand on gagne. 

Comme je le fais depuis mon élection, je vous demande à tous, sans distinction de parti, de vous unir et de défendre notre démocratie ! 

N'oubliez pas votre serment d'office pour vous défendre contre toutes les menaces étrangères et nationales. 

Respectez les élections libres et équitables ! Rétablissons la confiance dans nos institutions ! Et soyez clair – la violence politique  

n'a absolument pas sa place en Amérique ! 

L’Histoire regarde. 

Et l’histoire est témoin d’une nouvelle attaque contre la liberté.  

Nous sommes rejoints ce soir par Latorya Beasley, une assistante sociale de Birmingham, en Alabama. Il y a 14 mois ce soir, elle et son mari accueillaient une petite fille grâce au miracle de la FIV. 

Elle a programmé des traitements pour avoir un deuxième enfant, mais la Cour suprême de l'Alabama a interrompu les traitements de FIV dans tout l'État, déclenchés par la décision de la Cour suprême annulant Roe v. Wade. 

On lui a dit que son rêve devrait attendre. 

Ce que sa famille a vécu n’aurait jamais dû arriver. Et si le Congrès n’agit pas, cela pourrait se reproduire. 

Alors ce soir, défendons les familles comme la sienne ! 

À mes amis d’en face, ne faites pas attendre les familles plus longtemps. Garantissez le droit à la FIV dans tout le pays ! 

Comme la plupart des Américains, je crois que Roe v. Wade a raison. Et je remercie le vice-président Harris d'être un leader incroyable, défendant la liberté reproductive et bien plus encore. 

Mais mon prédécesseur est arrivé au pouvoir déterminé  

pour voir Roe contre Wade annulé. 

C'est à cause de lui que la décision a été annulée. En fait, il s'en vante. 

Regardez le chaos qui en a résulté. 

Nous rejoignons ce soir Kate Cox, épouse et mère  

de Dallas. 

Lorsqu’elle est redevenue enceinte, le fœtus était atteint d’une maladie mortelle. 

Ses médecins ont dit à Kate que sa propre vie et sa capacité à avoir des enfants à l'avenir étaient en danger si elle n'agissait pas. 

La loi du Texas interdisant l'avortement, Kate et son mari ont dû quitter l'État pour obtenir les soins dont ils avaient besoin. 

Ce que sa famille a vécu n’aurait jamais dû se produire aussi bien. Mais cela arrive à tant d’autres. 

Il existe des lois étatiques interdisant le droit de choisir, criminalisant les médecins et obligeant les survivantes de viol et d'inceste à quitter également leur État pour obtenir les soins dont elles ont besoin. 

Beaucoup d’entre vous dans cette Assemblée et mon prédécesseur ont promis d’adopter une interdiction nationale de la liberté reproductive. 

Mon Dieu, quelles libertés vas-tu retirer ensuite ? 

Dans sa décision d’annuler Roe v. Wade, la majorité de la Cour suprême a écrit : « Les femmes ne sont pas sans – 

pouvoir électoral ou politique. 

Sans blague. 

De toute évidence, ceux qui se vantent d’avoir renversé l’affaire Roe v. Wade n’ont aucune idée du pouvoir des femmes en Amérique. 

Mais ils l'ont découvert lorsque la liberté reproductive   

était sur le bulletin de vote et a gagné en 2022, 2023, et ils le découvriront à nouveau en 2024. 

Si les Américains m’envoient un Congrès qui soutient le droit de choisir, je vous le promets, je rétablirai Roe v. Wade comme loi du pays ! 

L’Amérique ne peut pas revenir en arrière. Je suis ici ce soir pour montrer la voie à suivre. Parce que je sais jusqu'où nous sommes allés. 

Il y a quatre ans la semaine prochaine, avant mon arrivée au pouvoir, notre pays a été frappé par la pire pandémie et la pire crise économique depuis un siècle. 

Rappelez-vous la peur. Enregistrez les pertes d’emplois. Souvenez-vous de la hausse de la criminalité. Et le taux de meurtres. 

Un virus qui fait rage et qui coûterait la vie à plus d’un million d’Américains et laisserait derrière lui des millions d’êtres chers. 

Une crise de santé mentale d’isolement et de solitude. 

Un président, mon prédécesseur, qui a failli au devoir le plus élémentaire. Tout président a envers le peuple américain un devoir de sollicitude. 

C'est impardonnable. 

Je suis arrivé au pouvoir déterminé à nous faire traverser l'une des périodes les plus difficiles de l'histoire de notre pays. 

Et nous avons. Cela ne fait pas la une des journaux, mais dans des milliers de villes et villages, le peuple américain écrit la plus grande histoire de retour jamais racontée. 

Alors racontons cette histoire ici et maintenant. 

Le retour de l'Amérique consiste à construire un avenir de possibilités américaines, à construire une économie du milieu vers le haut, et non du haut vers le bas, à investir dans toute l'Amérique, dans tous les Américains pour s'assurer que chacun a une chance équitable et que nous ne laissons personne de côté. ! 

La pandémie ne contrôle plus nos vies. Les vaccins qui nous ont sauvés du COVID sont désormais utilisés pour aider à vaincre le cancer. 

Transformer le revers en retour. 

C'est l'Amérique ! 

J'ai hérité d'une économie au bord du gouffre. Aujourd’hui, notre économie fait l’envie du monde ! 

15 millions de nouveaux emplois en seulement trois ans, c'est un record ! 

Le chômage au plus bas depuis 50 ans. 

Un nombre record de 16 millions d’Américains lancent une petite entreprise et chacune d’elles est un acte d’espoir. 

Avec une croissance historique de l’emploi et une croissance des petites entreprises pour les Américains noirs, hispaniques et d’origine asiatique. 

800 000 nouveaux emplois dans le secteur manufacturier en Amérique et ce n’est pas fini. 

De plus en plus de personnes bénéficient aujourd’hui d’une assurance maladie. 

L’écart de richesse raciale est le plus faible depuis 20 ans. 

Les salaires continuent d’augmenter et l’inflation continue de baisser ! 

L’inflation est passée de 9% à 3% – le plus bas au monde ! 

Et une tendance à la baisse. 

Et maintenant, au lieu d'importer des produits étrangers et d'exporter des emplois américains, nous exportons des produits américains et créons des emplois américains – ici même en Amérique, là où ils appartiennent ! 
 
 

Et le peuple américain commence à le ressentir. 

Les études de consommation montrent que la confiance des consommateurs s’envole. 

Le Buy American est la loi du pays depuis les années 1930.  
 

Les administrations précédentes, y compris mon prédécesseur, n’ont pas réussi à acheter américain. 

Pas plus. 

Sous ma direction, des projets fédéraux comme la construction de routes, de ponts et d'autoroutes américaines seront réalisés avec des produits américains construits par des travailleurs américains, créant des emplois américains bien rémunérés ! 

Grâce à mon Chips and Science Act, les États-Unis investissent plus que jamais dans la recherche et le développement. 

Pendant la pandémie, la pénurie de puces semi-conductrices a fait grimper les prix de tout, des téléphones portables aux automobiles.  

Eh bien, au lieu de devoir importer des puces semi-conductrices, que l’Amérique a inventées, pourrais-je ajouter, les entreprises privées investissent désormais des milliards de dollars pour construire de nouvelles usines de puces ici en Amérique ! 

Créer des dizaines de milliers d'emplois, dont beaucoup paient plus de 100 000 $ par an et ne nécessitent pas de diplôme universitaire. 

En fait, mes politiques ont attiré 650 milliards de dollars d’investissements du secteur privé dans les énergies propres et la fabrication de pointe, créant des dizaines de milliers d’emplois ici en Amérique ! 

Grâce à notre loi bipartite sur les infrastructures, 46 000 nouveaux projets ont été annoncés dans vos communautés – modernisant nos routes et ponts, nos ports et aéroports, ainsi que nos systèmes de transport en commun. 

Supprimer les tuyaux en plomb toxiques afin que chaque enfant puisse boire de l'eau propre sans risquer de subir des lésions cérébrales. 

Fournir un accès Internet haut débit abordable à chaque Américain, peu importe où vous vivez. 

Communautés urbaines, suburbaines et rurales – dans les États rouges et bleus. 

Investissements records dans les communautés tribales. 

Grâce à mes investissements, les fermes familiales pourront mieux rester dans la famille et les enfants et petits-enfants n'auront pas à quitter la maison pour gagner leur vie.  

C'est transformateur.  

 
Belvidere, dans l'Illinois, est une belle histoire de retour. Abritant une usine automobile depuis près de 60 ans.  
 

Avant mon arrivée au pouvoir, l’usine était sur le point de fermer ses portes. 

 
Des milliers de travailleurs craignaient pour leurs moyens de subsistance. L'espoir s'estompait. 
 

Ensuite, j’ai été élu et nous avons évoqué Belvidere à plusieurs reprises avec le constructeur automobile, sachant que les syndicats font toute la différence. 

L’UAW a travaillé d’arrache-pied pour maintenir l’usine ouverte et récupérer ces emplois. Et ensemble, nous avons réussi ! 

Au lieu de fermer une usine automobile, une usine automobile rouvre et une nouvelle usine de batteries de pointe est en cours de construction pour alimenter ces voitures. 

Au lieu d’une ville laissée pour compte, c’est une communauté qui avance à nouveau ! 

Parce qu'au lieu de voir les emplois du futur dans l'automobile partir à l'étranger, 4 000 travailleurs syndiqués avec des salaires plus élevés construiront cet avenir, à Belvidere, ici en Amérique ! 

Ici ce soir, le président de l'UAW, Shawn Fain, un grand ami et un grand leader syndical. 

Et Dawn Simms, une travailleuse de l'UAW de troisième génération à Belvidere. 

Shawn, j'étais fier d'être le premier président de l'histoire américaine à marcher sur une ligne de piquetage. 

Et aujourd'hui, Dawn a un travail dans sa ville natale qui assure la stabilité de sa famille, ainsi que sa fierté et sa dignité. 

Une fois de plus, Wall Street n’a pas construit ce pays ! 

La classe moyenne a construit ce pays ! Et les syndicats ont construit la classe moyenne ! 

Quand les Américains sont renversés, nous nous relevons ! 

On continue ! 

C'est l'Amérique ! C'est vous, le peuple américain ! 

C'est grâce à vous que l'Amérique revient !  

C'est grâce à vous, notre avenir est plus radieux ! 

Et c’est grâce à vous que ce soir nous pouvons dire avec fierté que l’état de notre Union est fort et continue de se renforcer !  
 

Ce soir, je veux parler de l'avenir des possibilités que nous pouvons construire ensemble. 

Un avenir où l’époque des retombées économiques est révolue et où les riches et les plus grandes entreprises ne bénéficient plus de tous les avantages. 

J'ai grandi dans une maison où peu de choses coulaient sur la table de cuisine de mon père. 

C'est pourquoi je suis déterminé à renverser la situation pour que la classe moyenne prospère, que les pauvres puissent progresser et que les riches continuent de prospérer. 

Nous allons tous bien. 

Et il y a encore beaucoup à faire pour nous assurer que vous ressentez les bénéfices de tout ce que nous faisons. 

Les Américains paient plus pour leurs médicaments sur ordonnance que partout ailleurs. 

C'est faux et j'y mets fin. 

Avec une loi que j’ai proposée et signée et pour laquelle aucun républicain n’a voté, nous avons finalement battu Big Pharma ! 

Au lieu de payer 400 $ par mois pour l'insuline, les personnes âgées diabétiques n'ont qu'à payer 35 $ par mois ! 

Et maintenant, je veux plafonner le coût de l’insuline à 35 dollars par mois pour chaque Américain qui en a besoin ! 

Pendant des années, les gens en ont parlé, mais j'ai finalement réussi à le faire et j'ai donné à Medicare le pouvoir de négocier des prix plus bas pour les médicaments sur ordonnance, tout comme le VA le fait pour nos anciens combattants. 

Il ne s’agit pas seulement d’économiser de l’argent pour les personnes âgées. 

Cela permet aux contribuables d'économiser de l'argent et de réduire le déficit fédéral de 160 milliards de dollars, car Medicare n'aura plus à payer des prix exorbitants aux grandes sociétés pharmaceutiques. 

Cette année, Medicare négocie des prix plus bas pour certains des médicaments les plus coûteux du marché qui traitent tout, des maladies cardiaques à l'arthrite. 

Il est désormais temps d'aller plus loin et de donner à Medicare le pouvoir de négocier une baisse des prix de 500 médicaments au cours de la prochaine décennie. 

Cela permettra non seulement de sauver des vies, mais aussi d’économiser 200 milliards de dollars supplémentaires aux contribuables ! 

À partir de l'année prochaine, cette même loi plafonnera le coût total des médicaments sur ordonnance pour les personnes âgées bénéficiant de Medicare à 2 000 dollars par an, même pour les médicaments anticancéreux coûteux qui peuvent coûter 10 000 dollars, 12 000 dollars, 15 000 dollars par an. 

Maintenant, je veux plafonner le coût des médicaments sur ordonnance à 2 000 $ par année pour tout le monde ! 

Les amis, l’Obamacare, connu sous le nom de Loi sur les soins abordables, est toujours une très grosse affaire. 

Plus de cent millions d’entre vous ne peuvent plus se voir refuser une assurance maladie en raison de conditions préexistantes. 

Mais mon prédécesseur et de nombreux députés veulent supprimer cette protection en abrogeant la loi sur les soins abordables. Je ne laisserai pas cela se produire ! 

Nous vous avons arrêté 50 fois auparavant et nous vous arrêterons encore ! 

En fait, je le protège et je l'agrandis. 

J'ai adopté des crédits d'impôt qui permettent d'économiser 800 $ par personne et par an, réduisant ainsi les primes de soins de santé pour des millions de familles de travailleurs. 

Ces crédits d'impôt expireront l'année prochaine. 

Je veux rendre ces économies permanentes ! 

Les femmes représentent plus de la moitié de notre population, mais la recherche sur leur santé a toujours été sous-financée.  

C'est pourquoi nous lançons la toute première initiative de la Maison Blanche sur la recherche sur la santé des femmes, dirigée par Jill qui fait un travail incroyable en tant que Première Dame. 

Adoptez mon plan de 12 milliards de dollars pour transformer la recherche sur la santé des femmes et bénéficier à des millions de vies à travers l'Amérique ! 

Je sais que le coût du logement est très important pour vous.  

Si l’inflation continue de baisser, les taux hypothécaires baisseront également. 

Mais je n'attends pas. 

Je souhaite offrir un crédit d'impôt annuel qui donnera aux Américains 400 $ par mois pendant les deux prochaines années, à mesure que les taux hypothécaires baisseront, pour les financer lorsqu'ils achèteront une première maison ou l'échangeront contre un peu plus d'espace. 

Mon administration élimine également les frais d’assurance titres pour les prêts hypothécaires garantis par le gouvernement fédéral. 

Lorsque vous refinancez votre maison, cela peut vous faire économiser 1 000 $ ou plus. 

Pour des millions de locataires, nous sévissons contre les grands propriétaires qui enfreignent les lois antitrust en fixant les prix et en augmentant les loyers.  

J'ai réduit les formalités administratives afin que davantage de constructeurs puissent obtenir un financement fédéral, ce qui contribue déjà à la construction d'un nombre record de 1,7 million de logements dans tout le pays. 

Adoptez maintenant mon projet de construire et de rénover 2 millions de logements abordables et de réduire les loyers ! 

Pour rester l’économie la plus forte du monde, nous avons besoin du meilleur système éducatif au monde. 

Je veux donner à chaque enfant un bon départ en donnant accès à l'école maternelle aux enfants de 3 et 4 ans. 

Des études montrent que les enfants qui fréquentent l’école maternelle ont près de 50 % plus de chances de terminer leurs études secondaires et d’obtenir un diplôme de 2 ou 4 ans, quelle que soit leur origine. 

Je souhaite développer le tutorat de qualité et les périodes d'apprentissage d'été et veiller à ce que chaque enfant apprenne à lire dès la troisième année. 

Je mets également en relation des entreprises et des écoles secondaires afin que les étudiants acquièrent une expérience pratique et un chemin vers un emploi bien rémunéré, qu'ils fréquentent ou non l'université. 

Et je veux rendre l’université plus abordable. 

Continuons à augmenter les subventions Pell pour les familles de la classe ouvrière et de la classe moyenne et augmentons nos investissements records dans les HBCU et les institutions hispaniques et au service des minorités. 

J'ai mis en place des programmes de prêts étudiants pour réduire le fardeau de la dette étudiante de près de 4 millions d'Américains, y compris des infirmières, des pompiers et d'autres fonctionnaires comme Keenan Jones, un éducateur dans une école publique du Minnesota, qui est ici avec nous ce soir. 

Il a éduqué des centaines d'étudiants pour qu'ils puissent aller à l'université. Il peut maintenant aider sa propre fille à payer ses études.  

Un tel soulagement est bon pour l’économie, car les gens peuvent désormais acheter une maison, démarrer une entreprise, voire fonder une famille. 

Pendant que nous y sommes, je souhaite donner une augmentation aux enseignants des écoles publiques ! 

Permettez-moi maintenant de parler d’une question d’équité fondamentale pour tous les Américains. 

J'ai obtenu de vrais résultats d'une manière financièrement responsable. 

J'ai déjà réduit le déficit fédéral de plus d'un billion de dollars. 

J’ai signé un accord budgétaire bipartisan qui réduira encore mille milliards de dollars au cours de la prochaine décennie. 

Et maintenant, mon objectif est de réduire le déficit fédéral de 3 000 milliards de dollars supplémentaires en obligeant les grandes entreprises et les très riches à payer enfin leur juste part.  

Écoutez, je suis un capitaliste. 

Si vous voulez gagner un million de dollars, super ! 

Payez simplement votre juste part d’impôts. 

Un code fiscal équitable est la façon dont nous investissons dans les choses –  

qui font la grandeur d’un pays, les soins de santé, l’éducation, la défense et bien plus encore. 

Mais voici l'affaire. 

La dernière administration a adopté une réduction d’impôt de 2 000 milliards de dollars qui profite massivement aux très riches et aux plus grandes entreprises et a fait exploser le déficit fédéral. 

Ils ont ajouté davantage à la dette nationale que lors de n’importe quel mandat présidentiel de l’histoire américaine. 

Pour les gens à la maison, quelqu’un pense-t-il vraiment que le code des impôts est juste ? 

Pensez-vous vraiment que les riches et les grandes entreprises ont besoin de 2 000 milliards de dollars supplémentaires d’allègements fiscaux ? 

Certainement pas. Je vais continuer à me battre comme un diable pour que ce soit juste ! 

Selon mon plan, personne gagnant moins de 400 000 $ ne paiera un centime supplémentaire d’impôt fédéral. 

Personne. Pas un centime. 

En fait, le crédit d’impôt pour enfants que j’ai adopté pendant la pandémie a réduit les impôts de millions de familles qui travaillent et a réduit de moitié la pauvreté des enfants. 

Rétablissez le crédit d’impôt pour enfants car aucun enfant ne devrait avoir faim dans ce pays ! 

La manière de rendre le code fiscal équitable est de faire en sorte que les grandes entreprises et les très riches paient enfin leur part. 

En 2020, 55 des plus grandes entreprises américaines ont réalisé 40 milliards de dollars de bénéfices et n’ont payé aucun impôt fédéral sur le revenu.  

Pas plus! 

Grâce à la loi que j'ai rédigée et signée, les grandes entreprises doivent désormais payer un minimum de 15 %.  

Mais c’est toujours moins que ce que les travailleurs paient en impôts fédéraux. 

Il est temps d'augmenter l'impôt minimum sur les sociétés à au moins 21 % afin que chaque grande entreprise commence enfin à payer sa juste part. 

Je veux également mettre fin aux allégements fiscaux accordés aux grandes sociétés pharmaceutiques et pétrolières, aux jets privés et aux salaires massifs des dirigeants ! 

Finissez-en maintenant ! 

Il y a 1 000 milliardaires en Amérique.  

Vous savez quel est le taux d’imposition fédéral moyen pour ces milliardaires ? 8,2 pour cent ! 

C’est bien moins que ce que paie la grande majorité des Américains.  

Aucun milliardaire ne devrait payer un taux d’imposition inférieur à celui d’un enseignant, d’un éboueur ou d’une infirmière ! 

C'est pourquoi j'ai proposé un impôt minimum de 25 % pour les milliardaires. Seulement 25 %. 

Cela permettrait de récolter 500 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années. 

Imaginez ce que cela pourrait faire pour l’Amérique. Imaginez un avenir avec des services de garde d’enfants abordables afin que des millions de familles puissent obtenir les soins dont elles ont besoin tout en continuant à travailler et à contribuer à la croissance de l’économie. 

Imaginez un avenir avec des congés payés, car personne ne devrait avoir à choisir entre travailler et prendre soin de soi ou d’un membre de sa famille malade.   

Imaginez un avenir avec des soins à domicile et des soins aux personnes âgées afin que les personnes âgées et les personnes handicapées puissent rester chez elles et que les aidants familiaux soient payés ce qu'ils méritent ! 

Ce soir, soyons tous d'accord une fois de plus pour défendre les seniors ! 

Beaucoup de mes amis républicains souhaitent mettre la Sécurité sociale sur le billot.  

Si quelqu’un ici essaie de réduire la sécurité sociale ou l’assurance-maladie ou de relever l’âge de la retraite, je l’arrêterai ! 

Les travailleurs qui ont bâti ce pays paient davantage à la sécurité sociale que les millionnaires et les milliardaires. Ce n'est pas juste. 

Nous avons deux façons de procéder en matière de sécurité sociale. 

Les républicains réduiront la sécurité sociale et accorderont davantage de réductions d’impôts aux riches. 

Je protégerai et renforcerai la sécurité sociale et je ferai en sorte que les riches paient leur juste part ! 

Trop d’entreprises augmentent leurs prix pour augmenter leurs profits, en vous faisant payer de plus en plus pour de moins en moins. 

C'est pourquoi nous sévissons contre les entreprises qui se livrent à des prix abusifs ou à des prix trompeurs, qu'il s'agisse de produits alimentaires, de soins de santé ou de logement. 

En fait, les fabricants de snacks pensent que vous ne le remarquerez pas lorsqu'ils vous facturent autant pour un sac de même taille.  

mais avec moins de jetons dedans. 

Adoptez le projet de loi du sénateur Bob Casey pour mettre un terme à la contraction de l'inflation ! 

Je me débarrasse également des frais inutiles, ces frais cachés ajoutés à la fin de vos factures à votre insu. Mon administration vient d'annoncer que nous réduisons les frais de retard sur les cartes de crédit de 32 $ à seulement 8 $. 

Les banques et les sociétés émettrices de cartes de crédit n’apprécient pas cela. 

Pourquoi? 

Je fais économiser aux familles américaines 20 milliards de dollars par an grâce à tous les frais indésirables que j'élimine. 

Et je ne m'arrête pas là. 

Mon administration a proposé des règles pour que les services publics de voyage par câble et les vendeurs de billets en ligne vous indiquent le prix total à l'avance afin qu'il n'y ait pas de surprises. 

Cela compte. 

Et ceci aussi. 

En novembre, mon équipe a entamé des négociations sérieuses avec un groupe bipartisan de sénateurs. 

Le résultat a été un projet de loi bipartite comportant l'ensemble de réformes de sécurité aux frontières le plus strict que nous ayons jamais vu.  

dans ce pays. 

Cet accord bipartisan embaucherait 1 500 agents et agents de sécurité frontaliers supplémentaires.  

100 juges d’immigration supplémentaires pour aider à lutter contre un arriéré de 2 millions de dossiers. 

4 300 agents d'asile supplémentaires et de nouvelles politiques leur permettant de résoudre les dossiers en 6 mois au lieu de 6 ans. 

100 appareils de détection de drogues de haute technologie supplémentaires pour augmenter considérablement la capacité de contrôler et d'empêcher les véhicules de contrebande de fentanyl en Amérique. 

Ce projet de loi sauverait des vies et rétablirait l'ordre à la frontière. 

Cela me donnerait également, en tant que président, un nouveau pouvoir d’urgence pour fermer temporairement la frontière lorsque le nombre de migrants à la frontière est écrasant.  

Le syndicat des patrouilles frontalières a approuvé le projet de loi. 

La Chambre de Commerce a approuvé le projet de loi. 

Je crois que si l’occasion se présentait, une majorité de la Chambre et du Sénat l’appuierait également. 

Mais malheureusement, jusqu’à présent, la politique a fait dérailler ce projet. 

On m'a dit que mon prédécesseur avait appelé les Républicains au Congrès et exigé qu'ils bloquent le projet de loi. Il pense que ce serait une victoire politique pour moi et un perdant politique pour lui. 

Il ne s'agit pas de lui ou de moi.  

Ce serait gagnant pour l'Amérique ! 

Mes amis républicains, vous devez au peuple américain de faire adopter ce projet de loi.   

Nous devons agir. 

Et si mon prédécesseur regarde au lieu de faire de la politique et de faire pression sur les membres du Congrès pour qu’ils bloquent ce projet de loi, rejoignez-moi pour dire au Congrès de l’adopter ! 

Nous pouvons le faire ensemble. Mais voici ce que je ne ferai pas. 

Je ne diaboliserai pas les immigrés en disant qu’ils « empoisonnent le sang de notre pays », comme il l’a dit dans ses propres mots. 

Je ne séparerai pas les familles. 

Je ne bannirai pas les gens d’Amérique en raison de leur foi. 

Contrairement à mon prédécesseur, dès mon premier jour de mandat, j'ai présenté un plan global visant à réparer notre système d'immigration, à sécuriser la frontière et à offrir une voie d'accès à la citoyenneté aux rêveurs et bien plus encore. 

Parce que contrairement à mon prédécesseur, je sais qui nous sommes  

comme les Américains. 

Nous sommes la seule nation au monde dont le cœur et l’âme s’inspirent de l’ancien et du nouveau. 

Accueil des Amérindiens dont les ancêtres sont ici depuis des milliers d'années. Accueil pour des gens de partout sur Terre. 

Certains sont venus librement. 

Certains enchaînés de force. 

Certains lorsque la famine a frappé, comme ma famille ancestrale en Irlande. 

Certains pour fuir les persécutions. 

Certains pour poursuivre des rêves impossibles ailleurs qu’ici en Amérique. 

C'est l'Amérique, d'où nous venons tous de quelque part, mais nous sommes tous Américains. 

Nous pouvons nous battre pour la frontière, ou nous pouvons la réparer. Je suis prêt à le réparer. 

Envoyez-moi la facture frontalière maintenant ! 

Un moment de transformation de notre histoire s'est produit il y a 59 ans aujourd'hui à Selma, en Alabama. 

Des centaines de fantassins en faveur de la justice ont défilé sur le pont Edmund Pettus, du nom d'un grand dragon du KKK, pour revendiquer leur droit fondamental de voter.  

Ils ont été battus à mort et laissés pour morts. 

Notre défunt ami et ancien collègue John Lewis était présent à la marche.  

Il nous manque. 

D'autres marcheurs qui étaient présents se sont joints à nous ce soir, notamment Betty May Fikes, connue sous le nom de « Voix de Selma ». 

Fille de chanteurs et de prédicateurs de gospel, elle a chanté des chants de prière et de protestation lors de ce dimanche sanglant, 

pour aider à ébranler la conscience de la nation. Cinq mois plus tard, la loi sur le droit de vote a été promulguée.   
 

Mais 59 ans plus tard, des forces nous ramènent dans le temps. 

Suppression des électeurs. Subversion électorale. Argent noir illimité. Gerrymandering extrême.  

John Lewis était un grand ami pour beaucoup d’entre nous ici. Mais si vous voulez vraiment lui rendre hommage ainsi qu’à tous les héros qui ont marché à ses côtés, alors il est temps de faire plus que simplement parler. 

Passez et envoyez-moi la loi sur la liberté de vote et la loi sur les droits de vote de John Lewis ! 

Et arrêtez de nier une autre valeur fondamentale de l’Amérique, à savoir la diversité de la vie américaine. 

Interdire les livres. 

C'est faux! 

Au lieu d’effacer l’histoire, créons l’histoire !  

Je veux protéger d’autres droits fondamentaux ! 

Adoptez la loi sur l’égalité et mon message aux Américains transgenres : je vous soutiens ! 

Adoptez la loi PRO pour les droits des travailleurs ! Et augmentez le salaire minimum fédéral parce que chaque travailleur a le droit de gagner décemment sa vie ! 

Nous écrivons également l’histoire en affrontant la crise climatique, sans la nier. 

Je prends l’action la plus importante jamais réalisée en matière de climat dans l’histoire du monde. 

Je réduis nos émissions de carbone de moitié d’ici 2030. 

Créer des dizaines de milliers d'emplois dans le domaine des énergies propres, comme les travailleurs de la FIOE qui construisent et installent 500 000 bornes de recharge pour véhicules électriques. 

Conserver 30 % des terres et des eaux américaines d’ici 2030. 

Prendre des mesures historiques en faveur de la justice environnementale pour les communautés isolées et étouffées par l’héritage de la pollution.  

Et sur le modèle du Peace Corps et de l'Ameri Corps, j'ai lancé un Climate Corps pour mettre 20 000 jeunes au travail à l'avant-garde de notre avenir énergétique propre. 

Je triplerai ce chiffre au cours de cette décennie. 

Tous les Américains méritent la liberté d’être en sécurité, et l’Amérique est plus en sécurité aujourd’hui qu’à l’époque où j’ai pris mes fonctions. 

L’année précédant mon entrée en fonction, les meurtres ont augmenté de 30 % à l’échelle nationale, la plus forte augmentation de l’histoire. 

C'était alors. 

Aujourd’hui, grâce à mon plan de sauvetage américain, contre lequel tous les républicains ont voté, j’ai réalisé le plus gros investissement jamais réalisé dans la sécurité publique. 

L’année dernière, le taux de meurtres a connu la plus forte baisse de l’histoire et les crimes violents sont tombés à l’un des niveaux les plus bas depuis plus de 50 ans.  

Mais nous avons encore beaucoup à faire. 

Aidez les villes et les villages à investir dans davantage d’agents de police communautaires, davantage d’agents de santé mentale et davantage d’interventions communautaires en matière de violence.  

Donnez aux communautés les outils nécessaires pour réprimer la criminalité liée aux armes à feu, la criminalité liée au commerce de détail et le détournement de voitures. 

Continuez à renforcer la confiance du public, comme je l'ai fait en prenant des mesures exécutives sur la réforme de la police et en appelant à ce que cela devienne la loi du pays, en ordonnant à mon cabinet de revoir la classification fédérale de la marijuana et en annulant des milliers de condamnations pour simple possession. , parce que personne ne devrait être emprisonné pour consommation ou possession de marijuana ! 

Pour lutter contre les crimes de violence domestique, j'intensifie l'application fédérale de la loi sur la violence contre les femmes, que j'ai fièrement écrite, afin que nous puissions enfin mettre fin au fléau de la violence contre les femmes en Amérique !  

Et il y a un autre type de violence que je veux mettre fin. 

Parmi nous ce soir se trouve Jasmine, dont la sœur Jackie, âgée de 9 ans, a été assassinée avec 21 camarades de classe et enseignants dans son école primaire à Uvalde, au Texas. 

Peu de temps après, Jill et moi sommes allés à Uvalde et avons passé des heures avec les familles. 

Nous avons entendu leur message, et chacun dans cette enceinte devrait faire quelque chose. 

J’ai fait quelque chose en créant le tout premier Bureau de prévention de la violence armée à la Maison Blanche, dirigé par le vice-président Harris. 

Pendant ce temps, mon prédécesseur a déclaré à la NRA qu'il était fier de n'avoir rien fait sur les armes à feu lorsqu'il était président. 

Après une autre fusillade dans une école de l’Iowa, il a dit que nous devrions simplement « nous en remettre ». 

Je dis que nous devons arrêter cela.  

Je suis fier d'avoir battu la NRA lorsque j'ai signé la loi la plus importante sur la sécurité des armes à feu depuis près de 30 ans ! 

Maintenant, nous devons à nouveau battre la NRA ! 

Je réclame l'interdiction des armes d'assaut et des chargeurs de grande capacité ! 

Réussissez la vérification universelle des antécédents ! 

Rien de tout cela ne viole le deuxième amendement ni ne vilipende les propriétaires d’armes responsables. 

Alors que nous gérons les défis nationaux, nous gérons également des crises à l’étranger, notamment au Moyen-Orient. 

Je sais que les cinq derniers mois ont été déchirants pour tant de gens, pour le peuple israélien, pour le peuple palestinien et pour tant de personnes ici en Amérique. 

Cette crise a débuté le 7 octobre par un massacre perpétré par le groupe terroriste Hamas. 

1 200 innocents, femmes, filles, hommes et garçons massacrés, dont beaucoup subissent des violences sexuelles. 

Le jour le plus meurtrier pour le peuple juif depuis la Shoah. 

250 otages pris. 

Ici, ce soir, dans cette salle, se trouvent des familles américaines dont les proches sont toujours détenus par le Hamas. 

Je promets à toutes les familles que nous ne nous reposerons pas tant que nous n'aurons pas ramené leurs proches à la maison. 

Nous travaillerons également 24 heures sur 24 pour ramener chez eux Evan et Paul, des Américains injustement détenus partout dans le monde. 

Israël a le droit de s’en prendre au Hamas. 

Le Hamas pourrait mettre fin à ce conflit aujourd'hui en libérant les otages, en déposant les armes et en livrant les responsables du 7 octobre. 

Israël a un fardeau supplémentaire parce que le Hamas se cache et opère parmi la population civile. Mais Israël a également la responsabilité fondamentale de protéger les civils innocents à Gaza. 

Cette guerre a fait un plus grand nombre de victimes parmi les civils innocents que toutes les guerres précédentes à Gaza réunies. 

Plus de 30 000 Palestiniens ont été tués. 

La plupart d’entre eux ne font pas partie du Hamas. 

Des milliers et des milliers de personnes sont des femmes et des enfants innocents. 

Des filles et des garçons sont également orphelins. 

Près de 2 millions de Palestiniens supplémentaires bombardés ou déplacés. 

Maisons détruites, quartiers en décombres, villes en ruine. 

Des familles sans nourriture, sans eau, sans médicaments. 

C'est déchirant. 

Nous avons travaillé sans relâche pour établir un cessez-le-feu immédiat qui durerait au moins six semaines. 

Cela permettrait de ramener les otages chez eux, d’atténuer la crise humanitaire intolérable et de construire quelque chose de plus durable. 

Les États-Unis ont dirigé les efforts internationaux visant à accroître l’aide humanitaire à Gaza. 

Ce soir, je donne l'ordre à l'armée américaine de mener une mission d'urgence visant à établir un quai temporaire en Méditerranée, sur la côte de Gaza, pouvant recevoir de grands navires transportant de la nourriture, de l'eau, des médicaments et des abris temporaires. 

Aucune équipe américaine ne sera sur le terrain. 

Cette jetée temporaire permettrait d’augmenter massivement la quantité d’aide humanitaire arrivant chaque jour à Gaza. 

Mais Israël doit aussi faire sa part. 

Israël doit autoriser davantage d'aide à Gaza et veiller à ce que les travailleurs humanitaires ne soient pas pris entre deux feux. 

Aux dirigeants d’Israël, je dis ceci. 

L’aide humanitaire ne peut pas être une considération secondaire ou une monnaie d’échange. 

Protéger et sauver des vies innocentes doit être une priorité. 

Si nous regardons vers l’avenir, la seule vraie solution est une solution à deux États. 

Je dis cela en tant que partisan d’Israël depuis toujours et en tant que seul président américain à s’être rendu en Israël en temps de guerre. 

Il n’existe aucune autre voie qui garantisse la sécurité et la démocratie d’Israël. 

Il n’existe aucune autre voie qui garantisse aux Palestiniens de vivre en paix et dans la dignité. 

Il n’existe aucune autre voie garantissant la paix entre Israël et tous ses voisins arabes, y compris l’Arabie saoudite.  

Créer la stabilité au Moyen-Orient signifie également contenir la menace posée par l’Iran.  

C'est pourquoi j'ai bâti une coalition de plus d'une douzaine de pays pour défendre le transport maritime international et la liberté de navigation dans la mer Rouge. 

J'ai ordonné des frappes pour dégrader les capacités des Houthis et défendre les forces américaines dans la région. 

En tant que commandant en chef, je n'hésiterai pas à prendre de nouvelles mesures pour protéger notre peuple et notre personnel militaire.  

Pendant des années, tout ce que j’ai entendu de la part de mes amis républicains et de tant d’autres, c’est que la Chine est en plein essor et que l’Amérique est en retard. 

Ils l'ont à l'envers. 

L’Amérique est en hausse. 

Nous avons la meilleure économie du monde. 

Depuis que je suis au pouvoir, notre PIB est en hausse. 

Et notre déficit commercial avec la Chine est tombé à son plus bas niveau depuis plus d’une décennie. 

Nous nous opposons aux pratiques économiques déloyales de la Chine. 

Et défendre la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan. 

J'ai revitalisé nos partenariats et alliances dans le Pacifique. 

J'ai veillé à ce que les technologies américaines les plus avancées ne puissent pas être utilisées dans les armes chinoises. 

Franchement, malgré tous ses discours durs sur la Chine, mon prédécesseur n’a jamais eu l’idée de faire cela. 

Nous voulons une concurrence avec la Chine, mais pas un conflit.  

Et nous sommes dans une position plus forte pour remporter la compétition du 21e siècle contre la Chine ou contre n’importe qui d’autre. 

Ici, chez moi, j'ai signé plus de 400 projets de loi bipartites.  

Mais il reste encore beaucoup à faire pour faire adopter mon programme Unity. 

Renforcer les sanctions contre le trafic de fentanyl. 

Adoptez une législation bipartite sur la confidentialité pour protéger nos enfants en ligne. 

Exploitez la promesse de l’IA et protégez-nous de ses périls.  

Interdisez l’usurpation d’identité vocale par l’IA et bien plus encore ! 

Et respecter notre seule obligation véritablement sacrée, former et équiper ceux que nous envoyons au danger et prendre soin d'eux et de leurs familles lorsqu'ils rentrent chez eux et lorsqu'ils ne rentrent pas.  

C'est pourquoi j'ai signé la loi PACT, l'une des lois les plus importantes jamais adoptées, aidant des millions d'anciens combattants exposés à des toxines et qui luttent désormais contre plus de 100 cancers. 

Beaucoup d’entre eux ne sont pas rentrés chez eux. 

Nous leur devons, ainsi qu’à leurs familles. 

Et nous nous devons de continuer à soutenir notre nouvelle agence de recherche en santé appelée ARPA-H et de nous rappeler que nous pouvons faire de grandes choses comme mettre fin au cancer tel que nous le connaissons ! 

Permettez-moi de terminer avec ceci. 

Je sais que je n'en ai peut-être pas l'air, mais j'existe depuis un moment. 

Et quand on arrive à mon âge, certaines choses deviennent plus claires que jamais. 

Je connais l'histoire américaine. 

J'ai vu à maintes reprises la lutte entre des forces concurrentes dans la bataille pour l'âme de notre nation. 

Entre ceux qui veulent ramener l’Amérique vers le passé et ceux qui veulent la faire avancer vers le futur. 

Ma vie m'a appris à embrasser la liberté et la démocratie. 

Un avenir basé sur les valeurs fondamentales qui ont défini l’Amérique. 

Honnêteté. Décence. Dignité. Égalité. 

Respecter tout le monde. Pour donner à chacun une chance équitable. Pour ne donner à la haine aucun refuge.  

Maintenant, d’autres personnes de mon âge voient une autre histoire.  

Une histoire américaine de ressentiment, de vengeance et de châtiment. 

Ce n'est pas moi. 

Je suis né au milieu de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Amérique défendait la liberté dans le monde. 

J'ai grandi à Scranton, en Pennsylvanie et à Claymont, dans le Delaware, parmi les travailleurs qui ont bâti ce pays. 

J'ai vu avec horreur deux de mes héros, le Dr King et Bobby Kennedy, être assassinés et leur héritage m'a inspiré à poursuivre une carrière militaire. 

Défenseur public, conseiller de comté, élu sénateur des États-Unis à 29 ans, puis vice-président, à notre premier président noir, aujourd'hui président, avec notre première femme vice-présidente. 

Dans ma carrière, on m'a dit que j'étais trop jeune et trop vieux. 

Que je sois jeune ou vieux, j'ai toujours su ce qui dure. 

Notre étoile du Nord. 

L’idée même de l’Amérique, selon laquelle nous sommes tous créés égaux et méritons d’être traités de manière égale tout au long de notre vie. 

Nous n’avons jamais pleinement concrétisé cette idée, mais nous ne nous en sommes jamais éloignés non plus. 

Et je ne vais pas m'en éloigner maintenant. 

Mes compatriotes américains, le problème auquel notre nation est confrontée n’est pas notre âge, mais plutôt l’âge de nos idées ? 

La haine, la colère, la vengeance et le châtiment font partie des idées les plus anciennes. 

Mais on ne peut pas diriger l’Amérique avec des idées anciennes qui ne font que nous ramener en arrière. 

Pour diriger l’Amérique, terre des possibilités, vous avez besoin d’une vision de l’avenir de ce que l’Amérique peut et devrait être. 

Ce soir, vous avez entendu le mien. 

Je vois un avenir dans lequel nous défendrons la démocratie sans la diminuer. 

Je vois un avenir dans lequel nous rétablirons le droit de choisir et de protéger d’autres libertés, sans les supprimer. 

Je vois un avenir dans lequel la classe moyenne aura enfin une chance équitable et où les riches devront enfin payer leur juste part d’impôts. 

Je vois un avenir dans lequel nous sauverons la planète de la crise climatique et notre pays de la violence armée. 

Surtout, je vois un avenir pour tous les Américains ! 

Je vois un pays pour tous les Américains ! 

Et je serai toujours le président de tous les Américains ! 

Parce que je crois en l'Amérique ! 

Je crois en vous, le peuple américain. 

Vous êtes la raison pour laquelle je n’ai jamais été aussi optimiste quant à notre avenir ! 

Alors construisons cet avenir ensemble ! 

Rappelons-nous qui nous sommes ! 

Nous sommes les États-Unis d'Amérique. 

Il n’y a rien au-delà de nos capacités lorsque nous agissons ensemble ! 

Que Dieu vous bénisse tous. 

Que Dieu protège nos troupes.

 

Remarks of President Joe Biden — State of the Union Address As Prepared for Delivery

7 mars 2024

 


Le cirque Biden ne s'est pas limité à la clownerie d'un discours qui ne rend pas le grotesque de son déroulement, des constatations dont Paul Joseph Watson nous montre le meilleur. "Quand on arrive à mon âge, certaines choses deviennent plus claires que jamais" a déclaré Joe Biden, pour les Américains trahis, pour le monde trompé, elles dviennent surtout plus sombres.

07:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it!